RESILIENCE ET DEVELOPPEMENT DURABLE

Ces deux notions ont-elles quelques relations pertinentes ?

Si l’on se réfère aux définitions admises, le développement durable s’appuie sur le principe de précaution, alors la résilience met en avant les capacités de “rebondissement”.  Cependant les deux vocables se croisent dans un éco-système, que le développement durable appelle à préserver de toute perturbation ou agression, et la résilience entend développer la réactivation de la “vie” après sa perturbation (qui souvent cause pertes  importantes).

En somme, le développement durable recommande une série de précautions à observer pour réduire les perturbations de l’éco-système (du moins par rapport aux aléas dont les actions de l’homme en sont les causes directes ou indirectes), la résilience développe les capacités d’adaptation aux risques et les stratégies de développement et de relance pour des situations de vulnérabilité.

Cependant, il y a souvent des notions qui sont développées, communiquées et vulgarisées comme des solutions aux actions destructrices volontaires (en tout conscientes) de l’éco-système. Ce “leurre” prend la forme de panacée dument conçues dans des officines et des think- thank à l’ombre d’un libéralisme sauvage. En fait, le développement durable s’avère souvent comme une utopie, difficile à opérationnaliser. Il vise une situation “parfaite” de rapports homme/environnement. Ce qui  se traduit  par l’entropie, les opérations irréversibles, les désordres …

L’invention de la “résilience”  s’avère donc un palliatif plus ou moins “rassurant”  pour poursuivre les surexploitations incontrôlées exigées par le libéralisme. Il faut préciser que la résilience n’est pas une “boite à outil” pour faire face aux risques dont la plupart est causée par l’homme.

Les anciens ont su faire preuve d’imagination et de créativité pour faire face aux aléasMenus naturels ou aux attaques ou aux ambitions démesurées de leurs semblables. Les établissements humains ont toujours observés des précautions quand leurs sites d’implantation (défensifs, exondés, préservant les terrains à haute valeur agricole…).

En conclusion, devant l’impossibilité d’observer les précautions recommandées par le développement  durable, la résilience (empruntée) à la psychologie est convoquée pour adoucir ou justifier les actions irréversibles causées sur l’environnement. Ainsi, les stratégies de résilience, inclusives et globales tendent à affirmer qu’au bout des manœuvres se trouve le développement durable.

 

 

LA VILLE, L’URBAIN.

“La ville existe-t-elle encore?”

Une naïveté qui découle d’une question, pourtant très utile dans le temps présent.  Par cette interrogation,  M.Wieviorka (1), se place déjà dans une situation épistémologique en dressant un distinguo entre la ville et l’urbain.

La première, matérielle, limitée, 

“physique”, permettant l’accomplissement des fonctions “traditionnelles”, (économiques, administratives, politiques et sociales) fonde des modes de “vie” collectifs, des appartenances et des identités d’urbanité…

Le second, sans être un adjectif sur le plan sémantique, renvoie à une situation d’accumulation, de gigantisme, de foisonnement de diverses fonctions s’étalant à l’infini sous l’effet de l’étalement.

Cette urbain s’est construit dans une histoire “rapide”, sous les effets conjugués du libéralisme, de la globalisation et de la mondialisation. De la ville “classique” dont les rapports sociaux dont projetés sur son sol (H.Lefèbvre, M.Castells), à la ville “globale” (la globalisation en est la projection sur le sol, vor à ce propos les travaux de S. Sassen), à travers le réseaux, les flux informationnels et financiers, le virtuel a réduit l’espace réel en une représentation qui rejette toute les notions d’échelle que nous connaissons. Certains voix (autorisées) ont déjà décrété la “fin de la géographie”. En effet, le monde au bout d’un “clic” inaugure une nouvelle forme d’accessibilité.

Peut-on imaginer une ville avec des “non-lieux” (M.Augé)?

Un lieu qui n’est “ni historique, ni identitaire, ni temporel” est en principe un “non lieu”. Il existe dans la “ville monde” (Virilio). Ce “non-lieu”  est le produit d’un excès de modernité (sur modernité), il est illimité, il obéit une “créativité” plutôt chronaxique induite par une accélération ( convenant à la logique “informationnelle” favorisée par la trame des réseaux, de l’internet, de l’instant comme unité novelle du temps).     

doit-on encore croire que l’urbanisme est vraiment capable d’affronter cette inéluctable marche vers l’urbain ? Ne faut-il pas rechercher une nouvelle discipline dont l’urbain serait son objet? 

