INTERVIEW ACCORDEE AU QUOTIDIEN EL MOUDJAHID du 29 Septembre 2021

 INTERVIEW  ACCORDEE AU QUOTIDIEN EL MOUDJAHID, REALISEE PAR TAHAR KAIDI,  PARUE LE MERCREDI 29 SEPTEMBRE 2021 (N°17403)  en PAGE 12

 

 

Le récent désastre des feux de forêts a révélé que la robustesse des villes face aux calamités naturelles tient à une planification préventive. Votre commentaire.

 Effectivement. Les villes ont toujours été fondées pour braver l’éternité. Ainsi, il a toujours été essentiel de les préparer à faire face aux différents aléas. Par conséquent, défier la nature et ses caprices exige des attitudes anticipatrices et des visions prospectivistes à travers l’élaboration d’approches de planification stratégique permettant d’éviter sinon de minimiser les dégâts.  En réalité, la résilience urbaine est cette capacité des villes à affronter les risques, à résister aux aléas et à rebondir et poursuivre   sa vie et ses fonctions. Cette capacité est le produit d’une culture sociale mentale, de modes gestions et d’actions, présente dans un cadre préventif planifié.

   Selon vous, comment réfléchir à développer une stratégie innovante de résilience?

 La résilience commande un ensemble de mesures inclusives et préventives,  à la fois réglementaires ( juridiques et normatives), opératoires (faisabilité, technicités, logistiques) et prospectivistes (anticipation). Une stratégie innovante s’appuie essentiellement sur la mise en place d’un cadre transdisciplinaire ou tous les savoirs (profanes et savants)  relatifs aux risques (à leur temporalité, leur périodicité)   sont regroupés (dans une base de données) , la désignation d’instances expertes en matière d’élaboration de diagnostic, études d’impacts et des modes  opératoires appropriés, mise à profit des innovations technologiques et scientifiques pour l’anticipation, la prévention et l’affrontement des aléas. Toutes ces conditions appellent  un cadre de gouvernance stricte par rapport aux risques et qui n’exclut pas une implication citoyenne motivée.

Quelles sont les critères à prendre en considération pour favoriser des formes d’habitations mieux adaptées aux multiples risques naturels?

 Evoquer l’habitation, c’est désigner l’ultime « refuge » de l’homme, là ou il se sent en sécurité. Cependant, cette enveloppe protectrice est appelée à s’inscrire dans une conception qui doit respecter rigoureusement des normes. « Habitation et risques naturels », nous avons des exemples emblématiques à travers quelques sites de villes anciennes: Constantine, Ghardaïa, Alger. A priori ces sites ne sont pas seulement défensifs, ils ont été choisis en plus de la disponibilité de déterminants naturels, par leur situation dans zones exondées.

Après le tremblement de terre d’Alger en 1716, un nouveau système constructif a été adopté pour faire face à ce risque, c’est dire la nécessité de la prévention des risques.

C’est dire aussi combien la « mémoire » est riche en enseignements sur les modes adoptés pour affronter les risques naturels, qui en général pour l’habitat concernent  les séismes, les inondations ou les glissements des terrains.

En somme, en plus des conditions de conforts à l’intérieur des habitations, (aérations, confort thermique),  doivent être rigoureusement respectés  les dispositions relatives aux sites d’implantations (inondations, géotechnie, séisme), l’agencement des unités et à la « distanciation » par rapport aux zones à risque (forets cours d’eau…). Il s’agit donc de prévenir ces aléas en adoptant des mesures strictes en matière d’urbanisation, de veiller à l’application des techniques parasismiques,  à la gestion régulière  des réseaux (tout le sous-sol urbain) et recourir aux techniques constructives et aux matériaux réduisant les pertes (matériaux ignifuges…)

On parle également de l’après crise. Quels dispositifs faudrait il mettre en place pour atténuer l’impact des catastrophes? 

 Le rebondissement post-crise constitue le fondement de la résilience. En effet, cette capacité  est appelée à constituer une « culture », un reflexe quasi naturel. Il s’agit d’un véritable management de la crise à partir de dispositifs expérimentés (en principe).

En général le rebondissement s’appuie sur des actions d’absorption des chocs  à travers des prises en charge psychologiques, permettant d’atténuer les traumatismes émotionnels. L’opérationnalisation des réseaux d’entraide impliquant la collaboration des institutions professionnelles, sociales et le tissu associatif. La mise en place d’un cadre de « réinvention » et de valorisation de la collectivité pour reconstruire en évitant de commettre les mêmes erreurs.

Abdelouahab Bouchareb, "INTERVIEW ACCORDEE AU QUOTIDIEN EL MOUDJAHID du 29 Septembre 2021," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 29/09/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1835.

RESILIENCE ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Ces deux notions ont-elles quelques relations pertinentes ?

Si l’on se réfère aux définitions admises, le développement durable s’appuie sur le principe de précaution, alors la résilience met en avant les capacités de « rebondissement ».  Cependant les deux vocables se croisent dans un éco-système, que le développement durable appelle à préserver de toute perturbation ou agression, et la résilience entend développer la réactivation de la « vie » après sa perturbation (qui souvent cause pertes  importantes).

En somme, le développement durable recommande une série de précautions à observer pour réduire les perturbations de l’éco-système (du moins par rapport aux aléas dont les actions de l’homme en sont les causes directes ou indirectes), la résilience développe les capacités d’adaptation aux risques et les stratégies de développement et de relance pour des situations de vulnérabilité.

Cependant, il y a souvent des notions qui sont développées, communiquées et vulgarisées comme des solutions aux actions destructrices volontaires (en tout conscientes) de l’éco-système. Ce « leurre » prend la forme de panacée dument conçues dans des officines et des think- thank à l’ombre d’un libéralisme sauvage. En fait, le développement durable s’avère souvent comme une utopie, difficile à opérationnaliser. Il vise une situation « parfaite » de rapports homme/environnement. Ce qui  se traduit  par l’entropie, les opérations irréversibles, les désordres …

L’invention de la « résilience »  s’avère donc un palliatif plus ou moins « rassurant »  pour poursuivre les surexploitations incontrôlées exigées par le libéralisme. Il faut préciser que la résilience n’est pas une « boite à outil » pour faire face aux risques dont la plupart est causée par l’homme.

Les anciens ont su faire preuve d’imagination et de créativité pour faire face aux aléasMenus naturels ou aux attaques ou aux ambitions démesurées de leurs semblables. Les établissements humains ont toujours observés des précautions quand leurs sites d’implantation (défensifs, exondés, préservant les terrains à haute valeur agricole…).

En conclusion, devant l’impossibilité d’observer les précautions recommandées par le développement  durable, la résilience (empruntée) à la psychologie est convoquée pour adoucir ou justifier les actions irréversibles causées sur l’environnement. Ainsi, les stratégies de résilience, inclusives et globales tendent à affirmer qu’au bout des manœuvres se trouve le développement durable.

Abdelouahab Bouchareb, "RESILIENCE ET DEVELOPPEMENT DURABLE," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 08/09/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1822.

Résilience urbaine ?

Résilience! Ce vocable gagne de plus en plus de présence dans les discours des politiques, des bureaucrates, des chercheurs, comme s’il représente un effet de mode. En effet, sa prégnance est consécutive aux circonstances actuelles qui secouent l’humanité. Périr ou résister ? Rebondir ou se résigner ? tel est le dilemme qui marque ce début du XXIe S.

 » Commet reprendre un développement après une agonie psychique » (B.Cylurnik). Le même auteur évoque aussi un « fracas traumatique ».  En somme, la résilience n’est présente que dans le rebondissement que l’individu (seul ou assisté) arrve à déployer pour sortir de la situation traumatique. Il se libère donc d’un trauma  annihilant, d’une « pétrification » ou d’une incapacité de « raisonner ».

Ramenée à la ville, cette notion (par analogie) convoque une communauté, les habitants ou une population d’un pays, ayant subi les effets d’un aléa « naturel » ou « artificiel » et ses capacités à absorber le choc  mais aussi ses rebondissements pour « poursuivre » la vie.  Appliquée à la ville, la résilience ne concernent pas seulement les habitants, mais aussi la capacité des supports urbains en tant qu’infrastructures, de fonctions, de ressources (humaines et matérielles) à absorber les perturbations et favoriser les rebondissements. (En quelques sortes, il s’agit de concevoir la ville en veillant à ce que les « fonctions » prioritaires soient plus ou moins épargnées par les chocs).

