Marwa ZEMOULI

Marwa ZEMOULI

ACTEURS ET IMAGE DE LA VILLE

STRATÉGIE DE MARKETING TERRITORIAL.

CAS DES VILLES NOUVELLES ALGERIENNES : ALI MENDJELI (CONSTANTINE) et DRAA ERRICH (ANNABA)

ENCADREUR : Bernia-ZEHIOUA HECHAM           MCA                   CONSTANTINE3

 INTRODUCTION

L’identité d’une ville se construit en partie par la diffusion d’une image, dans une approche stratégique dont l’objectif de produire et de faire circuler des messages collectifs positifs à partir des qualités d’un espace. Ces politiques de l’image, visant un public externe au territoire (leaders d’opinion, entreprises, touristes…) essaient de séduire un secteur économique et touristique de plus en plus mobile. La construction d’une image de ville et sa transformation dépend du comportement et des perceptions d’une multitude d’individus.

 La production des images de villes repose principalement sur le poids des acteurs de chaque territoire, de leur stratégie et des politiques de développement mis en place.

PROBLEMATIQUE

 Le marketing territorial est une expression nouvellement introduite dans le domaine de l’urbanisme, il repose sur l’attractivité et le développement d’un territoire à travers la promotion de l’image de la ville.

 En ce début de XXIe siècle, le thème de l’image de la ville est plus que jamais omniprésent dans les discours des élus, aménageurs, promoteurs, professionnels du tourisme et les représentations visuelles qui sont véhiculées dans les médias. Dans un contexte de compétition interurbaine de plus en plus accrue, à différents niveaux (régional, national, international), les acteurs publics municipaux mettent en place des stratégies relevant du marketing territorial (city Branting), pour renouveler l’image dominante de leur ville.

La ville nouvelle Ali Mendjeli, un nouveau territoire créé pour décongestionner la ville mère débordée par la croissance démographique et l’insuffisance de l’assiette foncière. Ce pôle urbain ; 25 ans après est à la base d’un nouveau centre urbain regroupant des équipements universitaire, commerciaux et des zones d’activités, marquera le passage d’une ville dortoir a une ville dynamique et attractive.

Cette nouvelle image de la ville traduite par le bouleversement du paysage urbain et la transformation d’un style architectural timide a une architecture d’une tendance mondiale. La ville nouvelle Ali Mendjeli aujourd’hui a pu créer sa propre autorité et vise à être une ville d’influence nationale et transnationale. Devenue une nouvelle entité urbaine dynamique et diversifié avec l’installation des entreprises et la création de l’emploi. Elle est doté d’un campus universitaire d’une capacité importante source d’échange scientifique et culturel reflète l’image de la ville du savoir.

L’implantation des projets structurants tels que le tramway, l’hôpital militaire, les entreprises de renommé, les hôtels et les centres commerciaux montrent la volonté de crée sa propre autonomie.

Les pouvoirs publics ont intervenu à travers des actions concrètes afin de changer l’image de la ville par l’intégration de nouvelle formes urbaines : la construction en hauteur a pris place avec l’implantation des tours, l’ouverture et le renforcement des entrées et l’accessibilité de la ville avec les tracés des lignes de transports : tramway, apparition d’un nouveau style architectural ou en remarque un traitement de façade de qualité contrairement au type standard.

    Cette nouvelle image, est une réponse aux actions entreprises par les acteurs et les gestionnaires de la ville dans une nouvelle démarche qui semble s’inscrire dans une stratégie de markéting.

En fait l’image de la ville semble « volontairement » s’inspirer des registres stylistiques «internationaux » S’agit-il de signaux des acteurs qui veulent donner plus de visibilité aux investisseurs internationaux ?

Concernant la deuxième ville objet d’étude qui est la ville nouvelle d’ANNABA : « DRAA ERRICH » cette ville épure sortie des bureaux d’études, constitue un point en commun avec la ville nouvelle de Constantine, car elle a été planifié dans l’objectif de répondre aux besoins de la population, décélérer la pression urbaine sur la ville de Annaba, exploiter le foncier libre rationnellement en respectant les règles d’urbanisme.

Une ville d’une surface globale est de 1344 ha répartie entre logement, espace vert et équipements. Cette ville nouvelle en cours de construction, commence par construire ses repères de ville avec le relogement de la catégorie sociale ou la recherche d’une vie dans ce pôle urbain constitue le premier souci des responsables.