(1). Wievioka, M. (Sous la dir.). La ville. Eds. Les Sciences Humaines.Auxerre.2011.     

 

POUILLON, après les pouilles…..les pouillonnades.

Voici un architecte qui avait fait comme ses prédécesseurs  il a mit son art au service du “prince”. Il est vrai que son cursus est tumultueux, mais son périple professionnel trahit son incapacité à se départir de son art…et quel art. L’homme respirait l’architecture. Il suffisait qu’il se mette dans une ambiance “vernaculaire” pour réinventer une architecture typique…un magicien.

 Réfugié en Algérie après quelques déboires en France, l’homme retrouve une terre familière, un culture riche et une source d’inspiration intarissable  Son architecture respire l’humilité, la “nature” sauvage apprivoisée: elle a un côté “primitif”et massif (sans être monumentale). Elle est réelle et réaliste. Elle est humanisée par des touches d’une grande saveur…des touches magiques. 

 Lumière, couleur, texture sont prégnantes. Elles sont l’ARCHITECTURE, tant elles arrivent à dominer la massivité, la brutalité et la rudesse des matériaux. 

 La céramique aux couleurs chatoyantes est voulue comme “traces” d’un attachement aux valeurs artistiques locales. L’”empreinte” du chameau est un témoignage du déambulement sur le sable fin d’un compagnon de l’homme. L’”écriture” stylisée raconte un intermède civilisationnel où l’art s’est incrusté profondément dans le langage…

 Aujourd’hui, il est reconnu comme étant le principal artisan de notre infrastructure hôtelière des années 70. Sa production avait quelque chose du “terroir”. Ce n’est pas le cas des structures récemment construites…

 L’homme, à regarder de près ses œuvres algériennes variées, semble avoir tracé les épures d’un style national…Mais il y a des gens pour qui, les pouillonnades ne sont qu’une erreur du passé…

 Enfin, l’homme avait des pouilles, il a fait son oeuvre avec finesse et plaisir…Il a maté les “pierres sauvages (la pierre banchée).

ET c’est tout à fait normal que des insatisfaits n’y voient que pouillonnades….

 Et pourtant il a fait école, d’ailleurs régulièrement des architectes ou des futurs architectes viennent comme des pèlerins rendre visite à ses œuvres  Durant ce temps les nôtres ignorent que cet architecte vivait dans nos murs……

A.BOUCHAREB

le 19/10/11

LE LOUVRE NÉO-ORIENTAL.

Comme d’habitude nous allons “jouer à faire semblant”. Un nouveau Louvre s’ouvre à l’art à vocation universelle pour permettre à Abou Dhabi d’entrer de plain-pied dans le monde des choses de la beauté. “Less is more“, il me semble que cette formule n’a jamais été aussi  judicieuse par son sens et sa portée qu’aujourd’hui.

Cependant, les pontes d’Abou Dhabi sont libres de commander n’importe quel gadget pour assouvir leurs lubies  et leurs frasques . (Je dis bien frasques  et non fresques) . Ils se mettent à l’art. Créneau non seulement rapporteur, il est  aussi le champ dans lequel les rustres se feront admettre dans les clubs souvent fermés des “people”. Non pas par leur propension aux chefs-d’œuvre si bien ciselés, peints ou composés, mais parce qu’ils détiennent des bourses sonnantes et trébuchantes.

Le Louvre d’Abou Dhabi….Les médias français en sont au stade des éloges de l’excellence en matière de culture “transférable”. Ils sont dans l’allégresse et la jubilation d’une conquête du Golfe sans “coup férir”. La colonisation n’est pas finie. Elle prend la forme d’un clonage “culturel”. Et comme les effets de l’art sont “alchimiques”, j’imagine les aboudhabiens en train de vivre des moments singuliers de “révélation” céleste.

Pour cloner le “Louvre”, un “ancien” Pritzker; Nouvel.  Soit.

Et comme, la conjoncture actuelle est assez sensible, tout le discours sur l’œuvre de Nouvel convoque une série de poncifs anodins. La Péninsule arabique est devenue le temps de l’inauguration “terre de passage et d’échange“, on se rappelle qu’elle a été le “lieu central du dialogue entre les civilisations“…(Quelles civilisations? L’islam?).  On lui prédit même un avenir hautement culturel celui de l'”esprit d’ouverture et du dialogue interculturel“.  Encensez- les, c’est de l’art! C’est vrai que la route de l’Encens n’était pas loin !

Nouvel se débarrasse  de son discours “libertaire” pour le Louvre d’Abou Dhabi. Le maitre-mot “Universel” est très vite noyé dans un “style” NEO-ORIENTALISANT hellénisé…..

