Ziane Mohammed. Docteur en sociologie à l’université Constantine 2 : «A Ali Mendjeli, on a reproduit les bidonvilles dans des unités de voisinage» (Inteview in EL Watan du 24 décembre 2020 par S. ARSLAN)

– Comment expliquez-vous sociologiquement le phénomène de la violence, qui demeure l’une des particularités de la nouvelle ville Ali Mendjeli ?

Tout d’abord, le phénomène de la violence n’est pas particulier à la nouvelle ville Ali Mendjeli, mais c’est une variante caractérisant l’ensemble des villes à travers le monde en général et en Algérie en particulier.

Cependant, certaines formes d’expression du comportement violent trouvent leur signification dans les fondements culturels d’appartenance et l’origine sociale et économique des acteurs.

En analysant les types de violence dans la nouvelle ville Ali Mendjeli, on ne trouve pas les mêmes types de violence dans les grandes agglomérations urbaines ; ce qui nous renvoie à des formes d’expression d’un certain âge (les violences s’expriment d’une manière collective ou familiale avec des atteintes physiques avec des armes traditionnelles : couteaux, haches, etc.)

– Certains avancent que le peuplement de cette mégapole n’a pas été bien préparé et que les anciens habitants des bidonvilles ont été déplacés avec, au fond d’eux, le sentiment de marginalisation ; qu’en dites-vous ?

A l’évidence, le peuplement (déplacement, regroupement) de la nouvelle ville s’est opéré d’une manière drastique (subite et violente), car devant la pression sociale sur la question du logement, on a procédé à un recasement rapide et expéditif d’une population dépassant de loin 100 000 habitants sur une période très courte, sans aucune prospection ni enquête de terrain avec des spécialistes en sociologie de la ville et des démographes.

Une fois à la nouvelle ville, on a reproduit les vieux quartiers et les bidonvilles de la ville de Constantine dans des unités de voisinage réparties de 1 à 20. Cette situation a renforcé l’attachement au groupe (la tribu) et l’agressivité vis-à-vis des autres groupes (les étrangers). En plus des obstacles liés à l’adaptation à de nouveaux espaces urbains, une lutte acharnée s’est déclenchée autour de l’occupation de ces espaces (commerces, parkings, etc.).

En plus d’une minorité issue des couches moyennes qui habite la nouvelle ville, la plus grande partie est constituée de catégories sociales précaires où on retrouve un des taux de chômage les plus élevés. Et avec l’absence des structures de loisirs et de culture (pas de théâtres ni de salles de cinéma) la nouvelle ville devient par la force des choses un grand dortoir pour une population hétérogène, avec quelques mosquées et des arrondissements de police.

– Quelles mesures proposez-vous, en tant que sociologue, pour faire face à ce phénomène devenu une source d’inquiétudes pour la population ?

Il est vrai que la nouvelle ville Ali Mendjeli a contribué à la réalisation du rêve de beaucoup de Constantinois d’avoir un logement avec des commodités relativement acceptables, mais les aspirations des citoyens pour l’épanouissement et la sécurité demeurent incertaines. Pour remédier à cette situation, on doit doter cette ville d’un statut juridique. Afin d’établir le plus rapidement possible un plan d’accompagnement en matière d’espaces verts, d’animation socioculturelle et autres.

SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): « Il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint ». (Interview Part 2 suite et fin.)

L’interview se poursuit dans la sérénité et le sérieux. Les choses se disent frontalement, car il s’agit de l’avenir d’une patrie et de générations:  il va falloir  regarder   sans parti-pris cette situation que personne ne veut assumer.

Said Mazouz, dans un langage tranchant et direct, livre les raisons de cette situation léthargique. 

 

 

3.  N’est-il pas temps de « détacher » fabrique de la ville de la prégnance administrative ?

Absolument ! la prégnance administrative a fait beaucoup de mal à la ville algérienne ; elle a certes construit des logements et ils sont rares les pays qui en ont construit autant, mais la qualité laisse à désirer et nous continuons de pérenniser des modèles éculés sous d’autres latitudes, en décalage avec toutes les études conduites de par le monde sur la défaillance de certains modèles, non seulement à faire la ville, mais à produire la malvie, l’insécurité, la ségrégation sociospatiale et…..

…..arriver à l’ultime avatar ; celui de déposer sur des assiettes très prometteuses, des parallélépipèdes rectangles sans âme.

Nous avons suivi dans le cadre de projets de recherche, nombre de jeunes architectes fraichement sortis de l’université ; en décrochant leurs premières commandes de logements, ces derniers ont cru bien faire en reprenant quelques idées maitresses apprises à l’école comme celle de structurer la rue, d’insuffler une certaine mixité, de diversifier les typologies, de créer des lieux, mal leur en a pris puisqu’ils se sont heurtés à la machine stéréotypée d’un grand promoteur public et ils ont fini par arriver à l’ultime avatar ; celui de déposer sur des assiettes très prometteuses, des parallélépipèdes rectangles sans âme. Même de bons professionnels ont eu à souffrir et souffrent encore d’une machine bureaucratique lourde et sans états d’âme ; l’exemple de l’expérience de Mohamed Larbi Merhoum, publié dans un numéro de Vies de villes qui date, je crois, de 2007 ou 2008, nous restitue les péripéties croustillantes d’un combat perdu d’avance  contre la machine administrative en voulant déroger à la règle, mixer, fabriquer la ville….D’autres professionnels sont invités à relater leurs expériences, bonnes ou mauvaises, afin d’amorcer le changement tant attendu. Il me semble que chez nous, l’administratif est en train de tout tuer : l’économique, l’industriel…et comme la ville est une mixité de tout ça, elle en pâtit forcément laissant les choses s’exprimer autrement ; à travers la prolifération de l’informel et de ses immenses effets sur la ville avec l’apparition de secteurs entiers dédiés à cet effet. Il s’agira d’en comprendre le fonctionnement, de l’intégrer ; il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint, providentiel, contrôlant tout et veillant sur tout.

4. Comment établir des rapports utiles et profitables entre le secteur socio-économique et les structures de formation et de recherche (universités, laboratoires, centres de recherche) dans le domaine de l’Architecture, de l’Urbanisme et des Métiers de la Ville ?

En réhabilitant d’abord l’acte de concevoir l’architecture et l’urbanisme et définir ce qu’est un projet lauréat, ce n’est pas en confiant des centaines, voire des milliers de logements, à un seul maitre d’œuvre qui s’évertue à multiplier et dupliquer des types limités ; donner le temps nécessaire aux concepteurs pour produire un environnement  bâti de qualité ; réhabiliter l’acte de faire la ville reviendrait à en réaliser la portée et les conséquences sur des générations. Que doit comporter un permis de construire ? Il ne s’agira pas de limiter les prérogatives de l’architecte praticien ou de l’urbaniste, mais de revoir certaines choses. Les dizaines de laboratoires de recherche universitaires, pour ne citer que ceux qui travaillent sur la ville, l’urbanisme, l’environnement et l’architecture, ne demandent qu’à être impliqués dans le processus de production de la ville et l’expérience acquise à travers la conduite et la finalisation de centaines de projets de recherche, de thèses soutenues, d’articles publiés.

Il est vrai que les réflexes corporatistes ont fait beaucoup de mal à la profession en particulier et à la ville en général

.

Les organismes chargés de faire la ville doivent se rapprocher des universités, élaborer des conventions, intégrer les universitaires comme consultants et solliciter les laboratoires pour des expertises, sachant que ces derniers jouissent de l’outil réglementaire qui leur permet de faire des prestations pour le secteur socio-économique. Il est faux de dire que les universitaires n’impliquent pas les praticiens ; moi-même et à travers ma petite expérience de chef de département, à l’époque ou ce poste avait encore de la valeur, j’ai fait appel, avec mon équipe, à tous les praticiens d’expérience de la ville pour transmettre leur expérience et contribuer à la formation des étudiants ; ce qu’ils ont fait avec beaucoup d’application et de sens du devoir, sacrifiant parfois leurs chantiers. Mais la réciproque n’est, hélas, pas toujours vraie. Il est vrai que les réflexes corporatistes ont fait beaucoup de mal à la profession en particulier et à la ville en général. Il faudrait peut-être réfléchir à des Assises véritables, sans exclusion, afin de méditer à l’ensemble de ces préoccupations.

Abdelouahab Bouchareb, "SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): « Il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint ». (Interview Part 2 suite et fin.)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 14/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1746.

SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir. (interview .Part 1)

Said MAZOUZ (Architecte urbaniste, enseignant à l’université L.Benmehidi . Oum El Bouaghi).

Je l’ai connu étudiant brillant entre les murs de la rustique Casbah (Constantine) durant les années 80 . Aujourd’hui,  je le connais aussi  éminent professeur, pour ainsi signifier que son ascension est somme un destin tout tracé et  naturel. Son enseignement est un engagement corps et âme pour diffuser les savoirs. Sa « science » et ses cours sont toujours partagés, ils sont accessibles à tous. Le personnage est généreux, disponible prodiguant son savoir sans retenue, sans essoufflement. Cette prodigalité a fait connaitre et reconnaitre le professeur  de tous les professionnels et les universitaires dans le domaine de l’Architecture, de l’Urbanisme et des Métiers de la Ville. Respectueux, auréolé d’une culture en surabondance, Le Professeur assume une vocation de « personne ressource  » avec responsabilité,  dignité et élégance. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont  » Eléments de conception architecturale » (2014).

  1. Quelle lecture faites-vous de la production urbanistique actuelle ? a-t-elle une assise théorique ou doctrinale ?

Je pense que la production urbanistique actuelle est caractérisée par une cacophonie totale, exacerbée durant les 20 dernières années par l’accentuation de la gestion rentière de la production du logement et par conséquent de la ville. Cet état de fait a été doublé de corruption, de gabegie, de prédation tous azimuts qui a vu et qui voit toujours la disparition de pans entiers du paysage urbain de nos villes, surtout le plus précieux ; celui hérité du colon, si l’on fait fi des médinas et autres ksour et l’apparition d’ersatz de « quartiers » nouveaux, de « villes nouvelles » constitués de centaines d’immeubles qui se côtoient tout en s’ignorant. Il y avait une assise théorique et doctrinale durant les années 70 et une partie des années 80, héritée du modèle progressiste et hygiéniste, mais ce modèle est devenu une règle et un modus operandi qui a fini par engendrer ses propres contradictions et il ne représente plus, à l’heure actuelle, qu’un avatar, un outil bureaucratique usé et abusé au service de la productivité de toujours plus de logements au service d’une population toujours demandeuse et qui s’engouffre dans l’énorme appel d’air.

...le modèle rentier éculé et obsolète, reproducteur à satiété de la non-ville et de l’anti-urbain et le modèle spéculatif qui défigure les paysages urbains…

 

En fait, deux modèles semblent s’opposer, mais qui sont, en réalité, complémentaires : le modèle rentier éculé et obsolète, reproducteur à satiété de la non-ville et de l’anti-urbain et le modèle spéculatif qui défigure les paysages urbains et piétine toute règlementation urbaine en usant de la corruption et des passe-droits. Un troisième acteur, par ses agissements et son opportunisme, n’arrange pas la situation ; c’est le citoyen constructeur. Une situation paradoxale : la trop présence de l’État, d’un côté, et son absence quasi totale lorsqu’il s’agit de faire respecter les lois, ont engendré la situation que l’on vit aujourd’hui. Néanmoins, dans ce paysage en perpétuelle mutation, il faut savoir observer les mécanismes de production informels de la ville, les analyser et en tirer les leçons qui s’imposent.

