Constantine, ville mal-aimée

Les vieilles-villes ont besoin de respirer,  d’être aérée, allégée, dévoilée….. Elles ont souvent besoin de se débarrasser de ce fatras de gadgets inactuels et inutiles, de ces béquilles horribles et des “prothèses” qui falsifient son image.

Les vieilles-villes ont besoin d’actions mesurées, appropriées.

Elles ont  besoin d’un urbanisme militant.

Un urbanisme militant est à vocation de soustraction.  Il repose sur un principe de résistance à cette fièvre, que dis-je , à cette folie meurtrière qui consiste à remplir les vides; à occuper les interstices ou les poches urbaines sous le prétexte fallacieux d’urbanisation ou d’opérations en “ré”.  Derrière cette pathologie de tout construire ou reconstruire, en qualifiant ces actions d’opportunités urbaines,  le libéralisme aveugle n’a plus aucune du préoccupation patrimoniale ni sociale ni mémorielle. Il vit le  présent comme une temporalité de “capital”……et pour lui demain sera un autre présent.

La ville en tant que cadre de vie social  a besoin d’un urbanisme tactique……qui renouvelle son ambiance et son image…mais sans effacer sa mémoire.

Constantine n’a pas besoin d’être surchargée, ni maquillée. Elle n’a pas besoin de cette couche de fard supplémentaire qui l’étouffe. Son centre est saturée…tellement saturée que l’on ne prête aucune attention à son tissu historique. Tout le monde sait ou doute que l’on attend le moment ou rien ne pourra être récupérer, ni matériau pour une éventuel remploi ou un muret…..”Ils” lorgnent du coté de l’assiette foncière…

L’ Esplanade de la Brèche a été rénovée. C’est une très bonne action. Cet espace dans la jonction de la bicéphalie qui caractérise sont centre historique a été dépoussiéré.

Ce réaménagement renouvelle l’image de cette séquence urbaine. En tout cas cette esplanade à été relookée.

Maintenant, il faut l’investir, l’humaniser, la vivre comme une emblématique place  publique historique. Il faut l’approprier pour exposer la “civilité” et l’urbanité de la ville et traduire son enracinement historique et son esprit de “tolérance”.

Il fau entrer dans l’histoire de la ville par cette Brèche et se fondre dans ses ruelles et ses placettes, ses marchés, ses dédales …. Il nous faut comprendre la topographie des lieux.

(L’architecte qui a dessiné le projet de réaménagement a dressé une “arche” (Symbole suggestif  de la “Brèche” provoquée par les assaut de l’armée colonialiste en 1837    ou pour positionner Bab Jdid vant la démolition du rempart qui entourait la ville sur cette face Ouest ? )

Je pense que le principe de l’urbanisme de soustraction dans le centre historique de Constantine a bien démontré son utilité. En fait, rien qu’en éliminant la clôture qui entourait Jnane Bennacer, les Allées ont pris une vocation de liberté……et le jardin a permis de donner de l’épaisseur à cette jonction entre les deux centres…. Et c’est un véritable poumon avec ses magnifiques arbres centenaires.

L’esplanade en face….Dounia Taraef, a été durant le hirak un forum, espace de haute culture du dialogue et de la communication…..de la civilisation. Aujourd’hui, désertée, cette esplanade traduit une forme de “récession” spatiale….par son oisiveté et sa “vacuité”.

Je ne reviendrai pas sur le “garage Citroen” qui a été dénaturé par un ersatz puisé dans le registre architecturale et décoratif  romano-arabique, alors qu’il était l’aïeul des succursales dans le monde…..(je dis bien dans le monde et un des rares) .

Tempérons nos déceptions…..

Mais ce qui se passe en face de l’Hotel Cirta est surréaliste. Un tas de “ferrailles” a été dressé, une marquise d’entrée pour l’hotel ( je suppose) qui ajoute une couche de métal froid,  rouillé à une vieille ville qui ne demande qu’à être dévoilée, débarrassée des “oripeaux” et des haillons …

L’Hôtel Cirta, comme dans toute les vieilles villes, demeure un bâtiment gravé dans la mémoire des lieux et des habitants.

L’entrée actuelle de l’Hôtel est grandiose, un chef-d’œuvre, elle besoin juste d’etre entretenue ……Et l’Hôtel n’a pas besoin d’être remastérisé….ils brillent comme mille étoiles. Sa valeur tient de l’originalité de son architecture et de son histoire …. et non de l’attirail superflu.

C’est vrai qu’elle est mal-aimée Constantine

Espace de cloitrée et le tumulte de la ville (dans un roman de N.Mahfouz)

“Le palais du désir” est un roman de Naguib Mahfouz. Dans ma lecture j’ai été accroché par un passage en rapport avec la ville, les ambiances urbaines et surtout les rapports espace domestique/ espace urbain (public) .

Le pitch de la scène en question : une femme cloitrée dans une  habitation familiale, située  dans le vieux Caire. Sa  relation au monde exterieur se fait à par la pratique du “voyeurisme”, c’est-à-dire  elle passe du temps à scruter les scènes de la rue et à écouter les ragots de café voisin à travers le moucharabieh.

Ainsi,  nuit apres nuit elle restait debout dans la moucharabieh  observant la rue à travers la claire-voie. Et si elle la voyait jamais changer, le poids des ans la marquait, elle, insidieusement, sans relache. 

Cette séquence, portion de la rue  que la femme cloitrée observe à travers le mouchrabieh est “monotone”, elle ne change pas contrairement à la “voyeuse”. Alors, elle s’accroche à d’autres évenementsn telles “la voie du garçon de salle” qui monte du café en bas jusqu’à chambre silencieuse….

La cohue de la rue répercute ses échos dans la “solitude” de la chambre silencieuse. Comme si l’auteur nous signale que dans les vieilles-villes (Ici le Vieux Caire), l’ambiance  des rues est “percue” dans les intérieurs des habitations comme une panacée à la solitude et au cloitrement.

Ces  “sonotités” qui emplissent le silences des espaces intimes, sont “saisies” par les femmes cloitrées….Elles s’en réjouissent. D’ailleurs la femme sourit et regarde  “furtivement (à travers la moucharabieh) le parleur (sans etre vue).

L’auteur nous infome que la femme cloitrée a developpée des relations affectives avec cette rue. Cette rue qui  “veillait des nuits entières en parlant à son âme“.