Médina, Palmeraie, coupole en souvenir de mausolée, de medersa,  de mosquée….Tous les poncifs de l’orientalisme sont convoqués par le “savoir- faire ” français en s’inspirant du “savoir-faire” local… Le falaj (un système de circuit de l’eau) est “redessiné” pour apporter la fraîcheur sous l’immense dôme (180 m de diamètre).

“C’est un projet basé sur un signe majeur de l’architecture arabe : la coupole. Mais ici la coupole est une proposition moderne par le décalage qu’elle affiche avec la tradition.”louvre-abu-dhabi-ajn-1

Le dôme, une “immense moucharabieh” (ça me rappelle l’IMA et sa façade, une moucharabieh en plein Paris) , d’entrelacs de palmes, une canopée, laisse passer une lumière perlée à travers 7850 “étoiles”. L’intérieur est “liquide”…les falajs.

Acier, verre et eau…. Tous ces matériaux ont des rapports sensibles  au milieu dans un environnement désertique…. Et Nouvel semble avoir bénéficié d’un blanc-seing. Et il est allé très fort dans la démesure….le savoir-faire français? Il  est tellement riche quand les chèques  (j’allais dire les cheikhs) sont généreux.

Il est excusable qu’une jeune génération d’architectes ou d’étudiants en architecture trouve dans ce projet le génie créatif d’une grosse signature. Il est même difficile de les convaincre des dérives , des abus et de la démesure de ce projet dans un contexte austère et “hostile” qu’est le désert…..Il est même inutile de leur “refaire” les “leçons” de Ravereau…  C’est cuit!

Comme d’habitude nous attendrons que l’œuvre inaugurée en grande pompe, fruit du savoir-faire français, fait un flop pour comprendre l’imposture de ces “stars” de l’architecture. Mais tant que l’argent coule à flots du coté de la péninsule, mèmes les Lepen se considèreront comme “frères” des arabes….

Faut-il rappeler que pour ces “maitres” le menu de la veille  est pondu comme forme consacrée du futur bâtiment.

Tiens, l’universalité tant chantée par le concepteur est ramenée à un vague rapprochement entre Médina arabe, urbaine et géométrique et Agora de la cité grecque. Cette gymnastique ne fait que confirmer le travail d’Edward Said; l’occident tient toujours à élaborer ses propres filtres pour approcher l’orient. Il ne fait que le peindre selon ses  “fantasmes”, il l’approche et le dévoile à sa manière et le pratique selon ses “intérêts”….

Comme d’habitude,….qui es-tu pour parler de Nouvel?

A.BOUCHAREB

11.11.2017

VILLE (S) NOUVELLE (S) …FLOPS?

Quand un « grand » canard s’intéresse à la Ville Nouvelle Sidi Abdellah et lui consacre un petit espace dans ses colonnes, il est assez normal de pondre un « point d’interrogation », en deux temps… Le « crochet »  et le point final ?…

Le MONDE du 26 décembre 2017, s’accorde un « reportage », signé Charlotte Bozonnet  et intitulé :    » La ville nouvelle de Sidi Abdellah, un concentré des maux algériens« .  L’article est entamé par une formule aussi bien introductive que  conclusive  hyperréaliste, froide, sans équivoque, bref un couperet…  « Lancée comme la ville du futur capable de répondre au défi démographique du pays, elle n’est aujourd’hui qu’une gigantesque cité-dortoir ».

Cette  » sentence » me rappelle le faire-part du décès de l’architecture moderne, figurant dans le « préambule » d’un ouvrage majeur sur « le langage de l’architecture post-moderne » (Ch.Jenks): « L’ architecture moderne est morte à Saint Louis, Missouri, le 15 juillet 1972 à 15 h 32….. ».

Il est aussi étonnant qu’un tel article ne soit pas « relayé » par des institutions corporatistes et professionnelles (Ordre des architectes…) souvent prolixes et dissertes .

