Une anthropologie du hirak ! pourquoi pas?

J’essaie d’exhorter les compatriotes  chercheurs universitaires et l’élite intellectuelle de s’intéresser au hirak jusqu’à en faire un objet de connaissance. Par objet de connaissance j’entends dépasser les perceptions ordinaires sur un phénomène pour des approches méthodiques, scientifiques à même de produire des connaissances. Il s’agit d’interroger cet objet dans ses rapports au quotidien social, économique, environnemental ou culturel.

En somme, il s’agira de définir les assises conceptuelles, épistémologiques et paradigmatiques du hirak pour le hisser en objet d’une discipline anthropologique. Pour cela, le foisonnement des expériences, des récits, des témoignages et des pratiques constitue un fond empirique d’une grande richesse susceptible de favoriser un adossement solide à cette discipline.

Pourquoi pas une anthropologie du hirak? Je définis la culture comme « objet » de l’anthropologie. La culture « est ce qui dans le milieu est dû à l’homme. » (Hereskovits). En somme toute « action » humaine est dans le domaine de l’anthropologie. Dans ce sens, le hirak est une action humaine (et même un ensemble d’actions prioritairement culturels). Volontairement tout ce qui idéologique est mis en arrière plan. Ses impacts sont divers , ils sont dans l’image, le visible, la mentalité….Il y a un marketing du hirak, et sa valeur principale est son caractère PACIFIQUE…

Psychologiques: tout autour de nous, nous portons des regards renouvelés aux choses ( politiques, sociales). Ces nouvelles attitudes proviennent des perceptions renouvelées sur notre environnement. Elles insufflent des égos et des sentiments d’aptitudes pour justifier nos ambitions. Dans ce volet, les impacts du hirak ont permis de réactualiser les rapports individus/ groupe. (Une conscience de soi et une conscience de soi dans le groupe).

A mon avis, il y a lieu de de constater que le hirak se confirme d

e plus en plus comme un domaine de cognition. Ses rapports et ses impacts sont très sensibles sur le plan social, culturel, mental et psychologique. Il y a désormais une Alégrie avant le hirak et l’Algérie du Hirak, celle qui se construit dans la pluralité des opinions, celle qui entend instaurer une solidarité nationale, celle chercher à cristalliser l’ALGERIANITE comme un ensemble de valeurs communes et partagées en dehors des couleurs idéologiques. 

Un survol sur la toile pour collecter ce qui a été produit dans le domaine du hirak, fait ressortir cette liste (non exhaustive) qui reste à actualiser régulièrement.   

Omar Benderra, François Gèze, Rafik Lebdjaoui, Salima Mellah (dir.), Hirak en Algérie. L’invention d’un soulèvement, Paris, La Fabrique, 2020, 290 p., ISBN : 9782358721929.

Abdelouahab Bouchareb, « LA VILLE ET LE HIRAK., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 20/02/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1300.

Giulia Fabbiano, le Hirak, la trace et l’archive. https://dream.hypotheses.org/967

Abdelouahab Bouchareb, « LE GENRE, ESTHÉTIQUE DU HIRAK ., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 05/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1467.

Abdelouahab Bouchareb, « HIRAK: RECONQUÊTE DE L’ESPACE PUBLIC., » VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 04/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1422.

Giulia Fabbiano, « Le temps long du hirak : le passé et ses présences », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5334

Katia Boissevain and Céline Lesourd, « Édito : Un, deux, trois… Voilà l’Algérie ! », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5004 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5004

Frédéric Volpi, « Le mouvement protestataire algérien de 2019 à la lumière de la théorie des mouvements sociaux et des Printemps arabes  », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5039

Louisa Dris Aït-Hamadouche and Chérif Dris, « Le face à face hirak-pouvoir : La crise de la représentation », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5129

Zohra Aziadé Zemirli, « Quelle place pour le pluralisme religieux dans le mouvement de protestation algérien de 2019 ? », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5231 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5231

Naoual Belakhdar, « « L’Indépendance, c’est maintenant ! » Réflexion sur le soulèvement populaire en Algérie », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5280

Didier Le Saout, « Faire hirak à Paris. Les mises en scène d’une révolution contre le « système algérien » », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5381

Mohand Tilmatine, « Interdiction des emblèmes berbères et occupation des espaces symboliques : amazighité versus algérianité ? », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5435

Karima Dirèche, « Écrire sur l’Algérie. Les SHS à l’épreuve de la mobilisation citoyenne du 22 février 2019 », L’Année du Maghreb [Online], 21 | 2019, Online since 05 December 2019, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/5664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anneemaghreb.5664

Hajer Ben Boubaker. Paroles et musiques. Petite histoire sélective des chants contestataires algériens de la colonisation à aujourd’hui

Le Hirak algérien ou l’émergence d’une rhétorique de rupture. Le cas d’Oran Karim Ouaras ans Mouvements 2020/2 (n° 102), pages 22 à 34

Hirak, paroles et musiques .Petite histoire sélective des chants contestataires algériens de la colonisation à aujourd’hui .Hajer Ben Boubaker Dans Mouvements 2020/2 (n° 102), pages 43 à 52

Mouvements 2020/2 (n° 102) : Hirak, Algérie en révolution(s) Journée d’étude au MUCEM: Le Hirak la trace et l’archive – 4 octobre 2019 / Marseille

Florian Gaité, « Visual Artists from the Bled. From Sadek Rahim to the Hirak, Contemporary Algerian Art’s Quest for Autonomy », Critique d’art [Online], 53 | Automne/hiver, Online since 26 November 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53876

Nabila Aldjia Bouchaala and Aïssa Merah, « L’espace public contestataire à l’épreuve de la délibération en Algérie  », Communication [Online], vol. 37/2 | 2020, Online since 07 September 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/communication/13133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/communication.13133

Saïd Djaafer« La photo que j’ai ratée »Continents manuscrits [Online], 14 | 2020, Online since 15 March 2020, connection on 22 September 2020URL: http://journals.openedition.org/coma/5266 ; DOI : https://doi.org/10.4000/coma.5266

Samia Khichane, « « La Casa del Mouradia » : un chant à la tribune des dominés », Cahiers de littérature orale [Online], Hors-Série | 2020, Online since 02 September 2020, connection on 22 September 2020. URL : http://journals.openedition.org/clo/6887 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clo.6887

Algérie : la contre-révolution d’une cryptocratie à la dérive. https://hestia.hypotheses.org/1210

GRIM Nordine. L’AN 1 DU HIRAK : AUTOPSIE D’UNE RÉVOLUTION INÉDITE . Casbah-Ed. Alger 2020

Benchicou Mohamed . La cas del Mouradia. Février 2019… Et l’Algérie se réveilla.COÉDITION HÉMISPHÈRES/MAISONNEUVE & LAROSE.2020

Mostefa Bencherif (Préface d’Abdelwahab Bouchareb). Revolte -face. ERd L’harmattann. Paris .2020

LES ARCHIVES NUMÉRIQUES DU HIRAK ALGÉRIEN COMMENT CONSTITUER UN CORPUS ? MARBURG, 7 NOVEMBRE 2019.  Journée d’étude .Journée organisée sous la direction du Professeur Rachid Ouaissia, Center for Near and Middle Eastern Studies – Philipps Universität Marburg, en collaboration avec Karima Dirèche, DR CNRS, UMR TELEMMe, MMSH, AMU.

Abdelouahab Bouchareb, "Une anthropologie du hirak ! pourquoi pas?," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 30/09/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1585.

 

L’architecture, ce qui traverse le temps.

L’architecture est-elle ce demeure d’une oeuvre construite et qui évoque sa beauté « native »?

Il m’arrive d’interroger du regard un vieil immeuble, une ruine ou un fragment. L’exercice consiste à le faire remonter dans le temps et imaginer sa jeunesse, la fierté de son concepteur et les regards admiratifs qu’il aurait suscités.  Je focalise sur ce qui lui aurait imprimer une complétude, une harmonie ou une élégance….

Généralement l’allure ne se disparaît pas, ni l’autorité, ni même la déférence. Il y a toujours des génotypes qui demeurent, qui résistent au temps et à l’oubli….Il y a des valeurs qui se cristallisent dans l’oeuvre, elle racontent l’oeuvre, sa gestation, sa raison d’être…

En fait l’architecture est dans une construction ce qui dresse les fibres intimes, ce qui caresse l’esprit désintéressé, ce qui rend présent l’air, la lumière, le paysage et les hommes. En somme, l’architecture fait exister la lumière, l’air ou le vent, l’horizon…les hommes (particulièrement les poètes).

Regardons ces bas-reliefs, les entrelacs, les moulures, les pilastres engagés, les architraves et leurs composantes miniatures (oves, dards, denticules, métopes), ces lignes droites ou sinueuses,  élégantes, autoritaires … Cette embrasure, ce jambage, ces claveaux…toute la témérité d’un géniteur qui avait surement provoqué l’admiration de ses pairs et des profanes….

L’architecture transporte la beauté, la sensibilité et la bravoure à travers le temps. Cependant, certaines valeurs perdent quelques fragments, mais ne perdent jamais l’image de la complétude de l’oeuvre.

Abdelouahab Bouchareb, "L’architecture, ce qui traverse le temps.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 17/09/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1575.

La ville, vue d’en-bas…!

Sur leurs montures, les voyageurs entrant à Constantine avaient certainement été  assez stupéfaits d’affronter un paysage aussi  invraisemblable. Ils contemplaient ce nid d’aigle à partir d’une rive du Rhummel. Ils devaient donc lever les yeux pour regarder cette « chose » qui sommeille au faite d’un site rocailleux…j’imagine !

Serait-ce en ce moment que Dumas, en plein mirage,  aurait évoqué Gulliver et son « île volante » ? 

Ph.A.Bouchareb .15.09.20

Me rendrai-je ridicule en cherchant une quelconque raison pour justifier ce prélude? 

Il y  eut  un véritable  âge d’or de la cité…Comme toutes les cités du moyen-âge, la ville exposait sa puissance, son inexpugnabilité, son élégance…Ses murs, ses remparts et son implantation sur son site sont là pour le dire. Impressionner le voyageur et dissuader le conquérant, ont été surement un objectif majeur des édiles locaux en mettant en valeur cette physionomie paysagère….

