Espace de cloitrée et le tumulte de la ville (dans un roman de N.Mahfouz)

“Le palais du désir” est un roman de Naguib Mahfouz. Dans ma lecture j’ai été accroché par un passage en rapport avec la ville, les ambiances urbaines et surtout les rapports espace domestique/ espace urbain (public) .

Le pitch de la scène en question : une femme cloitrée dans une  habitation familiale, située  dans le vieux Caire. Sa  relation au monde exterieur se fait à par la pratique du “voyeurisme”, c’est-à-dire  elle passe du temps à scruter les scènes de la rue et à écouter les ragots de café voisin à travers le moucharabieh.

Ainsi,  nuit apres nuit elle restait debout dans la moucharabieh  observant la rue à travers la claire-voie. Et si elle la voyait jamais changer, le poids des ans la marquait, elle, insidieusement, sans relache. 

Cette séquence, portion de la rue  que la femme cloitrée observe à travers le mouchrabieh est “monotone”, elle ne change pas contrairement à la “voyeuse”. Alors, elle s’accroche à d’autres évenementsn telles “la voie du garçon de salle” qui monte du café en bas jusqu’à chambre silencieuse….

La cohue de la rue répercute ses échos dans la “solitude” de la chambre silencieuse. Comme si l’auteur nous signale que dans les vieilles-villes (Ici le Vieux Caire), l’ambiance  des rues est “percue” dans les intérieurs des habitations comme une panacée à la solitude et au cloitrement.

Ces  “sonotités” qui emplissent le silences des espaces intimes, sont “saisies” par les femmes cloitrées….Elles s’en réjouissent. D’ailleurs la femme sourit et regarde  “furtivement (à travers la moucharabieh) le parleur (sans etre vue).

L’auteur nous infome que la femme cloitrée a developpée des relations affectives avec cette rue. Cette rue qui  “veillait des nuits entières en parlant à son âme“.

Les bvoies des personnages du café, “garçon”, commis ou clients  sont devenues familières à la femme cloitrée. Celui qui commente l’actuaiité, ou encore le “père” d’une petite fille atteiente de coqueluche….

L’auteur conclut ; “c’était comme si le moucharabieh n’est autre qu’un coin du café ou elle était attablée….”

Il y a dans ce passage tous les “ingédients” des oppositions, et des rapports antithétiques  dans la vie urbaine. Présence absence, déhors/dedans, silence/sonorités, intime/publc; cloitré/libéré ….

Il y a dans cette vie urbaine une tendance à la mise “sous écoute”, au  voyeurisme qui alimente les cancans, les commérages….et ces femmes cloitrées qui participent par leur “absence” dans la vie sociale000


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Abdelouahab Bouchareb (27 août 2023). Espace de cloitrée et le tumulte de la ville (dans un roman de N.Mahfouz). VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v9be


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.