Les bvoies des personnages du café, “garçon”, commis ou clients  sont devenues familières à la femme cloitrée. Celui qui commente l’actuaiité, ou encore le “père” d’une petite fille atteiente de coqueluche….

L’auteur conclut ; “c’était comme si le moucharabieh n’est autre qu’un coin du café ou elle était attablée….”

Il y a dans ce passage tous les “ingédients” des oppositions, et des rapports antithétiques  dans la vie urbaine. Présence absence, déhors/dedans, silence/sonorités, intime/publc; cloitré/libéré ….

Il y a dans cette vie urbaine une tendance à la mise “sous écoute”, au  voyeurisme qui alimente les cancans, les commérages….et ces femmes cloitrées qui participent par leur “absence” dans la vie sociale000

Iciser le débat sur la ville. Par Sidi Mohamed.El Habib Benkoula

Cet article  paru dans les colonnes du Quotidien  d’Oran le 23/02/2023 est écrit par notre ami Sidi Mohaùed El Habib Benkoula; architecte/Urbaniste, enseigant à l’USTO. Nous le publions sur ce carnet avec son aimable permission.

Sidi Md.El Habib Benkoula,à la faconde prodigieuse  est auteur de pluseurs articles et d’un roman et d’un ouvrage sur l’urbanisme intitulé “que faire quand on a compris ?“. Un tantinet provocateur, il tente de lancer des débats sur l’architecture et l’urbanisme, seul façon d’avancer pour un domaine qui commence à se plaire dans ue inertie flasque.

Merci S.M E.H.Benkoula

Personne ne peut nier la globalisation des formes urbaines qui caractérisent les villes du monde entier; pour de très nombreux observateurs qui se gardent de s’auto-qualifier d’experts ou même de spécialistes, elles demeurent cependant rattachées directement à des considérations locales de la gestion de la chose publique, même si elles relèvent dans leur incarnation de niveaux différents : national, régional et local. Le mot local (repensons le local au-delà des idées reçues et classiques) prend un tout autre sens que celui qu’on pourrait penser, il signifie pour un observateur de la ville l’état global de l’urbanisme existant et en cours, les conditions mais aussi les forces qui agissent sur sa fabrication/façonnement à l’échelle locale. Il ne s’agit pas seulement d’un diagnostic de l’état du bâti qu’il relève des héritages historiques (est-ce que tout héritage historique est patrimoine ?) ou pas, mais surtout de la vision/volonté de faire produire un urbanisme qui propulse une énergie synergique chez les populations locales en les interpellant jusqu’à les engager dans une vraie révolution urbaine pour le changement en tant que fait et pas seulement un discours ou un acharnement pour la préservation de tel ou tel édifice ou aménagement. C’est en ce sens que j’ai recouru il y a de très nombreuses années à mon néologisme qui est iciser, c’est-à-dire enraciner les interrogations en pensant la chose urbaine en tant que tout qui engendre des parties et des situations différenciées dans les mêmes périmètres. Autrement dit, même si j’ai fait croire à beaucoup qu’il ne faut pas reprendre les modèles des villes du mondes qui passent pour des modèles à suivre absolument (ce qui n’est vraiment pas mon cas), j’appelle et conseille à iciser l’observation scientifique des urbanismes locaux y compris dans la même ville car je suis resté attentif au propos de H. Sahraoui qui me demandait lors de ma première conférence à l’Ordre des architectes d’Oran à l’invitation de M. Hamdad : est-ce qu’Oran est une ville ou plusieurs villes ?
J’en suis arrivé à penser qu’Oran comme des tas d’autres villes est aussi plusieurs villes que je qualifiais avec mon ami Abdallah Messahel de villes locales dont il faut régler sérieusement les connexions ne serait-ce que pour réduire les formes de ségrégation, de ruptures spatiales et sociales créant par ce fait de véritables situations de frustrations chez les populations locales, un sujet que Bernardo Secchi a bel et bien exploré dans le cas des villes occidentales. Autrement, chaque ville correspond à plusieurs villes locales, et plus deux villes locales contiguës sont, disons, correctement connectées, plus elles ont des chances de constituer/former une grande ville locale (dans un article précédent, j’ai affirmé que l’urbanisme algérien des bureaux d’études publics produit des morceaux de villes mais j’aurais dû dire des urbanismes séparés/désunis et dangereux pour leurs habitants pour ce qui concerne les quotidiennetés).
C’est pour cela aussi que notre vision de Sid El Houari devrait dépasser le souci de préservation chirurgicale sans abandonner cette dernière en tant que démarche salutaire pour les monuments historiques qu’elles que soient leurs symboliques mémorielles, matérielles et bien sûr architecturales, et œuvrer à sortir ce territoire historique de son état de recès qui est aussi celui de Derb qui nous rappelle à l’esprit le caractère cosmopolite d’Oran à travers la diversité culturelle perdue de ses populations d’antan.
Il est question de rendre compte de la nécessité nécessaire de tout revoir dans l’effectuation de l’urbanisme algérien comme en le sortant/libérant de son état hyper bureaucratique et rentier (Sidi Boumediene a beaucoup écrit sur ce sujet en qualifiant l’urbanisme algérien de rentier) et ouvrir la voie à ceux qui ont des idées constructives pour réfléchir/décider local au lieu de l’acharnement actuel de la centralisation des décisions. Ce qu’il ne faudrait pas perdre de vue c’est que tout ensemble urbain au-delà des préjugés et jugements de valeurs est urbanisme, et qu’en réalité, il n’y a pas de : « ça c’est un urbanisme et pas ça » comme nous l’entendons souvent. Un bidonville est un urbanisme qui sert et a servi comme c’est le cas de Roland Simounet de source d’inspiration. Un ksar en ruine comme Ghassoul est aussi de l’urbanisme qu’il ne faut pas s’acharner à reconstruire alors que les ruines sont belles et qu’il y a toute une philosophie qui s’en dégage et que j’ai essayé d’aborder dans mon roman : Un homme ordinaire, en y disant à titre d’exemple : « En fait, il n’y a pas plus riche de significations que le ksar pratiquement effondré. Je suis certain que les anciens qui me fixaient du regard ne voyaient que du vide au travers de ces ruines que j’avais aimées parce qu’elles étaient étrangères à mon histoire personnelle au vrai sens du terme. L’ancien ksar finit par signifier pour ses anciens habitants que parce que j’y étais. Toutefois, je m’étais laissé croire certaines fois que les anciens depuis qu’ils avaient quitté le vieux ksar, menaient une vie n’ayant aucun sens; elle les propulsait délibérément dans la mort avant la dernière mort. La modernité qu’ils choisirent par ignorance fut une mort dont ils n’avaient jamais eu conscience ». Dans mon roman, je voulais attirer l’attention sur le vide qui peut remplir/accabler un espace lorsqu’il est vidé de sa population d’origine. Refaire un ksar pour la théâtralité de l’écouler est un non-sens. J’oserai dire au risque de déclencher une ire contre moi que la ville européenne n’est plus européenne sans sa population d’origine, et le fait qu’elle soit occupée par une population algérienne qui ne possède pas les codes de l’habiter européen est ce qui fait détériorer ce qui est passé du statut de lieu à celui de non-lieu pour nos Algériens. Revoir notre perception/conception du patrimoine devrait faire office de choix stratégiques, car ce que nous perdons de vue c’est le pouvoir culturel et civilisationnel des urbanismes dans la formation des individus et des groupes.
Par ailleurs, la pensée de Marcel Roncayolo, géographe, m’a amené à avoir ce genre de regard sur les territoires de la ville, car, en effet, quand on arrive du côté des territoires de l’Est qui subissent le stigmate qualificatif d’extensions des populations oranaises, la vue du Front de mer nous fait dire à nous-mêmes que nous abordons un territoire qui n’est pas tout à fait le nôtre tellement il évoque la mémoire de la période coloniale et de ses faiseurs colonisateurs. Pouvons-nous considérer cependant que M’dina Jdida est dans une continuité dès lors qu’il évoque malgré son caractère hybride que j’ai qualifié d’entre-deux, ni européen ni médina, une mémoire algérienne faite, entre autres, de noms de famille H’dhar ayant fait le choix de s’y établir et d’accueillir les premières actions du mouvement nationaliste ? À ce propos, dans le livre qui n’est pas encore sorti des presses de Barzakh éditions, Palabres algéroises, Mohamed Larbi Merhoum concernant M’dina Jdida me dit : « Un petit détail de taille. L’Etat républicain dont tu parles n’a rien pu faire pour contrer l’économie informelle parce qu’elle est portée par une société informelle qui ne croit pas en l’Etat sinon pour exercer son droit au partage des subsides de la rente. En cela, on pourrait lui trouver des similitudes avec l’Etat colonial, toutes proportions gardées, bien sûr. M’dina Jdida, si je ne me trompe pas, est un tissu dix-neuvième fait de lotissements. Ça reste un tissu européen, comme tu aimes à le spécifier. La question est donc d’ordre social et économico-politique. C’est une sorte de casbah carrossable, ce qui lui a permis d’intégrer la mobilité nécessaire au commerce moderne.
Il y a un marquage immatériel d’un espace matériellement européen ». Mais je n’oublie pas aussi que Merhoum a raison quand il affirme que c’est l’urbanisme d’Alger qui a fait de lui un personnage friand de modernité et que c’est son patrimoine à lui. Tandis que moi, j’ai affirmé dans un entretien accordé à une revue web que c’est l’urbanisme européen (d’Oran) qui a l’air d’encourager aux formes de civisme, ce qui n’a pas l’air d’être le cas des villes locales dans les extensions des grandes villes et autres villes d’Algérie. Ce qui est à redouter, c’est de laisser l’incivisme des nouvelles constructions se multiplier dans les villes européennes; c’est le cas d’Oran. Pour terminer notre réflexion sur la nécessité d’iciser le débat sur la ville, on pourrait s’interroger sur l’organisation de l’espace en terme de conceptualisation urbaine et partir sur des considérations relatives à la mixité spatiale des cultures comme ce fut le cas des communes mixtes qui ont l’air de ne faire l’objet d’aucune étude d’urbanisme. C’est vrai pour ce qui me concerne, tout au moins, quand on a lu un nombre d’ouvrages de Sitte, Wieczorek, Secchi, mais aussi Berque de Frenda, Fethy, Chouiki du Maroc qui a publié un très bel ouvrage sur l’informalité urbaine, Sidi Boumediene décédé récemment, et bien d’autres sans oublier des œuvres de littérature et pourquoi pas, comme La peste de Camus l’Algérien, on ne peut s’empêcher de se dire que l’urbanisme c’est forcément plus que le projet urbain, et que tant que nous n’avons pas résolu notre problème avec l’urbanisme en tant que discipline et science générales devant permettre/inspirer une vision politique des urbes (ce terme je l’ai repris de Wieczorek) en espérant qu’elles soient villes, tout projet urbain est à coup sûr condamné à l’échec.