Nos décideurs ne veulent pas se poser la question : pourquoi, quelques années seulement après leur achèvement, certains ensembles d’habitats, particulièrement ceux situés en banlieue, deviennent des territoires de non-droit, se trouvent déjà dans un état de délabrement avancé, avec un taux élevé de criminalité ? La majorité des recherches universitaires, que les responsables à tous les niveaux font mine de plébisciter dans leurs discours des séances protocolaires d’ouverture des séminaires et colloques consacrés à la ville et les oublient après le café et les petits fours, s’accordent sur le fait que certains modèles ne marchent pas. Depuis les années soixante on sait, avec Jane Jacobs, que la rue doit avoir des « yeux » pour la surveiller et gagner ainsi en sécurité et en urbanité (eyes on the street), on sait que la rue doit être structurée, que rue et route sont deux concepts différents, que la hiérarchisation, la territorialisation sont des notions cruciales pour asseoir une identification, construire des lieux, que le contrôle des accès au voisinage ainsi que la taille des unités de voisinage sont importants ; on sait, avec Oscar Newman que  la structure continue, le statut défini et la démarcation espace privé/espace public et le contrôle social à travers la présence humaine continue  sont autant de notions qui permettent de faire la ville. Les recherches conduites dans nos universités et centres de recherche ont confirmé ces résultats et les ont actualisés tout en les adaptant à notre contexte. Malheureusement, elles restent sur les étals des bibliothèques à prendre la poussière.

En attendant un changement de paradigme, nos décideurs continuent à consacrer une conception dépassée des outils et instruments d’urbanisme, souvent piétinés, qui font la part belle au quantitatif au détriment du qualitatif, éludant la complexité du fait urbain pour répondre à une demande sans cesse croissante en logements et en équipements divers. Comment concevoir la complexité si on continue à produire des territoires entiers à dominante monofonctionnelle comme les cités administratives, les villes universitaires, des zones entières entourées de clôtures qui annihilent toute velléité de faire la rue, qui tuent la marchabilité et qui génèrent marasme et insécurité ? On continue de faire cela alors que des préoccupations nouvelles apparaissent chaque jour comme celles liées aux questions écologiques et environnementales, à la qualité architecturale et urbaine, au cadre de vie, à la transformation des paysages et des formes urbaines, à la gestion des mobilités et à l’intégration des territoires urbains esseulés.

  1. Dans votre enseignement (Design urbain, Syntaxe spatiale…), nous décelons cette volonté de chercher à insérer des innovations dans la conception urbaine. Avez-vous une approche (ou une idée) sur la manière d’intégrer ces innovations dans la pratique (élaboration des POS par exemple) ?

Merci de poser cette question ; elle me taraude l’esprit depuis des lustres. En effet, toutes ces méthodes qu’on essaye d’inculquer aux étudiants et aux chercheurs en tant qu’universitaires, restent confinées aux laboratoires et ont peu de chance d’être appliquées sur terrain à part si l’État intervient pour réguler les choses et imposer non seulement de véritables cahiers de charges capables de produire un environnement urbain de qualité, mais aussi organiser des concours d’architecture et d’urbanisme qui prennent en charge la qualité architecturale et urbaine en mettant en exergue des critères objectifs et une évaluation véritable dans lesquelles viendraient s’insérer les méthodes innovantes.

..aucun texte, aussi riche soit-il, ne peut tenir devant une machine bureaucratique mue par une corruption généralisée.

En fait, le monde universitaire et le monde de la pratique ne sont pas antinomiques ; ils sont complémentaires et à chacun sa vocation. Si la pratique doit rester un monde de la création, volontariste, constructiviste à l’instar des autres métiers de la conception, la recherche scientifique est à l’opposé, un monde de la « déconstruction » des concepts, de l’évaluation du bien-fondé des objectifs et intentions des créateurs et c’est à ce titre qu’ils deviennent complémentaires, sans tomber dans le conflit d’intérêts. La recherche universitaire intervient en amont pour guider, inspirer, orienter, mais surtout en aval pour évaluer, caractériser et départager les solutions. C’est un nouveau paradigme qui doit être institué par l’état et qui impliquerait une coopération étroite entre les ministères de tutelle. Il faut savoir que, par exemple, Space Syntax, l’un des outils les plus reconnus aujourd’hui dans la l’évaluation et la conception urbaine, se décline en deux versions : l’académique qui développe des recherches innovantes et la Professionnelle qui offre ses services aux plus grandes agences d’architecture et d’urbanisme dans le Monde. Dans beaucoup de situations, les acteurs sont souvent les mêmes avec des vocations qui penchent carrément d’un côté comme de l’autre, encouragées par l’absence de schisme entre le monde professionnel et académique. Un grand nom de l’architecture contemporaine comme Norman Foster fait évaluer ses projets avant leur réalisation par les chercheurs de Space Syntax ; il même été le premier mécène de ce groupe en en finançant les recherches. Chez nous, les architectes qui s’intéressent à ces aspects de la recherche et tentent de les intégrer à leurs démarches se comptent sur les doigts d’une seule main. Chez nous, non seulement, ce sont deux mondes opposés qui se narguent et, au mieux, s’ignorent, mais nos « professionnels », pour une grande partie d’entre eux, méprisent carrément les universitaires. Oui, c’est possible pour peu qu’il y ait convergence d’objectifs. Le mécanisme actuel censé jouer le rôle d’évaluation des projets architecturaux et urbains, le concours, a été vidé de sa substance et n’est plus qu’une coquille vide justifiant sur le plan légal l’octroi d’une commande à tel ou tel bureau d’études. Il importe donc de faire des concours d’architecture des actes culturels en impliquant la société, mais aussi les artistes, les intellectuels. L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir, tout comme la création littéraire ou artistique sauf que ces derniers n’aliènent personne, ne tuent personne ; l’acte de bâtir, si. Revoir le système des concours c’est instituer des critères qui vont servir de filtre pour départager les projets. Tout projet est une proposition respectable, une création et seule une évaluation sérieuse par le biais d’outils que l’on maitrise de plus en plus aujourd’hui, permettra de dégager les solutions optimales.

le concours est une expérience intellectuelle unique qui constitue, quel qu’en soit le résultat, un jalon dans le parcours intellectuel et culturel du praticien. Ce dernier qui engage une réflexion sur une problématique architecturale ou urbaine voit ses efforts rétribués.

L’espoir était grand après la promulgation des textes instituant le concours pour la maitrise d’œuvre. Aujourd’hui, il est plus que nécessaire de marquer un arrêt pour faire le bilan d’une législation qui devait sortir l’architecture et l’urbanisme de l’ornière, mais qui a fini, comme la plupart des textes, victime de la perversion des hommes. La désillusion est grande et le sentiment qui prévaut, surtout chez les jeunes architectes, est qu’aucun texte, aussi riche soit-il, ne peut tenir devant une machine bureaucratique mue par une corruption généralisée. Ce texte devrait faire l’objet d’une refonte susceptible d’en combler les failles. Le poids conséquent des volets humain et matériel du bureau d’études pèse lourd dans le décompte final, élimine d’emblée les boites jeunes et moyennement pourvues et consacre les grosses cylindrées qui ont déjà fait leur beurre par le passé. Cet état de fait empêche l’émergence des jeunes talents qui se trouvent souvent éliminés dès le premier tour, n’ayant pas suffisamment de projets équivalents réalisés ni de personnel qualifié à profusion, ni même, d’un nombre suffisant de cartes grises de véhicules à joindre au dossier. Ces architectes sont réduits à faire de la figuration, car ne pouvant se permettre le luxe d’investir des sommes colossales dans des « aventures » de concours qu’ils savent perdus d’avance. Sous d’autres latitudes, le concours est une expérience intellectuelle unique qui constitue, quel qu’en soit le résultat, un jalon dans le parcours intellectuel et culturel du praticien. Ce dernier qui engage une réflexion sur une problématique architecturale ou urbaine voit ses efforts rétribués. À l’instar du projet lauréat, les projets classés sont récompensés financièrement, ce qui permet au moins de récupérer les sommes investies dans le concours. La publication du projet dans des revues spécialisées et professionnelles permet de donner une visibilité à l’architecte et dans certains cas remplir son carnet de commandes.  Évoluant dans un climat culturel ou tout fait architectural ou urbain entraine dans son sillage des débats et, parfois, des polémiques, la pression est constante sur les maitres d’ouvrage les contraignant à veiller à préserver une concurrence saine et féconde. Les projets classés font, pour ainsi dire, partie de ce que Jean Pierre Chupin appelle ‘architecture potentielle’ qui constituera, en plus du support aux débats au sein de la société civile, un outil pédagogique de premier ordre dans l’enseignement du projet. Cependant et, nonobstant les pratiques invoquées ci-dessus et à supposer que les procédures du concours, du choix de la composante humaine et du jury aient été respectés, il n’en demeure pas moins que le système d’évaluation lui-même souffre de carences qu’il conviendra de corriger si nous aspirons à construire la ville algérienne de demain. La question qui se pose est la suivante : qu’est-ce qu’on évalue dans un projet d’architecture ou d’urbanisme ? À travers des travaux universitaires et aussi pour avoir fait partie de commissions d’évaluation, il nous a été donné de constater que dans beaucoup de cas, la programmation sommaire et l’élaboration approximative des cahiers de charge conduisent à la situation aberrante de la définition d’un contenant entretenant peu ou pas de rapports avec le contenu.  Quant aux questions des choix architecturaux et formels, de rapport à l’urbain, de qualités d’ambiance, de développement durable, des choix identitaires, elles sont soit évoquées de manière sommaire, caricaturale et folklorique, soit complètement éludées.

En attendant, une réforme en profondeur, des mesures simples peuvent être instituées comme le fait de revoir la constituante des membres des jurys et en éliminer les personnes étrangères à l’acte de bâtir. Certains représentants de directions et/ou d’organismes n’apportent rien au débat, mais, par instrumentalisation ou par ignorance, pèsent de tout leur poids sur le résultat final et sur la désignation du projet lauréat. J’en connais un bout pour avoir été à plusieurs reprises invité en tant que « représentant de l’université » à prendre part à ces concours. J’ai fini par ne plus répondre à ces sollicitations. Il s’agit, pour commencer, d’intégrer des compétences reconnues, leur donner le temps nécessaire ainsi que les moyens pour faire le point, évaluer et contribuer à l’émergence d’un environnement bâti plus plus à même de répondre aux exigences actuelles.

Abdelouahab Bouchareb, "SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir. (interview .Part 1)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 13/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1734.

Cherifa HADJIJ (Sociologue): un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. (Interview)

Poursuivant cette démarche consistant à donner la parole aux spécialistes de différents bords, cette interview nous a amené à nous  adresser à une sociologue.  Cherifa Hadjij a bien voulu répondre nos questions en rapport avec les faits urbains et leur production .Mme Hajij, préfère être citée comme  sociologue praticienne consultante en socio- anthropologie de l’habitat.

  1. Parmi les disciplines qui ont une place de choix dans l’urbanisme, la sociologie urbaine. Nous remarquons qu’elle s’estompe considérablement dans le paysage de la chose publique, cependant elle préserve sa primauté dans le domaine de la recherche universitaire. Ce confinement n’est-il pas la conséquence des discours sur la ville qui privilégient des approches administratives et techniques ?

L’objet  de la sociologie urbaine  n’est pas l’étude de l’espace urbain, elle ne dispose pas d’outils d’analyse qui sont spécifiques à d’autres disciplines par conséquent elle s’intéresse aux pratiques de l’habiter et aux représentations socio spatiales des agents sociaux .  Ce qui l’intéresse c’est  de saisir ce  double rapport : les interactions entre espace /société et les rapports sociaux entre les individus dans la manière d’habiter la ville et /ou de la vivre.