Les aléas et les risques sont multiples. Les risques naturels (d’ordre climatique, canicule, sècheresse, inondations, cyclone, séismes, incendies…), les risques technologiques (accidents industriels, nucléaires, miniers, risques de défaillance de grands ouvrages ex. barrages, fuites de produits toxiques…), les risques sanitaires (virus, pandémies, propagation de maladies), risques cybernétiques (cyber-attaques, sabotage des systèmes informatiques…), nous pouvons ajouter d’autres risques liés à l’altération des ressources vitales d’une population, telles les ressources en eaux, en nourritures et en énergie..).

L’irruption donc des aléas, naturels particulièrement,   est souvent « subite ». ce coté  caractérisé par l’incertitude, appelle à une approche systémique et performative ( adoptant le court-termisme), plus adaptée aux situations probabilistes. Car, la ville soit être préparée. IL s’agit donc de « concevoir » un plan à la manière d’une « umbrella concept », capable de préserver le système urbain dans le but de permettre u rebondissement aux moindres pertes.

Aléatoires, les risques convoquent  des approches stratégiques inclusives, transdisciplinaires et intégrales. la planification urbaine ne doit pas seulement se soucier des besoins « urgents » en logements, en terrains urbanisables, mais veiller à concevoir dans la durée en anticipant les impacts et les effets en rapport avec  l’environnement.

En somme, la résilience urbaine s’appuie sur une bonne gouvernance veillant ç une gestion socio-urbaine rigoureuse et souple, à une infrastructure urbaine sans malfaçons, et surtout à une  « conscience » citoyenne vive et motivée. Les modes opératoires d’anticipation et de prévoyance insèrent aussi les innovations technologiques pour « réduire » les pertes et permettre les rebondissements rapides.

Abdelouahab Bouchareb, "Résilience urbaine ?," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 07/09/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1809.

LA VILLE, L’URBAIN.

« La ville existe-t-elle encore? »

Une naïveté qui découle d’une question, pourtant très utile dans le temps présent.  Par cette interrogation,  M.Wieviorka (1), se place déjà dans une situation épistémologique en dressant un distinguo entre la ville et l’urbain.

La première, matérielle, limitée, 

« physique », permettant l’accomplissement des fonctions « traditionnelles », (économiques, administratives, politiques et sociales) fonde des modes de « vie » collectifs, des appartenances et des identités d’urbanité…

Le second, sans être un adjectif sur le plan sémantique, renvoie à une situation d’accumulation, de gigantisme, de foisonnement de diverses fonctions s’étalant à l’infini sous l’effet de l’étalement.

Cette urbain s’est construit dans une histoire « rapide », sous les effets conjugués du libéralisme, de la globalisation et de la mondialisation. De la ville « classique » dont les rapports sociaux dont projetés sur son sol (H.Lefèbvre, M.Castells), à la ville « globale » (la globalisation en est la projection sur le sol, vor à ce propos les travaux de S. Sassen), à travers le réseaux, les flux informationnels et financiers, le virtuel a réduit l’espace réel en une représentation qui rejette toute les notions d’échelle que nous connaissons. Certains voix (autorisées) ont déjà décrété la « fin de la géographie ». En effet, le monde au bout d’un « clic » inaugure une nouvelle forme d’accessibilité.

Peut-on imaginer une ville avec des « non-lieux » (M.Augé)?

Un lieu qui n’est « ni historique, ni identitaire, ni temporel » est en principe un « non lieu ». Il existe dans la « ville monde » (Virilio). Ce « non-lieu »  est le produit d’un excès de modernité (sur modernité), il est illimité, il obéit une « créativité » plutôt chronaxique induite par une accélération ( convenant à la logique « informationnelle » favorisée par la trame des réseaux, de l’internet, de l’instant comme unité novelle du temps).     

doit-on encore croire que l’urbanisme est vraiment capable d’affronter cette inéluctable marche vers l’urbain ? Ne faut-il pas rechercher une nouvelle discipline dont l’urbain serait son objet? 

(1). Wievioka, M. (Sous la dir.). La ville. Eds. Les Sciences Humaines.Auxerre.2011.     

 

Abdelouahab Bouchareb, "LA VILLE, L’URBAIN.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 04/09/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1800.

la ville est un ensemble de lieux de mémoire.

La mémoire a-t-elle besoin de lieux ?

La rhétorique s’emploie à mettre en avant des gesticulations discursives, pour montrer sa gymnastique comme souplesse nécessaire pour aborder des sujets complexes .

Mémoire des lieux/ lieux de mémoire; dans un sens comme dans l’autre, l’homme a besoin de « mémoriser » son histoire, cela va de son avenir. Alors soit, il extériorise sa mémoire et la projette ou l’affecte sur un lieu….soit, il préserve le lieu et l’évènement objet de mémoire.

Dans ce dernier cas , le lieu est lui-même mémoire. Car le « genius loci » du lieu est marqué d’une exclusivité mémorielle qui appelle à des commémorations périodiques.

Mais, l’homme a toujours besoin de transcrire sa « mémoire » sur un support(qu’il soit matériel, spatial, symbolique). Cette amplification de la mémoire est une tentative d’insertion de la mémoire dans le présent, dans le temps actuel.

En fait, depuis les temps les plus reculés,  la mémoire obéit à une recherche « technique » soit pour inscrire les événements dans la mémoire collective, soit pour les symboliser en optant pour des actions de ha

utes performances, soit en les entourant d’un champ de sacré.

Cependant la question inévitable reste celle qui évoque les incessants faits mémoriaux. En fait, chaque génération a selectionné  un nombre de faits à inscrire dans le registre mémoriel. Dans cette optique, les lieux « affectés  » à cette mémoire se multiplient ..il y aura une « sédimentation » de faits…..Il y a surement des villes ou peu de lieux échappent à la mémoire…

Les musées ne sont-ils affectés à « loger » la mémoire?

Abdelouahab Bouchareb, "la ville est un ensemble de lieux de mémoire.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 01/08/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1793.

KAMEL LOUAFI, ARCHITECTE-PAYSAGISTE : «Le jardin autour de la Grande-Mosquée d’Alger sera une catastrophe»

Citation

Architecte-paysagiste de renommée mondiale, Kamel Louafi est très en colère suite à l’attribution au Centre national d’études et de recherches appliquées en urbanisme (Cneru) de la réalisation de l’étude du projet d’aménagement extérieur de la Grande-Mosquée d’Alger. El Boustan, projet élaboré dans le cadre d’un groupement de cabinets d’architecture algériens, a été écarté au terme d’une sélection basée sur le principe du «moins-disant» sans même que la notion de qualité soit prise en considération. Kamel Louafi s’exprime en expert. Des jardins d’Hanovre, de Brême, de La Mecque, d’Abu Dhabi et du Luxembourg portent la signature de ce Batnéen de naissance et berlinois d’adoption. Il estime que le Cneru, organisme avec lequel il a collaboré ces dernières années, ne dispose pas du «potentiel humain ni de l’expérience» pour réaliser des jardins et des parcs.

Le Soir d’Algérie : Les autorités algériennes ont sollicité votre intervention afin que vous participiez à un concours pour l’aménagement des espaces autour de la Grande-Mosquée d’Alger. Au-delà de votre expérience internationale en matière de paysagisme et de création de jardins, pourquoi ont-elles fait appel à vous ?


Kamel Louafi : 
Je ne sais pas si nous pouvons parler d’autorités. Étant membre de la commission du Conseil de la wilaya d’Alger pour l’aménagement de la façade maritime, j’ai été appelé à travailler de façon constructive, en 2017 et 2018, avec les agents de la Direction de l’urbanisme de l’architecture et de la construction de la wilaya d’Alger (Duac). Il y avait eu un premier concours pour l’étude de l’aménagement des espaces extérieurs de la Grande-Mosquée avec pour seule présentation celle du Centre national d’études et de recherches appliquées en urbanisme (Cneru). Ce concours avait été déclaré infructueux et les responsables de la Duac, qui connaissaient mon travail, m’avaient donc demandé de participer au second concours.