Sidi Md El Habib Benkoula

*Architecte (USTO) et docteur en urbanisme (IUP)

Une indigence manifeste dans -tout ce qui peut inciter au débat sur l’architecture au niveau national. Mis à pert MADINATI et quslques  fois VIES DES VILLES, ces révues qui tentent d’animer la scène à travers des articles ciblés, la critique demeure silencieuse.

Qu’est ce qui se produit en termes  de littérature sur l’architecture au niveau universitaire ? des articles souvent doctement rédigés  non pas pour provoquer les débats , mais des thématiques techniques relatives aux performances énergétiques,ou constructives. Mais ces écrits ne suscitent pas l’engouement referentiel. Il faut quand même reconnaitre qu’en l’abse,ce d ces “diagrammes” et de l’usage des outils statistiques, cess  contributions ne seront pas publiées dans des revues dont le statut est exigé pour valider des soutenances de thèses ou pour la promotion dans le grade.

Donc cette absence de querelles d’idées, de critique et de friction scolastique, l’architecture reste un domaine figé, inerte  et statique. Les connaissances en matère d’architecture s’arretent aux matières Histoire de l’architecture et théorie du projet.

DES LIEUX.

Il y en a certains qui ravivent la mémoire sans pour autant que la mémoire soit vive.
L’homme a inventé la “mémoire” pour figer le temps. Il lui a consacré des endroits pour fixer l’espace.
La mémoire des lieux, c’est certainement cette stratification des souvenirs, un palimpseste que l’archéologie de nos réminiscences aime à fouiller secrètement.
Ce sont des lieux que nous n’aimons pas, du moins que nous e
éludons. Et pourtant c’est souvent utile.
Quand dans notre vie d’écoliers, nous écrivons nos mots sous la dictée du maître, souvent, il nous invitait à aller à la ligne…..
Dans la vie, il est souvent utile de revenir à la ligne….
Peut être une image de monument

TABLE RONDE du 19 juin 2023 (PRFU). Synthèse finale .