Il s’agit d’analyser les processus  d’appropriation de l’espace privé/public  tant au niveau social ; juridique  que symbolique etc. Ceci étant dit la sociologie urbaine n’est pas confinée au sein de l’université  elle répond aussi aux commandes publiques quand elles existent lors de consultations pour des études spécifiques,  à titre d’exemple le relogement des habitants sinistrés après l’inondation de Bab El Oued, les études des populations des bidonvilles etc. ……

Force est de constater qu’il n’ y a pas un discours sur la ville en soi mais des discours qui sont produits par différents acteurs politiques au niveau central régional ou local,  les habitants que l’ on nomme souvent comme des usagers, alors qu’ils sont pas toujours les techniciens de l’urbanisme …..

L’urbanisme est une science pluridisciplinaire  la démographie la géographie la sociologie le droit l’économie l’architecture  l’histoire l’anthropologie   etc……d’ailleurs à tort un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. En fait l’urbanisme selon les auteurs classiques  ne produit pas de l’urbain mais  suggère une organisation spatiale à travers  des plans ( PDAU  POS ) ; les villes nouvelles ; les restructurations de quartier etc …….en quelque sorte il prépare l’urbanisation

  1. La ville algérienne reflète-t-elle la société ? N’est-elle le produit d’un laisser-faire ? D’un populisme comme mode de gouvernance ?

La lecture de la ville algérienne nous indique à la fois l’état de :

– la société de son organisation dans  son rapport à l’espace comment elle le hiérarchise le valorise le dévalorise,  par ce fait les rapports sociaux sont inscrits dans l’espace. Toutefois il faut signaler que ni l’espace ni la société ne sont homogènes

-la gestion urbaine à travers la planification spatiale et ses enjeux liés la rente foncière notamment et les rapports de force dans son mode de gouvernance qui met en jeu différents acteurs ; le laisser-aller et  le laisser-faire constituent une alternative qui mobilise un  certain savoir-faire  de l’ingénierie  sociale  Certes il y a des textes législatifs mais ils ne sont pas appliqués  à quoi servent ils !

De l’architecture des maisons individuelles, se dégage une impression d’inachevée. Est-elle à la recherche d’une identité ?

  1. Selon votre lecture, que signifie l’architecture produite en Algérie ces derniers temps ?

ELLE EST TROP VASTE CETTE QUESTION  AU NORD AU SUD DES EQUIPEMENTS DE L’HABITAT les périodes sont différentes

D’une manière globale je peux dire qu’elle est très hétéroclite ; disparate et monotone elle manque d’originalité de créativité et de cohérence par rapport aux périodes plus anciennes que cela soit l’architecture produite pendant la période coloniale aux différentes étapes que celle des médinas .L’architecture produite ces derniers temps répond-t-elle aux  vrais besoins  et aux exigences de la société actuelle que ce soit du point de vue de l’esthétique de la fonctionnalité  que de  l’identité ! je ne le pense pas quand on voit les grands ensembles type AADL deux types de logement sont proposés  F3/F4 comme si les familles algériennes par leur structure, leur taille et du point de vue de leur cycle de vie rentrent dans ces modèles-type. J’ai souvent pensé que le logement de type F3 qui représentait  60%  du parc de logement enferme la famille algérienne dans une typologie : un couple avec deux enfants du même sexe de préférence et qui ne devraient pas grandir   pour pouvoir cohabiter.

On s’étonne  que les loggias deviennent des cuisines ainsi que d’autres transformations que l’on fait subir au logement pour l’adapter à ses besoins et à son  mode de vie .L’architecture des maisons individuelles n’est guère reluisante dans la majorité des cas un style répétitif qui reproduit des maisons immeubles avec des balcons en façade  et des garages pour des commerces au rez-de-chaussée  En bref dans l’ensemble il y a de la quantité mais pas une qualité architecturale. Elle dégage une impression d’inachevée, est-elle à la recherche d’une identité ? Comme  la société d’ailleurs  qui est en construction

  1. 4   Quelle démarche préconisez-vous pour revaloriser l’urbanisme en tant que domaine de formation ?  

Là se pose la vraie question j’ai toujours souhaité qu’une formation se fasse en urbanisme en post graduation après un cycle de formation  de base en graduation en sociologie ; en histoire ; en droit ; en économie en aménagement du territoire  en architecture en sciences politique en environnement en psychologie  etc. comme cela se fait ailleurs. Bien évidemment selon les cursus le niveau de connaissance et d’accumulation n’est pas le même mais on peut homogénéiser au cours de la première année puis créer des options en seconde année  c’est tout à fait faisable avec des stages

Abdelouahab Bouchareb, "Cherifa HADJIJ (Sociologue): un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. (Interview)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 11/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1717.

Espace urbain : croisement de mobiles.

Durant une heure (de 10h20 à 11h20 du 10 octobre 2013), j’avais les yeux rivés sur cette scène. Je prenais des notes pour me remémorer tous les détails (ou presque). Question détails: je m’étais limité aux éléments pertinents dans ce qui est banal. (c’est trop dire). Il y a surement des détails qui m’ont échappés, car je me laissais aller à certains faits. A la différence d’une « caméra » qui en principe engloutit tout, l’être humain réagit à ce qu’il voit. Ls faits nous poussent à se laisser aller, digresser, à évoquer, à comparer…autant d’exercices pour « actualiser » nos rapports à l’environnement, à vouloir expliquer et aplatir les phénomènes.

La place comme scène de vie publique n’a fait l’objet d’aucun fait « extraordinaire ». Les faits « infraordinaires » ont imprimé à la place une ambiance « changeante » selon l’imprégnation et l’omniprésence ou l’alternance des facteurs « naturels » (vent, pigeon, le soleil), sociaux (individus, gestuel, démarches, genre) et culturels (tenues, bruits, couleurs). Cet infraordinaire est en réalité  fait de « croisement de mobile » qui à la fin réalisent l’espace (De Certeau).

Cependant chaque « mobile »  est une histoire, une mémoire, un récit, une rhétorique du mouvement. Ces récits rajoutent des « épaisseurs » mémorielles à la Place. Ils en font une « continuum » de mémoires, de souvenirs  et d’histoires. L’espace est ainsi produit dans une démarche de spatialisation significative. Il n’ y a pas d’espace  » urbain » sans « histoire », sans mémoire, sans une rhétorique…et si un espace est dépourvu de tellles qualités, il n’existe pas, car il n’a pas de noms (premier acte de spatialisation, la toponymie).

Les passants “croisent” leurs histoires propres. Ils dessinent des “réseaux” jalonnés et complexes….L’espace urbain est tramé de récits,  il est une multitude de lieux que chacun raconte dans sa trajectoire et d’une manière individuelle.

Les scènes urbaines seraient donc les attitudes affichées dans l’exploration de l’espace même….Des lieux pour la mémoire…et pour l’avenir.

Il ne suffit pas de mettre en place ces “facteurs” mesurables de confort et d’ambiance (éclairage, microclimat) et d’autres issus d’un détournement de la nature pour aménager un espace urbain….Ces sont les PRATIQUES SPATIALISANTES qui feront le lieu…un moment d’association et de croisement de “petites” histoires individuelles .

A mon sens, le concept d’aménagement d’un espace urbain est tributaire de ses  possibilités à favoriser une écriture d’histoires par les passants. Cet espace noyé dans  l’infraordinaire, recevra la multitudes des instants « historiques » des passants, des couleurs banales et furtives, des bruits banals , des senteurs banals , des scènes romantiques banales…

L’espace est ainsi le « continuum ».

Abdelouahab Bouchareb, "Espace urbain : croisement de mobiles.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 10/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1710.

EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 5

Un fourgon blanc  venant de la Rue Zater  traverse la Place et se gare juste à l’entrée de la Rue Bestandji. Il est “blindé”. Sur le flanc je lis  “AMNAL” …Un dessin présentant la moitié d’un soleil jauni, porté par une ligne horizontale verte….la levée du jour . Le mouvement des personnes en tenues beiges semblables aux treillis militaires confirme qu’il s’agit de transporteurs de fonds…..Bien sur il y trois banques dans le voisinage (dont deux donnant sur la Place).

Ces agents traversent la place pour aller à la Rue Didouche….Ils se font assez visibles dans la ville. Mais, ils ne “déclenchent” aucune curiosité….Ce sont des employés d’agences privées…..Justement les “services” et les prestations ne sont pas assez médiatisés et pourtant c’est un créneau créateur d’emploi…Des jeunes gens ont des idées…Mais ça ne suit pas …Tout le monde commerce au point ou la bazardisation de la ville est comme un phénomène irréversible….

Deux  “étrangers” (types européens) se dirigent vers le Palais…Ils sont reconnaissables à leur faciès et  leur manières de regarder les édifices .

Une femme en “hijab“…son habit n’est pas assez courant. Noire, cette tenue est cousue en  une seule pièce, sans couture…Elle couvre tout le corps et se rétrécit au niveau des poignées….En se déployant, elle rappelle l’éventail. Sur le front, une doublure blanche dépasse et souligne le haut du visage …

Un “mozabite” traverse la rue portant un grand sac noir…sa barbe sur une peau blanche, son seroual large et rétréci en bas, le reste de la jambe est caché par des chaussettes noires très tendues , la couleur grise de ses vêtements  ne laissent aucun doute….Cette ethnie anime le commerce depuis longtemps…Les mozabites se “retrouvent” à Constantine…D’ailleurs, il y a régulièrement des jeunes qui “ouvrent” des commerces dans les nouvelles cités….Ils sont souvent bien vus, respectueux, corrects, effacés et surtout sobres. Ils ne lésinent sur aucun moyen pour rendre disponible toutes les denrées, les marchandises et mêmes les objets de quincaillerie….Souvent, j’entends les gens dire: “heureusement, il y a lemzabi.!”. Une reconnaissance pleine d’à-propos et de justesse.

Les deux étrangers de tout à l’heure reviennent et se mettent au centre de la Place en regardant le fond de la rue Bestandji…..(J’avais vu juste, car je les ai rencontré plus tard au nouveau siège de l’OGBC qui se situe sur la placette à l’autre bout de la rue Bestandji).

Les effluves des mets cuisinés dans les restaurants et les gargotes du centre ville se font de plus en plus sentir….Midi qui s’approche. Les odeurs qui envahissent l’espace appâtent…..flattent les centres nerveux et les babines….et ramènent l’eau à la bouche….

La Place se prépare à un répit le temps d’une ” pause déjeuner”….Les mouvements deviennent lents, s’alourdissent…Le soleil tape quand même assez fort en cette mi-octobre…..

Abdelouahab Bouchareb, "EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 5," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 09/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1698.

EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 4

Durant quelques minutes, il y a eu un rajeunissement de la Place. Collégiens, écoliers et leurs parents aussi jeunes impriment à l’espace une remarquable présence de couleurs, de mouvements, de gestes, de brouhahas et de “murmures”.

Mon exercice d’observation patine….tellement de choses à voir. La Place est envahie par un “génie” joyeux et dynamique. Elle s’anime, frémit,  palpite.

Dans ce mouvement soudain, une chansonnette du genre “rai”, jaillit de la Rue Bestandji. Il y a un bazar (assez récent) ou l’on vend des gadgets d’électronique et de téléphonie….La voix est tellement aiguë qu’elle devient presque insupportable. Cette manifestation musicale coïncide avec la sortie des collégiens….Hasard?

Un monsieur septuagénaire traverse la Place,  vient de l’escalier. Son para

pluie qui lui sert de canne d’appui,  convient à son costume gris et sa “chapka” marron. Pas de cravate…la blancheur de sa chemise est prononcée. Il se dirige vers le Café. A quelques mètres de la Terrasse, il se penche, ramasse un bout de pain sur le sol…maugrée quelques paroles de désapprobation et le pose sur le bord du bassin vert en face du Messe des officiers.