Bien sur les positions envers les villes nouvelles sont arrêtées. Pour les profanes comme pour les spécialistes (y compris les architectes, je l’ai vérifié avec quelques confrères), une ville nouvelle reste  dans leur imaginaire une structure futuriste, une ville sortie des albums d’Enki Bilal, ou encore calquée sur Dubai, paradigme des villes du XX et du XXIe S…

Toutes les productions urbaines  qui n’ont pas ce côté spectaculaire et « fantastique » sont classées dans les registres des cités dortoirs.  ( Dans ce sens les projets de nos étudiants sont en majorité des « parodies » futuristes  reproduisant les gestes des déconstructivistes)…

Rares sont les architectes qui savent « déceler » le rendu et la réception d’une production en cours de « gestation » ou dans un état de balbutiement ou dans le contortionnement artistique. Si bien que les maquettes et les simulations sont devenues incontournables, pour fixer les formes et non la dynamique, même si le sujet est dans l’ordre ésotérique. La spéculation « technologique » est convoquée pour fixer les lectures des projets. Un seul et unique produit, celui rendu par les simulations et les maquettes…..Aucune liberté  pour suivre son imaginaire au delà des limites fixées par le matériel.

L’article du monde est un compte rendu d’un flop. En fait, dans les annonces, les flops sont toujours formulés dans  une littérature d’épitaphes. Mais, pour une Ville Nouvelle… naissante, en gestation et en balbutiement par endroits…c’est un « avortement », un ratage..

Que l’on nous pardonne ce vocabulaire abrupt …mais la genèse d’une source de vitalité s’accomplit  toujours dans un contorsionnement « chaotique »… Mais là, dans la proximité de la genèse à la « finitude »….il y a quelque zones sombres, obscures. Une ville Nouvelle lancée comme support actif et dynamique à la vie, qui sombre dans une dormance inattendue , avant même de pousser son premier cri, il y a des questions qui s’imposent.

Sidi Abdellah…la toponymie évoque ces villes et ces villages fondés autour d’un mausolée abritant la tombe d’une figure mystique. Mais, le site de Sidi Abdellah,  à 25 km à l’ouest d’Alger , est décrété pour accueillir une ville nouvelle. Feu J.J.Deluz, a été chargé de sa conception en 1997 par le Gouvernorat ‘Alger. L’architecte n’a pas manqué de consacrer de grands chapitres à cet épisode dans ses mémoires ( Le tout et le fragment. ed.Barzakh.2009) .

En premier lieu, il s’agit de rappeler que cette ville nouvelle est une option « politique », qui entendait  créer une sorte d’ »exutoire » pour  Alger. L’autonomie « programmative » et non fonctionnelle (les termes utilisés par Deluz) de cette entité signifiait la possibilité de recevoir des « programmes »  détournés, au même titre que les autres petites villes dans les alentours de la capitale. Cependant, considérant son statut de nouvelle « agglomération », elle était réalisée dans le cadre du programme Villes Nouvelles.

La lecture des mémoires de Deluz montre que l’architecte insistait souvent sur quelques appréhensions. Dans ce registre, il note les atermoiements, les hésitations et l’instabilité dans la prise de décision et dans les choix précis des « modèles ». Cette prudence de l’architecte a été « vérifiée » à son détriment. L’instabilité des options politiques et leurs corollaires socio-économiques ont rapidement surgi. Ainsi, la question du « futurisme » est introduite dans le programme revu par les coréens, comme un correctif propre à insérer Sidi Abdellah dans le gotha des villes nouvelles…

Elle intervient dans les discours se voulant innovants et modernistes, surtout pour l »inscrire dans les réseaux « mondiaux » en s’appuyant  sur les NTIC.Mise en page 1

C’est dire comme L.Merhoum  cité dans l’article;  » L’Algérie refuse de trancher . Elle vit dans une économie de marché, mais fonctionne toujours avec un État omniprésent. En termes d’aménagement du territoire, ça fait de sacrés dégâts. Quant à la question du logement, elle est politisée, mais il n’y a pas de réelle politique à ce sujet. «

Cependant, il nous semble que le cas Sidi Abdellah s’est dressé comme un « cliché » unique pour juger et apprécier les autres cas de villes Nouvelles. Dans ce sens, Ali Mendjeli (Ville Nouvelle Constantine) , est encore classée « dortoir », malgré sa dynamique.  Je l’ai observé d’une manière plus moins rigoureuse depuis sa naissance, parfois, du coin de l’oeil.

Un Big bazar flamboyant certes, mais il nous semble qu’elle est dans une phase d’appropriation générationnelle. En effet, la composante humaine habitante, investisseuse, jeune et surtout (j’insiste) décomplexée  lui imprime une vitalité spectaculaire. Ali Mendjeli est partie pour devenir une véritable niche de la mondialisation.

A ce stade, il et impératif d’asseoir des structures pour maîtriser son avenir ou de le guider selon des approches  méthodiques et prospectives.