 

République Algérienne Démocratique et Populaire                                                 Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique                UNIVERSITE SALAH BOUBNIDER CONSTANTINE 3                FACULTE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME

مخــبر الهندسة المعــماربة الى التعــمبر. تقنــية مجال و مجتـــمع

Laboratoire de l’Architecture à l’Urbanismen  Techniques, Espace et Société

 

 

 

 

TABLE RONDE   Du 19 juin 2023

 GOUVERNANCE URBAINE ET APPORT ASSOCIATIF . QUEL CADRE POUR UNE PARTICIPATION CITOYENNEE EFFICIENTE ? CAS DE LA VILLE NOUVELLE ALI MENDJELI                                                                                                              Organisée et animée par l’équipe du  PROJET DE RECHERCHE ET DE FORMATION UNIVERSITAIRE                                                                              PRFU CODE N00N01UN250320220001.

Intitulé  EMPOWERMENT ET GOUVERNANCE : L’APPORT DE LA PARTICIPATION CITOYENNE DANS LES PROJETS URBAINS

EQUIPE                                                                                                                   Bouchareb Abdelouahab. Pr. Chef projet                                                                     Azizi Athmane. MCB                                                                                                  Mme. Benoumeldjadj Maya . MCB                                                                       Allouache Samir . MAA                                                                                              Mme. Boudechiche Yasmine.Doctorante

DEBATTEURS                                                                                                                    Segueni Samir          Elu APC Khroub CAPDEL                                                    TERBAK Omar   ArchitecteDéputé APN                                                                  Deham Okba      Cadre EAVANAM                                                                                Attoui Lylia        Ing GC   Daira Khroub                                                                  Djouablia Soumia             DUAC Khroub                                                                Fergani Radja   Rising  Kommubnity  Doctorante                                                    Maiche Brahim                 Association A25                                                                          Nait Amar Nadra  enseignante LAUTES                                                                         Salhi Boutheina enseignante LAUTES                                                                              Slimani Rima         Associatio Lemsa Niswiya                                                                    Zertal Samira enseignante LAUTES                                                                         Meghnous Zahia enseignante LAUTES                                                                           Ariane Houria  enseignante Directrice LAUTES                                                            Allioua  Meryam Docteur en urbanisme                                                                          Bekkouche Amina Doctorante LAUTES                                                              Medjdoub Amani Doctorante LAUTES

SYNTHESE FINALE 

Il est clair que le foisonnement des associations et la disponibilité d’un référentiel juridique et réglementaire ne peuvent suffire à instaurer   la démocratie participative consacrée dans la Constitution.

En l’absence d’un contexte institutionnel définissant les instances, organisant les rapports et les relations et décrétant les prérogatives de chacune dans un système ordonné, la question de l’implication citoyenne motivée et responsable , ossature principale de la démocratie participative restera dans la  sphère théorique.

L’empowerment comme pouvoir d’agir sur l’environnement social, culturel et environnemental et tant recherché par les associations se construit dans une vision  de  démocratie participative, qui engage toutes les catégories (en genres, professionnelles……).

Avant tout ce pouvoir d’agir sur l’environnement et non sur les personnes, doit faire l’objet d’une volonté politique et d’un travail de proximité dans le but d’instaurer un climat de confiance.  

Ce pouvoir d’agir ne peut se déployer que dans un contexte ou des acteurs portent les “préoccupations” des citoyens (et par extension des usagers). Qu’ils soient élus des assemblées (collectivités) ou désignés représentants les institutions centrales ou citoyens structurés (associations) ou usagers, les objectifs, particulièrement dans le domaine de l’environnement urbain ou territorial, doivent s’inscrire dans une vision partagée  d’avenir (impliquant également les générations futures).  Elle s’élabore  en  un “projet” urbain qui fait appel à toutes les compétences, toutes les énergies et l’adhésion de tous.

Ainsi, en synthèse générale, les points essentiels à un véritable pouvoir d’agir relevent de la disponibilité de principaux facteurs agissant pour créer un contexte adéquat à une adhésion passent par :      

  • Une communication continue et accessibilité à l’information .
  • Une bonne gouvernance soit établir un rapprochement productif entre tous les acteurs, sans discrimination.
  • Une vision partagée de la ville et de son avenir doit être « construite » collectivement.
  • Une mise à profit de toutes les ressources locales est impérative pour l’efficience des résultats.
  • Une exploitation de l’intelligence «sociale » comme une ressource essentielle pour la fabrique de la ville. Le tissu associatif en fait partie.

 

 

 

Ville Nouvelle ALI MENDJELI: INSTAURER UNE CULTURE URBAINE

Les Associations de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli (Cirta-Oxygene , Zehra Hiking-Zehret Etidjoual) et la Coordination des Associations des quartiers en collaboration avec le Ministere des Moudjahidines , organisent le 5 juillet 2023,  une 1ere Edition de la Marche Sportive en Milieu Urbain.  Un parcours de 12 km,  le départ  de cette marche commencera de la Place au croisement des deux Boulevards,  UV 13 face à la Clinique Kadri, à partir de 17 h.


A notre sens, cette initiative augure des prémices de l’instauration d’une culture urbaine, alliant marchabilité, santé et sensibilisation aux questions environnementales  au niveau de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli.

Pour mieux cerner les objectifs et ls attentes de ses organisateurs, nous avions sollicité M.Khaled KARA MOSTEFA (Président de l’Association Cirta-Oxygène).

“Créer le sentiment d’appartenance au territoire

” Provoquer un engagement citoyen…”

Salam Khaled. si tu permets, une courte interview rapide.

Kh. K.M: Salam oui pas de problème !
Quel est le but recherché à travers l’organisation de cette premi_re edition de “la marche en milieu urbain” ?
Kh.K.M: Le but c’est de créer le sentiment d’appartenance au territoire et provoquer un engagement citoyen c’est l’objectif principal de l’association cirta oxygène de même que la promotion de la santé communautaire en milieu urbain
Magnifique . L’itinéraire choisi a-t-il une quelconque pertinence ou symbolique ?
Kh.K.M: A travers la randonnée urbaine les gens peuvent aussi prendre conscience des problèmes et défis de leur environnement
Quelles sont vos attentes de cette 1ee édition ?
Kh.K.M : Pour cette première édition on espère juste créer une habitude et familiariser les gens aux concepts de randonnée urbaine et santé communautaire 
Merci mon ami .