Tient, il y a des gestes qui disparaissent…Entre autres, celui de “sauvegarder le bien de DIEU“….Je me souviens, dans notre adolescence, lorsque nous trouvions un bout de galette jeté  (oui, la galette était “quotidienne” dans les foyers, et rarement nous avions recouru au pain du boulanger), nous le ramassions, l’embrassons puis nous le portions contre notre front et nous le déposions dans un endroit propre…Ces gestes étaient automatiques. Sacrée nourriture de Dieu…J’ai compris plus tard que c’était ça donner la possibilité à un “volatile de se nourrir”, geste comptabilisé  comme un bien fait pour l’au-delà….

En pensant à cette pratique de plus en plus invisible, je me rends compte, de la terrasse ou je me suis installé qu’il y a une multitude d’effluves de mets qui se cuisinent dans les restaurants, les gargotes et les pizzerias de la ville….Les odeurs des pois chiche, du chawarma, de la Mahjouba, de la Pizza…envahissent l’ambiance…Il faut dire que beaucoup de commerces ont changé de nature….”ça mange et ça parle” est devenu le credo rapporteur….Les KMS et les 4 Saisons sont visiblement les plus nombreux…

Abdelouahab Bouchareb, "EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 4," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 08/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1690.

EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS.(La place du Palais du Bey) 3

Une jeune fille voilée passe. La tête couverte d’un foulard rouge…Elle porte un jean…

D’autres filles portent presque les mêmes vêtures.

Il semble que le foulard n’est pas porté dans un souci de “foi”, mais c’est un alignement vestimentaire qui se remarque partout, à l’université, dans les administrations….et dans beaucoup d’autres lieux.

Un très jeune couple marche lentement. Ils se tiennent par leurs auriculaires. (Ce petit doigt est ainsi appelé, car il sert à nettoyer les oreilles).

Leurs petits doigts dessinent des maillons ouverts. Ils se maintiennent au « minimum » autorisé concernant le toucher…faute de pouvoir marcher bras dessus-bras dessous…

La jeune fille marche tête basse, ses pas sont lents, elle pose son talon puis le plat du pied dans un rythme de jeu allègre, comme si elle lutte contre le temps qui passe. Le garçon, la tête haute, il avance sans regarder autour de lui, un sourire éclaire son visage « juvénile ». ”Ils nagent dans le bonheur!” pense-je.

Un petit vent soudain fait frémir les feuillages des arbres près de la terrasse. Ca a fait une instant ou la nature exprime sa présence au coeur d’un centre historique.   J’ai oublié de noter qu’il y a quelques arbres du côté du de la banque, du café et du messe. Nous sommes en octobre et il fait encore assez chaud. Ces brises ne font pas oublier la chaleur de l’été qui semble persister.

Le couple avec un enfant refait le chemin inverse, seulement, le papa marche devant d’un pas alerte, l’enfant court après et la femme traîne ….Ils se dirigent vers l’escalier. L’enfant est joyeux …il respire la liberté en courant entre ses parents…Il est en sécurité…

10h55

Le portail du Collège s’ouvre. Des collégiens et des collégiennes en sortent en petits groupes. Les garçons se débarrassent rapidement de leurs blouses bleues ciel….Les filles papotent en gardant leurs blouses roses. Les collégiens semblent ne pas supporter ces blouses. Ils mettent en évidence leur polos et leurs pantalons ….Leur souliers “dernier cri”, vences, converses…Mais leurs coiffures ne peuvent pas passer inaperçues…des coupes dessinant des reliefs à pics (le gel est un produit très convoité par les ados).  Ils marchent ensemble, ils se poussent, se bousculent dans un jeu assez pugnace.

Les filles rient aux éclats, haussent le ton en parlant….Elles sont libérées des “règlements intérieurs” des établissements scolaires….En groupe, elles sont solidaires,  se font très présentes dans la foule….

Les réactions des élèves à leur sortie des établissements laissent constater qu’ils se “libèrent”….Réactions normales, les jeux deviennent assez violents et les paroles frôlent les grossièretés…

11h05

Du côté de la rue d’El Qods, des femmes avec leurs enfants arrivent en grands nombres….C’est vrai qu’il y a une école derrière le Palais, sur la Rue de Palestine….Les écoliers sont en bas âge .Cà doit être leur première classe. Les mamans portent chacune un sac à dos tout en couleurs….elles peinent à les porter…C’est vrai qu’elles sont là pour soulager ces petits de ce poids du “cartable”. Beaucoup de parents se plaignent du poids du “cartable”….L’écolier doit avoir avec lui tous ses cahiers et tous ses livres..(comme s’il allait à la lune) …Certains affirment que leurs bambins commencent à souffrir de maux de dos…

Une mère porte le “cartable” de son fils, qui lui porte des lunettes dont les bras sont joints d’un filin. Il part en courant de toutes ses forces en esquivant les passants ….”vive la liberté!”..

Une autre écolier dans la même situation, seulement l’enfant marche lentement en tenant un petit parapluie bleu déployé…..le haut du parapluie concave est quadrilatère tendu par quatre rayons…..Le bambin semble avoir beaucoup insisté pour s’accompagner de son gadget et  surtout pour le mettre en évidence ….C’était surement la condition imposée aux parents pour aller à l’école sans rechigner…. Ila tenu à l’ouvrir même s’il ne pleuvait pas…

A.BOUCHAREB

Abdelouahab Bouchareb, "EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS.(La place du Palais du Bey) 3," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 07/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1680.

EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. (Place du Palais su Bey) 2.

Je commande un thé à la menthe…(thé brik bien sûr!) et je sors sur la terrasse. Peu de places libres, les gens s’asseyaient autour des tables, même s’ils ne se connaissent pas. En tout cas quand je m’assoies à côté d’une personne inconnue, je ne supporte pas le silence, il se fait pesant et je n’ai pas non plus le droit d’apostropher mon voisin de circonstance. Je ne vois que les têtes tourner lentement pour suivre les scènes anodines sur la place.

Je trouve donc une place juste à coté de la porte;  une vieille table ronde, très vieille: la noirceur incrustée dans le bord de la circonférence couvert en aluminium ne laisse aucun doute. Mais je suis seul à ma table. Mes voisins septuagénaires, en tenues décontractée, semblent être des retraités: ils discutaient de pensions et de leurs amis…

Sur la Place les va-et-vient des passants devient parfois très intense que mon regard ne peut accompagner les situations banales et captivantes, qu’une autre scène se présente…Une séquentialité d’enfer, quoi!

Je repense à Perec. Il faut avoir plus que la patience pour soutenir la monotonie, mais, l’infra-ordinaire offre ce plaisir de remballer l’envie d’abandon. Effectivement, ce quotidien est une suite de petits faits à découvrir, il suffit de les regarder autrement…

J’ai du mal à “accrocher” mon regard sur les passants. Je cherche de l’intérêt dans ces choses. Tiens, depuis tout à l’heure, beaucoup de personnes portent des tricots, des polos bariolés, vert/mauve, bleu/rose. Des larges bandes, horizontales, est-ce la mode?

Un jeune homme, grande corpulence, il doit frôler les 1.80 m, 90 kg, avec son pantacourt, sa chemise claire et des souliers sportifs,, il marche d’un pas vif. Sa banane en travers, ramenée à son nombril, ne balance pas .

Ah!, la corpulence  des jeunes de cette génération, sa croissance est achevée prématurément.. Je me souviens qu’avec des copains et des collègues nous pérorons souvent: est-ce une forme d’e darwinisme ? Comment ne pas s’inquiéter quand des nos enfants, nos propres enfants, chaussent du 43 à 15 ans.

IMG_6804

Un couple conduisant par la main un petit enfant…Ils arrivent de L’escalier. Le papa augmenta la cadence…la femme lâche la main de l’enfant. Elle traîne…Et le môme est comme pendu par sa main gauche.

Lèmèh…..Meket’louch?“:  Des mots qui viennent de ma gauche, les deux septuagénaires s’engagent dans une palabre….J’ai tout de suite répliqué intérieurement: “hrika!”…Voilà un patois que ne manque pas à Constantine. Dans les rues, les places, les administrations, les mosquées, les cafés….cet accent rappelle une vieille  ” indisposition” citadine. Ce patois souvent aigu et nasillard évoque la présence d’un population “rurale”, riche et solidaire dans la ville

Et les citadins sont souvent rappelés à l’ordre: la ville est pour tout le monde….Oui, les citadins auraient aimé être entre eux! Aucune intrusion….L’essence citadine n’autorise aucun “fausse note”…et pourtant elle mesure son urbanité par rapport la rusticité des ruraux. Il faut également se poser cette question: pour quelles raisons, cet accent “hrika” n’a pas été effacé?

Et pourtant chez certains, ils sont à la troisième génération!

Épuisement d’un lieu public constantinois. Place Si El Houes (Place du Palais du Bey)1

Jeudi 10 octobre 2013. 10h20-11h20.

Je pénètre dans le Café de la Place. Une appellation pittoresque qui se maintient. A Constantine, il y avait le Café de la Gare, des Voyageurs, du Théâtre, du Commerce….et tant d’autres évocations de lieux ou de situations très bien choisies, indiquant la proximité d’un édifice majeur ou un quartier à vocation reconnue.

Le Café de la Place est connu pour son thé à la menthe. Il y a toujours un pot contenant une gerbe de menthe fraîche sur le comptoir. L’exhalaison est succulente. Ce café se singularise par sa terrasse. Il n’ y a plus de cafés avec terrasse à Constantine. En été le Café Beyrouth exploite la largeur d’un trottoir en terrasse, seulement elle est de l’autre coté de l’Avenue Aouati Mostafa, objet d’une circulation intense (Route de Sétif) et les consommateurs sont toujours frôlés par les passants….( qui gêne l’autre ?).

Le Café de la Place préserve son cadre rustique ou au  moins on  essaie: le vieux comptoir en bois rustique est toujours là. …C’est vrai que le mobilier en plastique a envahi les espaces de consommation…mais, en se mettant à la terrasse du Café, nous oublions ces petites choses inconfortables…car l’animation de la Place Si El Houes est depuis deux ans assez intense….des passants, des passantes, des enfants, des filles, voilées, des femmes, des nanas, des salafistes, des branchés, des gays,  des policiers, des personnes âgées, des PMR, des commerçants, des SDF, des dandys,  des mendiants.. Tout le monde traverse la Place.

La Place , plus connue par rapport à son voisinage au Palais du Bey, récemment livré, après plus de trois décennies de travaux de restauration. Appelée Place Foch, que supplanta le nom d’un chahid, Colonel de l’ALN, Si El Houes. Elle est plus en forme de trapèze qu’en rectangle (entre les deux… !)…Elle est accessible par la Rue Zater, aboutissant en biais et venant de la jonction de la Rue Didouche (ex Rue de France) et la Rue Asselah. A l’Est, un escalier, abîmé,  ses marches en pierres sont tellement lisses et crevassées,  prenant naissance près de la grande porte de la Mosquée Souk El Ghezel et aboutissant au milieu du côté de la longueur, dans son prolongement, sur le côté Ouest, la Rue  Bestandji . Sur l’angle Nord/ouest, la rue El Qods, aboutit perpendiculairement sur la Place, en longeant la façade invisible du Palais.

Deux banques sur les côtés de la longueur se font face, un collège sur le coté de la largeur à droite de la rue Zater et en face le Palais du Bey…Le Mess des Officiers et le Café de la Place sont mitoyens du côté de la longueur entre les rues Bestandji et El Qods. En face, jouxtant la Banque, un snack…juste à gauche de l’escalier qui descend vers la rue Didouche. et à droite, un Kiosque, isolé, se présente comme pour encaisser “le péage”…L’angle mort de la Place est formé par le mur de la mosquée en contre-bas et le mur du Palais. Çà donne une espèce de coin omis…et des voitures viennent y garer….