La ville nouvelle DRAA ERRICH, vise à être une ville intelligente ou le projet de coopération décentralisée entre villes Maghrébines et Allemandes a été une occasion pour Draa Errich de tisser une relation d’échange de savoir-faire en matière de télégestion des services urbains de la ville de Sindelfingen.

Dans la démarche d’en faire de Draa Errich une ville intelligente, le projet repose sur les critères liés à la croissance et au développement urbain, les NTIC, la mobilité urbaine et la préservation de l’environnement, l’objectif général est d’élaborer des schémas directeurs du plan vert, du SIG, et du plan des mesures d’efficacité énergétique permettant ainsi de faire de la ville Draa Errich une Smart City.

QUESTION CENTRALE ET OBJECTIFS

  • Comment veiller à rendre une pratique durable, en cohérence avec la stratégie territoriale, alors que son usage suppose la mobilisation de toute une pléiade d’acteurs hétérogènes ? Comment ces acteurs s’approprient-ils les pratiques de marketing urbain ?

  • Quelles sont les stratégies marketing et les pratiques les plus pertinentes lorsqu’il s’agit de positionner ou repositionner un territoire comme les villes nouvelles ?
  • Un « Retour d’expérience » d’Ali Mendjeli offre-t-il des enseignements utiles ? Quelle évaluation peut-on élaborer ?

  Les objectifs de ce projet de thèse visent particulièrement :

  • La définition de la stratégie marketing,
  • L’identification des acteurs agissant sur la fabrication de l’image de la ville (conception, décisions, exécution, Architectes, promoteurs, politiques, )
  • Evaluation de « l’image » de la ville (sémiotique, syntaxe) et son impact territorial,
  • Analyser la réception de l’image de la ville.

Sabrina ISSAD

Sabrina ISAAD

Modélisation d’un SIG de l’accessibilité urbaine par le transport en commun Cas de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli (Constantine)

ENCADREUR : Houria ARIANE-BOUCHAREB    MCA

Université S. Boubnider,Constantine3

INTRODUCTION

Dans le contexte des études des phénomènes urbains en urbanisme, le présent projet de thèse s’inscrit dans l’axe : mobilité, accessibilité urbaine en ville nouvelle. L’intérêt principal est d’étudier l’évolution des villes nouvelles et leurs devenirs à travers l’évaluation de leur mobilité et accessibilité, en utilisant les nouvelles technologies sous forme d’un SIG qui simule l’accessibilité par le transport en commun.

BROBLEMATIQUE

Le transport joue un rôle important dans la société, et une mobilité durable dans la ville post-carbone reste à inventer. Les options sont nombreuses, et les réflexions novatrices sur la technologie sont associées à de nouvelles formes d’organisation et de gestion pour permettre une approche holistique répondant aux besoins de mobilité de tous ceux qui vivent et travaillent dans la ville. La construction de scénarios offre une occasion unique d’inclure explicitement la mobilité durable dans le cadre du développement de la ville [Hickman et Banister, 2013]. La concentration des activités autour des lieux accessibles par les transports en commun, notamment les développements liés au transport collectif (Transit Oriented Developments – TOD) et les zones de développement des transports (Transport Development Areas – TDA) [Ewing et Cervero, 2010].  Afin d’améliorer la gestion des réseaux du transport collectif, il faut accéder rapidement à l’information précise et mieux comprendre ces systèmes complexes, le système d’information géographique (SIG) est un ensemble intégré de composants matériels, de logiciels et de données servant à enregistrer, à gérer, à analyser et à afficher toute forme d’information à référence spatiale.

Actuellement, la ville nouvelle Ali Mendjeli est couverte par deux lignes régulière de transport urbain, neuf des vingt unités de voisinages sont desservies par le réseau de transport en commun, il s’agissait de UV1, UV8, UV13, UV14, UV15, UV16, UV17, UV18, UV19, à cela s’ajoute 10 lignes de transport interurbain qui relient la ville nouvelle Ali Mendjeli avec :la ville de Constantine, la ville d’el-Khroub, la ville d’Ain Smara.

L’offre du réseau actuel reste donc très limitée. Elle n’irrigue pas suffisamment les grands pôles urbains générateurs des flux, et n’apporte pas d’alternative à la voiture, le réseau peut difficilement attirer de nouveaux usagers. Il est nécessaire de proposer un renouveau dans l’offre et dans les dessertes pour que la population utilise davantage les transports en commun.