Sur le site du Monde, le reportage photographique de Sidi Abdellah a été intitulé  Sidi Abdellah, « stupid city » de l’Algérie. Ce qualificatif est insolent, cynique et malséant. Il provoque chez moi une certaine « indisposition » et un sentiment d’impuissance pour réagir…..D’autant que les jugements et les appréciations de notre entourage sur les villes nouvelles ne prennent pas la peine d’évoquer les critères d’évaluation…

Et je le répète:  Ali Mendjeli montre quelques différences….et j’en fais un cas d’étude pour l’atelier de mes doctorants. Je publierai les résultats….au fur et à mesure de l’avancement de l’atelier. 

A.BOUCHAREB

1 Janvier 2018

L’Urbanisme qui se fait sous ma fenêtre.

Le  bruit des engins des travaux publics se fait de plus en plus assourdissant. Depuis un peu plus de trois années, le terrain vague que je voyais depuis ma fenêtre est grignoté petit à petit.

Aujourd’hui sous ma fenêtre , une scène s’apprête à recevoir un décor “urbain”.

Sous ma fenêtre, le chantier s’installe et je vais pouvoir enfin suivre et de visu comment s’élaborent l’urbanisme et l’architecture promis par les promoteurs…A priori, les enjeux sont très importants.  Une “assiette ” ,  une ligne de crédit,  des ” souscripteurs”. et  quelques garanties précaires.! .ah, les gros mots.

Les livrables que l’on peut voir dans les proximités annoncent la prégnance d’une logique comptable  qui ne laisse aucune parcelle  (c’est vrai) à  l’épanouissement des habitants. Tout se joue sur une exploitation (que dis-je?) une surexploitation de l’assiette….  La densité est telle que certains “bidonvilles” sont mieux lotis en terme d’espaces intermédiaires…et je ne parle pas du logement social encore mieux nanti.  Ici, les promoteurs sous-entendent,  que dans ces lieux on habite l’appart’, pas le dehors , on ne respire pas.

Le terrain vague que mes enfants ont foulé durant leur enfance se réduit comme une peau de chagrin….  Je suis sur que dans leurs souvenirs, il y a quelques places aux jeux libres, aux coquelicots et même à ce marcassin qui  avait osé se rapprocher  des lieux habités….Il faut dire que nous étions voisins de la nature….et ses “locataires” étaient moins “féroces”.

 Tout a commencé par la construction d’e la  mosquée… s’ensuivent tous les équipements de la “grille”.. (CEM, Lycée, polyclinique….) . Dans un pelé-mêle  spectaculaire…les édifices sont implantés dans des “poches” , comme veut la   logique des politiques publiques locales”,  “trouve-toi une assiette!”.  Et comme, il fallait systématiquement ” les enrober , les centaines de mètres linéaires de murs  de clôtures viendront pour tenir en respect les “usagers”.Toute la circulation et l’accessibilité doit s’adapter à cette logique….de marche le long des murs.

Aujourd’hui  les “opérations”  consenties dans l’élan de la promotion immobilières s’accommodent des proches restantes…  Les promoteurs se resserrent dans le vide laissé ..    et s’entêtent à en tirer le plus grand parti (ou le plus haut)  en cherchant à frôler le ciel .

Finalement, ni “effet ville”, ni villes, le résultat promet une image connue proche de “petits GRANDS ENSEMBLES”….

Je crains que les quelques arbres que nous avions plantés  autour de nos immeubles ,il y aune dizaine d’années  ne soient voués à l’abattage…Déjà que le gazouillis ne se fait plus entendre

Il y a des “maîtres d’oeuvre”  qui sont donc prêts à aller jusqu’au étouffer le  moindre souffle…et s’ils croient qu’ils sont en train de véhiculer la beauté…il n’y a qu’à se rappeler  Pruitt-Igoe.

En tout cas, nous pouvons dire ADIEU COQUELICOT !

Les ordures et la smart city

Pour la énième fois,  à chaque annonce  d’une manifestation scientifique portant sur la ville intelligente, ou sur  la smart  city, des voix s’élèvent  pour rappeler aux ” pionniers” que il est impudique d’évoquer cette thématique alors que les ordures s’amoncellent dans nos rues. 

Ils insistent , parce qu’ils affirment mordicus qu’ils sont  en contact avec la réalité.  Cette réalité  à l’odeur nauséabonde,  ou la putréfaction devient un phénomène tellement digéré que l’on peut “composer” des poèmes sur la transformation de la matière.

Pour changer, d’autres plus “techniques” viendront gloser sur les trottoirs, mal faits à leur gout.. Tout passe, juste pour empêcher les pionniers d’apprécier leurs “smarties”.