Le Palais , par son architecture, offre un profond contraste avec les autres édifices autour de la Place. Avec ses murs assez hauts et peu ouverts, il semble dire aux visiteurs: voici ce qui a été…l’originel, avant la colonisation. Il a été quand même durant les premières années de la colonisation, le siège qui convenait par son statut, aux chefs des armées envahissantes. Bien sur la Place a été géométrisée durant cette période….son revêtement élaboré il y deux année dans le cadre d’un projet accompagnant le Palais (La place devait faire une sorte de Parvis), tente de rappeler la trace de l’ancien parcellaire. C’est une idée que j’avais tout le temps essayé d’inculquer à mes étudiants. C’est fait, mais je pense le choix des matériaux , des couleurs et des textures n’offre pas un idée “spectaculaire”.

Le Snack en face est assez discret. Le choix des « fonts » pour écrire le mot “SNACK” sur la devanture, est assez convivial, lettre italique genre Bauhaus…et le nom OXYGENE, en lettres élégantes et sérieuses, avec un taille plus grande pour le “O”. On dirai que le proprio veut inviter les passants a venir respirer une belle bouffée d’air sain…

La terrasse du Café se prolonge de quelques mètres sur la surface de la Place (au delà des deux marche), mais sans gêner les passants. Une partie est couverte par une dalle en voutains portée par des montants métalliques et cylindriques  assez minces….(en haut c’est un large balcon, une terrasse plus exactement). La génoise qui borde le bout en haut est en tôle. Elle commence à s’effriter par endroits. Au vu de ces détails, ce café devait avoir  un “âge d’or”, en tout cas c’est la descente vers la déchéance.

Il y a des voitures garées dans les angles, l’avant contre les murs….Il faut préciser que cette Place a été transformée  durant quelques années en parking. Je me souviens des grandes files arrivant jusqu’au Boulevard Zighoud…et je me souviens également de ces “parkingueurs”, avec leurs “bananes” en bandoulière, pleines de pièces qui tintaient au moindre geste. Ils  faisaient autorité…en l’absence d’une autorité. Elle n’avait rien d’une Place publique durant ces années-là.

Sur l’angle de la Rue Bestandji une enseigne “AXA”. écrit  en blanc sur un fond bleu et un zeste de rouge, d’une harmonie experte. Ça m’a titillé, car dans mon subconscient, elle évoque le jingle d’une “pub” qui résonne encore dans mon oreille….”AK’SAAAAAHHHHH!”. La surmédiatisation et la pub marquent les esprits….il suffit de voir le logo pour que la musique se déclenche en vous !

Les passants se croisent au beau milieu de la Place…Ceux qui viennent des la Rue Zater ou de l’Escalier, en rejoignant les deux autres bouts croisent ceux qui viennent des autres rues au milieu….Ainsi, nous constatons que les angles de la Place sont moins “peuplés”.

A suivre

Abdelouahab Bouchareb, "Épuisement d’un lieu public constantinois. Place Si El Houes (Place du Palais du Bey)1," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 06/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1672.

Épuisement d’un lieu public constantinois. Place Si El Houes (Du Palais du Bey)

ENTREE EN LA MATIERE

Jeudi 10 octobre 2013 à 10 h 20 , j’étais déjà attablé sur la terrasse du Café de la Place.

J’avais auparavant lu un petit livre de Georges Perec, « Tentative d’épuisement d’un lieu parisien« . Le pitch de l’essai est somme très banal : dans un café, l’auteur s’est mis derrière une vitre donnant sur la Place Saint Sulpice à Paris. Il avait tenu à relever et décrire tout ce qui se passe sur la place et « qui n’a pas d’importance« , toutes les banalités, ces choses que personne ne décrit…ce qu’il appelait l’INFRAORDINAIRE. enfin   « ce qui se passe quand il ne se passe rien, sinon du temps, des gens, des voitures et des nuages » .

Je n’étais pas dans les mêmes dispositions que Perec, cependant j’avais décidé de m’y prêter à cette expérience en « libérant » mes sens, ma pensée intérieure, mes références, mes croyances….en un mot, une errance de l’être, de la pensée, une dématérialisation existentielle.

 » Interroger l’habituel! » l’exercice est assez saugrenu ! oui, nous sommes toujours enclins à ne prêter attention qu’à l’évènement, l’insolite, l’inhabituel, l’EXTRAORDINAIRE. Et pourtant notre quotidien est  » fait » d’infraordinaire », de banalités. Avez-vous déjà raconté une banalité à quelqu’un ou à  un proche…du genre: « Il pleuvait,  j’ai rencontré un monsieur quinquagénaire, portant un chapeau melon gris et un par-dessus marron, sur son col un in’s aux couleurs du drapeau,   sous son aisselle un journal plié , El khabar je suppose, il est entré dans une pâtisserie portant une enseigne lumineuse :   »  La Madeleine » »? Votre vis-à-vis continuera à vous regarder attendant une suite, un evenement…

Constatez que votre description du fait « banal » raconté, est émaillée de beaucoup de détails: le temps qu’il faisait, la vêture du monsieur (le pardessus, sa couleur  et le chapeau), son âge, la posture, le nom du journal, l’enseigne de la pâtisserie … En fait vous avez décrit l’ambiance dans un espace en un instant en précisant : la posture, les couleurs,(surement l’odeur des aromes qui se dégageaient de la pâtisserie), l’enseigne lumineuse….Votre récit est un tableau.

En réalité la qualité d’un espace public se mesure à l’aune de la banalité des pratiques quotidiennes qui s’y déroulent paisiblement….  Quand un accident, une bagarre ou une « perturbation » quelconque  surviennent, ils provoquent  une déstabilisation, l’infraordinaire est « suspendu » et la paisibilité du lieu est reléguée…car l’équilibre est rompu….En fait l’état d’équilibre est représenté par le temps quand il ne se passe rien….

LA SUITE DANS LE PROCHAIN ARTICLE   

Quelques oeuvres de Georges PEREC    .

  • Les Choses, Paris, éditions Julliard, coll. « Lettres nouvelles », 1965
  • Espèces d’espaces est un ouvrage de Georges Perec, publié en 1974 aux éditions Galilée.
  • Tentative d’épuisement d’un lieu parisien, Christian Bourgois
  • Infra-ordinaire, Seuil (la Librairie du XXe Siècle)
Abdelouahab Bouchareb, "Épuisement d’un lieu public constantinois. Place Si El Houes (Du Palais du Bey)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 06/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1664.

Mohamed Larbi MERHOUM: Un dessin de ville détermine un dessein de vie. (interview. Part 2.)

La partie 2 de l’interview accordée par Mohamed Larbi MERHOUM.

Le verbe demeure tranchant, incisif mais toujours imprégné de finesse et d’humanité. Il se livre totalement corps et âme dont ne sont capables que les  êtres généreux et dévoué à leur art.      

 

Vous montrez clairement des penchants envers  la ville du XIXe S. Qu’est-ce que vous lui trouvez d’avantageux ?

Mon intérêt pour la ville 19eme vient de mon observation de toutes les villes que nous aimons, pas seulement en tant  qu’architectes mais en tant qu’usagers éphémères ou habitants de ces établissements humains..

Je citerai sans les ordonner Paris, Barcelone, New York ou encore plus près de nous La Casbah, Ghardaia, Alger, Oran ou Constantine.

…il n’y a que le modèle de structuration urbaine type 19eme qui réponde au mieux au rapport pénible que nous avons à la chose publique

 

Tous ces lieux que nous considérons comme des  » villes » à part entière, indépendamment des formes qu’ elle prennent expriment une organisation sociale, économique et politique qui imprime le territoire.

Elles ont toutes en commun un modèle de fabrication et de croissance simple et performant, une structure urbaine, faite d’un ordre Supra urbain en parfaite symbiose avec les ordres mineurs, ceux de l’architecture. Ceci  définit un rapport précis, plus ou moins sophistiqué entre l’espace public et les espaces privés. En déduire, et c’ est le plus important, un rapport précis entre les intérêts privés et l’intérêt général.

Paris et Barcelone expriment la puissance d’une économie libérale fédérée par un état central plus ou même régional régulateur et présent.

NY est l’apothéose de l’individu  et de la foi en une possible  régulation par le marché.

La Casbah ou Ghardaïa expriment une organisation sociale millimétrée, souvent avec un soubassement religieux et patriarcal.

Dans cet ordre d’idées, Il est curieux de constater que  Dubaï que les algériens affectionnent particulièrement et considèrent comme un modèle de réussite c’est NY sans citoyenneté  et sans droits !  Plus vil que ça, tu meurs !!

Puis observer à  travers leurs tracés, leur processus de formation, puis à travers leurs règlements et leur gestion la description précise de l ‘usage du sol et l’usage des biens mobiliers ,puis confronter cela à nos modes de consommation du foncier, que ce soit les acteurs  publiques que privés me fait affirmer qu’ en phase de précapitalisme ou d’ accumulation primitive dans laquelle nous sommes depuis les années 90, il n’y a que le modèle de structuration urbaine type 19eme qui répond au mieux au rapport pénible que nous avons à la chose publique.

La ville 19eme en assurant à chaque m² un adressage c.-à-d. un propriétaire, qu’il soit public ou privé, individuel ou collectif…permet de poser des règles simples d’usage et de limiter les responsables d’un nombre limité d’ acteurs, en phase avec un rapport obsessionnel à la propriété privée que nous avons développé depuis 30 ans.

Ce modèle qui a fait ses preuves partout dans le monde, définit, à l’instar de ce que précise un notaire ou un géomètre, un état descriptif de division du sol qui impose une politesse convenue et réglementaire garantie par la puissance publique  sans parier sur un hypothétique désir de vivre ensemble.

Encore que le modèle à bien montré sa grande capacité au changement dans le temps et une qualité incomparable en matière de mixités sociales et économiques..

J’avais mis au point un test très simple que tout le monde peut faire, le test du kilomètre carré.

Le test est imparable. Mettez l’angle d’un carré d’un kilomètre par un kilomètre sur une carte de n’importe quelle ville du début du siècle d’Algérie. Dans notre cas, à un  point précis, la Grande poste d’Alger.

D’ ailleurs, force est de constater que le lotissement, sous toutes ses formes, reste la seule forme de privatisation du sol que les algériens comprennent, au centimètre carré près!

Dans une aire de 1 km², vous pouvez compter une densité incomparable de logements, un nombre inégalable d’équipements de proximité, d’immeubles administratifs, d’institutions de haut rang mais en même temps on peut avoir la certitude que le chef du gouvernement et le vendeur de Loubia évoluent dans le même espace sans que l’un n’emmerde l’autre!!

Prenez ce même Km² et posez le à Ain Malha, ou  La ville nouvelle de Sidi Abdallah ou Ali Mendjeli, vous allez vous retrouver avec une population mono segmentée, au même revenu à 10 dzd près, quelques commerces de proximité, peut-être un équipement scolaire un dispensaire et quelques places de stationnement!!!

Revenir au lotissement, à la rue, à la ruelle, à l’avenue, au square….

Revisiter tout l’enseignement de « de l’îlot à la barre » me semble être le stade UN de la pensée urbaine aujourd’hui.

Définir un parcellaire adapté aux besoins d’aujourd’hui (notamment le parking en sous-sol), adapté aux programmes d’aujourd’hui, une hiérarchie et un dimensionnement simples des voies, des droits à construire sur des bases de prospects et d’alignement simples, flexibles, intelligents (aussi intelligents que nos quartiers des années 70!) me semble être porteur d’un début d’ordre public partagé.

La tolérance se dessine. 

La révolution aussi.

