Pandémie et tissu associatif .

Un tissu associatif, ça sert à quoi? 

L’usager est un sujet lambda. Il est expert en usage, car au quotidien il est confronté à la réalité des œuvres des politiques publiques imaginées par gestionnaires à qui on a confié notre bien-être (bureaucrates et technocrates).

Cet usager est là à subir ou à faire en sorte que son existence soit moins contraignante; Il use alors d’astuces, de ruses et de stratagèmes pour dépasser les difficultés quotidiennes. A la longue, il capitalisera une somme de savoirs (pratiques) qui l’aideront à adopter certaines postures pour préserver un équilibre existentiel. 

L’usager subit donc les malfaçons et les omissions des politiques. Ces derniers n’auront besoin de ce dernier qu’en situations électorales, our valider leurs « mandatures ». Et pour l’occasion il est alors qualifié de « citoyen »,  de client (et même un roi pour  la formule commerciale). Mais comment fera-t-il pour faire communiquer aux décideurs ses désidératas, ses frustrations, ses aspirations, ses attentes….et ses suggestions? 

Comme une seule voix ne peut porter « loin », l’association produira un message en chœur qui peut faire vibrer les esprits et les cœurs. Les associations sont nées donc pour combler  cette « insuffisance » juridique qui n’admet aucune légitimité à la personne « morale » sans autorisation. 

Le tissu associatif est par conséquent un réseau composés des  associations, dont les membres ont choisi de se regrouper autour de projets ou d’actions communes dans un but d’apporter leurs soutiens à la réalisation d’un bien-être social collectif ou communautaire. C’est également dans ce regroupement qu’apparaissent  les apports de telles « institutions », dont certaines (sous d’autres cieux) avaient acquis un statut d' »utilité publique ». 

La pandémie a mis a nu la distance entre un « pouvoir » qui pond au besoin des mesures (de prévention ou coercitives) et une population manquant de réflexes appropriés dans une telle situation. La cacophonie est telle que l’on se retrouve à « interdire » certaines pratiques bien enracinées. L’épisode de la semoule est devenue presque une affaire nationale. En un moment très court, on a complètement omis qu’un chef de famille, un patriarche, est sommé de subvenir aux besoins de sa famille, et que cela relève de son honneur… On a oublié que les « retraités » vivent selon le « rythme » du virement de leurs pensions…..et nous nous sommes rappelés que le « e-paiment » nous aurait évité beaucoup d’écueils. Et mêmes ces  fournisseurs d’électricité et d’eau n’ont pas hésité à faire parvenir les factures ….

Cette situation n’avait pas empêché que certains volontaires, au réflexe philanthropique  s’organisent pour prendre en charge la collecte et la distribution de denrées et d’autres aides aux démunis. Mais comme souvent, ces « associations » non structurées n’avaient pas pu donner la pleine mesure à leur travail philanthropique.  En effet, en l’absence d’une « confiance » de l’autorité, d’une culture dans le travail associatif à caractère social, les interférences génèrent des formes qui perturbent les actions et « démoralisent » les volontaires.

Ainsi, cette pandémie a donc montré la limite des centaines d’association qui activent dans le giron du pouvoir, incapables d’assurer une médiation avec la société. Bien sur, « fabriquées » pour être des appendices politiques, ces associations ne sont réveillées que pour certaines circonstances, comme pour rabattre certaines franges de la population  (non sans contreparties) sur des enjeux  électoraux. 

En somme il y a:  

  • une volonté de participer aux œuvres et projets philanthropiques  réelles. Il y a aussi un grand nombre de personnes (diverses tranches d’âge, sans idéologie) qui veulent activer pour se rendre utile à la société ou apporter leurs savoirs et leur expériences dans divers domaines sans contrepartie..
  • une demande et un besoin accrus en matière de numérisation de certaines pratiques administratives, sociales et économiques (e-paiment, télétravail, e-commerce, e-learning, ).                               

Il suffit que la politique « cesse » de mettre sous sa tutelle les considérations sociales et économiques. La libre organisation de la société selon des modes universaux (en respect de la culture locale) ne peut être qu’un atout majeur en main pour conduire un développement harmonieux et intégral. 

Ces mesures simples sont essentielles à la survie de la nation….Sinon avant même la pandémie,  nous disparaîtrons parce que nous avons pas les capacités de nous adapter aux rythmes de l’existence actuelle. 

Abdelouahab Bouchareb, "Pandémie et tissu associatif .," VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS, 23/07/2020, https://vpsa.hypotheses.org/1551.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.