Prononcer le terme “smart city” est en passe pour s’instaurer  en  acte blasphématoire. Tout ce scepticisme  émane aussi  d’une caste d’universitaires peu  convaincants.

La “conversation”  de la basse-cour n’est pas   exempte de quelques coups de becs souvent assez secs et douloureux . Il y a chez les sceptiques (les analogiques) cette propension souvent poussée à l’extrême de se croire “réalistes” , cohérents et parfaitement cartésiens.

Sauf que ces pragmatiques oublient qu’ils sont en train d’exploiter un “espace public “, virtuel certes mais “très démocratique,  rendu accessible par  une formulation intelligente d’une facette de la technologie de la communication…

.Cet espace public  plane sur la ville…il permet à tous de participer au débat, de faire entendre sa voix, de s’exprimer librement.

Même cet espace public virtuel est pourvu d’une éthique….Il favorise l’agrégation des efforts, des idées et des  “bonnes pratiques”. Il est accessible  à tous sans restriction, sans ségrégation, sans “protocole”.     

Les ordures donc s’amoncellent dans un coin de nos têtes avant de s’amonceler dans nos rues…..Le ménage doit commencer donc par une mise à jour rapide et intégrale de nos “modèles” . 

Le nihilisme est tellement dominant qu(‘il empêche  de s’extirper de l’inertie qui ligote  les esprits et  emmure les regards pour ne  surligner que    les contours des amas informels.

Aménagement réalisé par les habitants de l’UV 13 à la VN Ali Mendjeli Constantine

Toujours est-il, les sceptiques ignorent royalement qu’ils ne seront jamais exclus de l’espace public virtuel. Ils poursuivent leur “résistance” à une intelligence qui submerge tout sur son passage….  pourvu qu’elle ne  les traîne pas verts ce monde ou ils seront interdits d’expressions libres…Et là, ils sauront que les ordures sont  de différentes natures….

Yes we can! n’est -elle pas  une révolution?

Villes Nouvelles, bonnes nouvelles?

Un pays continent! une bande littorale bétonnée et un hinterland sururbanisé.. Et le sud ?  le désert ? le sahara? chaque interlocuteur mettra de la poésie ou de la souffrance dans son verbe pour signifier sa position ou son état d’âme.

L’Algérie a besoin de villes nouvelles…et de nouvelles villes. Elle a besoin de jeter son dévolu son son territoire, sur son étendue  et sur son immensité. Arrêtons ces éloges superficielles qui entendent impressionner quand elles annoncent la superficie de la terre algérienne….Cinq fois la France….Mais, cette dernière semble souvent plus étendue…car dans chaque parcours, les replis ont été dépliés par l’histoire, par le récit, par le patrimoine local.

L’Algérie a le devoir de mettre sa main sur son territoire….Il est impératif de “réveiller” les ksour, de mettre en valeur la moindre ruine ksourienne, de réhabiliter le moindre établissement humain…et de créer ex-nihilo des villes nouvelles, de nouveaux ksour…. Il s’agit d’exploiter la moindre ressource du territoire, quitte à inventer une histoire, des récits, des contes…

Je ne connais pas tous les territoires du sud, mais les quelques périples m’ont laissé cette impression de l’immensité du vide… Ces longues distances parcourues sans “rencontrer” âme qui vive, sont surement jalonnées d’histoires intimes, de sens cachés et d’imaginaires qui disparaissent parce qu’elles deviennent des “non-lieux”.

Notre pays a besoin de villes nouvelles, de nouvelles villes, de ksour, de villages et de territoires humanisés. Cette exigence signifie “souveraineté”  Elle sécurise le territoire, l’apprête à une exploitation optimale…

Il faut cesser de croire que le désert est une fatalité. Le désert est le produit de l’inaction. Il finira un “non- lieu”.

 

 

DE LA VILLE A L’URBAIN: Avatar de l’humanité ? (3)

APPROCHE DU MODELE URBAIN CONTEMPORAIN

QUELQUES HYPOTHESES

 Le phénomène urbain en place apparaît comme un retournement forcé de l’Histoire. Car, il s’appuie non pas sur les capacités intrinsèques des sociétés, mais sur des  doctrines économiques et ses « prolongements » technologiques imposées  comme moyens de gestion et de  contrôle.

Ces « accessoires »  ont des “avantages”  évidents  aux premiers  abords, sont  des produits de consommation à large diffusion d’une part, d’autre part , des « fétiches » impliquant une dépendance accrue à des pôles de diffusion qui ont un pouvoir technologique performatif, ce qui fait perdurer la dépendance.