D’ ailleurs, force est de constater que le lotissement, sous toutes ses formes, reste la seule forme de privatisation du sol que les algériens comprennent, au centimètre carré près!

Ce modèle urbain devra s’accompagner de sa panoplie d’outils de gestion que nous avons dogmatiquement zappé a savoir, la conciergerie, le syndic d’immeuble, le règlement de copropriété opposable, la taxe foncière, la taxe d’habitation….

La ville 19eme est une ville de Droite qui doit générer des ressources et ne peut fonctionner sans percevoir des taxes. Le rôle de l’État est d’organiser la solidarité nationale sans oblitérer la valeur marchande du sol.

 Mon intuition s’est définitivement  vérifiée depuis février 2019 lorsque  les algériens ont clairement identifié  nos centre villes 19eme comme éligibles à porter physiquement  un désir incompressible de citoyenneté.

Ils ont quitté leurs ghettos pour pauvres,  et leurs ghettos pour riches et même leurs camps de concentration pour classe moyenne fichée au centime près de revenus ( AADL, LPA, LPP…) pour taper le pavé de la ville « européenne ».

J’ ai déjà écrit qu’ Alger a fabriqué des algérois, Oran des oranais et Constantine des constantinois.

La ville 19eme reste le dernier lieu d’un rassemblement non armé possible!!

Un dessin de ville détermine un dessein de vie.

La tolérance se dessine.

La révolution aussi.

Pour moi c’est une évidence.

 Urbaniste dites-vous?

Être urbaniste à 30 ans, j’y crois pas beaucoup.

C’est une affirmation lapidaire, j’en conviens! 

Je n’ai que mon parcours au trois-quarts autodidacte  pour avancer cela.

J’ ai traversé les modules de sociologie,  d’économie, de démographie et de géographie urbaines sans trop m’ y arrêter. Je les trouvais même sans intérêt avec mon métier d’architecte artiste, d’architecte créateur tel que l’on m’avait répété à l’EPAU. Jusqu’au bout de mes 5 ans, je me suis attelé à comprendre les mécanismes de fabrication du projet architectural, ayant décidé que l’architecture, dont j’allais faire mon métier, était essentielle, concentrait l’essentiel.  

Être urbaniste c’est être un architecte capable de penser à autre chose qu’a sa propre gueule!

Ce n’est qu’en 2010 soit à l’ âge de 44 ans que je me suis trouvé confronté à la question de la grande échelle quand il m’ a été demandé de réfléchir sur le nouveau « pôle urbain » de Bouzaroura à Filfila (Skikda). 

Il a fallu alors sortir une à une les questions qui étaient restées en suspens dans ma tête. Celles qui avaient donné toute la beauté et la clarté aux projets architecturaux qui avaient accompagné mon adolescence d’architecte. Adolescence qui a duré 18 ans!! J’ai bien fait quelques rencontres amoureuses avec Alger a l’occasion de deux projets d’ architecture que sont l’ Historial, Rue Larbi BENMHIDI et la petite bibliothèque de proximité du Telemly qui m’ ont fait ressentir des plaisirs uniques!!

J’ai fouillé dans mes outils d’architecte, le plan, la coupe , l’élévation, la perspective et l’ axonométrie pour répondre à une question naïve : en quoi Alger, Paris, Barcelone ou Ghardaia que je connaissais en piéton observateur et curieux, voire voyeur, sont-elles si fascinantes?  

En rembobinant , comme avec un bout de crayon dans le trou d’ une cassette à bande magnétique, je retrouvais les mots de Hamid Ougouadfel* parlant et décrivant avec beaucoup d’ émotion Alger a ses étudiants  ou ceux de Kaci Mahrour* retraçant la beauté intemporelle de la Casbah dans son atelier .

En essayant de démonter la machine Alger ou encore la mécanique Casbah ou Ghardaïa, j’ai pris toute la mesure de ce qui contient l’architecture, lui donne tout son sens…Mais la forme n’ expliquant pas toute la performance de la machine dans le temps, il a fallu aller chercher du côté de la sociologie, de l’ histoire et  géographie du territoire vues par un architecte hors pair, Yassine  Ouagueni*  et quelques autres savoirs glanés ici et là, laissés en réserve de la république, pour comprendre que le phénomène met l’Homme au centre et en périphérie en même temps.

Enseigner l’urbanisme ne devrait jamais être dissocié de l’enseignement de l’architecture. Il nous faut éclairer nos étudiants que Passer du 1000eme au 50eme et inversement n’est pas juste un roulement de souris mais un concentré de drames et de bonheurs possibles.

Alors pour dessiner le pôle urbain de Bouzaroura, il a fallu que je lette cote a cote ,les politiques urbaines, les segments d’ habitat publics et privés, les moyens de production, les modes de financement, les bassins versants, le chapitre 7/21 et même les joints sismiques du RPA pour dimensionner les choses, leur donner une cohérence qu8 prenne en compte une réalité physique ,sociales, économiques et politiques! Avec en filigrane, une question lancinante : c’est quoi au juste faire de l’urbanisme dans un régime autoritaire ? 

Avec ce qu’elle suppose comme adaptation a faire de concepts hâtivement assimilés  comme  » citoyen » , » participation », » démocratie » et un tas d’ ingrédients importés dans les enseignements venus de France, d’ Italie ou des USA sans que l’on y mette les nuances et spécificités historiques  locales .

Apprendre l’urbanisme c’est examiner les conditions de température et de pression qui président à l’acte d' »architecturer ».

Être urbaniste c’est comprendre la descente de charge de la prise de la décision publique et son impact sur notre vie de tous les jours. 

Être urbaniste c’est comprendre ce qu’un vote massif du FIS a forcément une origine historique  et un impact géographique.

 Être urbaniste c’est comprendre comment un lotissement périphérique destiné à récompenser les DEC des années 90 et leur clientèle est devenu les Champs Élysées d’ Alger!!!

De même comment un quartier périphérique pour les exilés de la république de ces mêmes années est devenu le Manhattan et le Wall street d’Alger!!

Être urbaniste c’est être un architecte capable de penser à autre chose qu’a sa propre gueule!

Enseigner l’urbanisme passe par la dissection, la déconstruction de nombreux phénomènes de la vie de tous les jours, des plus anodins aux plus violents pour en extraire des invariants qui sont souvent de l’ordre de la nature humaine ! 

Enseigner l’urbanisme ne devrait jamais être dissocié de l’enseignement de l’architecture. Il nous faut éclairer nos étudiants que Passer du 1000eme au 50eme et inversement n’est pas juste un roulement de souris mais un concentré de drames et de bonheurs possibles.

* *Hamid OUGOUADFEL (décédé), Kaci MAHROUR (Décédé) et Yacine OUAGUENI, des enseignants à l’EPAU. Nous comprenons parfaitement que ML Merhoum a subtilement tenu à rendre hommage à ces formateurs.     

Abdelouahab Bouchareb, "Mohamed Larbi MERHOUM: Un dessin de ville détermine un dessein de vie. (interview. Part 2.)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 30/11/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1654.

Mohamed Larbi MERHOUM: un brin de lucidité et nous retrouverons le chemin de la cité !(interview. part 1)

Crédit. Cliché A.Djelfaoui

Sans recourir à une quelconque source, je présente le personnage tel que je le connais. Je dirai en priorité qu’il est un véritable MECENE, sa générosité n’a d’égale que son art. Il le transporte pour le faire transmettre de ville en ville, d’un département d’architecture à un autre sans rechigner. Il y a un peu plus d’un demi-siècle, on lui a fait porté un prénom (Mohamed Larbi) d’une figure emblématique de l’histoire contemporaine algérienne, comme pour le destiner à poursuivre une lutte sacrée et  Merhoum s’en acquitte merveilleusement bien. Derrière un sourire permanent, il mène la lutte dans le registre de la construction de la patrie. Ses cheveux blancs trahissent un parcours de 25 ans et des poussières, entamé par un passage au BEREG puis exerçant à titre privé,  jalonné d’œuvres connues ou l’on admire un rationalisme frugal et ô combien fécond: L’Historial (Alger), le Siège CNEP de Sétif, la Bibliothèque de Télémly (Alger)….Ce parcours a été  aussi  ponctué par trois grands prix. Dans un langage directe, décapant, mordant et souvent cocasse et sans perdre de son humilité ni de sa prodigalité, il m’a fait honneur en m’accordant cette interview que je publierai en deux parties. 

Pour vous, à quoi rime « urbanisme » ? N’est-il pas un préalable à une architecture performante ?

L’urbanisme est à l’architecture ce que la société est à l’individu. Il y’a une relation complexe faite  d’un besoin d’appartenance jusqu’à la castration  et d’un besoin de  liberté jusqu’à l’autisme. Si nous parlons aujourd’hui  d’architecture, c’est parce que nous dissocions l’objet architectural de l’objet de son existence, c’est- à-dire « faire ville ». C’est bien le passage de la perspective à l’axonométrie qui a bouleversé la relation naturellement intime qui existait entre l’architecture et la ville que ce soit les médinas et les bourgades médiévales ou les villes modernes du 19eme siècle et cette relation naturelle tient du rapport au sol, à la parcelle, à l’agencement des parcelles qui fait  structure urbaine, laquelle devient un contenant de l’architecture. La rupture opérée par le mouvement moderne, en valeur absolue progressiste et anti capitaliste puisqu’ elle libérait l’architecture du dictat de la parcelle et donc  l’homme de la notion de propriété foncière a vite trouvé ses limites pratiques et a fini par servir dans le cas le plus  » vendeur » d’expression même du néo libéralisme et dans sa version la plus  » exécrable » d’expression de sociétés en uniformes, autoritaires et liberticides.

un urbanisme performant  est celui qui peut absorber toutes les architectures , des plus recherchées aux plus banales, les organiser dans une partition qui peut aller du chant militaire jusqu’au jazz ,

En fait ,tout comme un individu se doit de négocier les règles d’un vivre-ensemble, l’urbanisme se doit de poser des contours de libertés possibles, un urbanisme performant  est celui qui peut absorber toutes les architectures , des plus recherchées aux plus banales, les organiser dans une partition qui peut aller du chant militaire jusqu’au jazz , la ville 19eme en est le parfait exemple vivant depuis 2 siècles alors que les objets d’architecture aussi élaborés soient ils ne peuvent à eux seuls faire ville. Leurs performances singulières n’en font pas une performance collective.

C’est toute l’histoire des hommes et de la liberté, et des libertés.

Assurément l’urbanisme demeure un prérequis à l’architecture. Ni liberticide ni libertaire.

Quoi penser de la production urbaine actuelle?

Elle est à l’image de ce que nous sommes, ou ce que nous sommes » réduits à être » ,des individus en quête de société.  L’urbanisme n’est rien d’autre qu’un scan posé sur le territoire d’une société, des règles sociales, politiques et économiques qui la régissent.

Parler de production urbaine me semble impropre, du moins si on associe le mot production à des notions corollaires telles que prévision, veille, performance….

Je remplacerais volontiers le mot production par le mot ‘ consommation de territoire » quand ce n est pas  » dépeçage de territoire».

Depuis bientôt 40 ans, en l’ absence de mécanismes démocratiques d’ arbitrage, le territoire a été livré aux forces en présence, aux acteurs disposant du plus grand pouvoir de coercition ou de nuisance.

Du temps du parti unique, celles-ci se résumaient au Parti- Etat comme seul récipiendaire  du mérite national puisque seul acteur du destin national. Le sol valant zéro dinar puisqu’ il était  » nationalisé ». Il y avait une Ambition, Projet,  planifié séquencé, autoritaire certes mais qui s’est  traduit sur le territoire par une forme de cohérence et une forme de maîtrise. les grands projets universitaires ou les cités construites dans les années 80, respectueuses d’un minimum de normes en matière de densité et de qualité de construction, adossés à des politiques industrielles nous renseignent sur la  » production » urbaine de l’époque. Cette production à la pointe de ce qui se faisait dans le monde, était inspirée de la charte d’Athènes avec tout ce que cela supposait comme regard sur l’histoire et sur la géographie du territoire. 

