Constantine, ville mal-aimée

Les vieilles-villes ont besoin de respirer,  d’être aérée, allégée, dévoilée….. Elles ont souvent besoin de se débarrasser de ce fatras de gadgets inactuels et inutiles, de ces béquilles horribles et des “prothèses” qui falsifient son image.

Les vieilles-villes ont besoin d’actions mesurées, appropriées.

Elles ont  besoin d’un urbanisme militant.

Un urbanisme militant est à vocation de soustraction.  Il repose sur un principe de résistance à cette fièvre, que dis-je , à cette folie meurtrière qui consiste à remplir les vides; à occuper les interstices ou les poches urbaines sous le prétexte fallacieux d’urbanisation ou d’opérations en “ré”.  Derrière cette pathologie de tout construire ou reconstruire, en qualifiant ces actions d’opportunités urbaines,  le libéralisme aveugle n’a plus aucune du préoccupation patrimoniale ni sociale ni mémorielle. Il vit le  présent comme une temporalité de “capital”……et pour lui demain sera un autre présent.

La ville en tant que cadre de vie social  a besoin d’un urbanisme tactique……qui renouvelle son ambiance et son image…mais sans effacer sa mémoire.

Constantine n’a pas besoin d’être surchargée, ni maquillée. Elle n’a pas besoin de cette couche de fard supplémentaire qui l’étouffe. Son centre est saturée…tellement saturée que l’on ne prête aucune attention à son tissu historique. Tout le monde sait ou doute que l’on attend le moment ou rien ne pourra être récupérer, ni matériau pour une éventuel remploi ou un muret…..”Ils” lorgnent du coté de l’assiette foncière…

L’ Esplanade de la Brèche a été rénovée. C’est une très bonne action. Cet espace dans la jonction de la bicéphalie qui caractérise sont centre historique a été dépoussiéré.

Ce réaménagement renouvelle l’image de cette séquence urbaine. En tout cas cette esplanade à été relookée.

Maintenant, il faut l’investir, l’humaniser, la vivre comme une emblématique place  publique historique. Il faut l’approprier pour exposer la “civilité” et l’urbanité de la ville et traduire son enracinement historique et son esprit de “tolérance”.

Il fau entrer dans l’histoire de la ville par cette Brèche et se fondre dans ses ruelles et ses placettes, ses marchés, ses dédales …. Il nous faut comprendre la topographie des lieux.

(L’architecte qui a dessiné le projet de réaménagement a dressé une “arche” (Symbole suggestif  de la “Brèche” provoquée par les assaut de l’armée colonialiste en 1837    ou pour positionner Bab Jdid vant la démolition du rempart qui entourait la ville sur cette face Ouest ? )

Je pense que le principe de l’urbanisme de soustraction dans le centre historique de Constantine a bien démontré son utilité. En fait, rien qu’en éliminant la clôture qui entourait Jnane Bennacer, les Allées ont pris une vocation de liberté……et le jardin a permis de donner de l’épaisseur à cette jonction entre les deux centres…. Et c’est un véritable poumon avec ses magnifiques arbres centenaires.

L’esplanade en face….Dounia Taraef, a été durant le hirak un forum, espace de haute culture du dialogue et de la communication…..de la civilisation. Aujourd’hui, désertée, cette esplanade traduit une forme de “récession” spatiale….par son oisiveté et sa “vacuité”.

Je ne reviendrai pas sur le “garage Citroen” qui a été dénaturé par un ersatz puisé dans le registre architecturale et décoratif  romano-arabique, alors qu’il était l’aïeul des succursales dans le monde…..(je dis bien dans le monde et un des rares) .

Tempérons nos déceptions…..

Mais ce qui se passe en face de l’Hotel Cirta est surréaliste. Un tas de “ferrailles” a été dressé, une marquise d’entrée pour l’hotel ( je suppose) qui ajoute une couche de métal froid,  rouillé à une vieille ville qui ne demande qu’à être dévoilée, débarrassée des “oripeaux” et des haillons …

L’Hôtel Cirta, comme dans toute les vieilles villes, demeure un bâtiment gravé dans la mémoire des lieux et des habitants.

L’entrée actuelle de l’Hôtel est grandiose, un chef-d’œuvre, elle besoin juste d’etre entretenue ……Et l’Hôtel n’a pas besoin d’être remastérisé….ils brillent comme mille étoiles. Sa valeur tient de l’originalité de son architecture et de son histoire …. et non de l’attirail superflu.

C’est vrai qu’elle est mal-aimée Constantine



Citer ce billet
Abdelouahab Bouchareb (2024, 22 janvier). Constantine, ville mal-aimée. VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vn44

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.