Le mythe fondateur d’une ville se construisait pour l’imaginaire que l’oralité diffusait entre les hommes et dans les territoires les plus éloignés. Et puis chaque ville se fondait sur un mythe avant de s’implanter sur son son site. Celui de Constantine se concrétisait dans son « imprenabilité ». Forteresse naturelle sur laquelle s’étaient brisés tant d’élans, que tant de sièges n’avaient pu conquérir, que tant de chefs de guerre avaient vu s’affaiblir le moral de leurs troupes… 

Vue d’en-bas, la cité ne s’offre plus. Elle dépérit en silence et dans un rythme sournois…. Les pierres dégringolent au fond du ravin dans lequel le Rhummel vieilli, n’a plus de mémoire sauf celle de quelques artistes qui ont son âge.  Les crépis s’effritent et le vent disperse la matière sans grand souffle. Les tuiles les rondins ne sont qu’un souvenirs….ni la couleur des premières, ni l’odeur des seconds ne sont mémorisées….Le paysage admiré il y a longtemps se décape. La cité se rétrécit, les coeurs et les mémoires aussi…  

Seuls quelques endroits laissent fuser des brouhahas de l’insouciance. L’intérêt prime sur les souvenirs…ici des bâtiments ont été reconstruits de la « tête aux pieds »….Restent quelques bouts de boutiques qui s’entêtent. Elles résistent aux temps et aux hommes. Mais jusqu’à quand ?                                                           

La cité n’est qu’un amas de fragments que les « chantres » colorent de gaietés lointaines et de tristesses fraîches….Leurs antiennes ne dissipent pas le vague à l’âme… Les amoureux ne disent mot devant les lambeaux affligeants d’une idylle impossible…

Que reste-t-il de nos amours? un vieil escalier? une vieille zaouia? un vieux cyprès?               

Abdelouahab Bouchareb, "La ville, vue d’en-bas…!," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 16/09/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1565.

                               

Pandémie et tissu associatif .

Un tissu associatif, ça sert à quoi? 

L’usager est un sujet lambda. Il est expert en usage, car au quotidien il est confronté à la réalité des œuvres des politiques publiques imaginées par gestionnaires à qui on a confié notre bien-être (bureaucrates et technocrates).

Cet usager est là à subir ou à faire en sorte que son existence soit moins contraignante; Il use alors d’astuces, de ruses et de stratagèmes pour dépasser les difficultés quotidiennes. A la longue, il capitalisera une somme de savoirs (pratiques) qui l’aideront à adopter certaines postures pour préserver un équilibre existentiel. 

L’usager subit donc les malfaçons et les omissions des politiques. Ces derniers n’auront besoin de ce dernier qu’en situations électorales, our valider leurs « mandatures ». Et pour l’occasion il est alors qualifié de « citoyen »,  de client (et même un roi pour  la formule commerciale). Mais comment fera-t-il pour faire communiquer aux décideurs ses désidératas, ses frustrations, ses aspirations, ses attentes….et ses suggestions? 

Comme une seule voix ne peut porter « loin », l’association produira un message en chœur qui peut faire vibrer les esprits et les cœurs. Les associations sont nées donc pour combler  cette « insuffisance » juridique qui n’admet aucune légitimité à la personne « morale » sans autorisation. 

Le tissu associatif est par conséquent un réseau composés des  associations, dont les membres ont choisi de se regrouper autour de projets ou d’actions communes dans un but d’apporter leurs soutiens à la réalisation d’un bien-être social collectif ou communautaire. C’est également dans ce regroupement qu’apparaissent  les apports de telles « institutions », dont certaines (sous d’autres cieux) avaient acquis un statut d' »utilité publique ». 

La pandémie a mis a nu la distance entre un « pouvoir » qui pond au besoin des mesures (de prévention ou coercitives) et une population manquant de réflexes appropriés dans une telle situation. La cacophonie est telle que l’on se retrouve à « interdire » certaines pratiques bien enracinées. L’épisode de la semoule est devenue presque une affaire nationale. En un moment très court, on a complètement omis qu’un chef de famille, un patriarche, est sommé de subvenir aux besoins de sa famille, et que cela relève de son honneur… On a oublié que les « retraités » vivent selon le « rythme » du virement de leurs pensions…..et nous nous sommes rappelés que le « e-paiment » nous aurait évité beaucoup d’écueils. Et mêmes ces  fournisseurs d’électricité et d’eau n’ont pas hésité à faire parvenir les factures ….

Cette situation n’avait pas empêché que certains volontaires, au réflexe philanthropique  s’organisent pour prendre en charge la collecte et la distribution de denrées et d’autres aides aux démunis. Mais comme souvent, ces « associations » non structurées n’avaient pas pu donner la pleine mesure à leur travail philanthropique.  En effet, en l’absence d’une « confiance » de l’autorité, d’une culture dans le travail associatif à caractère social, les interférences génèrent des formes qui perturbent les actions et « démoralisent » les volontaires.

Ainsi, cette pandémie a donc montré la limite des centaines d’association qui activent dans le giron du pouvoir, incapables d’assurer une médiation avec la société. Bien sur, « fabriquées » pour être des appendices politiques, ces associations ne sont réveillées que pour certaines circonstances, comme pour rabattre certaines franges de la population  (non sans contreparties) sur des enjeux  électoraux. 

En somme il y a:  

  • une volonté de participer aux œuvres et projets philanthropiques  réelles. Il y a aussi un grand nombre de personnes (diverses tranches d’âge, sans idéologie) qui veulent activer pour se rendre utile à la société ou apporter leurs savoirs et leur expériences dans divers domaines sans contrepartie..
  • une demande et un besoin accrus en matière de numérisation de certaines pratiques administratives, sociales et économiques (e-paiment, télétravail, e-commerce, e-learning, ).                               

Il suffit que la politique « cesse » de mettre sous sa tutelle les considérations sociales et économiques. La libre organisation de la société selon des modes universaux (en respect de la culture locale) ne peut être qu’un atout majeur en main pour conduire un développement harmonieux et intégral. 

Ces mesures simples sont essentielles à la survie de la nation….Sinon avant même la pandémie,  nous disparaîtrons parce que nous avons pas les capacités de nous adapter aux rythmes de l’existence actuelle. 

Abdelouahab Bouchareb, "Pandémie et tissu associatif .," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 23/07/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1551.

Ville, résilience et pandémie

La pandémie se décline aussi à travers les insuffisances d’un cadre institutionnel. Tout se passe dans un pitoyable  tâtonnement. Sans prétendre détenir les vérités, il y a lieu juste de « faire » le récit du quotidien pour saisir les manques et tout ce qui fait défaut, pas seulement en situation de catastrophe, mais au quotidien. 

Qu’est ce qui change dans le vécu urbain en cas de pandémie ? 

Je dirai; « les rythmes ». Bien sur ce terme englobe les temporalités, la chronotopie, les « habitudes », les « rituels » individuels et collectifs, les  activités et surtout la communication. Il y a aussi lieu de convoquer ces « lois » allométriques dans le fonctionnement du système. Les « vitesses »  et les chronaxies sont donc les principaux facteurs qui disent le mieux  les réponses des organes….

Le quotidien urbain est un « rythme ». Il est « plat », tout ce qui se passe n’a rien de pertinent. Tout est ordinaire…ou mieux « infraordinaire » (G.Perec). Mais il n’empêche qu’il résulte d’une dynamique « uniforme »….tellement uniforme que si elle est rompue ou changée, il en résulte des perturbations « dramatique » sur le quotidien…un déséquilibre.  

En général, « tout est paisible… dans une ville », jusqu’à ce qu’un nuage vienne perturber son quotidien…qu’une secousse tellurique vienne réveiller les esprits, jusqu’à ce qu’un fait atroce ne défraie la chronique… A ce moment, le « roman », le film ou le récit accrochent les intérêts….la ville se décline autrement, les « dessous » urbains remontent à la surface. 

La pandémie est silencieuse, sournoise. Elle prend place dans le quotidien sans bruit, presque d’une manière « sympathique ». Aucun signe visible sur l’espace urbain, ni ruines , ni traces d’un quelconque désastre, ni inondations,  ni impacts spectaculaires…La pandémie s’installe doucement dans le quotidien…Elle instaure une (douce) psychose, il n’ y a pas de paniques dans ses débuts car elle est pétrifiante et nous sommes tintimidés….Elle déclenche le « bouche à oreille » avant de s’étaler sur les réseaux sociaux en cumulant les fake news et les hallucinations les plus diverses.

Dans cette aventure inédite, et comme il y a une absence de recul et de discernement, les réflexes se répètent indéfiniment. Nous avons remarqué que certains « dispositions » nécessaires ont fait grandement défaut.  

 Premièrement, alors que le monde autour de nous adoptait des formes d’isolement en fermant leurs frontières et commencer à réfléchir aux « gestes barrières » , nos aéroports, nos ports  continuaient à accueillir les voyageurs. Nus ne savions as comment réagir…Les premiers porteurs de masques sont « évités »  comme s’ils sont atteints de gâle… (Université). Nous ne pouvions éviter de nous toucher…  

Deuxièmement, la communication officielle, maladroite elle adopte des modes discursifs politiciens de toujours, comme s’ils’agissait d’une campagne électorale. Le discours est souvent dans l’autosatisfaction,  élogieux, recourant à des statistiques invérifiables et aux récits des moyens à notre dispositions. 

Troisièmement, pour mettre en place des modes opératoires, il s’est avéré que tout le tissu associatif a été tellement perverti qu’il ne dispose d’aucune expérience pour être le relais avec la société. 

En somme, l’absence d’une culture de « prévention » a dévoilé la mollesse et les atermoiements des institutions dans les alertes. Les « veilles » sont devenues dans le monde de « éclaireurs » susceptibles d’envoyer des signaux sur des phénomènes imminents susceptibles d’indisposer la vie sociale (localisation de foyers de pandémie,  pic de pollution, BMS….). Et justement par rapport à la nature des alertes, les « gestes » a adopter sont tellement serinés et même « exercés » qu’ils deviennent des réflexes.  Les villes sont ainsi préparées à faire face à ces calamités, rien qu’en adoptant  un « aménagement de crise ». Salles de sport, stades et autres structures importantes sont en général conçus et équipés pour servir à la survie….