Dans cette logique, la direction des transports de la wilaya de Constantine a proposé un nouveau réseau de transport collectif, dont les objectifs sont :

  • Améliorer la desserte des zones d’emplois
  • Harmoniser le ratio km offert/an/habitant
  • Conforter l’intermodalité réseau urbain et tracer tramway
  • Améliorer la liaison entre les différents unités voisinages et la gare routière et le tracer du tramway

Le réseau de transport proposé est développé autour d’une ligne de tramway qui représente l’axe de rabattement des toutes lignes de transport en bus, le réseau admet pour principe de concevoir un réseau en grille dont toute les lignes admettent des points d’échange avec l’axe de rabattement « la ligne de tramway ».

L’enjeu principal de la réalisation de ce réseau de transport est d’améliorer la connectivité dans tout l’espace urbain et entre tous les intervenants de la ville, il s’agit de développer une nouvelle approche innovante à travers l’utilisation des TICs. Le passage d’un système d’information statique SIS (représentation du réseau par un plan ), à un système d’information dynamique SID qu’il  s’agit de mettre à la disposition de l’utilisateur l’information, la position, la ligne, l’horaire de passage, le tracé, l’itinéraire d’un point à un autre, et l’offre du transport accessible par les moyens technologiques, internet , GPS, application élaborée dans ce sens et c’est un volet de la réussite des TICs dans le transport sous forme d’un SIG de mesure de l’accessibilité par les transport en commun qui est le sujet de mon projet de thèse.

QUESTION CENTRALE ET OBJECTIFS

L’enjeu du développement harmonieux de la ville nouvelle s’appuie sur une dynamique urbaine fluctuante, dont l’accessibilité est l’un de ses domaines majeurs. Il est par conséquent impératif se doter d’outils appropriés pour sa prise en charge et aider à la prise de décision.

La création de ce SIG offre la possibilité de répondre à différentes interrogations. En particulier :

  • La ville nouvelle Ali Mendjeli dispose-elle d’un réseau de transport en commun efficace ?
  • Quel est l’impact de modélisation d’un SIG qui mesure l’accessibilité dans la promotion de la gestion et l’exploitation du réseau de transport en commun pour offrir une alternative à l’utilisation de la voiture ?
  • Comment ce SIG va contribuer à la prise de décision dans la gestion future de ce réseau ?

De ce fait, les objectifs de cette sont :

  • Proposer une grille d’évaluation de la mobilité et le degrés d’accessibilité actuel par le transport collectif.
  • Offrir une alternative à l’utilisation de la voiture dans la ville nouvelle Ali Mendjeli constitue une priorité.
  • Contribuer à la numérisation de cette ville dans une approche prospective.
  • Ce SIG sera une boite à outil d’aide à la décision pour les collectivités locales, il facilitera l’accès à l’information et la gestion du réseau de transport
  • Mettre à la disposition de l’utilisateur une information dynamique accessible par les moyens technologiques.

MANAL YAHIOUCHE

Manal YAHIOUCHE 

INTITULE

NTICs et  projets structurants. Approche prospective.

Cas de : la ville nouvelle Ali Mendjeli, Constantine

ENCADREUR  Houria ARIANE-BOUCHAREB    MC A   Université Constantine3

 INTRODUCTION

Ce projet de  thèse s’inscrit dans  le cadre des études urbaines,  dans le domaine de recherche du  « devenir des villes ». Ou le  sujet porte sur  « Les  NTICs et les projets structurants, Approche prospective», dont le cas d’étude est la ville nouvelle « Ali Mendjeli », Constantine.

BROBLEMATIQUE

  Les villes aujourd’hui vivent une révolution de l’intelligence sans précédent, due à l’avènement des NTICS , et des bouleversements provoqués par ces dernières ;  d’où elles sont devenues des outils adoptés par les gouvernements, paramètres et critères de développement et concurrence entre les régions, les états…etc.

    L’Algérie  un pays émergent, qui  essaye de suivre le rythme et de creuser dans le domaine des NTICs, de nombreuses initiatives de la part de l’état, en faveur des villes intelligentes: des projets numériques ont vu le jour dans divers secteurs (Projet de la ville de « Sidi Abdallah », et  le projet  « d’Alger Smart City ») , après que l’État a adapté  un nombre important  de lois à l’intelligence numérique.