 

«Les natifs d’Ali Mendjeli tentent de construire leur propre identité»

EL WATAN 18/06/2023

INTERVIEW réalisée par Nouri Nesrouche

Pr Abdelouahab Bouchareb. Enseignant-chercheur en architecture et urbanisme,  professeur des universités à Constantine-3 : «Les natifs d’Ali Mendjeli tentent de construire leur propre identité»

Abdelouahab Bouchareb est enseignant-chercheur en architecture et urbanisme, professeur des universités à Constantine-3, Salah Boubnider. Dans cet entretien, il nous explique la dynamique fulgurante d’Ali Mendjeli et note, entre autres, que des éléments urbains, comme les deux universités, le tramway, la culture de la livraison à domicile, et le rythme «urbain» (la vie nocturne) impriment à cette ville nouvelle une vocation de ville pour «jeunes».

– Il y a quelques années, vous avez qualifié Ali Mendjeli de «kyrielle de bâtiments décontextualisés», vous le pensez toujours ?

C’est vrai, en 2020 j’ai qualifié la Ville nouvelle Ali Mendjeli de kyrielle de bâtiments décontextualisés. Ce n’était pas un grief, mais un fait. J’avais dit que les bâtiments se juxtaposaient dans une ferveur managériale mue par un esprit compétitif. Cette «fièvre» de la construction est de plus en plus intense et spectaculaire, relativement à la vocation «tertiaire» qui couvre Ali Mendjeli et lui imprime une image «mercantile».

– Beaucoup d’observateurs avancent justement qu’Ali Mendjeli s’est inventée grâce au commerce, notamment les centres commerciaux. Qu’en pensez-vous ?

Effectivement. Néanmoins, il y a lieu de reconnaître aux gestionnaires la justesse de leur planification stratégique. Juste après les premières années après sa naissance, les unités de voisinages (UV6, UV8, UV 5) ont été consacrées (partiellement au relogement des habitants des quartiers précaires souvent en marge de la ville de Constantine [Niork. Fedj Errih…].

Ce peuplement initial a favorisé l’émergence de véritables polarités où se concentrent des commerces variés et surtout accessibles à toutes les catégories socioprofessionnelles. Certaines sont en phase d’acquérir un statut de lieux centraux. C’est-à-dire au-delà de leur attractivité commerciale, ces lieux ont vu s’ajouter à leur statut une épaisseur symbolique synonyme d’urbanité [traduisant l’identité qui se construit lentement].

Dans le même sillon, il y a lieu de signaler que les centres commerciaux, dont certains portent des enseignes «mondialisées», et d’autres «délocalisées», des villes limitrophes [El Eulma, Aïn Fakroun, Tadjenanet] ont choisi de s’établir à Ali Mendjeli. Ces choix ne sont pas fortuits de par la clientèle jeune, connectée et portée sur la consommation [la mode, l’électronique, la téléphonie, la restauration].

Ce sont aussi les effets des deux universités, du tramway, de la culture de la livraison à domicile, du rythme «urbain» [la vie nocturne] qui impriment à cette ville nouvelle une vocation de ville pour «jeunes». Ce sont aussi ces «stratégies» de marketing qui favorisent le regroupement de commerçants dans des endroits précis [centre commercial le Square]. Dans la même optique, elle tend à se présenter en «destination» pour les Tunisiens et Libyens qui y viennent pour faire leurs emplettes.

– Ce processus de sociabilisation par l’espace commercial peut-il remplacer à terme l’absence de places et de jardins publics ?

Je ne pense pas, non. Le processus actuel est le fait d’une dynamique urbaine fulgurante. Aujourd’hui, les promoteurs immobiliers produisent des livrables de haut standing et le «marché» semble être florissant. De même pour les investisseurs «économiques». Le foncier est davantage exploité dans des objectifs de rentabilité. La plus grande surface de ces espaces est phagocytée par les «Malls» et les centres commerciaux.

Ce sont ces «atriums» ou ces espaces communs réservés aux consommateurs meublés de tables et de sièges. Les espaces publics extérieurs sont très réduits. Même les trottoirs sont squattés par les commerçants. Les équipements de loisirs se multiplient. En un mot, la logique prégnante est celle des promoteurs immobiliers et des investisseurs, celle de la mise à profit de toute ressource foncière. Les services en charge de la gestion de la ville Nouvelle en sont conscients et déplorent cet état de fait.

– Une équipe de basket-ball féminine va jouer la saison prochaine en première division. La performance sportive est-elle un facteur de construction identitaire ?

La performance sportive est un facteur fondamental dans la construction de l’identité. Essentiellement parce que le «club» sportif agit comme représentant d’une entité sociale et/ou culturelle parmi d’autres clubs aussi représentatifs de leurs entités. Ensuite, cette représentation s’inscrit dans un cadre territorial ou géographique [allant du local au mondial]. Ce qui en principe octroie une présence à l’entité sociale dans l’échiquier global.

Par ailleurs, toute performance sportive participe à enrichir la mémoire collective, autre champ de la construction de l’identité. A Ali Mendjeli, ses natifs tentent de construire leur propre identité. Ils ne sont pas Constantinois comme leurs parents, ni Khroubis [tutelle administrative], mais Ouled Enouvel [les enfants de la ville Nouvelle]. La performance de l’équipe féminine de basket-ball de Ali Mendjeli [Club Rapid Ali Mendjeli] est «historique» pour une ville qui a trente ans de vie. Ce club de «fille» va jouer parmi l’élite nationale, à côté des équipes bien anciennes.

– Comment appelle-t-on un habitant de la ville nouvelle Ali Mendjeli ?

Avec mes doctorants, dont les thèses traitent de sujets sur la Ville Nouvelle Ali Mendjeli, nous avions décidé de qualifier ses habitants de Mendjeloises et de Mendjelois.