La communication n’est pas une occasion  pour s’enorgueillir de sa « prédisposition »  naturelle ou acquise dans « l’être au monde ». Ce n’est non plus une manière verbale pour « affirmer » sa puissance. Le réflexe de « l’animal politique » se trahit dans un verbiage improductif. Cet homme espère faire adhérer la foule à sa façon de voir. Cependant, en situation de pandémie, ce discours aura non seulement figé les « élans », il aura  aussi dispersé les attitudes….Ainsi, au lieu de faire prévaloir une lucidité en rapport avec le danger concret, le discours a été souvent orienté pour « désigner » les coupables, généralement des personnes en proie à la panique ou  prompts à faire montre de leur « kfaza », sautant sur toutes les occasions pour faire leur beurre…. Il sert aussi à se disculper et à se déresponsabiliser…La communication sociale est aux antipodes  des discours dithyrambiques politiques. Elle est froide, carrée, rationnelle et sans équivoque.     

Le troisième point mérite une réflexion plus poussée. Je le traiterai une autre fois.   

       

Abdelouahab Bouchareb, "Ville, résilience et pandémie," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 21/07/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1535.

PANDÉMIE et ANGOISSE URBAINE

Le Covid 19 est entré dans les « moeurs » par le langage comme toute chose redoutable. Il est même employé dans les joutes de contrepèterie. Les débats « peu structurés » se complaisent dans l’usage des occurrences aux consonances « dans l’air du temps ». Raoult aux traits d’un messie apportant dans une vive volte face sa chloroquine, donne de l’espoir. La controverse cultivée par les médias (BFM en particulier) est amusante. Elle arrive quand même à atténuer  la psychose. Le discours politique se relâche. Il se veut rassurant…mais tourné en dérision, tant la réalité connue de tous et les discours sont  contradictoires….

Pendant ce temps la ville est délaissée aux éléments de la nature. Je me suis aventuré dans son centre et dans sa périphérie….C’est la force centrifuge qui prend le dessus. Les habitants cherchent dans les alentours  et dans les périphéries les lieux de sérénité…Et c’est justement dans ces lieux que la distanciation devient naturelle. Les habitants cherchent la nature, le gazon, le paysage naturels des horizons, la brise et les senteurs champêtres.

Ils sont la sur des bancs publics ou à même le gazon à promener leurs regards dans un calme presque glacial sur tout ce qui bouge, tout ce qui émet un bruit. Ils sont sans doute dans une approche de perception et d’appréciation de phénomènes que leurs préoccupations quotidiennes avaient refoulés au rang de « l’infra ordinaire ».

Le centre ville est désert malgré le mouvement de quelques badauds. Les marcheurs ont hâte de le traverser comme s’ils sont pourchassés. Malgré cette chaleur assez douce, malgré les couleurs et les formes plus franches des édifices, les lignes épurées des rues, le mobilier stylisé, l’angoisse est pesante. Les passants ne se frôlent pas. Ils évitent de se frôler….ils tentent de se « distancier »…ils réussissent mais au prix d’un effort important.

J’imagine, les villes ou l’on n’a pas la possibilité de se frôler, de se toucher sont proie à l’angoisse. Circuler dans les rues et les ruelles de la Vieille-Ville ne peut se faire sans s’effleurer…sans dire au moins une fois « pardon! » ou « excusez-moi » car vous aviez involontairement touché quelqu’un d’une manière assez vive…

Il y a une crispation de sentiments dans un espace pourtant se montrant accueillant, humain… »le cœur n’y est pas ». Nous pouvons pour une fois lire l’espace, mais sans s’en délecter ni s’en enivrer. La lisibilité est là…l’angoisse aussi.

Dans certains milieux scientifiques, on se tourne vers les effets et les impacts de cette pandémie sur le quotidien. En réalité tout les discours sur la « résilience » sont pour une fois confrontés à la réalité. Il me semble que le nature du la catastrophe n’était pas vraiment attendue. Le risque n’a pas ces origines auxquelles le monde est préparé. Ni technologiques, ni naturelles…Une pandémie.

Et l’on se tourne rapidement vers ce pages d’histoire ou l’humanité (avec sa mobilité réduite): la peste, la lèpre…et la fièvre espagnole comme la plus récente des pandémie. On compare, on jauge, on fait de analogies….mais la pandémie se prolonge et la psychose aussi. Il y a même des états qui se sont déclarés en « guerre » contre la pandémie. Les victimes sont recensées parmi, l’armée des blouses blanches…

L’homme du XXIe S. fait face à un « mal » sournois, invisible, imprenable. Il mesure ses capacités à faire face à un ennemi « viral », ses possibilités d’adaptation, et surtout évaluer ses aptitudes à la collaboration….

Dans cette psychose, la ville s’abstrait, si elle n’est pas déjà à l’origine de ce mal. L’angoisse urbaine laisse place aux « brouhahas » quotidiens. Son centre aux antipodes des mesures de confinement et aux gestes barrières, est vidé…Beaucoup de selfies émanent de territoires naturels (forêts, prairies…) et de zones rurales…

Abdelouahab Bouchareb, "PANDÉMIE et ANGOISSE URBAINE," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 19/07/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1527.

 

 

 

SENTIMENT DE VILLE DANS LE CONFINEMENT

COVID 19, le vocable s’est rapidement incrusté dans le jargon quotidien, encore plus rapidement que la propagation du virus. Cependant, mi-amusés mi-inquiets, mes connaissances n’arrivaient pas à trancher sur la position à adopter. Les terribles images qui nous venaient de Yuhan (cette ville chinoise dans laquelle le virus faisait des ravages) incitent à la   peur, mais la Chine est loin. L’alerte donnée en Europe n’avait encore éveillé nos « responsables », le COVID est encore loin…..

Un cas a été signalé, un ressortissant italien. Mais comme le droit à l’information  est assez précaire, la vérité sur l’état de santé de cette personne est restée sans suite….Covid or not covid ? Dans cette suite, tout ce qui débarquait d’Europe est redouté, proche parent ou pas…

Les signalements des cas sont rares, mais la « multiplication » des versions annonce une situation ou la frénésie commence à s’emparer des individus. Les premiers masques faisaient leur apparition au dernier vendredi du hirak avant sa suspension pour cause de pandémie.

Ecoles, collèges, lycées et universités sont désertés. Les mosquées fermées, les muezzins finissent leur appel à la prière par un rappel inédit:       » priez chez vous! ». le confinement est annoncé.

Petit à petit, la ville s’aplatit, son tumulte s’atténue, la flopée des errants s’éteint…

Qu’est-ce la ville en ces moments ?

Rien d’autre qu’une somme de chez soi. Des nids douillets, homes de plaisir même exigus. Nous voila dans le chemin inverse: de la « cité au nid.. » Tout à coup, nous redécouvrons « l’habiter » tel que Heidegger le proclamait, un « être de l’habiter », un monde exigu mais infini et merveilleux et dans lequel la poésie fuse. Il n’est pas saisissable dans le « logis » mais dans  le prolongement de « l’abri » vers les sensations de sécurité, de plénitude et d’accomplissement. 

Découvrir la ville à travers le confinement, c’est la visiter à travers le petit monde du home. Tout à coup, le monde se décline dans une logique multiscalaire…. Les médias, la télévision particulièrement, les réseaux sociaux nous font découvrir notre « position », nos coordonnées dans un système. C’est comme regarder le monde à travers le trou d’une serrure, ce voyeurisme « délicieux » est comme un rêve, nous le regardons, nous le vivons et il est « miniature »….et nous sommes des enfants parmi les nôtres….

Dans la chaleur du home, de la famille, nantis donc ce sentiment de bien-être nous osons regarder la ville à partir d’une fenêtre, d’un balcon, d’une terrasse…Nous pensons qu’il y a une épaisseur protectrice et cette opacité quotidienne qui nous empêche d’évaluer nos rapports aux passants et aux édifices disparaît … 

Dans ce confinement, nous redécouvrons nos fenêtres, nos balcons, les paysages, les ambiances des « rues ». Nous nous découvrons une curieuse douceur envers les plantes d’intérieurs, et pourtant elles étaient là depuis un bon moment. Et l’oiseau du petit, dans sa cage, il est un véritable enchanteur, nous l’écoutons avec jubilation.

Dehors, nous prétons l’oreille.  Nous entendons le frémissement des feuillages sous la douce brise, nous entendons le gazouillis insistants de volatiles que nous avons oublié. Nous découvrons la lumière, les ombres, la couleur, les senteurs….et la solitude des rues.

La ville se vautre comme une nana épuisée….démaquillée mais toujours belle…

C’était pendant le temps du premier confinement..             

Abdelouahab Bouchareb, "SENTIMENT DE VILLE DANS LE CONFINEMENT," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 16/07/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1518.

 

 

LA VILLE NOUVELLE ALI-MENDJELI DE CONSTANTINE, 25 ANS APRÈS Une méga cité en quête d’identité

Traversée par un gigantesque chantier où s’amoncellent, sur près de trois kilomètres, des montagnes de rebut de ferraille et de béton, l’artère principale de la ville Ali-Mendjeli ressemble à un champ de bataille. 

Inaccessible, la nouvelle ville Ali-Mendjeli n’est plus ce lieu privilégié de la vie urbaine promis. Encore moins un centre aux fonctionnalités multiples, vitrine d’excellence d’une métropole en devenir. Ses concepteurs n’avaient pas prévu, en effet, qu’une ligne de tram éventrer la cité. Repoussé à maintes reprises pour cause de retard dans les travaux, le projet d’extension de la ligne de tramway de Constantine vers Ali-Mendjeli peine à fixer une échéance. Mais les désagréments causés par ce chantier ne sont que la résultante des anachronismes de gestion qui ont prévalu à l’intendance de la chose publique dans cette ville, demeurée pendant des années sans filiation administrative.
Promue au rang de circonscription administrative au mois de septembre dernier, la désormais wilaya déléguée d’Ali-Mendjeli est tenue de relever d’innombrables défis liés aux doléances légitimes et urgentes de ses habitants.