L' »algérien nouveau  » de l’époque devait se fondre dans le projet national, faisant fi de toute considération individuelle, en contrepartie d’ un statut social et assuré par l’état ,et une forme de dignité minimale conçue comme un objectif national. Nous étions une société sans individus.

Nous étions des statistiques dans un tableau Excell. En valeur absolue, cela avait le mérite de fonctionner et de repartir  de manière égalitariste le revenu national ce qui se traduisait effectivement par une  paix sociale  » « sous vide » !.

Une société uberisée et un État qui s’ arrange forcément de la culture du ZONNING et de la charte d’ Athènes pour créer des rapports simplistes ETAT/ CITOYEN,ETAT/ GROUPES SOCIAUX

Cette chimère a bien-sûr volé en éclats dès octobre 88. La crise politique au sommet de l’état, la crise financière et l’ouverture politique et économique forcées qui s’en sont  suivies ont mis en évidence de nouveaux acteurs. L’apparition brutale d’un marché foncier et immobilier, qui couvait clandestinement a l’ombre du parti unique. L’Etat – Parti a laissé place à l’État- administration, il n’était plus le seul acteur. Il a fallu compter avec la crise pétrolière qui a amoindri la capacité distribution de l’ État mais aussi  avec l’ algérien propriétaire version cession des biens de l’état, un secteur privé naissant, une bourgeoisie  qui a fait son coming-out, une clientèle appareillée à l’administration et une autre aux nouveaux acteurs de la démocratie naissante ( médias, partis politiques…)  le tout dans une course effrénée vers un enrichissement et une distinction sociale devenus possibles. Là encore ,la démultiplication des lotissements en périphérie directe des centres anciens ,destinés aux nantis de l’administration, des syndicats, des organisations professionnelles, aux nantis tout court et même aux citoyens modestes( lotissements sociaux!!!) Correspondait à une forme de distribution de la rente et un partage un peu forcé dans le mode de prise de décision. Ce dernier sans qu’il soit démocratique, se devait d’intégrer les nouveaux pouvoirs de l’argent.

Le territoire était plus administré que géré. L’arsenal de lois liées à l’urbanisme tel que la 90/29 en est un des indicateurs les plus probants. Le sol avait désormais un prix. Il était devenu une monnaie de change voire même un outil redoutable de chantage au mains d’une administration, laquelle, avec l’effritement du parti unique avait fini par prendre l’ État en otage et imposer sa vue forcément réductrice du phénomène urbain puisque simplement procédurière et bureaucratique. D’ où une sectorialisation verticale et étanche qui se transcrit sur le territoire par le triptyque un propriétaire, un programme, un terrain et son corollaire une voirie et une clôture instituant l’autisme comme outil de pacification et de partage du territoire excluant toute forme naissante de ville avec des règles partagées qui serait assimilée à  un hirak qui ne dit pas son nom. Même un syndic d’immeuble est devenu une menace pour l’ordre public, passible d’une peine pour attroupement non armé.

L’incapacité de poser ni d’observer des règles et la traduction sur le territoire d’un rapport réciproque de prédation comme seul rapport possible entre l’État et le citoyen. Et ce rapport qui dessert l’intérêt général à servi, sert et servira une administration qui a insidieusement remplacé l’état et ses institutions.

En parallèle aux territoires administrés par les documents bureaucratiques de l’administration , s’est installée dans  » les territoires perdus de la république » une société parallèle avec ses règles classées illicites, son économie classée informelle, cette même société qui a donné la majorité relative à l ‘ex FIS et qui en désespoir de cause politique,   a remplacé depuis la Nation par la Oumma et l’ Impôt par la Zakat. Rien ne se perd, tout se récupère ! Dans cet ordre d’idées , le Hamiz à Alger n’ a rien à envier, conceptuellement, à Manhattan à New York . 

A l’arrivée ,Le territoire est dépecé entre les forces en présence, l’administration, les parasites de l’appareil de l’état,  représentants autorisés de la société civile, les partis politiques, leurs clientèles, les syndicats, les détenteurs de  l’argent privé , aussi bien le propre que le sale, le laïc que l’ islamiste ou le nationaliste, même les « Herbiliens » ( du nom du petit engin roulant chinois)qui vendent les légumes et fruits sur le bord des routes ont pris leur part de la bête!!

Seule la classe moyenne , éduquée et disciplinée, amenuisée par ceux d’ en haut et ceux d’ en bas se retrouve aujourd’hui sans possibilité de participer au méchoui territorial.

Ceci est le scan de l’urbanisme d’aujourd’hui. Une société uberisée et un État qui s’ arrange forcément de la culture du ZONNING et de la charte d’ Athènes pour créer des rapports simplistes ETAT/ CITOYEN,ETAT/ GROUPES SOCIAUX….un B To B qui permet efficacement de faire que la société soit réduite à des îlots étanches et ces îlots étanches réduits eux-mêmes a des individus sans grande conscience de groupe ( ce qui n’est pas le cas des territoires oubliés de la république qui sont sur ce plan d’une efficacité  rodée et redoutable). Tant et si bien qu’aujourd’hui.

Le professeur de médecine qui passe ses hivers à Courchevel et l’industriel Hams qui les passe à Médine se côtoient  dans les résidences huppées des quartiers chics d’Alger , d’Oran quand leurs enfants se croisent au Lycée International Alexandre Dumas ou Max Marchand , en veillant avant tout à ce que leur Land Rover ou leur Jaguar ait bien une place de garage abrité des intempéries et d’ être a dix minutes du quartier de Sidi Yahia, les Champs Élysées improbables d’ Alger là où le vendeur aux signes religieux ostentatoires  de soutiens- gorge a pignon sur rue alors que celui de spiritueux se cloître derrière un œil de Judas.

Comme quoi il n’y a que les Énarques qui nous gouvernent qui se trompent sur la valeur vénale des territoires( tant qu’ils sont en service ceci dit) ,qui voient un vulgaire lotissement périphériques la ou les citoyens ,tous bords confondus, voient une source inestimable de création de richesses.

On pourrait même y voir une pacification par l’architecture et l’urbanisme  version Bouteflika qui met à mal les clivages des années 90 aujourd’hui obsolètes. Mon allusion au hirak est évidente.

S’il n’y a pas de production d’un urbanisme  pensé, force est de constater qu’il y a des lignes de partage du territoire , autrefois distinctes, qui s’ entremêlent dans une complexité, très peu étudiée, qui rend caduques tous les pronostics et toutes les prévisions de nos urbanistes.

En témoigne le surgissement populaire que nous avons connu depuis Février 2019 qui a remis instinctivement l’espace public  de la ville Européenne au centre des ébats. Ce qui devrait susciter au sein des professionnels que nous sommes des débats sérieux sur les modèles urbains qu’ il nous faudra défendre à l’ avenir et ceux ( type AADL, Ali Mendjeli, Sidi Abdallah) qu’ il nous faudra pourfendre ..

Les architectes sont-ils prêt à se faire HARA KIRI? se défaire de cette rente qui les a enrichi depuis 20ans en les avilissant pour des décennies??

Paradoxalement aujourd’hui pour l’architecte que je suis ,une question me taraude. Tous les espoirs sont-ils  permis??

Le Mall est en voie de remplacer la mosquée, l’hôtel de ville et même l’usine  et le monument aux chouhadas. De nouvelles valeurs s’imposent à nous. Ne confondons pas Peuple et Société, regardons notre réalité, déconstruisons- la, puis mettons y un brin de lucidité et nous retrouverons  le chemin de la Cité.

Pour l’oeuvre de ML MERHOUM

Mohamed Larbi MERHOUM

Abdelouahab Bouchareb, "Mohamed Larbi MERHOUM: un brin de lucidité et nous retrouverons le chemin de la cité !(interview. part 1)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 29/11/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1646.

Kamel LOUAFI (Architecte-paysagiste): Le paysage, un atout économique, écologique et esthétique (social) dans la ville,

Arborant un look particulier, tignasse argentée, lunettes d’intello, soulignées d’un paisible  sourire , il ne laisse aucun doute sur sa générosité et ses inclinations artistiques et poétiques. Ce natif des Aurès, a eu à trainer dans ses voyages quelques germes pour donner vie à des paysages bucoliques, tel un poète sculptant le néant pour transcender le rêve. Kamel LOUAFI, est architecte-paysagiste qui a eu à exercer son art à  Cassel ( Königsplatz en 2003),à Brême (2004 Le Jardin de Bocage ) et à Hanovre (2007 l’Opernplatz ). Il a également semé quelques grains au Qatar, en Arabie Saoudite, à Abou Dhabi… mais aussi à BISKRA (Algérie). II est  l’auteur de nombreux ouvrages sur le paysage, parmi les plus récents:  .

  • 2018 Kamel Louafi: « Louafi’s Paysages Hanoveriens – Louafi déclare son amour pour Hanovre », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-07-4
  • 2018 Kamel Louafi:  « Stations d’Art – Entre L’Architecture et l’Art », Palm Art Press, ISBN 978-3-96258-001-8
  • 2020 Kamel Louafi: « Choreography of Landscape », Leuenhagen & Paris, ISBN 978-3-945497-11-1

http://www.landschaftsarchitektur-louafi.de/19/?L=2

KAMEL LOUAFI, PAYSAGISTE.

 

Question: Vous pratiquez le paysagisme en Allemagne durant plusieurs années. Quelle place tient le paysagisme (et le paysagiste) dans le processus de fabrication urbaine ?

Quand j´ai commencé à étudier le paysagisme à Berlin -ouest en 1980  ( Landschaftsplanung Traduction :  planification des territoire des contrés). Il y avait un très grand projet de l´IBA : une exposition internationale de la construction – c´était surtout des conceptions urbaines et architecturals. J´ai bossé en tant qu´étudiant à la fin de mes études en 86,87  au sein de l´agence responsable. Les objectifs de l´IBA étaient : une reconstruction critique, réparation de la ville, une rénovation urbaine prudente, la réhabilitation des friches industrielles.

on a commencé à accepter le  paysagisme comme élément de développement de la ville au même titre que les approches urbaines et infrastructurels

On a fait pleins de workshop de conférences sur l´urbanisme, l´architecture avec tous ces illustres urbanistes, architectes* , il n´y avait aucun paysagiste ! La configuration et la transformation de la ville se faisait sans paysagiste et bien que la tradition de la planification gérance de l´espace – plans verts existaient depuis le début du siècle on était bien loin leur signification.  Quand tous les dés étaient jetés, on flanquait des paysagistes (jardiniers) aux illustres architectes pour la conception des espaces extérieurs. Cela traduisait la signification du paysagisme en Allemagne qui jusqu´a la fin des années 80 et début 90 se limitaient beaucoup aux territoires extérieurs de la zone urbaine. 

Avec la montée de la protection de la nature et de l´écologie, il y a eu un grand changement dans « les mentalités et surtout les administrations » on a commencé à accepter le paysagisme comme élément de développement de la ville au même titre que les approches urbaines et infrastructurels – on a commencé à développer des typologies sur la base de recommandations de répartitions des espaces de pair avec les paysagistes et cela est devenu aujourd´hui évident.