L’ECOUMENE , LA PORTE, LA MAISON

L’écoumene. (1)
Le monde habité des grecs….était limité. Aujourd’hui, toute la planete est habité, du moins connue, explorée. 
Mais le concept demeure. Il renvoie à ce rapport au monde,  microcosme et macrocosme. Le monde phénoménal et le monde physique….
Ou se couche le soleil ? quelque part dans un “monde”  ! 
Mêm si les sciences de la nature, la géographie ont fini par rendre le mo,de “visitable”, il demeure ce rapport à l’inconnu,  qui procure des reves ou provoque des peurs…
Le monde exterieur n’est pas hostile, il n’est pas amical non plus. Et l’homme ne retrouve la séréité que dans un microcosme qu’il a lui même façonné.
   Imaginons l’homme qui a conçu cette “habitation” quelque part dans une ruelle de la Vieille Ville Constantinoise !
Qu’éprouvait-il quand la pénombre laisse tomber ses filets aux petites mailles et que la lumière du soir somnole et s’éstompe…et que lui regagnait son abri ?
Il me semble qu’il devait être heureux d’enjamber ce seuil et de fermer cette lourde porte…. Il fermait la porte pour laisser dehors, les cris, la grisaille, la violence du verbe, l’imitié des regards…la chaleur etouffante ou le froid glacial…les odeurs nauséabondes des tanneries.
Il se feutrait dans la chaleur frissonante d’une campagne, bercé dans les éclats puérils, dans les vagissements d’un dernier….
Il marchait pieds nus sur le marbre frais, liberait son corps des vetures de convenance, frôlait des yeux les murs revetus de céramiques florales, ou “se laissait perdre dans les entrelacs complexes…
Et dans son repos, il devait humer pour la enième fois l’effluve de la thuya….
La porte…
“Concevons alors la maison comme la marque distincte à laquelle le lointain cesse pour que le moi (et le nous) devienne le centre autour duquel temps et espace s’entrelacent d’une façon matériellement définitive.”.(2)
Une porte offre la liberté. Elle permet d’achapper au tumulte, aux agressions  et au regards inqusiteurs.
Elle protège le monde de la reverie contre la dure réalité du monde physique et sociale… Elle s’ouvre et se ferme, son seuil est un interdit… un honneur.
Cet Homme devait raconter aux siens ce qu’il endurait dehors…Toujours aux aguets, faire bonne figure et préserver son honneur….
Ou bien il se taisait pour oublier….et sa maison lui procure des reves qui le menaient vers des mondes merveilleux.
L’écoumene est composé de deux mondes; celui du dehors sans pitié, ingrat et celui du dedans, convivial, douillet entre les deux il y a une porte. 
Voir
1  Augustin BERQUE

L’écoumène, mesure terrestre de l’homme, mesure humaine de la Terre : pour une problématique du monde ambiant. L’Espace géographique  Année 1993  22-4  pp. 299-305

2  Joana Duarte Bernardes

Habiter la mémoire à la frontière de l’oubli : la maison comme seuil. in Conserveries Mémorielles.  N°7. 2010 

La ville Nouvelle Ali Mendjeli. Performance sportive; un facteur dans la construction dentitaire

Le CLUB RAPÏD ALI MENDJELI ,  une équipe de besket ball féminine va jouer la saison prochaine dans la division de la Nationale 1. 

Qu’est-ce qu(il y a de pertinent dans cette information ? 

Rien à priori, sinon qu’il s’agit d’un club “féminin” representant la “VILLE NOUVELLE” ALI MENDJELI….   

Trêve de devinette ! Une telle performance traduit toute la dynamique qui anime les natifs et les natives de Ali Mendjeli (première génération, à peine 30 ans)   dans la construction de leur identité socio-urbaine. 

Cette ascension représente une “épaisseur” importante pour les mendjelois et les mendjeloises pour acquérir une position visible  dans le voisinage qui se dispute sa tutelle (commune de Ain Smara et El Khroub). 

“Ouled Ennouvel” (Les enfants de la Nouvelle) multiplient les actions civiques , les revendications pour acquérir un statut administratif autonome.  En effet, les formations sportives et leurs performances constituent une occasion dse médiatisation qui profitera à ce large réseau associatif de la Ville Nouvelle se conforter ses demandes. 

Il ,est clair que dans le cas de la Vile Nouvelle, les performances sportives pârticipent de ce desir de construire une apparten

ance “urbaine” en l’étoffant d’ une identité propre. 

Une club sportif, féminin de surcroit, dans une ville nouvelle sont de l’ordre du factuel. Ces faits traduisent une forte dynmique socio-culturelle qui se décline par d’autres actions simultanées.

La dernière en date : les mendjeloises et les mendjelois demandent au Président de la République d’octroyer à leur ville , le statut de commune.                         

Source des photos ;  أصداء مدينة علي منجلي

HAOUCH ERRIH, au vent mauvais !

 

Autant écoeuré comme nombreux amis et collègues par cette multiplication de verrues (excusez-moi).
Je me dis que en tant qu’architecte-urbaniste j’ai une part de responsabilité dans cette aberration, tant je n’ai pas pu m’opposer à sa concrétisation (même verbalement).
Qui aurait pu approuver une telle méprise?
Un architecte seul ? Non, je ne le pense pas capable!
Un administrateur seul ? non plus , rusé comme lui!
A moins que ces deux “autorités” (politique et technique) seules au départ ont uni leurs “intérêts” pour oser offrir ce livrable à l’humanité. Mais il fallait un troisième acteur, l’exécutant…ce promoteur qui remettra un produit frelaté…et enfin le énième de cordée à qui toutes les autorités accordent un préoccupation majeure, ce “client” que tout le monde cherche son bonheur….
Enfin, ce “Pruitt-Igoe” ,( comme Said l’a mentionné dans un post précédent), combien de temps va-t-il tenir avant de recevoir le coup de grâce ?

A.BOUCHAREB 

le 13 avri 2023

 

Je savais depuis longtemps qu’en matière d’architecture et de conception urbaine on avait atteint le fond et on creusait, mais j’étais loin d’imaginer que cette cuvée 2023 serait encore plus amère à avaler.
Sidi-Abdellah, Houch Errih, quelques déclinaisons qui vont au-dela d’une absurdité chiffrée,
L’échange hallucinant entre le premier responsable du secteur et son subordonné reflète les contours d’un modus operandi immuable: sommé par son chef d’en finir avec les pv de choix des terrains pour les équipements, maintenant que les logements sont en cours de finition, le subalterne rétorque avec zèle: “nous avons réussi à caser le CEM, il nous reste à trouver les terrains pour les autres équipements” !! Lunaire!!!
Si Pruitt-Igoe a symbolisé pendant un certain temps la mort de L’architecture moderne, Houch Errih représente le dernier clou dans le cercueil d’un métier mort depuis bien longtemps !
S.MAZOUZ
Le 12.04.2023

JMU’7. Journée d’étude le 08 Novembre 2022.