Au-delà donc de ses missions originelles, le wali délégué devra d’abord démêler un inextricable legs, pallier le manque d’équipements publics, d’aires de jeux et de loisirs, d’espaces verts, d’infrastructures sportives et culturelles avant d’engager une véritable mise à niveau de son socle urbain.
Avec une superficie de près de 4 400 ha, une population qui avoisine les 450 000 habitants et un parc immobilier d’environ 90 000 logements, la ville Ali-Mendjeli est constituée de vingt unités de voisinage (UV) composées d’îlots d’habitation et de deux extensions (Sud et Est).

Un labyrinthe grandeur nature où il est difficile de se retrouver, y compris pour ses propres habitants, de par l’inexistence de plaques de signalisation et d’une toponymie officielle, si l’on excepte quelques dénominations d’équipements importants, à l’image des universités de Constantine 2 et 3 respectivement Abdelhamid-Mehri et Salah-Boubnider ou encore l’hôpital militaire régional Abdelaali-Benbaatouche.

New York …Kandahar 
Au sein des unités de voisinage, “certaines cités portent carrément le nom du promoteur immobilier, voire les appellations des quartiers d’origine ou même des bidonvilles dont sont issus leurs occupants”, nous confie Lokmane, un habitant de la nouvelle ville Ali-Mendjeli. On y trouve “Bardo, Fedj Errih, Tindouf, El-Firma, New York, Kandahar, El-Kahira, Hay Laarayess…”.
“Les aires de loisirs, les espaces verts, les stades de proximité, les infrastructures sportives ou d’animation pour jeunes sont
quasi inexistants dans la plupart des unités de voisinage alors que les quelques structures existantes se trouvent dans un état lamentable”, soutiennent les jeunes d’Ali-Mendjeli, qui attendent depuis des années la réception des projets de la piscine semi-olympique et du stade de 3 000 places. Les travaux de la piscine, dont l’inscription remonte à plus de dix ans, sont pratiquement à l’arrêt alors que sa réception avait été fixée à l’été passé. Cela, au moment où les parties réalisées ont subi de graves dégradations. Il en est de même pour le chantier du stade de 3 000 places qui semble être totalement à l’abandon.

À l’UV 16, qui compte à elle seule près de 20 000 habitants, comme à l’UV 18, la plus importante en termes de superficie, jeunes et enfants se plaignent de l’inexistence d’espaces de détente ou de pratique sportive, assistant impuissants aux affectations des assiettes foncières encore disponibles à la périphérie de leurs cités à des promoteurs et investisseurs dans le secteur commercial notamment. Tel est le cas à l’UV 10 où l’on peut distinguer une clôture autour d’une importante poche devant abriter, selon les riverains, un projet de mall, le plus grand d’Afrique, dit-on. Un projet qu’ils récusent d’emblée soutenant que la présence d’un tel édifice en milieu urbain corrompt leur quiétude.
Le transport à l’intérieur de la nouvelle ville dépend du bon vouloir des taxieurs clandestins qui se sont imposés dans ce créneau comme l’unique alternative pour les usagers dans leurs déplacements entre différentes UV, distantes parfois de plusieurs kilomètres ou encore entre ces dernières et la station intermédiaire du tramway ainsi que les centres commerciaux. Les clandestins sont même parvenus à mettre en place une sorte d’intendance “syndicale” pour organiser les stationnements et services qu’ils proposent devant les défaillances des transports en commun et le refus des taxieurs légaux d’assurer des courses peu rentables sinon d’imposer une tarification exorbitante.
Des stations ostentatoires des taxis clandestins ont vu le jour en différents endroits alors que les prestataires n’y vont pas de main morte et comptent même entamer des démarches en vue d’obtenir des autorisations exceptionnelles pour exercer sans être inquiétés par la police. Seul bémol, pour les usagers, les bus assurant les dessertes entre la gare routière de l’UV 2 et la station du tramway à l’entrée de la ville, lequel trajet peut s’avérer quand même très long puisque les transporteurs en commun sont tenus de respecter un itinéraire à travers plusieurs unités de voisinage. En attente donc de l’achèvement des travaux de la deuxième tranche du projet d’extension du tramway qui ralliera plusieurs points de la ville nouvelle, ses habitants devront prendre leur mal en patience.
En quête d’identité, la nouvelle circonscription d’Ali-Mendjeli semble esquisser son devenir autour des activités commerciales qui lui ont redonné une vitalité impétueuse. L’installation de grandes surfaces commerciales et de tant d’autres supérettes et commerces, aussi divers qu’achalandés, a grandement participé à faire de la ville nouvelle, une destination de choix pour les consommateurs constantinois et même d’autres wilayas limitrophes. “On y vient même de Tunisie”, assure un commerçant.

Le brassage identitaire des Universités de Constantine 2 et 3 et des cités universitaires est également pour quelque chose dans le dynamisme débordant qu’elle connaît.

Une ville qui redécouvre la vie nocturne enfreignant les rites de la cité mère, Constantine, et démystifiant les clichés de sa dangerosité. “Elle n’est ni plus ni moins délinquante que d’autres métropoles du pays”, rassure Azzouz, un retraité habitant à l’UV 6.

Une réputation de Bronx
À tort ou à raison, le nom de la nouvelle ville a été lié durant de longues années à la délinquance et au banditisme. Une réputation de cité coupe-gorge qui s’est accentuée depuis 2013, après le double assassinat de deux enfants, Haroun et Brahim, dans des conditions atroces et 2014, suite aux violences inouïes entre bandes rivales qui ont duré plusieurs jours. Deux événements regrettables largement médiatisés instaurant par la même occasion un climat d’insécurité et de peur parmi les habitants d’Ali-Mendjeli eux-mêmes. Selon ces derniers, la couverture sécuritaire de la ville est restée insuffisante pendant longtemps au moment où la tendance à la criminalité et au banditisme était à la hausse. “La situation s’est nettement améliorée ces trois dernières années après la mise en service de plusieurs sûretés urbaines et le renforcement de la présence policière dans les différentes unités de voisinage”, témoignent-ils.
Un climat qui favorise le phénomène de trafic de drogues et de psychotropes. “Je crains qu’Ali-Mendjeli ne devienne une plaque tournante régionale de ce trafic. Il n’y a qu’à voir l’âge et le nombre de jeunes qui se shootent avec ces saletés et les commercialisent à longueur de journée et au su et au vu de tout le monde”, nous dit Lounis, un enseignant résidant à Ali-Mendjeli.

Insécurité
Pour le chef de sûreté de wilaya, Abdelkrim Ouabri, “l’évocation de la nouvelle ville Ali-Mendjeli renvoie indubitablement à sa population qui avoisine les 500 000 âmes, sans parler de la population flottante qui dépasse les 800 000 personnes qui proviennent quotidiennement de Constantine et des wilayas limitrophes attirées particulièrement par les Malls et grandes surfaces qui s’y trouvent. C’est une ville très animée pendant la journée et qui veille tard aussi, contrairement aux autres localités. On peut y acheter du pain à 23h”. Concernant la couverture sécuritaire d’Ali-Mendjeli, le premier policier de la wilaya de Constantine dira : “Il y a quatre années, il n’y avait que deux sûretés urbaines qui couvraient l’agglomération. Aujourd’hui, ce sont pas moins de onze sûretés urbaines opérationnelles en plus d’une BMPJ et d’une CIR (compagnie d’intervention rapide). Récemment, nous avons procédé à la mise en service d’une sûreté de daïra à Ali-Mendjeli, qui donnera un plus à la cohésion et à la coordination entre les différentes sûretés urbaines. Et avant l’ouverture des dernières sûretés urbaines, nous avons également délocalisé la BRI et la BRB de la sûreté de wilaya vers la nouvelle ville Ali-Mendjeli qui ont réalisé un excellent travail et continuent à le faire puisqu’ils s’y sont installés. L’on peut donc dire que l’on avance progressivement vers une couverture sécuritaire totale de cette ville.”
Lui aussi reconnaît que la délinquance et le banditisme les plus répandus à la nouvelle ville Ali-Mendjli sont la consommation et le trafic de drogue. “Un fléau qui prend de l’ampleur. Le port d’armes prohibées était également répandu dans cette ville, mais il a diminué de manière significative au même titre que la petite délinquance, tels les vols à la sauvette.” Le plus important pour M. Ouabri est de procurer un sentiment de sécurité chez les citoyens d’Ali-Mendjeli.
Le chef de sûreté de wilaya estime qu’“il ne faut pas croire que l’indiscipline est le propre d’Ali-Mendjeli, qui demeure quand même une ville où il y a énormément de mouvement de par sa vocation commerciale. Ce qui explique notre déploiement soutenu dans cette cité. Et nous ne pouvons pas dire non plus que nous maîtrisons totalement la situation sécuritaire dans cette ville, mais à travers notre présence sur le terrain, le travail de recherche qui se fait et le suivi des plaintes des citoyens, nous voulons tisser une complémentarité pour un même objectif : la sécurité et le bien-être de tous”.

Reportage réalisé par : Kamel Ghimouze

Paru dans LIBERTE du 23 mai 2020

INTERVIEW : “Ali-Mendjeli est une kyrielle de bâtiments décontextualisés”

La ville nouvelle Ali-Mendjeli continue d’évoluer à sa manière… anarchique. “Un quart de siècle après son lancement, il est impératif de reprendre le contrôle à travers l’adoption d’une vision urbaniste inclusive et intégrale”, préconise le professeur d’architecture Abdelwahab Bouchareb. 