Vous avez donc participé à ce second concours avec votre bureau d’architecture de Berlin ?

J’ai été l’initiateur d’un groupement pour l’élaboration de cette étude que nous avons appelé les ArchiPels. Il est composé d’architectes algériens : Bet-Gaups, Alger/CBK Batna+l’Agence Louafi SEETA Batna ainsi que les Ateliers urbains, Alger.

Pouvez-vous nous parler du projet que vous avez proposé, notamment sa thématique et son concept ?

El Boustan avec un ensemble d’espaces et de jardins traditionnels inscrits dans la modernité. Des espaces de convivialité, de récréation, des jardins, des vergers, une calligraphie de haies le long de la mosquée. Nous avons également prévu une esplanade centrale dans l’axe de la passerelle vers la mer et une esplanade dans la tradition de la façade maritime. Il y a également un bosquet de pins parasols avec différents usages, deux dômes au centre d’îles vertes à l’est et à l’ouest ainsi que des ombrières. Des pavillons thématiques expriment également la diversité du concept.
El Boustan sera un ensemble de jardins d’art, de culture et de récréation. Un espace public qui reflète la diversité et la durabilité, à travers nos choix conceptuels de matériaux et de plantes.

Il semble qu’il y ait eu un retournement de situation puisque le Centre national d’études et de recherches appliquées en urbanisme a remporté l’avis d’appel d’offres alors que le travail de cet organisme avait été rejeté lors d’une première sélection.

Non, nous ne pouvons pas appeler cela un retournement de situation.
Le premier concours où le Cneru était le seul à avoir présenté un rendu fut déclaré infructueux par l’administration.
C’était prévisible, le Cneru n’a ni le potentiel humain et technique ni l’expérience pour réaliser des parcs et des jardins. Je peux en juger car je faisais partie en 2017 et 2018 de la commission de Conseil pour la wilaya au sein du Cneru pour les plans d’occupation des sols (POS) de la façade maritime.
Ils ont donc été congédiés par la Duac après la première phase du concours. Lors du second concours, ils ont remis en même temps que nous un rendu de concours pour la sélection du bureau chargé de l’étude et le suivi du projet.
Au vu de leur travail, je ne sais comment ils ont pu avoir les points nécessaires pour participer à l’ouverture de la proposition financière. Une offre financière scandaleuse de 25 dinars le mètre carré alors que le groupement les ArchiPels avait proposé 250 dinars. À ce prix, ils ne pourront même pas financer les études de trottoirs et de VRD. Même après cela, il y a eu un flou car tout le monde était conscient de la catastrophe du rendu du Cneru. Je n’ai pas pour habitude de critiquer le travail des autres participants, mais, là, nous sommes bien en face d’une catastrophe. Donc la wilaya a demandé au Cneru et au groupement les ArchiPels de remettre une vidéo avec narration explicative du projet pour prendre une décision définitive. Après une période de flottement, l’attribution a été appliquée selon le cahier des charges au moins-disant. Le Cneru a remporté le concours sans aucun examen de faisabilité de l’étude pour 25 DA/m².

Avez-vous introduit un recours ? Selon vous, cette attribution s’est-elle déroulée dans des conditions transparentes ?

Oui nous avons introduit un recours de 5 pages avec des citations et arguments sur une série d’articles prévus par la loi, ainsi qu’une argumentation de la signification de cet endroit emblématique. Le 29 mars 2021, nous avons appris l’attribution au Cneru par voie de presse mais nous n’avons pas été informés sur les motifs de ce choix. Nous avons également appris qu’il y a eu une grève au sein du Cneru, un conflit entre les travailleurs et la direction. Imaginez qu’avec tous ces problèmes internes, le Cneru est tenu de rendre ses études pour 30 ha en 3 mois. Du jamais vu !
Et le plus bizarre dans tout cela, le secrétaire général de la wilaya d’Alger a annoncé que notre recours est irrecevable car il n’a pas été remis dans les délais. Selon lui, la date de la première publication de l’avis d’attribution provisoire à prendre en considération est celle en langue arabe, soit le 28 mars 2021. Nous avons déposé notre recours sur la base de l’avis publié en langue française qui date du 29 mars 2021. Nous avons respecté la réglementation qui accorde un délai de dix jours pour l’introduction d’un recours, nous étions dans les temps. Mais nous ne savions pas que cet avis avait été publié un jour avant. Tout ceci s’est déroulé sans aucune transparence ou explication. Il est révoltant de voir qu’un projet si emblématique soit banalisé.

Concrètement, à quoi ressembleront les espaces autour de la Grande-Mosquée d’Alger, si c’est le projet du Cneru qui est mis en œuvre ?
Avec tout le respect, je ne peux m’imaginer que le Cneru puisse avoir acquis entre le premier et le deuxième concours, soit dans un délai de 4 mois, une expérience qui puisse satisfaire les attentes inscrites dans le cahier des charges de ce projet. L’approche que j’ai pu voir est vraiment une catastrophe, des jets d’eau série en bord de mer. Le résultat sera du bricolage. Je n’ai pas d’avis à donner, mais il me semble qu’il est du devoir des autorités de stopper ce massacre.

Pourquoi il est important de réaliser des jardins dans une ville comme Alger ?
Il faudrait avoir en Algérie aussi l’ambition de composer des parcs et jardins selon une réglementation qui protège le métier de paysagiste, mais aussi le résultat qui en sortira. On ne peut plus confondre les VRD et les trottoirs avec les parcs publics. Il faut également éviter des qualifications automatiques d’exercer ce métier sans avoir eu au moins l’expérience d’avoir effectué toutes les phases d’étude et de suivi dans le paysagisme. Tout cela protégerait aussi le maître d’ouvrage de mauvaises surprises et la ville des bricolages. Cela éviterait aux citoyens de se retrouver devant des espaces inutilisables. Il est temps de promouvoir et d’accélérer l’introduction de la durabilité et l’écologie.
Allons-nous continuer durant des décennies encore à montrer à chaque visiteur étranger qui vient à Alger le Jardin d’Essai du Hamma comme si c’était notre savoir-faire alors qu’il a été conçu par les Français ?

Ce dénouement vous attriste ?

Oui, triste, c’est le mot ! Le Centre des arts des parcs et jardins de l’Université de Leibniz de Hanovre, qui a acquis mes archives, se contentera de traiter, dans la recherche et communication scientifique, l’unique projet que j’ai réalisé en Algérie : « les jardins et bâtiments des Zibans » à Biskra. Je suis d’autant plus triste que les étudiants de cette université m’ont fait remarquer que je n’avais qu’une seule réalisation dans mon propre pays.

Entretien réalisé par Tarek Hafid. 

(Le Soir d’Algérie du 10 juillet 2021)

Journée d’etude: VILLE RESILIENTE ET DURABILITE.

 

 

UNIVERSITE SALAH BOUBNIDER CONSTANTINE 3

كلية الهنــــدسة المعــمارية والتعمـــــير

FACULTE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME

مخــبر÷ من الهندسة المعــماربة الى التعــمبر. تقنــية مجال و مجتـــمع

LABORATOIRE : DE L’ARCHITECTURE A L’URBANISME. TECHNIQUE, ESPACE ET SOCIETE

 

JOURNEE D’ETUDE : « VILLE RESILENTE ET DURABILITE ».

Le 24 Février 2021.

ARGUMENTAIRE.

Nous assistons depuis Décembre 2019 à la ville laboratoire où un risque urbain a activé l’exigence de transiter vers un modèle urbain capable d’agir face à la crise.

Force est de croire que la pandémie du Covid 19 a en effet mis à nu des villes et des populations en détresse différemment nanties. Tout en étant un coup socio-économique exceptionnel, celle-ci a dévoilé les inégalités de la vulnérabilité des populations et des localités devant un aléa (les pauvres, les malades, les migrants, les personnes âgées…les lieux enclavés… ont été plus touchés et moins pris en charge).

La qualité de l’urbanisation et les effets d’agglomération ont démontré selon les cas, les apports (bénéfiques ou fâcheux) d’une densité urbaine.