    La ville nouvelle « ALI MENDJELI » Constantine, est une ville orientée vers l’avenir , elle possède d’énormes potentialités, des richesses humaines, des projets structurants massifs (ex : les projets des universités : UNIV 1 et UNIV2, les centres commerciaux, le projet du tramway …etc.) ,et des ingrédients remarquables qu’il habilitent  à accueillir les NTICs et accéder à une « smart city »  , tel  que : sa nouveauté  ,la population jeune résidente et estudiantine et leurs interactions  avec la technologie , l’apparition de nouveaux éléments  de commerce électronique , et de e-gouvernance ( le partage de l’information entre les habitants et les autorités par l’intermédiaire : réseaux sociaux), le développement des services administratifs  grâce à  l’outil numérique (administration électronique ), le raccordement des établissements, des habitations au réseau d’internet …etc.

« …C’est une Chance pour la ville de Constantine d’être constituée demain à la fois d’une veille cité très enracinée dans l’histoire, et d’une ville neuve, de poids presque équivalent, et apte aux innovations du monde moderne et de la mondialisation. Aux responsables de saisir cette chance, aux populations de la vivre. »Marc Cote, 2010.

Néanmoins, la difficulté  réside dans le passage du concept à la pratique.

QUESTION CENTRALE  ET OBJECTIFS

Comment intégrer les NTICs dans la ville nouvelle « Ali Mendjeli » ?

  • La ville nouvelle Ali Mendjeli est- elle prête pour l’intégration des NTICs? 
  • Quel est le réseau le plus adéquat pour intégrer les NTICs dans la Ville Nouvelle Ali Mendjeli?
  • Jusqu’à quel degré peut-elle aller la Ville Nouvelle avec l’ avènement des NTICs ?

 Cette thèse est une recherche prospective, qui va  apporter un éclairage nouveau, et ouvrir des pistes, qui peuvent  servir dans le domaine des  NTICs, et  des villes innovantes en Algérie, d’où elle vise à atteindre l’ensemble des objectifs suivant :

  • Construire une base théorique, qui va servir comme référence pour les futurs chercheurs dans ce domaine des NTICs.
  • Essayer de rapprocher de concept flou, et clarifier la démarche de l’intégration des NTICs dans les villes algériennes, et la Ville Nouvelle  en particulier.
  • Mesurer les prédispositions de la Ville Nouvelle pour accueillir les NTICs (à travers l’élaboration d’une grille d’évaluation).
  • Donner une approche pragmatique sur l’avènement des NTICs à partir les éléments disponibles (les projets structurants).
  • Optimiser l’impact des projets structurants sur la Ville Nouvelle, et étudier la possibilité de les utilisés comme intermédiaires,  pour accéder à une « smart city ».
  • Contribuer à la création d’une réflexion consciente sur l’avenir de la Ville Nouvelle.
  • Aider les décideurs et les planificateurs à procéder dans le domaine des NTICs et des «  villes intelligentes ».

 

 

 

 

 

Yasmine BOUDECHICHE

Yasmine BOUDECHICHE  

Intitulé;  Ville nouvelle Ali Mendjeli, urbanité(s) et identité(s). 

Directeur de thèse Abdelouahab BOUCHAREB   Professeur  

 INTRODUCTION

Le présent travail s’inscrit dans la thématique de la question du devenir des villes nouvelles, il est guidé par un questionnement sur : l’urbanité et l’identité de la ville nouvelle.

PROBLEMATIQUE

La ville nouvelle Ali Mendjeli (Constantine), s’y prête pour être l’objet de ce travail de thèse, résultant d’une politique volontariste. Cette ville  a été créée afin de désengorger la ville de Constantine, plusieurs facteurs ont accéléré  création ex-nihilo :

  • Saturation progressive du centre-ville,
  • Prolifération des bidonvilles autour du centre,
  • Demande accrue en logements,
  • Raréfaction des terrains urbanisables et constructibles,
  • Glissement de terrain, habitations menaçant ruine de la veille ville de Constantine…

Aujourd’hui et un quart de siècle après  son lancement effectif,  cette ville nouvelle nécessite une halte évaluative et méditative.

Ali Mendjeli, en tant que ville nouvelle, répond-t-elle aux objectifs pour lesquels elle a été fondée ? A-t-elle un avenir ? 