Liberté : Vous avez déclaré à propos de la ville nouvelle Ali-Mendjeli que “l’absence d’une vision urbaniste favorise le kitsch urbain”. Peut-on attester de la pertinence de ce constat, 25 ans après le lancement de cette ville nouvelle ?
Abdelwahab Bouchareb :
 En fait, nous constatons actuellement que la ville nouvelle Ali-Mendjeli est davantage une juxtaposition qui atteste également de l’esprit concurrentiel qui prévaut dans l’épreuve managériale fortement attachée au marketing et qui privilégie l’image au détriment du fond. Ainsi, en l’absence d’un plan directeur, le laisser-faire reproduit une kyrielle de bâtiments décontextualisés. Aujourd’hui, l’engouement envers les hyper-centres commerciaux ne fait que prolonger ce kitsch. Il faut également préciser que l’urbanisme tend de plus en plus à se détacher dans la pratique du métier de l’architecte. À l’heure actuelle, l’urbanisme est transdisciplinaire. Il faut préciser qu’avec le système LMD, la formation des architectes ne se penche que sur l’architecture, la formation en gestion et techniques urbaines est consacrée à la gestion (une sorte de service après-vente). Or, l’urbanisme a pour mission aussi la conception des villes et des quartiers pour aboutir à des produits harmonieux et cohérents. Dans tous les cas de figure, il est impératif de reprendre le contrôle à travers l’adoption d’une vision urbaniste inclusive et intégrale.

Plusieurs programmes dits de requalification et de mise à niveau de cette ville ont été initiés par les pouvoirs publics ces dernières années. Ont-ils impacté de manière significative l’amélioration du cadre de vie de ses habitants ?
Il me semble que les impacts des programmes et des opérations ne sont pas ressentis, du moins pour le moment, à l’échelle de la ville nouvelle Ali-Mendjeli. À mon avis, les chantiers dont elle fait l’objet depuis quelque temps, particulièrement le projet de tramway, et l’entrée à partir de l’autoroute ne favorisent pas une évaluation objective. Cependant, les programmes localisés destinés aux habitants au niveau des unités de voisinage apportent leurs lots de satisfactions chez les habitants concernés.

Pensez-vous que le cadre matériel a dépeint sur le contenu social de cette ville nouvelle tant les clichés admis, y compris par ses propres habitants, lui confèrent une réputation de Bronx ?
Ali-Mendjeli n’a pas échappé aux clichés qui accompagnent tout nouveau cadre urbain. Les questions relatives à la criminalité sont réelles et c’est un fait. Mais quelles sont les différences en matière de faits divers par rapport aux autres villes ? C’est vrai, il y a eu des intermèdes dramatiques qui ont apostrophé l’opinion publique, certes. Mais cette médiatisation a collé à la ville nouvelle Ali-Mendjeli une image abjecte et sauvage.
Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la population provient d’un relogement dans le cadre de la résorption des bidonvilles. Il n’y a eu qu’une délocalisation-relocalisation des habitants. Durant les premiers moments, les réflexes étaient restés les mêmes, avant que les jeunes adolescents ne comprennent qu’ils doivent s’adapter à un cadre social et économique nouveau.
Il y a bien également un travail rigoureux de la part des services qui a accéléré l’instauration d’un sentiment de sécurité. Il faut également préciser que l’ampleur des investissements commande des mesures adéquates en matière de sécurité.

Une vitalité débordante caractérise néanmoins cette ville, s’agissant des activités commerciales qui prennent de l’ampleur et semblent esquisser sa vocation, alors que la dimension socioculturelle est quasi inexistante ? 
Avant d’aborder cette vocation commerciale, il s’agit de préciser que cette ville est exclusivement jeune. Elle compte deux grandes universités, lieux de résidence de jeunes couples et locaux des fonctions libérales (jeunes médecins, avocats, notaires…). Cela dit, cette ville est jeune. Je me demande si ce n’est pas la ville qui abrite la population la plus jeune en Algérie.

 Il va de soi que les activités commerciales correspondent à la vitalité de cette jeunesse. La mode vestimentaire, le commerce de l’électronique, l’informatique et la téléphonie, les lieux de consommations ont tendance à se projeter en pole position dans les demandes et à se multiplier dans la ville nouvelle. Même les services sont tenus par les jeunes. Il y a, et il faut vraiment le souligner, une jeunesse qui n’a aucun complexe à assurer des activités jadis boudées. Ce sont des vendeurs, des revendeurs, ce sont traiteurs, des démarcheurs. Il y a beaucoup de magasins qui informent leur clientèle sur les nouveaux arrivages des produits. D’autres qui vendent en ligne.

En la matière, la ville donne l’image d’un grand bazar…
C’est un grand bazar qui semble être une niche de la mondialisation-globalisation. Les produits “made in” sont disponibles, au grand plaisir d’une jeunesse qui aspire à vivre le temps universel.
La dimension socioculturelle peut sembler être reléguée aux calendes grecques. Mais ce domaine doit s’adapter à cette vitalité. Ce qui manque aujourd’hui, ce sont les espaces de loisirs, de culture et de sport, car dans la politique, ce domaine relève des pouvoirs publics.
La ville nouvelle est un cadre favorable à l’investissement. Alors, pourquoi pas l’investissement dans le secteur de la culture, des loisirs et des sports ? Sur ce plan, il y a des restaurants gastronomiques qui se sont spécialisés dans les mets traditionnels, des traiteurs de confiseries et de gâteaux constantinois, et même des épiceries fines. Cette jeunesse de la ville nouvelle a et aura besoin de loisirs. Il y a lieu d’instaurer ces espaces correspondant à leurs aspirations (salles de cinéma, salles de sport, théâtres…).

Dans quelle mesure la ville Ali-Mendjeli peut-elle capitaliser les attributs de cet acquis, ville des sciences par exemple ?
Ces deux universités insèrent la ville vouvelle Ali-Mendjeli dans une trame
géographique : nationale (des étudiants qui viennent de toutes les wilayas), régionale (des étudiants africains) et même du Proche-Orient et internationale. Cette visibilité offre une opportunité pour capitaliser ces attributs et étoffer cette vocation tertiaire supérieure. C’est l’économie des savoirs et de la connaissance, de la formation.
Il y a dans cette proximité ville-université une occasion pour amorcer une ouverture sur l’économie basée sur les innovations, les technologies, la recherche-développement, l’entrepreneuriat, la créativité.
Ces universités sont en mesure, en présence d’un cadre harmonieux, d’accompagner le développement de la ville nouvelle en accompagnant les gestionnaires, les opérateurs économiques et les entreprises dans la concrétisation d’un développement urbain durable, dans l’instauration d’un vivre-ensemble solidaire et équitable.

Plusieurs travaux d’universitaires ont été consacrés au modèle de la nouvelle ville Ali-Mendjeli. Quel a été leur apport dans la prise des décisions par les pouvoirs publics en matière d’aménagement urbanistique ?
Les centres de documentation et la bibliothèque foisonnent de travaux sur la ville nouvelle. Depuis 1990, avant même le lancement des premiers travaux à la ville nouvelle Ali-Mendjeli, les projets d’étudiants portaient un intérêt particulier aux utilités d’une ville nouvelle, du modèle urbain, du mode d’habitation, des espaces d’accompagnement. Aujourd’hui, ce sont des thèses de magister et de doctorat qui traitent des problématiques de la durabilité, de l’accessibilité, de la mobilité, de l’identité urbaine en gestation et surtout de son devenir prospectif.

C’est dire comment évoluent les thématiques des travaux universitaires avec l’évolution de la ville nouvelle elle-même. Cette attitude traduit tout l’intérêt que portent l’université et les chercheurs à cette ville nouvelle, qui demeure un véritable laboratoire dans lequel et sous nos yeux s’accomplit un phénomène urbain dans sa forme la plus brutale.
Mais ces travaux n’ont été ni valorisés ni servis pour pallier les malfaçons.
Il se peut que le statut administratif de la ville nouvelle Ali-Mendjeli de l’époque, imprécis, n’ait pas favorisé cette relation université-secteur socioéconomique.

Vous êtes pour une mise en place d’un observatoire pluridisciplinaire de spécialistes devant accompagner les pouvoirs publics dans leurs projections futures pour cette ville. Peut-on connaître les missions de cet observatoire ?   
Nous avons accompagné cette ville nouvelle depuis sa naissance. Nous observions son évolution du coin de l’œil. Depuis le temps des géographes, suivi par celui des architectes chargés de la conception des immeubles, puis celui des politiques et des décisions de relogement des habitants des quartiers insalubres, celui des habitants qui donnent vie à la ville (M. Cote), nous sommes aujourd’hui au temps des chercheurs. La mission de ces derniers consiste à problématiser le présent, à prospecter l’avenir, à étudier les détails d’urbanisme, à chercher comment réajuster le cadre urbain aux aspirations présentes et anticiper sur l’avenir.
Aujourd’hui, la ville nouvelle Ali-Mendjeli a l’âge d’une génération ; il y a désormais des natifs d’Ali-Menjeli. Ils ont une histoire, elle correspond au temps vécu dans cette ville. Ils ont des réminiscences. La ville nouvelle a son Histoire, celle de cette première génération.  Dans ce même cadre d’observatoire urbain et dans les circonstances actuelles de pandémie, il y a lieu d’évoquer les possibilités de se pencher sur la résilience urbaine. Cette dernière, du ressort de l’observatoire, s’étudie, se conçoit et se prépare. Dans ce sens, les villes se dotent de ce plan de résilience nécessaire pour assurer une viabilité post-calamités.
Après une période, il faut établir un bilan. Un retour d’expérience s’impose avant de se pencher sur le devenir d’Ali-Mendjeli.

Entretien réalisé par : Kamel Ghimouze 

PARUE SUR LIBERTE DU 23 MAI 2020.

L’interview a été  tronquée par la Rédaction,

Ci joint le contenu intégral:

  1. « L’absence d’une vision urbaniste favorise le kitsch urbain » avez-vous écrit dans l’une de vos contributions à propos de de la nouvelle ville Ali Mendjeli. Pour autant, peut-on attester de la pertinence de ce constat, un quart de siècle après le lancement des premiers chantiers de cette ville nouvelle ?

 En fait nous constatons actuellement que la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli est davantage une juxtaposition d’immeubles (particulièrement les équipements publics et privés), qui atteste également de l’esprit concurrentiel qui prévaut dans l’épreuve managériale fortement attachée au marketing et qui privilégie l’image au détriment au détriment du fond. Ainsi, en l’absence d’un plan « directeur », le laisser-faire, reproduit une kyrielle de bâtiments décontextualisés. Aujourd’hui, l’engouement envers les « hyper centres » commerciaux ne fait que prolonger ce kitsch.