C’est ainsi que la prise de conscience d’une crise environnementale, d’une gouvernance fragile ont imposé : « de mettre davantage l’accent sur la résilience ; la préparation aux chocs à venir nécessite de savoir QUI fait QUOI, à QUELLE échelle et COMMENT, pour permettre aux villes d’être plus résilientes »[1].

Le court-termisme ponctué par des mesures de gestion de crise de réduction /suppression de déplacements, de mesures hygiène, d’aides symboliques aux foyers, de distanciation sociale, a été une issue pour l’inopiné, mais il est impératif de penser à des stratégies de relance pour donner un nouvel élan pour des villes responsables, durables et inclusives.

Selon les 17 objectifs du développement durable (ODD) fixés par l’ONU il est évoqué comme onzième objectif l’obligation de « faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables », l’accent sur la priorité à l’inclusion sociale, au droit à la ville pour tous,  l’accès aux besoins essentiels de vie et à la démocratie participative pour promouvoir des villes équitables et pour la vie est, on ne peut plus, impératif.

Sur quelles définitions allons-nous démarrer notre réflexion sur cette thématique attribuée à la journée de la ville, à celle de l’urbanisme par cette forte polysémie quant à la notion de résilience et l’instabilité de sa définition ? Une con

[1] Les réponses de l’OCDE face au coronavirus (COVID-19). Les mesures adoptées par les villes face au COVID-19. Révisé le 23 juillet 2020.

.  Une utilisation mesurée  et judicieuse  (face à un événement catastrophique).

.  Une utilisation plus imagée…sociale (territoires et jeux d’acteurs complexes).

.  Et enfin la prospection de l’opérationnalisation.

D’un point de vue pratique, il est important de juxtaposer le rapport aux risques et les modes de gouvernance (et leurs évolutions) afin d’identifier des  particularités territoriales aptes  à mieux guider les risques, les défis et les changements qui marquent ces territoires.

Selon la définition de Walker et Salt (2006), la résilience est : «the capacity of a system to maintain its essential structures in case of any disturbance » ou celle de Folke et al. (2010), la résilience est : « the capacity of a Socio-Ecological System to continually change and adapt yet remain within critical thresholds »,  la résilience est à saisir sans contexte social ou économique, elle demeure celle d’un système.

 Mais pour la résilience urbaine, il s’agit d’établir la résilience comme « une manière de prendre en charge la tension, sur le territoire, entre rupture et continuité (approche plus ouverte : quoi, pour qui, à quel prix ?) »[1].

Soit ouvrir des pistes en écartant des obstacles et en soulevant des leviers, pour accompagner les changements vers des territoires résilients en mettant en place une contextualisation du territoire et du changement vécu.

Il s’agit donc de lors de cette journée dédiée à la ville résiliente et durable de faire contribuer l’ensemble des présents entre assistance et professionnels ainsi que spécialistes, pour concevoir, réajuster ou recadrer la ville algérienne afin que celle-ci soit préparée à absorber tout imprévu…

Comment traduire cette résilience sur l’espace urbain ? Comment procéder pour organiser, aménager, concevoir, nos villes afin de dégager des pistes susceptibles de concourir à une résilience accrue, avec un fonctionnement urbain, des solidarités urbaines et des infrastructures urbaines en totale adéquation avec chaque territoire considéré dans sa spécificité unique et particulier, car In Fine, tout repose sur les trois piliers :

– La population.

– Les infrastructures.

– Le mode de gouvernance.

Résister d’abord mais se reconstruire ensuite est primordial pour nos villes devant des situations inopinées pour cela, la journée d’étude tentera au travers d’angles de visions transdisciplinaires de répondre à :

Selon quelles stratégies locales, il serait possible de reconnaître les menaces de tout risque et de devancer des actions efficaces et efficientes d’aménagement, d’organisation, de traitements de la ville afin que les impacts soient amoindris.

[1] J. Rebotier J.  (‎2017). Accompagner les changements vers des territoires résilients. halsh.archives-ouvertes.fr

Ecrire ou ne pas écrire ? le cauchemar du doctorant !

Contrairement à la plupart des domaines, les doctorants inscrits dans les filières du domaine Architecture, Urbanisme et Métiers de la ville, sont souvent peu portés sur l’écriture. Il faut avouer que durant le cursus de formation en graduation , le dessin est l’outil privilégié dans toutes les expressions, à telle enseigne que même l’oralité reste atrophiée.

Ainsi, la « rédaction » et l’écriture réapparaissent comme incontournables chez les étudiants  ambitionnant des carrières dans l recherche.  Cependant, le passif hérité laisse entrevoir l’âpreté de l’exercice d’écriture. Ceci intervient déjà dans la rédaction du projet de thèse (problématique) ou les candidats découvrent la sécheresse du vocabulaire, des figures de styles et mêmes des tournures phraséologiques.

Le second moment de cette ankylose se manifeste quand il s’agit de rédiger un article à publier dans une « revue de renom ». En général, là c’est le drame, d’autant que les doctorants  regardent « autrement » les articles publiés par ces revues. En effet, en ces moments tout se décline en performances qu’ils ne peuvent jamais atteindre.

En fait, chez les doctorants, l’écriture n’est présente que si elle est nécessaire et  obligatoire. Et c’est en ces moments que l’on ressent cette incapacité de « dire  les choses », de faire « parler » la matière, de pouvoir exprimer la profondeur d’une situation problématique  en peu de mots.

Justement, durant les journées consacrées à l’atelier de rédaction d’articles scientifiques, nous avions pu constater quelques lacunes : l’écriture n’intervient  que rarement dans leurs activités, les soucis majeurs dans la rédaction sont orientés sur les contenus de l’article et non pas sur les moyens de les communiquer et de les argumenter et enfin  ce réflexe de considérer tous les «concepts » dans le champ du « sens commun» et le raisonnement à l’évidence.

En somme, il s’agit de persuader les doctorants d’acquérir un véritable « feeling » dans l’expression orale et écrite et même « dessinée ». Pour cela il faut lire et surtout écrire à n’importe quelle occasion. Un des moyens serait de faire son propre blog ….

Abdelouahab Bouchareb, "Ecrire ou ne pas écrire ? le cauchemar du doctorant !," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 05/02/2021, https://vpsa.hypotheses.org/1770.

Ziane Mohammed. Docteur en sociologie à l’université Constantine 2 : «A Ali Mendjeli, on a reproduit les bidonvilles dans des unités de voisinage» (Inteview in EL Watan du 24 décembre 2020 par S. ARSLAN)

– Comment expliquez-vous sociologiquement le phénomène de la violence, qui demeure l’une des particularités de la nouvelle ville Ali Mendjeli ?

Tout d’abord, le phénomène de la violence n’est pas particulier à la nouvelle ville Ali Mendjeli, mais c’est une variante caractérisant l’ensemble des villes à travers le monde en général et en Algérie en particulier.

Cependant, certaines formes d’expression du comportement violent trouvent leur signification dans les fondements culturels d’appartenance et l’origine sociale et économique des acteurs.

En analysant les types de violence dans la nouvelle ville Ali Mendjeli, on ne trouve pas les mêmes types de violence dans les grandes agglomérations urbaines ; ce qui nous renvoie à des formes d’expression d’un certain âge (les violences s’expriment d’une manière collective ou familiale avec des atteintes physiques avec des armes traditionnelles : couteaux, haches, etc.)

– Certains avancent que le peuplement de cette mégapole n’a pas été bien préparé et que les anciens habitants des bidonvilles ont été déplacés avec, au fond d’eux, le sentiment de marginalisation ; qu’en dites-vous ?

A l’évidence, le peuplement (déplacement, regroupement) de la nouvelle ville s’est opéré d’une manière drastique (subite et violente), car devant la pression sociale sur la question du logement, on a procédé à un recasement rapide et expéditif d’une population dépassant de loin 100 000 habitants sur une période très courte, sans aucune prospection ni enquête de terrain avec des spécialistes en sociologie de la ville et des démographes.