Cette polarisation est, somme toute préparée à imposer au monde une domination par la consécration des (certaines) villes,  en décrétant leur primauté par la présence des principales institutions financières, politiques et technologiques.

Tout indique qu’il y avait une intention pour guider le monde vers une « mondialisation » concoctée, formulée et achevée.

Le monde est mis devant le fait accompli.

Cette stratégie, savamment planifiée , pour venir s’ériger en mode substitutif , s’est accommodée d’un large retrait dû à l’impopularité des systèmes politiques socialistes, L’urbain introduit une échelle planétaire, non sans bousculer les modes temporels et spatiaux.

La fonctionnarisation  des moyens de communication et d’information a imposé une nouvelle assimilation du temps et de l’espace. D’ailleurs ces deux entités sont réunies dans le néologisme de CHRONOTOPIE. Cette nouvelle donne contraint à des vécus et à des rythmes de plus en plus poussés.

La question urbaine s’est détachée des formes , des modes relationnels (transport , mouvement pendulaires, lieux de travail…) et d’un vécu limité. Toujours est-il que cet urbain nous introduit dans des modes échappant à la rationalité, générant des contradictions évidentes

Cette situation contraint à construire des modèles complexes  dans une logique autre que mathématique ou formelle.

L’environnement configuré ne peut s’inscrire que dans une dialectique ou dans une METAPHILOSOPHIE, dont le principe est le dépassement des situations de coexistence des contradictions.

LE MODÈLE URBAIN CONTEMPORAIN

 L’approche du modèle qui caractérise l’urbain s’appuie sur la définition de critères basiques émanant des redondances issue d’une prospection du phénomène dans les travaux de recherche.

Cette démarche est préférée à une approche frontale qui reste contingente : elle peut conduire l’imagination à des champs féconds et fructueux et même  fictifs, comme elle peut produire des simulacres d’un modèle régressif.

En tout état de cause, les critères de définition du modèle concernent la production issue du rapport  société/espace, inscrite dans une dimension temporelle et répondant à une logique urbaine nouvelle.

  1. LA SPATIALITE

La spatialité est intimement liée à l’échelle et donc à des capacités humaines à appréhender un territoire. Très développée chez les phénoménologues, la territorialité introduit la notion de l’espace vécu et de la proxémique, comme rapport aux « autres ».

C’est le cas de la théorie des coquilles   de A.MOLES et E.ROHMER.1972, qui définissent une typologie de huit zones, allant de la « bulle » dont les limites se superposent au volume couvert par les gestes immédiats à l’univers  ou le « vaste monde ».

Et c’est finalement ce rapport à des coquilles qui appelle une exploration du vécu  qui  se trouvera complètement enrichi.

En effet,  le vaste monde , à l’échelle de la planète se situe dans un « espace de projet , la zone de voyages et d’exploration, l’inconnu plus ou moins connu, le réservoir du nouveau» .

Par rapport  à cette nouvelle donnée, cette coquille est complètement démystifiée, car elle devient accessible dans la virtualité, plus,  elle offre autant de sécurité que la bulle personnelle.

A une échelle mondiale, l’espace est cristallisé dans un microcosme, contrôlé par des pôles urbains , sillonné par des flux, accessible et  virtuellement hyperpolarisé; le village planétaire.

Donc, l’urbain  est démystifiant , dans la mesure où il abolit les distances et ouvre les territoires les uns aux autres.Cette démystification s’élargit au champs individuel, et à long terme aux  rapports intimes , c’est-à-dire l’ouverture et l’accessibilité au MOI d’une manière sélective.

  1. LA TEMPORALITE

Reconnaissons que la temporalité est fortement imprégnée des modes relationnels générés par le processus  généralisé d’informatisation.

La temporalité est la manière dont une société appréhende le temps comme valeur et norme.

Passé le temps lié à la corporéité du primitif, le temps cyclique de l’agraire et le temps « sectorialisé » de l’industrie,  la temporalité liée au nouveau modèle urbain est sous-tendue par des rapports au cyberespace.

Ces rapports supportés par les accessoires de la communication et de l’information imposent des rythmes très remarqués sur les pratiques sociales collectives et individuelles.

L’urbain introduit une dimension nouvelle chevauchant sur les temps sociaux et renforçant leur « chronaxie » .

Ainsi le temps « au monde », celui de se tenir informé en temps réel, s’impose comme une nécessité absolue.