Il faut également préciser que l’urbanisme tend à se détacher de plus en plus dans la pratique du métier de l’architecte. Dans ce sens qu’il convoque des savoirs multiples. A l’heure actuelle, l’urbanisme est transdisciplinaire. La formation  (master en urbanisme) n’est disponible qu’à Constantine (à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Université S.Boubnider Constantine 3). Il faut préciser qu’avec le système LMD, la formation des architectes ne se penche que sur l’architecture, la formation en Gestion et Techniques urbaines est consacrée à la gestion (une sorte de service après-vente). Or l’urbanisme a pour mission (aussi) la conception des villes et des quartiers  pour aboutir à des produits harmonieux et cohérents …

Dans tous les cas de figure, il est impératif de « reprendre » le contrôle à travers l’adoption d’une vision « urbaniste » inclusive et intégrale.

  1. Plusieurs programmes dits de requalification et de mise à niveau de cette ville ont été initiés par les pouvoirs publics ces dernières années. Ont-ils impacté de manière significative l’amélioration du cadre de vie de ses habitants ?

Il me semble que les impacts des programmes et des opérations ne sont pas ressentis du moins pour le moment à l’échelle de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli. A mon avis, les chantiers dont elle fait l’objet depuis quelques temps (particulièrement le projet de tramway, l’entrée à partir de l’autoroute) ne favorisent pas une évaluation objective. Cependant, les programmes « localisé » destinés aux habitants (au niveau des unités de voisinage), apportent leurs lots de satisfactions chez les habitants concernés.

  1. Pensez-vous que le cadre matériel actuel a dépeint sur le contenu social de cette ville nouvelle ville tant les clichés admis, y compris par ses propres habitants, lui confère une réputation de Bronx ?

Ali Mendjeli n’a pas échappé aux clichés qui accompagnent tout nouveau cadre urbain. Les questions relatives à la criminalité sont « réelles » et c’est un fait. Mais quelles sont les différences en matière de « faits divers »  par rapport aux autres villes ? C’est vrai il y a eu des « intermèdes » dramatiques qui ont apostrophé l’opinion publique, certes. Mais cette médiatisation a collé à la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli une image abjecte et sauvage.

C’est qu’il ne faut pas oublier, la population  provient d’un relogement dans le cadre de la résorption des bidonvilles. Il n’y a eu qu’une « délocalisation/relocalisation » des habitants. Durant les premiers moments, les « réflexes » étaient restés les mêmes, avant que les « jeunes » adolescents ne comprennent qu’ils doivent s’adapter à un cadre social et économique nouveau. Il y a bien également un travail rigoureux de la part des services qui a accéléré l’instauration d’un sentiment de sécurité.

Il faut également préciser que l’ampleur des investissements commande des mesures adéquates en matière de sécurité.

  1. Une vitalité débordante caractérise néanmoins la ville d’Ali Mendjeli s’agissant des activités commerciales en tout genre, lesquelles prennent de l’ampleur et semblent esquisser une vocation en devenir d’Ali Mendjeli, qualifiée déjà de grand bazar. Cette inclination ne risque-telle pas de reléguer aux calendes grecques la dimension socio-culturelle quasi inexistante au sein de cette cité ?

Vous avez raison d’évoquer cette vitalité qui caractérise cette Ville Nouvelle de Ali-Mendjeli. Avant d’aborder cette vocation commerciale, il s’agit de préciser que cette ville est exclusivement jeune, non pas en rapport à l’âge mais à l’âge de ses habitants. Deux grandes universités, lieux de résidence de  jeunes couples et locaux des fonctions libérales (jeunes médecins, avocats, notaires…) cette ville est jeune. Je me demande si elle n’est pas la ville qui abrite la population la plus jeune en Algérie ?

Il y va de soi que les activités commerciales correspondent à la vitalité de cette jeunesse. La mode (vestimentaire), le commerce de l’électronique, l’informatique et la téléphonie, les lieux de consommations (méga-pizza, restaurants,..) ont tendance à se projeter en pôle position dans les demandes et se multiplier dans la  Ville Nouvelle.

Même les services sont tenus par les jeunes. Il y a, et il faut vraiment le souligner, une jeunesse qui n’a aucun complexe à assurer des activités jadis boudées. Ils sont des vendeurs, des revendeurs, ils sont traiteurs, démarcheurs…Il y a beaucoup de magasins qui « informent » leur clientèle sur les nouveaux arrivages des produits. D’autres qui vendent en ligne….

Le grand bazar semble être une  « niche » de la mondialisation/globalisation. Les produits made in sont disponibles au grand plaisir d’une jeunesse qui aspirent à vivre le temps   universel.

La dimension socio-culturelle peut sembler être reléguée aux « calendes grecques ». Mais, ce domaine doit s’adapter à cette vitalité. Ce qui manque aujourd’hui ce sont les espaces de loisirs, de cultures et de sports, car dans la politique ce domaine relève des pouvoirs publics. La ville Nouvelle est un cadre favorable à l’investissement. Alors pourquoi pas l’investissement dans le secteur de la culture, des loisirs et  des sports ? Sur ce plan, il y a des restaurants  « gastronomiques » qui se sont spécialisés dans les mets traditionnels, des traiteurs de confiseries et de gâteaux constantinois et mes des épiceries fines.

Cette jeunesse de la ville nouvelle a et aura besoin de loisirs….Il y a lieu d’instaurer ces espaces correspondants à leurs aspirations (salles de cinémas, salles de sports, théâtres…).

  1. Pourtant, cette ville abrite deux pôles universitaires importants dont l’un est parmi les plus grands du continent africain. Dans quelle mesure la ville d’Ali Mendjeli peut-elle assumer et capitaliser les attributs de cet acquis (ville des sciences par exemple) ?

Ces deux universités insèrent la Ville Nouvelle Ali Mendjeli dans une trame géographique nationale (des étudiants qui viennent de toutes les wilayas), régionale (des étudiants africains et même du proche orient) et même internationale (experts internationaux). Cette « visibilité » offre  une opportunité pour capitaliser ces attributs et « étoffer »   cette vocation « tertiaire » supérieur (appelé également quaternaire). C’est l’économie des savoirs et de la connaissance, de la formation,

Il y a dans cette proximité Ville-université une occasion pour amorcer une ouverture sur l’économie basée sur les innovations, les technologies, la recherche-développement, l’entreprenariat, la créativité. Ces universités sont en mesure, en présence d’un cadre harmonieux, d’accompagner le développement de la ville nouvelle en accompagnant les « gestionnaires », la société, les opérateurs économiques  et les entreprises dans la concrétisation d’un développement urbain durable,  dans l’instauration d’un « vivre ensemble » solidaire et équitable.

  1. Plusieurs travaux d’universitaires ont été consacrés au modèle de la nouvelle ville Ali Mendjeli. Quel a été leur apport dans la prise des décisions par les pouvoir publics, s’agissant des aménagements urbanistiques et de mise à niveau essentiels et urgents pour pallier aux malfaçons commises ?

Les centres de documentation et la bibliothèque foisonnent de travaux sur la ville nouvelles.  Depuis 1990, avant même le lancement des premiers travaux à la Ville Nouvelle Ali Mendjeli, les  projets d’étudiants portaient un intérêt particulier au ’utilité d’une ville nouvelle, du modèle urbain, du mode d’habiter, des espaces d’accompagnement…Aujourd’hui ce sont des thèses de magister et de doctorat qui traitent des problématiques de la durabilité, de l’accessibilité, de la mobilité, de l’identité urbaine en gestation et surtout de son devenir (prospective) .

C’est dire comment évoluent les thématiques des travaux universitaires avec l’évolution de la ville nouvelle elle-même. Cette attitude traduit tout l’intérêt que porte l’université (et les chercheurs) à cette ville nouvelle qui demeure un un véritable « laboratoire » dans lequel et sous nos yeux,  s’accomplit un « phénomène » urbain dans sa forme la plus « brutale ».

Mais ces travaux n’ont ni été valorisés ni servis pour pallier aux malfaçons. Il se peut que le statut administratif de la Ville Nouvelle Ali- Mendjeli de l’époque, imprécis, n’a pas favorisé cette relation université/secteur socio-écnomique.

  1. Vous êtes pour une mise en place d’un observatoire pluridisciplinaire de spécialistes devant accompagner les pouvoirs publics dans leurs projections futures pour cette ville. Peut-on en savoir plus sur le sujet, les missions, et les prérogatives et la composante de cet observatoire ?   

Merci pour cette question. Nous avions « accompagné » cette ville nouvelle depuis sa naissance. Nous observions son évolution du « coin de l’œil »…Depuis le temps des « géographe », suivi par celui des « architectes » chargé de la conception des « immeubles », puis celui des « politiques »  et des décisions de relogement des habitants des quartiers insalubres , celui des « habitants » qui donnent vie à la ville (M. Cote), nous sommes aujourd’hui au temps des « chercheurs ». La mission de ces derniers consiste à problématiser le présent, à   prospecter l’avenir, à étudier les « détails » d’urbanisme, à chercher comment réajuster le cadre urbain aux aspirations présentes et anticiper sur l’avenir…

Aujourd’hui la Ville Nouvelle Ali Mendjeli à l’âge d’une génération, il y a des natifs de  Ali-Menjeli aujourd’hui. Ils ont une histoire, elle correspond au temps vécu dans cette ville…ils ont des réminiscences. La ville nouvelle a son Histoire, c’est celle de cette première génération .

Il se trouve que deux universités sont domiciliées dans les « murailles » de cette Ville Nouvelle. Il y a des facultés, des départements (architecture, urbanisme, GTU, économie, sports, Histoire, archéologie, sociologie, psychologie, art et culture, communication, médecine….), des Laboratoires (LAUTES, Ville/santé, Ville/environnement) qui peuvent accompagner le développement et l’évolution cette ville pour peu que cet ensemble soit organisé dans une «structure », à l’image d’un observatoire qui assure une veille continue sur le cadre urbain ( environnement bâti, problème sociaux, mobilité, accessibilité, esthétique urbaine, durabilité, qualité urbaine, .).Sans prétendre avoir des réponses précises relatives aux prérogatives et aux missions, il s’agit de se constituer dans un statut de « prestation expertise conseil » en matière d’études urbaines sur la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli. Aussi, cette « veille », en rapport directe avec les « services » de la wilaya déléguée, peut répondre à des commandes de « recherche » en matière de programmation urbaine, de  stratégies de planification et de mise en projet des programmes.