Une fois à la nouvelle ville, on a reproduit les vieux quartiers et les bidonvilles de la ville de Constantine dans des unités de voisinage réparties de 1 à 20. Cette situation a renforcé l’attachement au groupe (la tribu) et l’agressivité vis-à-vis des autres groupes (les étrangers). En plus des obstacles liés à l’adaptation à de nouveaux espaces urbains, une lutte acharnée s’est déclenchée autour de l’occupation de ces espaces (commerces, parkings, etc.).

En plus d’une minorité issue des couches moyennes qui habite la nouvelle ville, la plus grande partie est constituée de catégories sociales précaires où on retrouve un des taux de chômage les plus élevés. Et avec l’absence des structures de loisirs et de culture (pas de théâtres ni de salles de cinéma) la nouvelle ville devient par la force des choses un grand dortoir pour une population hétérogène, avec quelques mosquées et des arrondissements de police.

– Quelles mesures proposez-vous, en tant que sociologue, pour faire face à ce phénomène devenu une source d’inquiétudes pour la population ?

Il est vrai que la nouvelle ville Ali Mendjeli a contribué à la réalisation du rêve de beaucoup de Constantinois d’avoir un logement avec des commodités relativement acceptables, mais les aspirations des citoyens pour l’épanouissement et la sécurité demeurent incertaines. Pour remédier à cette situation, on doit doter cette ville d’un statut juridique. Afin d’établir le plus rapidement possible un plan d’accompagnement en matière d’espaces verts, d’animation socioculturelle et autres.

SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): « Il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint ». (Interview Part 2 suite et fin.)

L’interview se poursuit dans la sérénité et le sérieux. Les choses se disent frontalement, car il s’agit de l’avenir d’une patrie et de générations:  il va falloir  regarder   sans parti-pris cette situation que personne ne veut assumer.

Said Mazouz, dans un langage tranchant et direct, livre les raisons de cette situation léthargique. 

 

 

3.  N’est-il pas temps de « détacher » fabrique de la ville de la prégnance administrative ?

Absolument ! la prégnance administrative a fait beaucoup de mal à la ville algérienne ; elle a certes construit des logements et ils sont rares les pays qui en ont construit autant, mais la qualité laisse à désirer et nous continuons de pérenniser des modèles éculés sous d’autres latitudes, en décalage avec toutes les études conduites de par le monde sur la défaillance de certains modèles, non seulement à faire la ville, mais à produire la malvie, l’insécurité, la ségrégation sociospatiale et…..

…..arriver à l’ultime avatar ; celui de déposer sur des assiettes très prometteuses, des parallélépipèdes rectangles sans âme.

Nous avons suivi dans le cadre de projets de recherche, nombre de jeunes architectes fraichement sortis de l’université ; en décrochant leurs premières commandes de logements, ces derniers ont cru bien faire en reprenant quelques idées maitresses apprises à l’école comme celle de structurer la rue, d’insuffler une certaine mixité, de diversifier les typologies, de créer des lieux, mal leur en a pris puisqu’ils se sont heurtés à la machine stéréotypée d’un grand promoteur public et ils ont fini par arriver à l’ultime avatar ; celui de déposer sur des assiettes très prometteuses, des parallélépipèdes rectangles sans âme. Même de bons professionnels ont eu à souffrir et souffrent encore d’une machine bureaucratique lourde et sans états d’âme ; l’exemple de l’expérience de Mohamed Larbi Merhoum, publié dans un numéro de Vies de villes qui date, je crois, de 2007 ou 2008, nous restitue les péripéties croustillantes d’un combat perdu d’avance  contre la machine administrative en voulant déroger à la règle, mixer, fabriquer la ville….D’autres professionnels sont invités à relater leurs expériences, bonnes ou mauvaises, afin d’amorcer le changement tant attendu. Il me semble que chez nous, l’administratif est en train de tout tuer : l’économique, l’industriel…et comme la ville est une mixité de tout ça, elle en pâtit forcément laissant les choses s’exprimer autrement ; à travers la prolifération de l’informel et de ses immenses effets sur la ville avec l’apparition de secteurs entiers dédiés à cet effet. Il s’agira d’en comprendre le fonctionnement, de l’intégrer ; il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint, providentiel, contrôlant tout et veillant sur tout.

4. Comment établir des rapports utiles et profitables entre le secteur socio-économique et les structures de formation et de recherche (universités, laboratoires, centres de recherche) dans le domaine de l’Architecture, de l’Urbanisme et des Métiers de la Ville ?

En réhabilitant d’abord l’acte de concevoir l’architecture et l’urbanisme et définir ce qu’est un projet lauréat, ce n’est pas en confiant des centaines, voire des milliers de logements, à un seul maitre d’œuvre qui s’évertue à multiplier et dupliquer des types limités ; donner le temps nécessaire aux concepteurs pour produire un environnement  bâti de qualité ; réhabiliter l’acte de faire la ville reviendrait à en réaliser la portée et les conséquences sur des générations. Que doit comporter un permis de construire ? Il ne s’agira pas de limiter les prérogatives de l’architecte praticien ou de l’urbaniste, mais de revoir certaines choses. Les dizaines de laboratoires de recherche universitaires, pour ne citer que ceux qui travaillent sur la ville, l’urbanisme, l’environnement et l’architecture, ne demandent qu’à être impliqués dans le processus de production de la ville et l’expérience acquise à travers la conduite et la finalisation de centaines de projets de recherche, de thèses soutenues, d’articles publiés.

Il est vrai que les réflexes corporatistes ont fait beaucoup de mal à la profession en particulier et à la ville en général

.

Les organismes chargés de faire la ville doivent se rapprocher des universités, élaborer des conventions, intégrer les universitaires comme consultants et solliciter les laboratoires pour des expertises, sachant que ces derniers jouissent de l’outil réglementaire qui leur permet de faire des prestations pour le secteur socio-économique. Il est faux de dire que les universitaires n’impliquent pas les praticiens ; moi-même et à travers ma petite expérience de chef de département, à l’époque ou ce poste avait encore de la valeur, j’ai fait appel, avec mon équipe, à tous les praticiens d’expérience de la ville pour transmettre leur expérience et contribuer à la formation des étudiants ; ce qu’ils ont fait avec beaucoup d’application et de sens du devoir, sacrifiant parfois leurs chantiers. Mais la réciproque n’est, hélas, pas toujours vraie. Il est vrai que les réflexes corporatistes ont fait beaucoup de mal à la profession en particulier et à la ville en général. Il faudrait peut-être réfléchir à des Assises véritables, sans exclusion, afin de méditer à l’ensemble de ces préoccupations.

Abdelouahab Bouchareb, "SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): « Il est temps pour l’état d’aller plus vers la régulation et d’abandonner son statut sacro-saint ». (Interview Part 2 suite et fin.)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 14/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1746.

SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir. (interview .Part 1)

Said MAZOUZ (Architecte urbaniste, enseignant à l’université L.Benmehidi . Oum El Bouaghi).

Je l’ai connu étudiant brillant entre les murs de la rustique Casbah (Constantine) durant les années 80 . Aujourd’hui,  je le connais aussi  éminent professeur, pour ainsi signifier que son ascension est somme un destin tout tracé et  naturel. Son enseignement est un engagement corps et âme pour diffuser les savoirs. Sa « science » et ses cours sont toujours partagés, ils sont accessibles à tous. Le personnage est généreux, disponible prodiguant son savoir sans retenue, sans essoufflement. Cette prodigalité a fait connaitre et reconnaitre le professeur  de tous les professionnels et les universitaires dans le domaine de l’Architecture, de l’Urbanisme et des Métiers de la Ville. Respectueux, auréolé d’une culture en surabondance, Le Professeur assume une vocation de « personne ressource  » avec responsabilité,  dignité et élégance. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont  » Eléments de conception architecturale » (2014).