Le 08 Novembre 2022

Célébration de la journée mondiale de l’Urbanisme

7eme Edition

الاحتفال باليوم العالمي للعمران

 الطبعة السابعة

Laboratoire De l’Architecture à l’Urbanisme.

Technique, Espace et Société (LAUTES)

organise une JOURNEE D’ETUDE sur

تصنيع المدينة الجزائرية

مكتسبات و افاق

La fabrication de la ville algérienne

Acquis et perspectives.

 

 

 

 

 

 

 

 

ARGUMENTAIRE

La fabrication de la ville se manifeste principalement dans les changements lents mais spectaculaires affectant sa  morphologie. Mais derrière cet aspect se cachent  d’autres facteurs agissant d’ordre socio-politiques, économiques, environnementaux et techniques.

Il ne faut pas oublier également que ce processus silencieux  traverse des enjeux substantiels,  non sans créer  des situations de désaccords et de conflits,  s’achevant souvent  par des délibérations ou des décisions négociées . Le produit urbain de cette fabrique ne se décline pas seulement dans les décisions autoritaires relatives aux opérations  planifiées et conformes au cadre juridique en vigueur, mais aussi sur les pratiques  informelles, illicites et difficiles à contrôler de populations aux moyens limités.

La question urbaine réunit divers intérêts souvent opposés. La ville consomme des ressources (foncières, environnementales),  fait appel à d’énormes savoirs (académiques et empiriques)  et commande des actions appropriées (opérations urbanistiques). Cette entropie suppose donc la nécessité d’un accompagnement transdisciplinaire (ou généraliste)  éclairé et savant afin de préserver l’équilibre du système urbain souvent menacé par une instabilité due aux impacts sociaux et  environnementaux des actions publiques ou privées.

D’autre part, ces intermèdes de fabrication sont marqués  par des situations souvent inédites. Elles appellent à des volte-face rapides des compétences techniques et des autorités politiques ; par conséquent elles forgent les expériences, apportent de nouveaux savoirs urbains  aussi bien théoriques que pratiques et favorisent la construction de visions pour l’avenir  à partir du présent. Ainsi ces acteurs impliqués dans ces conjonctures sont à même d’expliciter la portée de ces moments et de    communiquer les savoirs capitalisés à partir de leurs expériences.

La thématique choisie pour cette 7 eme édition consiste à travers des retours d’expérience, d’inviter un panel de chercheurs et de praticiens à faire le récit de leurs parcours professionnels dans le cadre de la fabrication de la ville. Nous supposons qu’après un  recul assez important, il est  loisible de capitaliser d’une part  les savoirs acquis relatifs aux démarches et aux processus, de les organiser dans un cadre méthodique et de s’en servir pour  prévenir les soubresauts  d’un futur déjà à nos portes, d’autre part.

Dans cette optique, les deux questions-clés de cette journée d’étude se déclinent ainsi :

  • A travers votre parcours en tant qu’acteur dans la fabrication de la ville, quels sont les acquis fondamentaux capitalisés en termes de savoirs (théoriques et pratiques) ?
  • Quelle est votre vision future dans ce domaine ?

Ainsi la réflexion sur des outils et des instruments d’urbanisme et d’aménagement plus adaptés à la réalité de la ville algérienne, la question foncière, les enjeux de la transition énergétique, les modes pour l’insertion des NTIC dans la pratique urbaine seront au centre des débats.

Nous espérons qu’au sortir de cette journée nous aurons collecté des  acquis des différentes expériences et des  suggestions  de pistes de recherche pour les apprenants et les futurs chercheurs particulièrement sur le « devenir » des villes algériennes

 

 

JMU’7

 

PROGRAMME DE LA JOURNEE

9H 00       OUVERTURE

Allocution de  Dr.Houria ARIANE. Directrice de LAUTES.

Allocution de  Pr. Badia BELABED.  Doyen de La Faculté.

Allocution de Pr. Ahmed BOURAS. Recteur de l’Université Constantine3. S.Boubnider

Président(e) de séance. Dr. ARIANE Houria

Rapporteur(e) ;Dr. ZEHIOUA Bernia

 9H30- 9H50

       M.MAICHE B. Architecte /urbaniste. Enseignant retraité (ex Cadre de la SONATIBA)

Politiques urbaines et fabrique de la ville.

 9H50- 10H10

  1. SERDOUK A. & DEHAM O. Cadres de l’EAVANAM

Les enseignements acquis à traversldes opérations d’aménagement de la Ville Nouvelle  Ali Mendjeli.

 10H10- 10H30LECHEHEB A. Enseignant Faculté d’Architecture et d’Urbanisme . Ex.cadre de la DUCH

La problématique du foncier et de l’urbanisme dans le parcours d’un urbaniste

10H30- 10H50

CHERRAD S. Professeur. Enseignant Retraité

Les pratiques d’aménagement du territoire dans le parcours d’un universitaire

10H50- 11H10

KHALED Slimane Architecte/urbaniste agree. (BEAUTE).

Instruments d’urbanisme : aspect règlementaire et réalité

 11h15- 12h30 . DEBAT

12h30-CLÔTURE

 

 

RURBANITÉ JOYEUSE. (par Abdelkrim BOUDRA).

Un tel texte, brut,  sincère, affectif et spontané ne laisse pas indifférent. Il est instructif à plus d’un titre. Personnellement je me contente de son coté récit et témoignage de pratiques (rituelles) dans la ville. Il met en exergues quelques saillaies  de  la vie collective  souvent banalisées. Il  est question de vie de “houma”, de stigmatisations, de reproches discrets, de “complexes de supériorité”, de tensions dans une cade spatial que des catégories désirent préserver des invasions rurales….
La ville a toujours et restera toujours un lieu de contradictions, de tiraillements, de luttes….
Merci à Abdelkrim  Boudra pour avoir autorisé sa republication (repris depuis sa page Facebook) dans ce carnet.   ,   