Dans ce même cadre d’ « observatoire urbain » et dans les circonstances de pandémie actuelle, il y a lieu d’évoquer les possibilités de se pencher sur la résilience urbaine. Cette dernière du ressort de l’observatoire,   s’étudie, se conçoit et se prépare. Dans ce sens, les villes se dotent de ce «plan de résilience » nécessaire pour assurer une viabilité «post-calamités ».

25 ans d’âge, la ville Nouvelle Ali-Mendjeli, un bilan, un retour d’expérience s’impose avant de se pencher sur son devenir.

Le modèle d’El-Qazwini : un équilibre idéal entre ville et territoire

Double ceinture verte selon le modèle d’El-Qazwini : un équilibre idéal entre ville et territoire
Dans ce principe élaboré au XIIIè siècle par le géographe et auteur du célèbre ouvrage Adjā’ib al-makhlūqāt wa gharāib al-mawdjūdāt (عجائب المخلوقات و غرائب الموجودات), la ville est entourée d’un anneau irrigable de jardins potagers, de vergers et de cultures des simples. Au-delà de cette zone où opère le génie hydraulique, se retrouvent les champs céréaliers, les prairies, les bois, les forêts et les champs de pâture. Jusqu’à l’avènement du colonialisme au Maghreb, nos villes étaient basées sur ce principe « qazwinnien » qui permettait à la fois une auto-suffisance et une mondialisation des produits de la terre et de l’artisanat. La lexicologie permet de déceler les traces de ce modèle économique : adjinna, djennat, djneïn, geonardo (djennatou-el-ardhou), …
Étymologiquement, djenna signifie ce qui masque la vue, ce qui voile le regard, et rend de ce fait la chose voilée insondable, impénétrable, incommensurable … La civilisation qui se forme dans les villes peut ainsi être considérée comme tenant du mystère ; lorsqu’elle est enveloppée d’une auréole verte (adjinna), elle forme une brillante civilisation. Tout comme la ville est un mystère, ses quartiers, ses rues et la société qui l’anime, sont autant de mystères à sonder et à contempler car à chaque mystère correspond un voile protecteur, à chaque ville correspond ses ceintures vertes durables, nourricières, récréatives, rayonnantes ; à chaque quartier correspond ses jardins touffus et colorés, à chaque rue correspond son couvert ravissant et ombrageux, … à chaque corps correspond un jardin secret insondable.
L’idéologie nouvelle du Développement Durable nous impose une nouvelle vision, qui se rapproche, d’un certain point de vue, de nos anciens modèles économiques basés notamment sur l’écologie et l’utilisation raisonnable et raisonnée des ressources naturelles. Ré-inventons la théorie qazwinniene du XXIè siècle !
الجنة في اللغة عبارة عن ستار يحجب فيه المعجزات
المدينة معجزة و الحي معجزة و الشارع معجزة و البدن معجزة
فالكل معجزة أجنة مظللة ، لكل بدن جنة طيبة عطرة ، لكل شارع جنة مسجرة فاخرة ، لكل حومة جنة كثيفة ملونة ، لكل مدينة أجنات خالدة منعمة ممتعة مشرقة
Farid HIRECHE 
Paysagiste-Chercheur 
Publié avec l’aimable autorisation de M. Farid HIRECHE.
Pour citer l’article :
Farid HIRECHE. Le modèle d’El-Qazwini : un équilibre idéal entre ville et territoire.

LE GENRE, ESTHÉTIQUE DU HIRAK .

A Constantine, le hirak s’est approprié l’espace public dès le vendredi II. Le vendredi III correspondait à un 8 mars. La mobilisation était intense. L’espace public devient la scène d’une multitude de représentations sociales, symboliques et culturelles. 

L’ambiance maussade et froide des jours passés  qui caractérisait des espaces insérés dans le parcours s’était complètement transformée.   L’atmosphère, malgré la pluie quelque fois,  donne l’impression d’un « rêve », tant les espaces sont transfigurés. La caractéristique principale que j’ai eu à remarquer en priorité reste cette irruption du « genre » sur l’espace public.  Femmes et enfants  prennent possession de l’espace urbain. Ils sautillent, gambadent, chantent sous leurs applaudissements rythmés.  Je vous jure que c’est vrai!

Qui a imaginé qu’un jour des « femmes » et des enfants  marcheraient entre les hommes dont les looks et les vêtures renvoient à des modèles « idéologiques » volontairement signifiés ? Voilées ou non voilées, gauches, laïcs, islamistes ou féministes, l’espace devient durant quelques moments un « chaudron » ou se mijote dans une  l’alchimie un invraisemblable destin…

Dans le quotidien de la ville (le centre particulièrement) , toujours sur la tangente, le féminin est « épié ». Quelques couloirs lui sont « réservés ». Il y a même des lieux dans la ville qui demeurent  inaccessibles aux femmes. Rahbet Ladjmel par exemple,  est un lieu  typiquement masculin. Endroit de l’économie « souterraine », le marché noir est exclusivement dédié au prêt-à-porter  masculin (jeune) et à électronique (téléphonie), avec un accès ou pullulent les cambistes, dont la prestation expansive se déploie souvent sur la Place adjacente (1er Novembre 1954). Avec des étudiants, nous avions mené un travail enquête sur ce lieu particulièrement (avant le hirak en 2018 sur le thème le genre et l’espace urbain)  , nous avions remarqué qu’a ce niveau, les femmes accélèrent les pas et surtout elles empruntent la chaussée au lieu de traverser cette Place. Une seule fois, j’ai remarqué (par hasard) que des femmes ont osé s’approcher de l’entrée publique du théâtre, elles étaient là par ce qu’il y avait une « festival du théâtre de l’enfant »…

La présence féminine au hirak ( et surtout leur mobilisation le 8 mars 2019, correspondant au vendredi III) , celles des enfants étaient remarquable. Elle est restée dans les mémoires du hirak. Elles étaient là, de tout âges, toutes en couleurs, belles pour la circonstance, drapées dans les couleurs nationales, chantant, applaudissant…Elle marchaient aux milieux des rues et des places arborant leurs plus belles atours, leurs plus beaux sourires…

Qu’est-ce qui imprime une beauté à un espace public?

Ce ne sont ni les édifices adjacents, ni le mobilier urbain, ni mêmes ces artifices, mais les MARCHEURS…Chacun à une histoire, un destin, une allure, une silhouette, un but, un look, un feeling….Ces parcours, « pratiques spatialisantes » (De Certeau), concrétisent le lieu. Ils se croisent, s’associent et écrivent d’autres histoires, ils peuvent aussi se répugner…tout en préservant la scène…Car ils peuvent aussi (re)croiser leurs destins….s’associer de nouveau et se dissocier….

Cette alchimie s’est déroulée sous nos yeux…sur un espace que le quotidien a banalisé…détruit, pulvérisé… 

Le hirak est sorti des murs virtuels du facebook….Il se projette sur l’espace réel. Il n’ y a pas de pseudos mais des créatures sous leurs véritables  apparences, leurs véritables profils…

Qui ne souvient pas de cette cette ballerine  (Melissa Ziad à Alger) dont le « retiré » a vraiment marqué le hirak en mettant en avant une esthétique du genre dénotant une logique pacifique inébranlable ?  “J’aime l’expression corporelle, ce qu’on peut dégager à travers la danse », les propos de la jeune danseuse semble signifier et justifier son reflexe s’exprimant dans le « langage » qu’elle maîtrise le mieux. Elle avoue être « dans l’espoir« , cet état d’esprit qui  libère les sentiments, la voix et le corps….

Je me souviens  d’une femme d’un certain âge, portant sur le haut de l’épaule une médaille, le poing gauche fermé et le bras levé nau ciel ,  conduisant un carré sur les Allées Benboulaid,  haranguant les manifestants en leur faisant face…. » Aw goulou l’Bedoui, ay mafihach... » 

L’espace public se libérait petit à petit, il se transformait en un lieu d’une resocialisation, intégrant des valeurs humaines diverses , s’habillant d’une esthétique de l’espoir…sur lequel s’écrit chaque vendredi et chaque mardi  l’histoire du présent et de l’avenir 

Le lieu de mémoire…  

   

Abdelouahab Bouchareb, "LE GENRE, ESTHÉTIQUE DU HIRAK .," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 05/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1467.

 

 

HIRAK: RECONQUÊTE DE L’ESPACE PUBLIC.

A Constantine  avec  les vendredis II et III, les hésitations dans la définition du parcours de la manifestation s’estompent. Désormais, l’itinéraire est tracé, il  relie la Place de la Liberté, les Allées Benboulaid (en remontant) vers la Place 1er Novembre, puis les Allées Benboulaid (descendant) la Place de Liberté, le rue Boudjriou, prolongée par la rue Belouizdad, la Place Amirouche, la rue Abane Ramdhane et retour à la Place de Liberté.

Toute la symbolique de la Révolution Algérienne se retrouve dans le parcours définis par les hirakistes. Aux delà des « événements mémoriaux » majeurs représentés par des places majeurs au cœur de la ville ( Place 1er Novembre-la Brèche,  et la Liberté -Bab El Oued), les noms des figures emblématiques sont également bien présents, balisant cette trajectoire historique. 

 La « possession » de ces espaces dans la ville annonce des nouveaux modes dans l’élaboration des rapports de la société à son passé et à son présent. La dynamique de la charge sociale, culturelle et humaine   du hirak dans ses débuts, prédomine sa portée politique. En effet, une sorte de veille s’est installée pour « maintenir » l’ordre, le respect, l’éthique, la bienveillance. Cette « garde » priorise le caractère pacifique du mouvement, elle va même instaurer dans la spontanéité des « services » de propreté, ou des jeunes assuraient l’entretien des espaces foulés par les hirakistes.  La générosité « populaire » a trouvé le  champ adéquat pour se remémorer ses élans naturels envers l’hospitalité, le partage de « l’eau et du sel » et toute la sollicitude entre compatriotes. 