Il nous impose à réfléchir, penser sur son devenir. Cette ville est à la base d’un nouveau territoire urbain, regroupant des équipements universitaires, destinés à accueillir des étudiants de différentes spécialités et de tout horizon, des zones d’activités et des équipements commerciaux, à forte attractivité, la réalisation de ces équipement suivant le modèle de centre commercial en vogue, inspiré de la mondialisation ( matériaux de construction luxueux en équipant l’intérieur confortablement (façade vitrée, installation d’escalators et ascenseurs transparents, des stands collectifs de restauration…), il convient aussi de noter l’intensité de fréquentation des espaces, destinés en particulier pour une population jeune, sans exclure le genre, l’existence du commerce franchisé, des produits importés, d’où une diversité de choix pour un même est maintenant disponible. Ces équipements contribuent  à l’apparition de nouveaux modes et pratiques de consommation (livraison à domicile des sandwich, des repas prêts…),de même les magasins utilisent des décorations particulières, à certains évènements locaux ( le mois sacré du Ramadan, la rentrée scolaire…) et même pour des évènement étrangers (saint valentin, la fête de noël ), les gens s’échangent les informations et les nouvelles surtout dans ces lieux de consommation, d’où des relations se sont tissées entres les pratiquants de ces espaces, les flux s’augmentent durant l’approchement des évènements, comme le mois du Ramadan ,l’Aïd, la rentrée scolaire…..montrent à quel point, ces lieux exercent une forte attraction sur la population, les vitrines mondialisées ainsi que l’ambiance select, donnent une image de prestige et d’opulence à ces lieux, qui font partie intégrante de Ali Mendjeli, l’univers social de cette dernière, se caractérise par une hétérogénéité du public qui la fréquente, selon des besoins, des temporalités et des spatialités très différentes.

Ces dernières années, Ali Mendjeli incluait de franches inflexions, la nouvelle génération d’immeubles suivant une politique de laisser faire, de donner plus de liberté qu’auparavant aux promoteurs, remplaçaient celle d’une architecture mineure, dont l’empreinte d’un effort, qui vise l’amélioration de la qualité de paysage urbain de la ville, apparait clairement à travers l’architecture monumentale (tours), des formes urbaines mondialisée, l’installation d’importants équipements ,la proximité de l’aéroport, de l’autoroute Est/Ouest, des entrées multiples grâce aux RN, ainsi que le projet d’extension de la ligne du Tramway (en cours) confient à la ville une base de mobilité et d’accessibilité abondante, de même l’émergence d’un style mondial de consommation. Aujourd’hui Ali Mendjeli apparait comme une ville disposant d’une gamme complète de fonctions, d’où  les ingrédients d’une nouvelle urbanité est en cours de formation, l’état des lieux montre la situation suivante :

  • Une métamorphose spectaculaire en matière de la production architecturale.
  • La prégnance de l’activité commerciale avec des pratiques de consommation et d’achat mondialisées.
  • Des effets remarquables de l’introduction des NTIC dans le mode de vie des habitants.
  • Un vocabulaire propre aux habitants pour désigner les différentes parties de leur ville.
  • Des traces et des couches fines sur l’espace de la ville qui remontent au patrimoine de la ville de Constantine.

Contrairement au centre historique de Constantine, cette ville nouvelle affranchit les individus des contraintes communautaires, des femmes au foyer commercialisaient leur produit d’artisanat exclusivement au sein de la famille, ont aujourd’hui élargi leur commerce grâce aux NTIC et réseaux sociaux, de même elles achètent des repas prêts à consommer, de la galette et commandent des gâteaux pour l’évènement de l’Aïd…les indices d’indépendance et de liberté, se manifestent clairement dans cette ville, à travers les attitudes des femmes et des couples qui sont l’objet privilégié du contrôle social.

“Les habitants ont transportés leur territoire à la semelle de leurs souliers et traduisent ce sentiment d’appartenance par les noms donnés dans la ville nouvelle aux groupements d’immeubles, reconduisant le bidonville d’origine : New York, la poudrière, Tenoudji, bardo, El Qahira…ils ont transporté également avec eux des pratiques sociales : une cohésion du groupe, un control social mutuel”  mais après 25ans, on remarque que le caractère moderne qui caractérise ce territoire, influe les pratiques et les habitudes de ses habitants, de ce fait ces derniers ont créés un vocabulaire qui est propre à la ville nouvelle.

La prégnance de l’aspect mondialisé de la ville nouvelle, n’a pas empêché l’existence de quelques traits du local, sous forme d’épiceries fines, des noms des lieux ainsi que quelques structures (portique de l’université Constantine 3), qui sont des emblèmes et des marques de la ville de Constantine. Ce qui exprime l’hétérogénéité de(s) urbanité(s) en gestation dans la ville nouvelle.

QUESTION CENTRALE  ET OBJECTIFS

Y a-t-il une urbanité en gestation dans la VN ?

Quelles sont ses moteurs ? Ses propriétés ? Ses déclinaisons ?