  1. Quelle lecture faites-vous de la production urbanistique actuelle ? a-t-elle une assise théorique ou doctrinale ?

Je pense que la production urbanistique actuelle est caractérisée par une cacophonie totale, exacerbée durant les 20 dernières années par l’accentuation de la gestion rentière de la production du logement et par conséquent de la ville. Cet état de fait a été doublé de corruption, de gabegie, de prédation tous azimuts qui a vu et qui voit toujours la disparition de pans entiers du paysage urbain de nos villes, surtout le plus précieux ; celui hérité du colon, si l’on fait fi des médinas et autres ksour et l’apparition d’ersatz de « quartiers » nouveaux, de « villes nouvelles » constitués de centaines d’immeubles qui se côtoient tout en s’ignorant. Il y avait une assise théorique et doctrinale durant les années 70 et une partie des années 80, héritée du modèle progressiste et hygiéniste, mais ce modèle est devenu une règle et un modus operandi qui a fini par engendrer ses propres contradictions et il ne représente plus, à l’heure actuelle, qu’un avatar, un outil bureaucratique usé et abusé au service de la productivité de toujours plus de logements au service d’une population toujours demandeuse et qui s’engouffre dans l’énorme appel d’air.

...le modèle rentier éculé et obsolète, reproducteur à satiété de la non-ville et de l’anti-urbain et le modèle spéculatif qui défigure les paysages urbains…

 

En fait, deux modèles semblent s’opposer, mais qui sont, en réalité, complémentaires : le modèle rentier éculé et obsolète, reproducteur à satiété de la non-ville et de l’anti-urbain et le modèle spéculatif qui défigure les paysages urbains et piétine toute règlementation urbaine en usant de la corruption et des passe-droits. Un troisième acteur, par ses agissements et son opportunisme, n’arrange pas la situation ; c’est le citoyen constructeur. Une situation paradoxale : la trop présence de l’État, d’un côté, et son absence quasi totale lorsqu’il s’agit de faire respecter les lois, ont engendré la situation que l’on vit aujourd’hui. Néanmoins, dans ce paysage en perpétuelle mutation, il faut savoir observer les mécanismes de production informels de la ville, les analyser et en tirer les leçons qui s’imposent.

Nos décideurs ne veulent pas se poser la question : pourquoi, quelques années seulement après leur achèvement, certains ensembles d’habitats, particulièrement ceux situés en banlieue, deviennent des territoires de non-droit, se trouvent déjà dans un état de délabrement avancé, avec un taux élevé de criminalité ? La majorité des recherches universitaires, que les responsables à tous les niveaux font mine de plébisciter dans leurs discours des séances protocolaires d’ouverture des séminaires et colloques consacrés à la ville et les oublient après le café et les petits fours, s’accordent sur le fait que certains modèles ne marchent pas. Depuis les années soixante on sait, avec Jane Jacobs, que la rue doit avoir des « yeux » pour la surveiller et gagner ainsi en sécurité et en urbanité (eyes on the street), on sait que la rue doit être structurée, que rue et route sont deux concepts différents, que la hiérarchisation, la territorialisation sont des notions cruciales pour asseoir une identification, construire des lieux, que le contrôle des accès au voisinage ainsi que la taille des unités de voisinage sont importants ; on sait, avec Oscar Newman que  la structure continue, le statut défini et la démarcation espace privé/espace public et le contrôle social à travers la présence humaine continue  sont autant de notions qui permettent de faire la ville. Les recherches conduites dans nos universités et centres de recherche ont confirmé ces résultats et les ont actualisés tout en les adaptant à notre contexte. Malheureusement, elles restent sur les étals des bibliothèques à prendre la poussière.

En attendant un changement de paradigme, nos décideurs continuent à consacrer une conception dépassée des outils et instruments d’urbanisme, souvent piétinés, qui font la part belle au quantitatif au détriment du qualitatif, éludant la complexité du fait urbain pour répondre à une demande sans cesse croissante en logements et en équipements divers. Comment concevoir la complexité si on continue à produire des territoires entiers à dominante monofonctionnelle comme les cités administratives, les villes universitaires, des zones entières entourées de clôtures qui annihilent toute velléité de faire la rue, qui tuent la marchabilité et qui génèrent marasme et insécurité ? On continue de faire cela alors que des préoccupations nouvelles apparaissent chaque jour comme celles liées aux questions écologiques et environnementales, à la qualité architecturale et urbaine, au cadre de vie, à la transformation des paysages et des formes urbaines, à la gestion des mobilités et à l’intégration des territoires urbains esseulés.

  1. Dans votre enseignement (Design urbain, Syntaxe spatiale…), nous décelons cette volonté de chercher à insérer des innovations dans la conception urbaine. Avez-vous une approche (ou une idée) sur la manière d’intégrer ces innovations dans la pratique (élaboration des POS par exemple) ?

Merci de poser cette question ; elle me taraude l’esprit depuis des lustres. En effet, toutes ces méthodes qu’on essaye d’inculquer aux étudiants et aux chercheurs en tant qu’universitaires, restent confinées aux laboratoires et ont peu de chance d’être appliquées sur terrain à part si l’État intervient pour réguler les choses et imposer non seulement de véritables cahiers de charges capables de produire un environnement urbain de qualité, mais aussi organiser des concours d’architecture et d’urbanisme qui prennent en charge la qualité architecturale et urbaine en mettant en exergue des critères objectifs et une évaluation véritable dans lesquelles viendraient s’insérer les méthodes innovantes.

..aucun texte, aussi riche soit-il, ne peut tenir devant une machine bureaucratique mue par une corruption généralisée.

En fait, le monde universitaire et le monde de la pratique ne sont pas antinomiques ; ils sont complémentaires et à chacun sa vocation. Si la pratique doit rester un monde de la création, volontariste, constructiviste à l’instar des autres métiers de la conception, la recherche scientifique est à l’opposé, un monde de la « déconstruction » des concepts, de l’évaluation du bien-fondé des objectifs et intentions des créateurs et c’est à ce titre qu’ils deviennent complémentaires, sans tomber dans le conflit d’intérêts. La recherche universitaire intervient en amont pour guider, inspirer, orienter, mais surtout en aval pour évaluer, caractériser et départager les solutions. C’est un nouveau paradigme qui doit être institué par l’état et qui impliquerait une coopération étroite entre les ministères de tutelle. Il faut savoir que, par exemple, Space Syntax, l’un des outils les plus reconnus aujourd’hui dans la l’évaluation et la conception urbaine, se décline en deux versions : l’académique qui développe des recherches innovantes et la Professionnelle qui offre ses services aux plus grandes agences d’architecture et d’urbanisme dans le Monde. Dans beaucoup de situations, les acteurs sont souvent les mêmes avec des vocations qui penchent carrément d’un côté comme de l’autre, encouragées par l’absence de schisme entre le monde professionnel et académique. Un grand nom de l’architecture contemporaine comme Norman Foster fait évaluer ses projets avant leur réalisation par les chercheurs de Space Syntax ; il même été le premier mécène de ce groupe en en finançant les recherches. Chez nous, les architectes qui s’intéressent à ces aspects de la recherche et tentent de les intégrer à leurs démarches se comptent sur les doigts d’une seule main. Chez nous, non seulement, ce sont deux mondes opposés qui se narguent et, au mieux, s’ignorent, mais nos « professionnels », pour une grande partie d’entre eux, méprisent carrément les universitaires. Oui, c’est possible pour peu qu’il y ait convergence d’objectifs. Le mécanisme actuel censé jouer le rôle d’évaluation des projets architecturaux et urbains, le concours, a été vidé de sa substance et n’est plus qu’une coquille vide justifiant sur le plan légal l’octroi d’une commande à tel ou tel bureau d’études. Il importe donc de faire des concours d’architecture des actes culturels en impliquant la société, mais aussi les artistes, les intellectuels. L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir, tout comme la création littéraire ou artistique sauf que ces derniers n’aliènent personne, ne tuent personne ; l’acte de bâtir, si. Revoir le système des concours c’est instituer des critères qui vont servir de filtre pour départager les projets. Tout projet est une proposition respectable, une création et seule une évaluation sérieuse par le biais d’outils que l’on maitrise de plus en plus aujourd’hui, permettra de dégager les solutions optimales.

le concours est une expérience intellectuelle unique qui constitue, quel qu’en soit le résultat, un jalon dans le parcours intellectuel et culturel du praticien. Ce dernier qui engage une réflexion sur une problématique architecturale ou urbaine voit ses efforts rétribués.