La réminiscence des valeurs humaines enfouies s’est exposée pour rappeler que nous sommes comme « çà » par nature. A ce stade, le travail de sape exercé par l’état pour diviser le peuple usant des « stratagèmes » malveillants (jouer sur les idéologies, sur les identités et les « ethnies »)  est  mis au grand jour par la dynamique d’un sursaut, que des responsables politiques vouaient à l’échec.   

Cette « possession » populaire a fait découvrir la nature de l’espace « public », qui jusqu’ici  était « propriété » de l’état. Oui, l’espace public renaît avec ses  caractéristiques propres; il est l’apanage du peuple dans toute sa diversité et il est le lieu de l’expression de toutes les opinions .  Faut-il rappeler que quelques jours avant 22 février 2019, des activistes contre le 5 eme mandat, ont trouvé des difficultés à s’exprimer sur l’espace public à Constantine ? Faut-il rappeler aussi ce discours d’un élu local qui prétendait que « Constantine est une ligne rouge« ?

Le hirak s’installa sur le territoire reconquis, il l’a balisé et exposé son caractère culturel populaire, sa logique pacifique. Il l’a animé de par ses gestes, ses chants, ses mouvements. La possession de cet espace d’expression est légitimée par sa gestion concrète sur la plan de la sécurité, des comportements et de la propreté.

Ainsi, le hirak s’est réapproprié l’espace public….jusque là, indifférent et insignifiant.     

,

Abdelouahab Bouchareb, "HIRAK: RECONQUÊTE DE L’ESPACE PUBLIC.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 04/03/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1422.
    

La ville et le manifestant…

La ville et ses espaces sont « mis entre parenthèses » le temps d’une volte-face à un destin qui devenait de plus en plus inacceptable. L’actualité se déroulait dans un rythme très rapide et exclusivement sur les murs facebook. Pour une fois, les murs virtuels portent les injonctions à la révolte, contrairement aux murs réels qui demeurent redoutés, car  munis d’oreilles (comme le précise l’oralité populaire). Le réel, c’est l’omniprésence de l’état sécuritaire, le virtuel donne cette possibilité de se plaindre et de gémir à haute voix.

La ville en ces prémices de soulèvement est « redoutable ». Elle n’inspire pas confiance. Elle s’efface et réapparaît par intermittence. Elle est là pourtant, minérale, froide, imperturbable et même monumentale. Ses immeubles se dressent en écrans infranchissables.  Ses murs, sa chaussée, ses façades, ses vitrines barricadées défilent dans une totale « inimitié ». ..

Pour une fois, les enseignes se rendent très visibles, elles renvoient à ce libéralisme ramené dans les sillons de la mondialisation/globalisation. Ces « accroches » sont regardées à partir de la chaussée que nous empruntons, que nous « piétonnisons »…  Vues de ce « haut du pavé », les enseignes se surexposent par les « fonts » et les couleurs. Elles semblent dire que le « marketing » primaire est également un « butin » de voyage.

Rien ne semble nous conforter dans notre décision de faire face à une situation politique ubuesque. Nous sommes crispés, impatients, nerveux  bien que nous marchions au centre de la chaussée.   Rien n’inspire la certitude des lendemains meilleurs…Le tumulte amplifie le « doute »…et nous nous sentions captifs des murs de la ville…qui alourdissent le silence  et des vitrines  cadenassées qui se ferment à nos nez. Nous ne pouvions nous défaire de l’idée d’une imminente oppression….

Soudain, la fusion des slogans emplit l’espace et chasse le silence lourd et pesant en suspens.. Soudain les murs commencèrent à respirer et le macadam dégage une douceur  presque veloutée sous nos semelles…Soudain le ciel devient bleu et le vol des oiseaux égaye notre marche..Soudain, sur les balcons et sur les fenêtres, des visages s’illuminent, souriants, amicaux  pour nous envoyer un messages d’admirations , de soutien et de réconfort.

La ville s’allège…elle est même vaporeuse..transparente. .

La ville devient « féminine »,  familière, amicale et chaleureuse. Je ne l’ai jamais connue sous cet angle. Je ne suis pas le passant traversant ses rues. Je suis un « acteur ». Je participe à animer son espace par mon corps, ma vêture; ma gestuelle, par mes cris comme si je m’extrais aux « chaines » qui retenaient mes gestes, ma voix et mes rêves…

Je regarde mes voisins…des beaux visages, de beaux sourires…

La ville a entamé sa mue…elle commence à être redessinée pour une réappropriation symbolique. .    .               .  .

Abdelouahab Bouchareb, "La ville et le manifestant…," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 27/02/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1387.

La manifestation…fouler librement l’espace urbain.

Le vendredi 22 février 2019. Il faisait beau. Un beau soleil dans ce début d’après-midi..

La masse des personnes tente de fédérer ses « convictions » et son courage pour lancer une manifestation, pour amorcer une « présence.

Le mouvement tenait plus à la présence des personnes qu’au lieu. Entre la Place Amirouche (La Pyramide) et la Place de Liberté (Bab El Oued), la rue Abane Ramdane favorise la fluidité, offrant ainsi un semblant de dynamique

Regroupée au niveau de la Place Amirouche, la « foule » était presque obligée de bouger tant le nombre des manifestants augmentait.  Et puis, cette place ne favorise pas la visibilité…les manifestants  ne peuvent que se regarder entre eux … Seule alternative, descendre vers la Place de Liberté, plus ouverte  et plus large et plus « disposée » à la mise en scène.  

En descendant la Rue Abane, les manifestants marchaient espacés les uns des autres. Ils hésitaient. Ils doutaient…ils étaient là comme par « hasard »…Ils se sont retrouvés dans cet endroit comme par « hasard »… Quand les slogans ont commencé à fuser, un sentiment de  « solidarité » s’est vite dessiné. Les présents ont finalement fait comprendre qu’ils ne sont pas là par hasard. 

.. »Bouteflika, ya El Marouki, makanch ouh’da khamsa... ». Makanch el khamsa Ya Bouteflika, djibou BRI zidou essayika… »  » FLN dégage,.. » …. »Sylmya Sylmya... ».. 

La ville disparaissait dans le rythme rapide des pas  des marcheurs et dans l’echo assourdissant des slogans chantés en choeur ..Même les arcades étaient vides; seules les enseignes pompeuses des magasins fermés laissent deviner que nous sommes dans un « centre-ville »…

Nous avons oublié que nous sommes en train de nous approprier l’espace public par notre volte-face….Il nous a suffi de se mettre côte à côte sans se soucier ni de ce que nous avons en commun, ni de ce que nous diffère…nous avons regardé en avant, fixé l’horizon et marché vers les lendemains. 

La ville s’est pliée à notre « marche ». Nous étions des marcheurs …..et cette qualité a attribué à l’espace public un sens…Il est devenu un territoire d’un enjeu stratégique..Nous avions senti qu’à travers cette reconquête, nous visons notre liberté…

La Place de la Liberté était devenue alors le lieu d’une expression populaire ou se mêlaient des « générations », la paroles, les slogans, les écriteaux, les banderoles, les couleurs, les accents….et les débats. 

En un moment Constantine a été « réduite » à deux places et une rue, un parcours  symbolique  pour entamer cette reconquête de la liberté..C’etait le premier noyau de cette réappropriation de l’espace urbain

     .

Abdelouahab Bouchareb, "La manifestation…fouler librement l’espace urbain.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 26/02/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1332.

LA VILLE ET LE HIRAK.

Le 22 février 2019, une lame de fond s’est réveillée à travers l’Algérie. Même s’il fallait s’y attendre, ce soulèvement demeure jusqu’à présent extraordinaire tant son caractère populaire et pacifique a étonné le monde entier.

Bientôt année pour ce hirak « béni ». Une année de tournures, d’actions et de réactions, de tentatives contre-révolutionnaires, de pression, de menaces. Une année de perles, de découvertes, d’apprentissage et d’observations motivées. 

Le hirak a occupé la ville. Il a approprié des parcelles dans la ville. Il a libéré des espaces publics dans la ville. Il a même redonné du sens aux espaces urbains. Il a institué et balisé des parcours en insérant des marqueurs symboliques ou mémoriaux. Tout à coup la ville s’est chargée de sens à travers  un usage circonstancié d’édifices qui, hier étaient banals, anonymes, inachevés…

Après presque une année, après plus de 100 participations, les vendredis et les mardis, aux manifestations  constantinoises, il nous semble que le hirak a « contraint » la ville  à se « dérouler » et  à découvrir ses « zones » cachées. En effet, dans les recoins urbains sommeillent anonymement quelques « histoires » inédites, oubliées ou méconnues. Le hirak a ainsi offert l’occasion de reconquérir ces « non lieux » en les chargeant de sens,  émanant exclusivement  de sa logique.

Ainsi, une année est déjà un minimum de cumul d’informations  pour entamer cet exercice qui consiste à apporter un témoignage « actif » à propos du hirak et sa capacité à « redessiner » la ville. Il n’est nullement question pour nous de prétendre analyser les « faits ». Il s’agit d’élaborer une « mise en récit » qui mettra en exergue les pertinences de l’observation à travers notre participation aux manifestations hebdomadaires.

Disons en termes subjectifs que le hirak a apporté de nouvelles charges « mémorielles » et/ou symboliques  à des endroits dans la ville. Il a même « réaffecté » certains espaces durablement à des activités urbaines et symboliques  en rapport avec les revendications démocratiques . Ainsi, la mémoire des lieux se confondra longtemps avec les lieux de mémoire, en tout cas pour des générations qui ont fait  ou ayant  vécu ce hirak…

Il sera donc intéressant de voir comment la « mémoire » s’incruste dans le lieu et comment elle le charge de sens. Comme il est aussi intéressant de comprendre la « mise en scène » urbaine d’une manifestation populaire. 

La catégorie HIRAK a été créée pour ce faire     

Abdelouahab Bouchareb, "LA VILLE ET LE HIRAK.," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 20/02/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1300.