Si l’objectif primordial demeure axé sur l’avenir de la ville nouvelle Ali Mendjeli, il est nécessaire d’identifier son identité et l’urbanité émergente, sur son territoire.

Dans ce sens notre travail poursuit la  série d’objectifs suivante:

  • Identifier les modes d’habiter de la ville nouvelle.
  • Définir les modes de fabrication de la ville et de son architecture
  • Déterminer l’interaction entre la population et son environnement.
  • Identifier les impacts de la modernisation sur les habitudes et les pratiques habitantes.
  • Identifier l’épaisseur du patrimoine apporté du local dans l’image de la ville nouvelle.

 

 

PRÉSENTATION DE L’ATELIER

UNIVERSITE CONSTANTINE 3   Faculté d’Architecture et d’Urbanisme  

Département d’Urbanisme

LA VILLE NOUVELLE ALI MENDJELI (CONSTANTINE).

25 ans après…Retour d’expérience.

Le temps des chercheurs

Atelier de la 1ere année de la FORMATION DOCTORALE
VILLES   et   PROJET   ,       Savoirs et actions.
2017/18

EQUIPE D’ENCADREMENT

Abdelouahab BOUCHAREB

Bouba BENRACHI

Fatiha BENIDIR

Bernia ZEHIOUA

Houria ARIANE

Rachid TAMINE

Les thèmes (sujets) constituants les travaux de recherche

  • POLITIQUES ET ACTIONS URBAINES……………………………….
  • VILLES ET ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE……
  • INSTRUMENTS D’URBANISME ET DEVELOPPEMENT URBAIN…….
  • ACCESSIBILITE ET MOBILITE URBAINE
  • VILLE ET PROJET PARTICIPATIF
  • AMBIANCES, PAYSAGES ET ESTHETIQUE URBAINE
  • VILLE, PROJET ET PATRIMOINE URBAIN….
  • OUTILS D’AIDE A LA DECISION DANS LES PROJETS URBAINES.
  • PROJETS ET POPULATIONS VULNÉRABLES……………………….
  • VILLE, PROJET ET NOUVELLES TECHNOLOGIES D’INFORMATION ET DE COMMUNICATION (NTIC)

DESCRIPTION DE LA FORMATION DOCTORALE

Au delà d’une formation “académique” dans le domaine de la recherche, la formation doctorale proposée vise l’innovation dans les modes d’approche des réalités urbaines.

En prenant appui sur des problématiques concrètes issues des préoccupations de gestionnaires et des institutions publiques chargées de la ville et du cadre de vie ,   ce projet de doctorat entend s’introduire dans la réalité urbaine (cas de villes- métropoles, villes moyennes ou petites villes, ou quartiers). Cette immersion aura pour objectifs majeurs, d’une part la récolte des savoirs relatifs aux villes et à l’urbain  comme champ concret de la pratique et de l’expérience et d’autre part l’exploration méthodique des rapports et des démarches à la base des modes de fabrication de la chose urbaine.

La nature de la formation de base (urbanisme, urban studie’s)  et les profils des candidats suggèrent une formation basée sur la recherche-action, c’est-à-dire sur une production de connaissances pour des objectifs opératoires.  En effet, il s’agira de favoriser un cadre ou l’urbaniste jouera un rôle fondamental dans le processus et dans l’animation qui accompagnent la fabrique de l’urbain.  Sur le plan de la démarche, le projet urbain constituera le soubassement “herméneutique”  avec ses corollaires théorico- philosophiques et  épistémologiques de  la formation et des sujets de thèses.

Les axes de recherche  prioritaires porteront sur :

  • Le développement local par l’exploitation des ressources et des atouts disponibles (patrimoniaux matériels ou immatériels,  naturels…).
  • Les manières de “faire la ville”, en convoquant les sciences de gestions (management, marketing…), les modes de gouvernance.
  • La gestion des ressources foncières urbaines dans un souci d’équilibre et de rendement.
  • La réflexion sur l’avenir des villes ou des quartiers, en faisant appel à la prospective urbaine, la planification flexible et les visions stratégiques en relations avec les nouvelles technologies..
  • Les modes opératoires d’insertion des facteurs de l’équité urbaine (accessibilité, mobilité, durabilité…).
  • Les intérêts des paysages, de l’image, de l’esthétique et des ambiances du cadre de vie  et de l’identité urbaine.
  • Les modes d’habiter la ville, la conception des espaces publics, l’animation et les modes de gestion.
  • Les méthodes d’implication des acteurs (politiques, techniques, associatifs) dans la fabrication de la ville.