*Hinrich und Inken Baller, Helge Bofinger, Gottfried Böhm, Mario Botta, Klaus Theo Brenner & Benedict Tonon, Karl und Max Dudler, Peter Eisenman Dieter Frowein & Gerhard Spangenberg, Giorgio Grassi , Antoine Grumbach, Zaha Hadid und Will Alsop, Hardt-Waltherr Hämer, Georg Heinrichs, John Hejduk , Herman Hertzberger, Hilmer & Sattler, Hans Hollein , Arata Isozaki, Josef Paul Kleihues, Kollhoff & Ovaska , Rem Koolhaas/OMA, Rob Krier, Charles Willard Moore , Henry Nielebock & Partner, Poly – Steinebach et Weber, Paolo Portoghesi, Aldo Rossi mit Jay Johnson, Gianni Braghieri, Christopher Stead , Jürgen Sawade, Axel Schultes,   Álvaro Siza VieiraBonjour TristesseSteidle + Partner, Robert A. M. Stern, James Stirling mit Michael Wilford, Stanley Tigerman, Oswald Mathias Ungers

Question: Vous avez travaillé en Algérie sur un projet de Parc (Biskra). Quelle lecture faites-vous de la place du paysage dans le processus de fabrication de la ville ?

Dans le projet de Biskra il y a eu d´abord le fait que le maitre d´ouvrage était propriétaire d´une parcelle dans un lieu en dehors de la ville. Nous avons demandé une étude d´impact qui fut faite avant la conception final du projet. Nous avons établi pour nous même des paramètres :

  • Placer toutes les constructions et espaces dans la partie de la palmeraie non boisé
  • Utiliser l´eau salée de la première nappe phréatique exclusivement et non utilisation de l´eau douce puisé plus profondément pour les irrigations
  • Utiliser des plantes de la région – le jardin de Landon de Biskra a été pour nous la référence – ou celles poussant dans le même méridien
  • Conception d´architecture saharienne de la région avec une conception (de même que faisait Hassan Fathi) avec deuxième paroi au coté sud, le moins d´ouvertures possible, positionnement der coupoles avec ouverture pour aération etc….Durant la construction du projet, les travailleurs des espaces verts et le visiteurs étaient étonné de la fraicheur dans le bâtiment – en été – bien qu´il n´y avait ni portes ni fenêtres.

C´était nos approches en ce qui concerne la durabilité – nous n´avions aucune entreprise sur les autres thèmes malheureusement.

Nous avons par notre approche voulue mettre en évidence qu´on pouvait concevoir des projets très intéressant en protégeant la nature existante sans la détruire, ça veut dire sans prendre le terrain comme si tout était disponible – nous avons opté pour une configuration permettant de ne pas détruire des plantations existantes. Et nous pensons que la naissance de projets comme ici par exemple sera un atout majeur pour l´entretien du paysage de la palmeraie de 40 ha.

 Question: Pourquoi, il est urgent de valoriser le paysage et le paysagiste en Algérie ?

Le paysage est devenu au tour des ans un atout économique, écologique et esthétique (social) dans la ville, dans les zones industrielles, dans la zone extérieure a la ville.

  • Les sociétés ont compris l´importance du vert dans la survie écologique de leur milieu
  • Les investisseurs la rentabilité économique quand il y a un bon paysage
  • Les administrations l´impact social sans oublier tous les autres agréments du au paysage – Dans nos zones aride et semi-aride cela devient une nécessité car une petite destruction dans ce système écologique si fragile fait naitre un dommage irréversible

Question: N’est-il pas aussi urgent de former des paysagistes à l’université (ou une Ecole spécialisée) ? Comment voyez-vous cette formation ?

 Moi j´opterais au départ pour un enseignement du paysage selon le cursus au sein des universités d´architectures existantes – on peut proposer aux étudiants d´architecture :

  • Soit une spécialisation dans le paysage avec une formation supplémentaire de deux années
  • Ou soit voir comment intégrer une formation de deux années dans le cursus d´architecture.

 Ceci me parait la voie la plus réalisable et surtout faisable car il y a un manque d´enseignant considérable de paysagisme – parallèlement a cela il est évidement indispensable de créer une école de paysagisme à Alger et plus tard avec des filières a Constantine, Oran, Annaba, Bechar, Touggourt etc…..

Le tout dernier ouvrage de Kamel LOUAFI  paru en Octobre 2020, pour le commander;

http://prescriptor.info/site/3997/choregraphie-du-paysage?fbclid=IwAR0o-2t6gYXMpAjBPM-PlcHQ81ioLcFn0zyePGysXATd7FwxjWLCEcEQLtU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Abdelouahab Bouchareb, "Kamel LOUAFI (Architecte-paysagiste): Le paysage, un atout économique, écologique et esthétique (social) dans la ville,," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 18/11/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1608.

Une anthropologie du hirak ! pourquoi pas?

J’essaie d’exhorter les compatriotes  chercheurs universitaires et l’élite intellectuelle de s’intéresser au hirak jusqu’à en faire un objet de connaissance. Par objet de connaissance j’entends dépasser les perceptions ordinaires sur un phénomène pour des approches méthodiques, scientifiques à même de produire des connaissances. Il s’agit d’interroger cet objet dans ses rapports au quotidien social, économique, environnemental ou culturel.

En somme, il s’agira de définir les assises conceptuelles, épistémologiques et paradigmatiques du hirak pour le hisser en objet d’une discipline anthropologique. Pour cela, le foisonnement des expériences, des récits, des témoignages et des pratiques constitue un fond empirique d’une grande richesse susceptible de favoriser un adossement solide à cette discipline.

Pourquoi pas une anthropologie du hirak? Je définis la culture comme « objet » de l’anthropologie. La culture « est ce qui dans le milieu est dû à l’homme. » (Hereskovits). En somme toute « action » humaine est dans le domaine de l’anthropologie. Dans ce sens, le hirak est une action humaine (et même un ensemble d’actions prioritairement culturels). Volontairement tout ce qui idéologique est mis en arrière plan. Ses impacts sont divers , ils sont dans l’image, le visible, la mentalité….Il y a un marketing du hirak, et sa valeur principale est son caractère PACIFIQUE…

Psychologiques: tout autour de nous, nous portons des regards renouvelés aux choses ( politiques, sociales). Ces nouvelles attitudes proviennent des perceptions renouvelées sur notre environnement. Elles insufflent des égos et des sentiments d’aptitudes pour justifier nos ambitions. Dans ce volet, les impacts du hirak ont permis de réactualiser les rapports individus/ groupe. (Une conscience de soi et une conscience de soi dans le groupe).

A mon avis, il y a lieu de de constater que le hirak se confirme d

e plus en plus comme un domaine de cognition. Ses rapports et ses impacts sont très sensibles sur le plan social, culturel, mental et psychologique. Il y a désormais une Alégrie avant le hirak et l’Algérie du Hirak, celle qui se construit dans la pluralité des opinions, celle qui entend instaurer une solidarité nationale, celle chercher à cristalliser l’ALGERIANITE comme un ensemble de valeurs communes et partagées en dehors des couleurs idéologiques. 

Un survol sur la toile pour collecter ce qui a été produit dans le domaine du hirak, fait ressortir cette liste (non exhaustive) qui reste à actualiser régulièrement.   

Omar Benderra, François Gèze, Rafik Lebdjaoui, Salima Mellah (dir.), Hirak en Algérie. L’invention d’un soulèvement, Paris, La Fabrique, 2020, 290 p., ISBN : 9782358721929.

Abdelouahab Bouchareb, « LA VILLE ET LE HIRAK., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 20/02/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1300.

Giulia Fabbiano, le Hirak, la trace et l’archive. https://dream.hypotheses.org/967

Abdelouahab Bouchareb, « LE GENRE, ESTHÉTIQUE DU HIRAK ., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 05/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1467.

Abdelouahab Bouchareb, « HIRAK: RECONQUÊTE DE L’ESPACE PUBLIC., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 04/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1422.

Giulia Fabbiano, « Le temps long du hirak : le passé et ses présences », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5334

Katia Boissevain and Céline Lesourd, « Édito : Un, deux, trois… Voilà l’Algérie ! », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5004

Frédéric Volpi, « Le mouvement protestataire algérien de 2019 à la lumière de la théorie des mouvements sociaux et des Printemps arabes  », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5039

Louisa Dris Aït-Hamadouche and Chérif Dris, « Le face à face hirak-pouvoir : La crise de la représentation », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5129

Zohra Aziadé Zemirli, « Quelle place pour le pluralisme religieux dans le mouvement de protestation algérien de 2019 ? », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5231 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5231

Naoual Belakhdar, « « L’Indépendance, c’est maintenant ! » Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5280

Didier Le Saout, « Faire hirak à Paris. Les mises en scène d’une révolution contre le « système algérien » », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5381

Mohand Tilmatine, « Interdiction des emblèmes berbères et occupation des espaces symboliques : amazighité versus algérianité ? », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5435

Karima Dirèche, « Écrire sur l’Algérie. Les SHS à l’épreuve de la mobilisation citoyenne du 22 février 2019 », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5664

Hajer Ben Boubaker. Paroles et musiques. Petite histoire sélective des chants contestataires algériens de la colonisation à aujourd’hui

Le Hirak algérien ou l’émergence d’une rhétorique de rupture. Le cas d’Oran Karim Ouaras ans Mouvements 2020/2 (n° 102), pages 22 à 34

Hirak, paroles et musiques .Petite histoire sélective des chants contestataires algériens de la colonisation à aujourd’hui .Hajer Ben Boubaker Dans Mouvements 2020/2 (n° 102), pages 43 à 52

Mouvements 2020/2 (n° 102) : Hirak, Algérie en révolution(s) Journée d’étude au MUCEM: Le Hirak la trace et l’archive – 4 octobre 2019 / Marseille

Florian Gaité, « Visual Artists from the Bled. From Sadek Rahim to the Hirak, Contemporary Algerian Art’s Quest for Autonomy », Critique d’art [Online], 53 | Automne/hiver, Online since 26 November 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53876

Nabila Aldjia Bouchaala and Aïssa Merah, « L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie  », Communication [Online], vol. 37/2 | 2020, Online since 07 September 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/13133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13133

Saïd Djaafer« La photo que j’ai ratée »Continents manuscrits [Online], 14 | 2020, Online since 15 March 2020, connection on 22 September 2020URL: http://journals.openedition.org/coma/5266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.5266

Samia Khichane, « « La Casa del Mouradia » : un chant à la tribune des dominés », Cahiers de littérature orale [Online], Hors-Série | 2020, Online since 02 September 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/clo/6887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clo.6887

Algérie : la contre-révolution d’une cryptocratie à la dérive. https://hestia.hypotheses.org/1210

GRIM Nordine. L’AN 1 DU HIRAK : AUTOPSIE D’UNE RÉVOLUTION INÉDITE . Casbah-Ed. Alger 2020

Benchicou Mohamed . La cas del Mouradia. Février 2019… Et l’Algérie se réveilla.COÉDITION HÉMISPHÈRES/MAISONNEUVE & LAROSE.2020

Mostefa Bencherif (Préface d’Abdelwahab Bouchareb). Revolte -face. ERd L’harmattann. Paris .2020

LES ARCHIVES NUMÉRIQUES DU HIRAK ALGÉRIEN COMMENT CONSTITUER UN CORPUS ? MARBURG, 7 NOVEMBRE 2019.  Journée d’étude .Journée organisée sous la direction du Professeur Rachid Ouaissia, Center for Near and Middle Eastern Studies – Philipps Universität Marburg, en collaboration avec Karima Dirèche, DR CNRS, UMR TELEMMe, MMSH, AMU.

Mohammed Zakaria Ali Bencherif, « Les graffiti en Algérie : des voix du hirak mises en mur », Insaniyat / إنسانيات [En ligne], 85-86 | 2019, mis en ligne le , consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/insaniyat/21342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/insaniyat.21342

Abdelouahab Bouchareb, "Une anthropologie du hirak ! pourquoi pas?," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 30/09/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1585.