KSAR…UNE NOTION EMPIRIQUE.

 

Espace oasien, espace Ksourien, y a-t-il une différence?

Je n’ai pas encore de réponses à cette question. Mais mon voyage dans les entrailles de la Saoura a provoqué en moi des interrogations fondamentales…Je dis fondamentales parce que je me sens contraint de « réajuster » certains concepts et de chasser certains « clichés » jusque-là imperturbables.

Prioritairement, mon souci majeur (en ce moment), concerne cette entité de KSAR (pl.Ksour).

Le Ksar n’est pas la « ville », ni le « village », ni la « médina« ….ni une « dechra« , ni une « mechta », ni une « casbah« ….Le ksar est une entité réelle, consacrée, définie, matérialisée….C’est dans ce sens, que je « conteste » les formulations qui ont tendance à « catégoriser » les établissements humains en les regroupant dans des escarcelles précises.

J’ai déjà contesté le qualificatif de « médina » apposé à la vieille ville de Constantine. 

Je crois que, pour le ksar, c’est la même démarche qui a été utilisée. Bien sûr, la tendance au « confort » et la recherche de la facilité intellectuelle, nous fait souvent recourir à un outillage  conceptuel bien établi, bien structuré et fortement prégnant.

« Médina », renvoie non seulement à une « aire » géographique (ethnique), mais aussi à une  » région » religieuse et enfin, à un mode « urbain » structurellement , fonctionnellement et surtout morphologiquement arrêté… Cette notion a été établie donc EMPIRIQUEMENT. 

De même, pour la notion de Ksar, elle se manifeste EMPIRIQUEMENT, c’est-à-dire géographiquement, écologiquement, et bien sur en mode structuro-morphologico-fonctionnelle précis. Le ksar est un établissement humain qui ne peut se détacher de sa « matrice » écologique … (belle métaphore! non?). 

Il me semble que les « généralisations » sont susceptibles de favoriser les glissements vers des applications « faciles » des faits urbains. Et pédagogiquement, elles se terminent en clichés et en présupposés conceptuels. D’ailleurs, quand on commence à chantonner le refrain patrimonial de « préservation » des ksour…il ne faut surtout pas s’arrêter aux murs et aux planchers….(comme on procède souvent dans les casbahs et les médinas)….Il faut préserver la relation « ombilicale » avec l’oasis…en un mot L’HOMME, SES PRATIQUES ET SES SAVOIRS LOCAUX.

Le Ksar est localisable: il est saharien. Mais aussi, il est intimement lié à l’oasis. Il n’est en vie  que par cet écoumène laborieusement crée par l’homme. Car sans ce « coin » écologique, la vie ne sera pas possible…Quand je dis écologique, j’entends aussi bien la « viabilité » sur le plan  des besoins primaires ou fondamentaux (aussi bien biologiques qu’économiques) que sur le plan de la durabilité. Point d’oasis, point de Ksar…

Car  les villes « génériques » créent leur propre microcosme (souvent artificiel)….Elles peuvent vivre détachées d’un environnement « naturel ». Et à quel prix?

Tandis que Le ksar est « ancré » dans son environnement, un environnement également crée  dans une forte relativité au milieu naturel…s’il s’en détache, il meurt….ou plutôt il sera une « ville générique ». 

Ceci dit, ça me donne des pistes intéressantes pour chercher des réponses à la question posée au début de ce post….

 Dans ce sens, il me semble plus judicieux de « considérer » les phénomènes sous l’angle empirique, avant de les conceptualiser.

A.BOUCHAREB   

DECEMBRE 2013


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Abdelouahab Bouchareb (5 février 2024). KSAR…UNE NOTION EMPIRIQUE. VILLES ET PROJETS, SAVOIRS ET ACTIONS. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vr40


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.