Jusqu’à récemment l’image des moutons dans la cour d’El Houma et dans les paliers ne me paraissait pas incongrue. Plus encore, de telles images activent les souvenirs d’une enfance joyeuse. Nous attendions l’Aïd El Kbir avec une joie inégalée…Maman Rabbi yerhemha a toujours nommé le mouton مسعود، celui qui annonce la joie…dans l’au-delà et d’ici-bas- pour nous autres enfants…
Zehf errifi- زحف الريف (les ruraux envahisseurs).
L’espace de 2 à 3 jours, pleins, nous avions un invité de marque qu’il fallait chouchouter et qu’on emmenait se promener dans la forêt des arcades. A côté de la villa Abdeltif (au dessus du musée des beaux arts) nous organisions des combats et on improvisait des jeux). C’est souvent les larmes aux yeux que nous assistions au sacrifice avec la promesse que مسعود nous précédait au paradis… Après le sacrifice, un groupe de jeunes volontaires s’affairait à nettoyer les paliers, les terrasses et la cour…La cité reprenait ses droits au grand plaisir des citadins râleurs qui vivaient mal cette intrusion de la ruralité dans la ville…les odeurs des moutons dans les cages d’escalier, leur bêlement la nuit, les hyader (peaux) couverts de sel et étalés à même le sol, étaient pour eux les signes de la décadence. De ce زحف الريف اللي جاب غاشي comme chantait oulid Houmti Meskoud.
Y-a-t-il des explications à ce phénomène ? Où la ville se retire l’espace de quelques jours pour laisser place à la ruralité (c’est bien évidemment un concept inapproprié que j’utilise à dessein). Plus précisément, il s’agit d’un interstice où l’urbain cohabite avec le rural : Rurbanité.
De la déportation…
En fait, Il s’agit d’un phénomène ancien et profond. L’Algérie est l’un des Pays qui ont connu les migrations internes les plus fortes au monde. Celle de 1962 a certainement été la plus puissante, mais elle a été précédée de plusieurs vagues depuis le 19eme siècle et même avant. Face à la misère de nos territoires ruraux délaissés par les pouvoirs coloniaux turc et français, les territoires ruraux sombraient dans l’extrême pauvreté (les reportages sur la misère en Kabylie de cet autee oulid Houmti, Albert Camus sont à des années lumières de l’éloge de la vie bédouine sublimée par l’Emir Abdelkader). Nos grands- parents et parents ont donc été contraints de quitter leur ‘ruralité’… d’accepter cette forme de déportation, avec l’espoir de trouver du travail et le bonheur que seule la ville leur offrait…ils quittaient donc leur Douar en l’emportant avec eux…Souvent c’est en Zoufri qu’ils investissaient la ville, sans connaître ses règles et souvent sans en apprendre les codes. Ceux qui ont migré au début du siècle dernier ont eu la chance d’apprendre la ville (arabe, mais ville quand même) grâce à la vie dans ouest eddar sous le regard de la maîtresse de maison et avec l’aide des voisins empathiques et solidaires car vivant la même expérience.
Labyrinthe de la solitude.
Après juillet 1962, l’investissement massif des biens vacants laissés par les anciens habitants s’est fait avec une vitesse vertigineuse et une violence qui n’ont laissé place à aucun apprentissage… dans le quartier nous avons des témoignages édifiants de l’étonnement de certaines familles devant la baignoire, le bidet ou encore le piano à queue laissés par les pieds noirs partis à la hâte…
Beaucoup étaient perdus dans cette ville qu’ils découvraient à peine…et pour survivre ils s’accrochaient à leur maigre capital : les traditions héritées de leur vie passée, de leur Douars et mechtas ainsi qu’à quelques valeurs sûres notamment la solidarité familiale et tribale…c’est ainsi que le concept de Houma est né. En pleine anachronisme avec la ville qui exigeait l’individualité et la famille nucléaire, ces nouveaux citadins (anciens ruraux) s’accrochaient à leur identité pour ne pas se perdre…ils ont très rapidement inventé des espaces de solidarité et de vivre ensemble qui leur permettaient de vivre ENSEMBLE et non pas seuls…Les fêtes familiales et religieuses étaient ainsi des parenthèses où ils osaient s’affranchir des codes de la ville pour afficher, de manière ostentatoire, les codes de leur ruralité (lire à ce sujet, pour un autre contexte, le sublissime essai d’Octavio Paz ‘labyrinthe de la solitude”).
Dans ce moment entre-deux, le temps s’arrête, pour laisser place à cette expression de soi, pour ne pas oublier, ne pas se perdre…
L’odeur du mouton, son bêlement la nuit, la heydoura étendue, les traces de sang…sont l’expression de leur peur de se perdre dans la ville et d’une mémoire qui refuse d’oublier…
Saha Aidekoum.
Abdelkrim BOUDRA

Une innovation: le SQUARE SOUKS, Ville Nouvelle Ali Mendjeli, (UV 20)

©A.BOUCHAREB

©A.BOUCHAREB

©A.BOUCHAREB

©A.BOUCHAREB

Nous n’avons pas de beaucoup d’informations sur un “site ” commercial (sis UV 20 Ville Nouvelle Ali Mendjeli) qui défraie l’actualité, par son émergence et son entrée en activité. Ce site est appelé SQUARE SOUKS .

Il s’agit d’un groupe de commerçants qui exploitaient des fonds (prêt-à-porter, cosmétiques, produits domestiques, habillement) dans les rues de la vieille-ville de Constantine (Rue Benmhidi)  et qui  se sont associés pour acquérir des locaux commerciaux dans un ensemble résidentiel promotionnel situé dans l’UV 20 (Dar Dembri)..

Ce déménagement s’est opéré dans un cadre ordonné, après avoir effectué des aménagements des nouveaux locaux et surtout des devantures d’une manière harmonieuse et unifiée. Ainsi, nous avons constaté que les façades, les vitrines, les enseignes et les détails relatifs aux divers branchements (numéros d’adresse, compteurs d’électricité, d’eau) ont été travail dans un élan collectif aboutissant à un ensemble cohérent et équilibré. Les commerçants n’ont pas manqué d’équiper le “trottoir” attenant d’un mobilier adéquat et- stylisé   (banc public, “cascades”…).

Situé au sud ce “centre” commercial, donc assez éloigné des lieux centraux actuels , n’a pas échappé à l’attention des commerçants, qui ont mobilisé des bus pour transporter les consommateurs “gratuitement” durant plus d’une semaine, afin de faire connaitre le Square Souks. La visite donc de ce site laisse entrevoir qu’un “service” de  sécurité (parking et contre les vols) est déjà opérationnel.

Le Centre commercial du Square, s’appuyant sur le procédé “bouche à oreille” semble prendre de l’intérêt et devenir un lieu attractif apprécié par les jeunes “branchés”.

Nous essayerons d’avoir d’amples informations sur ce sujet prochainement.