L’espoir était grand après la promulgation des textes instituant le concours pour la maitrise d’œuvre. Aujourd’hui, il est plus que nécessaire de marquer un arrêt pour faire le bilan d’une législation qui devait sortir l’architecture et l’urbanisme de l’ornière, mais qui a fini, comme la plupart des textes, victime de la perversion des hommes. La désillusion est grande et le sentiment qui prévaut, surtout chez les jeunes architectes, est qu’aucun texte, aussi riche soit-il, ne peut tenir devant une machine bureaucratique mue par une corruption généralisée. Ce texte devrait faire l’objet d’une refonte susceptible d’en combler les failles. Le poids conséquent des volets humain et matériel du bureau d’études pèse lourd dans le décompte final, élimine d’emblée les boites jeunes et moyennement pourvues et consacre les grosses cylindrées qui ont déjà fait leur beurre par le passé. Cet état de fait empêche l’émergence des jeunes talents qui se trouvent souvent éliminés dès le premier tour, n’ayant pas suffisamment de projets équivalents réalisés ni de personnel qualifié à profusion, ni même, d’un nombre suffisant de cartes grises de véhicules à joindre au dossier. Ces architectes sont réduits à faire de la figuration, car ne pouvant se permettre le luxe d’investir des sommes colossales dans des « aventures » de concours qu’ils savent perdus d’avance. Sous d’autres latitudes, le concours est une expérience intellectuelle unique qui constitue, quel qu’en soit le résultat, un jalon dans le parcours intellectuel et culturel du praticien. Ce dernier qui engage une réflexion sur une problématique architecturale ou urbaine voit ses efforts rétribués. À l’instar du projet lauréat, les projets classés sont récompensés financièrement, ce qui permet au moins de récupérer les sommes investies dans le concours. La publication du projet dans des revues spécialisées et professionnelles permet de donner une visibilité à l’architecte et dans certains cas remplir son carnet de commandes.  Évoluant dans un climat culturel ou tout fait architectural ou urbain entraine dans son sillage des débats et, parfois, des polémiques, la pression est constante sur les maitres d’ouvrage les contraignant à veiller à préserver une concurrence saine et féconde. Les projets classés font, pour ainsi dire, partie de ce que Jean Pierre Chupin appelle ‘architecture potentielle’ qui constituera, en plus du support aux débats au sein de la société civile, un outil pédagogique de premier ordre dans l’enseignement du projet. Cependant et, nonobstant les pratiques invoquées ci-dessus et à supposer que les procédures du concours, du choix de la composante humaine et du jury aient été respectés, il n’en demeure pas moins que le système d’évaluation lui-même souffre de carences qu’il conviendra de corriger si nous aspirons à construire la ville algérienne de demain. La question qui se pose est la suivante : qu’est-ce qu’on évalue dans un projet d’architecture ou d’urbanisme ? À travers des travaux universitaires et aussi pour avoir fait partie de commissions d’évaluation, il nous a été donné de constater que dans beaucoup de cas, la programmation sommaire et l’élaboration approximative des cahiers de charge conduisent à la situation aberrante de la définition d’un contenant entretenant peu ou pas de rapports avec le contenu.  Quant aux questions des choix architecturaux et formels, de rapport à l’urbain, de qualités d’ambiance, de développement durable, des choix identitaires, elles sont soit évoquées de manière sommaire, caricaturale et folklorique, soit complètement éludées.

En attendant, une réforme en profondeur, des mesures simples peuvent être instituées comme le fait de revoir la constituante des membres des jurys et en éliminer les personnes étrangères à l’acte de bâtir. Certains représentants de directions et/ou d’organismes n’apportent rien au débat, mais, par instrumentalisation ou par ignorance, pèsent de tout leur poids sur le résultat final et sur la désignation du projet lauréat. J’en connais un bout pour avoir été à plusieurs reprises invité en tant que « représentant de l’université » à prendre part à ces concours. J’ai fini par ne plus répondre à ces sollicitations. Il s’agit, pour commencer, d’intégrer des compétences reconnues, leur donner le temps nécessaire ainsi que les moyens pour faire le point, évaluer et contribuer à l’émergence d’un environnement bâti plus plus à même de répondre aux exigences actuelles.

Abdelouahab Bouchareb, "SAID MAZOUZ (Architecte/urbaniste/universitaire): L’émergence d’une véritable critique est la condition sine qua non pour promouvoir l’acte de bâtir. (interview .Part 1)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 13/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1734.

Cherifa HADJIJ (Sociologue): un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. (Interview)

Poursuivant cette démarche consistant à donner la parole aux spécialistes de différents bords, cette interview nous a amené à nous  adresser à une sociologue.  Cherifa Hadjij a bien voulu répondre nos questions en rapport avec les faits urbains et leur production .Mme Hajij, préfère être citée comme  sociologue praticienne consultante en socio- anthropologie de l’habitat.

  1. Parmi les disciplines qui ont une place de choix dans l’urbanisme, la sociologie urbaine. Nous remarquons qu’elle s’estompe considérablement dans le paysage de la chose publique, cependant elle préserve sa primauté dans le domaine de la recherche universitaire. Ce confinement n’est-il pas la conséquence des discours sur la ville qui privilégient des approches administratives et techniques ?

L’objet  de la sociologie urbaine  n’est pas l’étude de l’espace urbain, elle ne dispose pas d’outils d’analyse qui sont spécifiques à d’autres disciplines par conséquent elle s’intéresse aux pratiques de l’habiter et aux représentations socio spatiales des agents sociaux .  Ce qui l’intéresse c’est  de saisir ce  double rapport : les interactions entre espace /société et les rapports sociaux entre les individus dans la manière d’habiter la ville et /ou de la vivre.

Il s’agit d’analyser les processus  d’appropriation de l’espace privé/public  tant au niveau social ; juridique  que symbolique etc. Ceci étant dit la sociologie urbaine n’est pas confinée au sein de l’université  elle répond aussi aux commandes publiques quand elles existent lors de consultations pour des études spécifiques,  à titre d’exemple le relogement des habitants sinistrés après l’inondation de Bab El Oued, les études des populations des bidonvilles etc. ……

Force est de constater qu’il n’ y a pas un discours sur la ville en soi mais des discours qui sont produits par différents acteurs politiques au niveau central régional ou local,  les habitants que l’ on nomme souvent comme des usagers, alors qu’ils sont pas toujours les techniciens de l’urbanisme …..

L’urbanisme est une science pluridisciplinaire  la démographie la géographie la sociologie le droit l’économie l’architecture  l’histoire l’anthropologie   etc……d’ailleurs à tort un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. En fait l’urbanisme selon les auteurs classiques  ne produit pas de l’urbain mais  suggère une organisation spatiale à travers  des plans ( PDAU  POS ) ; les villes nouvelles ; les restructurations de quartier etc …….en quelque sorte il prépare l’urbanisation

  1. La ville algérienne reflète-t-elle la société ? N’est-elle le produit d’un laisser-faire ? D’un populisme comme mode de gouvernance ?

La lecture de la ville algérienne nous indique à la fois l’état de :

– la société de son organisation dans  son rapport à l’espace comment elle le hiérarchise le valorise le dévalorise,  par ce fait les rapports sociaux sont inscrits dans l’espace. Toutefois il faut signaler que ni l’espace ni la société ne sont homogènes

-la gestion urbaine à travers la planification spatiale et ses enjeux liés la rente foncière notamment et les rapports de force dans son mode de gouvernance qui met en jeu différents acteurs ; le laisser-aller et  le laisser-faire constituent une alternative qui mobilise un  certain savoir-faire  de l’ingénierie  sociale  Certes il y a des textes législatifs mais ils ne sont pas appliqués  à quoi servent ils !

De l’architecture des maisons individuelles, se dégage une impression d’inachevée. Est-elle à la recherche d’une identité ?

  1. Selon votre lecture, que signifie l’architecture produite en Algérie ces derniers temps ?

ELLE EST TROP VASTE CETTE QUESTION  AU NORD AU SUD DES EQUIPEMENTS DE L’HABITAT les périodes sont différentes

D’une manière globale je peux dire qu’elle est très hétéroclite ; disparate et monotone elle manque d’originalité de créativité et de cohérence par rapport aux périodes plus anciennes que cela soit l’architecture produite pendant la période coloniale aux différentes étapes que celle des médinas .L’architecture produite ces derniers temps répond-t-elle aux  vrais besoins  et aux exigences de la société actuelle que ce soit du point de vue de l’esthétique de la fonctionnalité  que de  l’identité ! je ne le pense pas quand on voit les grands ensembles type AADL deux types de logement sont proposés  F3/F4 comme si les familles algériennes par leur structure, leur taille et du point de vue de leur cycle de vie rentrent dans ces modèles-type. J’ai souvent pensé que le logement de type F3 qui représentait  60%  du parc de logement enferme la famille algérienne dans une typologie : un couple avec deux enfants du même sexe de préférence et qui ne devraient pas grandir   pour pouvoir cohabiter.

On s’étonne  que les loggias deviennent des cuisines ainsi que d’autres transformations que l’on fait subir au logement pour l’adapter à ses besoins et à son  mode de vie .L’architecture des maisons individuelles n’est guère reluisante dans la majorité des cas un style répétitif qui reproduit des maisons immeubles avec des balcons en façade  et des garages pour des commerces au rez-de-chaussée  En bref dans l’ensemble il y a de la quantité mais pas une qualité architecturale. Elle dégage une impression d’inachevée, est-elle à la recherche d’une identité ? Comme  la société d’ailleurs  qui est en construction

  1. 4   Quelle démarche préconisez-vous pour revaloriser l’urbanisme en tant que domaine de formation ?  

Là se pose la vraie question j’ai toujours souhaité qu’une formation se fasse en urbanisme en post graduation après un cycle de formation  de base en graduation en sociologie ; en histoire ; en droit ; en économie en aménagement du territoire  en architecture en sciences politique en environnement en psychologie  etc. comme cela se fait ailleurs. Bien évidemment selon les cursus le niveau de connaissance et d’accumulation n’est pas le même mais on peut homogénéiser au cours de la première année puis créer des options en seconde année  c’est tout à fait faisable avec des stages

Abdelouahab Bouchareb, "Cherifa HADJIJ (Sociologue): un clivage est fait lors de l’élaboration des plans d’urbanisme entre les approches dites généralistes et technicistes. (Interview)," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 11/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1717.

Espace urbain : croisement de mobiles.

Durant une heure (de 10h20 à 11h20 du 10 octobre 2013), j’avais les yeux rivés sur cette scène. Je prenais des notes pour me remémorer tous les détails (ou presque). Question détails: je m’étais limité aux éléments pertinents dans ce qui est banal. (c’est trop dire). Il y a surement des détails qui m’ont échappés, car je me laissais aller à certains faits. A la différence d’une « caméra » qui en principe engloutit tout, l’être humain réagit à ce qu’il voit. Ls faits nous poussent à se laisser aller, digresser, à évoquer, à comparer…autant d’exercices pour « actualiser » nos rapports à l’environnement, à vouloir expliquer et aplatir les phénomènes.

La place comme scène de vie publique n’a fait l’objet d’aucun fait « extraordinaire ». Les faits « infraordinaires » ont imprimé à la place une ambiance « changeante » selon l’imprégnation et l’omniprésence ou l’alternance des facteurs « naturels » (vent, pigeon, le soleil), sociaux (individus, gestuel, démarches, genre) et culturels (tenues, bruits, couleurs). Cet infraordinaire est en réalité  fait de « croisement de mobile » qui à la fin réalisent l’espace (De Certeau).

Cependant chaque « mobile »  est une histoire, une mémoire, un récit, une rhétorique du mouvement. Ces récits rajoutent des « épaisseurs » mémorielles à la Place. Ils en font une « continuum » de mémoires, de souvenirs  et d’histoires. L’espace est ainsi produit dans une démarche de spatialisation significative. Il n’ y a pas d’espace  » urbain » sans « histoire », sans mémoire, sans une rhétorique…et si un espace est dépourvu de tellles qualités, il n’existe pas, car il n’a pas de noms (premier acte de spatialisation, la toponymie).

Les passants “croisent” leurs histoires propres. Ils dessinent des “réseaux” jalonnés et complexes….L’espace urbain est tramé de récits,  il est une multitude de lieux que chacun raconte dans sa trajectoire et d’une manière individuelle.

Les scènes urbaines seraient donc les attitudes affichées dans l’exploration de l’espace même….Des lieux pour la mémoire…et pour l’avenir.

Il ne suffit pas de mettre en place ces “facteurs” mesurables de confort et d’ambiance (éclairage, microclimat) et d’autres issus d’un détournement de la nature pour aménager un espace urbain….Ces sont les PRATIQUES SPATIALISANTES qui feront le lieu…un moment d’association et de croisement de “petites” histoires individuelles .

A mon sens, le concept d’aménagement d’un espace urbain est tributaire de ses  possibilités à favoriser une écriture d’histoires par les passants. Cet espace noyé dans  l’infraordinaire, recevra la multitudes des instants « historiques » des passants, des couleurs banales et furtives, des bruits banals , des senteurs banals , des scènes romantiques banales…

L’espace est ainsi le « continuum ».

Abdelouahab Bouchareb, "Espace urbain : croisement de mobiles.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 10/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1710.

EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 5

Un fourgon blanc  venant de la Rue Zater  traverse la Place et se gare juste à l’entrée de la Rue Bestandji. Il est “blindé”. Sur le flanc je lis  “AMNAL” …Un dessin présentant la moitié d’un soleil jauni, porté par une ligne horizontale verte….la levée du jour . Le mouvement des personnes en tenues beiges semblables aux treillis militaires confirme qu’il s’agit de transporteurs de fonds…..Bien sur il y trois banques dans le voisinage (dont deux donnant sur la Place).

Ces agents traversent la place pour aller à la Rue Didouche….Ils se font assez visibles dans la ville. Mais, ils ne “déclenchent” aucune curiosité….Ce sont des employés d’agences privées…..Justement les “services” et les prestations ne sont pas assez médiatisés et pourtant c’est un créneau créateur d’emploi…Des jeunes gens ont des idées…Mais ça ne suit pas …Tout le monde commerce au point ou la bazardisation de la ville est comme un phénomène irréversible….

Deux  “étrangers” (types européens) se dirigent vers le Palais…Ils sont reconnaissables à leur faciès et  leur manières de regarder les édifices .

Une femme en “hijab“…son habit n’est pas assez courant. Noire, cette tenue est cousue en  une seule pièce, sans couture…Elle couvre tout le corps et se rétrécit au niveau des poignées….En se déployant, elle rappelle l’éventail. Sur le front, une doublure blanche dépasse et souligne le haut du visage …

Un “mozabite” traverse la rue portant un grand sac noir…sa barbe sur une peau blanche, son seroual large et rétréci en bas, le reste de la jambe est caché par des chaussettes noires très tendues , la couleur grise de ses vêtements  ne laissent aucun doute….Cette ethnie anime le commerce depuis longtemps…Les mozabites se “retrouvent” à Constantine…D’ailleurs, il y a régulièrement des jeunes qui “ouvrent” des commerces dans les nouvelles cités….Ils sont souvent bien vus, respectueux, corrects, effacés et surtout sobres. Ils ne lésinent sur aucun moyen pour rendre disponible toutes les denrées, les marchandises et mêmes les objets de quincaillerie….Souvent, j’entends les gens dire: “heureusement, il y a lemzabi.!”. Une reconnaissance pleine d’à-propos et de justesse.

Les deux étrangers de tout à l’heure reviennent et se mettent au centre de la Place en regardant le fond de la rue Bestandji…..(J’avais vu juste, car je les ai rencontré plus tard au nouveau siège de l’OGBC qui se situe sur la placette à l’autre bout de la rue Bestandji).

Les effluves des mets cuisinés dans les restaurants et les gargotes du centre ville se font de plus en plus sentir….Midi qui s’approche. Les odeurs qui envahissent l’espace appâtent…..flattent les centres nerveux et les babines….et ramènent l’eau à la bouche….

La Place se prépare à un répit le temps d’une ” pause déjeuner”….Les mouvements deviennent lents, s’alourdissent…Le soleil tape quand même assez fort en cette mi-octobre…..

Abdelouahab Bouchareb, "EPUISEMENT D’UN LIEU PUBLIC CONSTANTINOIS. Place du Palais du Bey 5," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 09/12/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1698.