Il interfère sur le temps « intime » de la construction du moi , et le temps social ou urbain en  rapport avec la collectivité « spatiale » : « le temps fractal » développé par J.De ROSNAY(1999), comme coexistence des bulles temporelles dans le temps universel.

En conclusion, la temporalité issue de l’urbain introduit une spatialité « virtuelle », comme présence dans le temps et tout impliquant un rapport à l’espace , celui-ci est présent virtuellement.

  1. LA SOCIALITE

La socialité , propriété humaine sui generis , est sujet à divers chamboulements, aussi bien individuels que collectifs.

En effet, la temporalité et la spatialité sont les paradigmes de l’organisation sociale et mentale des communautés et aussi de leurs rapports au monde…

Il y va sans dire qu’elles introduisent des mutations sociales immenses à commencer par les rapports aux modèles érigés en idéaux  et qui souvent sont hors des sociétés d’appartenance.

Mêmes ces sociétés sont appelées à ajuster leurs institutions (famille, écoles universités) aux modèles « dominants », sous la pression et les tendances de leurs membres.

Il y a un déclin des sociétés classiques : « le monde social se présente comme un puzzle, en enchevêtrement d’organisations, de pratiques … »

C’est ainsi que les solidarités communautaires se construisent à travers les nouveaux modes relationnels en aboutissant à un néo-tribalisme temporaire, motivé par des intérêts communs.

Ces avantages sont en passe d’établir des trames sociales militantes sillonnant le monde et agissant réellement et localement ce qui crée une solidarité diffuse et efficace.

Ce néo-tribalisme s’accommode d’un «narcissisme » et d’une éthique interne fonctionnant comme  une sacralisation d’un mythe unificateur, même marginalisé, excentrique et  amorale (par rapport à l’ordre établi).

La recherche en sociologie semble ralentir tant le modèle en place ne convient plus aux méthodes utilisées par cette science.

En effet, face aux flux d’informations, aux rythmes des innovations et à l’insécurité due à la précarisation, l’individu est appelé réajuster ses « postures » culturelles et sociales : c’est la RESOCIALISATION, un exercice dynamique , mouvant et continu.

Ce mécanisme d’adaptation aux valeurs et aux normes de la communauté de référence engage dans une anomie , dans la mesure où l’ambivalence impose un rapport contradictoire ; à la fois à la société locale et à la communauté « virtuelle » diffuse mais présente.

En somme, l’urbain favorise la formation communautaire  mais  disloque les fondements sociaux de base ainsi que  leur substrat culturel.

Il y a également dans cette situation une déconnexion d’une masse « non-modialisée » qui va former la frange des exclus, autre problématique issue de l’instauration de l’urbain.

4.LES FORMES URBAINES ET L’ESTHETIQUE  

Voici la part allouée aux architectes et aux urbanistes. Ce « créneau » n’est pas épargné par la mondialisation.

Il y a chez ce corps d’intervenants sur l’espace ou de concepteurs avisés une culture idéologique insuffisante. Déjà dans l’histoire les travaux les plus remarqués étaient bien sur  des oeuvres  d’architectes ou d‘urbanistes dont la notoriété s’accompagnait des « sponsors » bienfaisants des princes, mécènes ou politiques (aujourd’hui).

Cette situation enferme de plus en plus ces concepteurs dans les caprices des financiers et des politiques, parfois populistes et parfois élitistes.

Bien sur,  quelque uns ont fini par se doter d’une « signature » . Depuis l’architecte et l’urbaniste font parti de cette corporation de « star-system » , objet de convoitise pour les gestionnaires des villes, objectif: le marketing politique (car, il faut surtout se faire réélire).                                                                                                                                                                                          

Le discours est aussi réajusté, exigence du moment et surtout  se proposant en relais favorable à l’hyperlibéralisme.

Ainsi, l’on assiste à un remake du Mouvement Moderne:LES NEO-MODERNISTES  sont nés.

Leur discours est franc et sans équivoque ; la ville actuelle est un archaïsme « faite d’un bâti autour d’un espace public », une organisation spatiale « provinciale », qui n’est plus adaptée « ni aux nouveaux modes de vie, ni à une esthétique nerveuse, sensible au climat d’une époque marquée par l’électronique, les flux d’information, le flottement des valeurs, les déséquilibres incessants et fructueux ».

Le ton est donné, les idées foisonnent, les concepts se mondialisent.

Chez les urbanistes, les nouvelles « inventions » ont pour noms, mégalopoles, métropoles,cyberville et géopoles.

La tendance pour le reste est de réfléchir aux dommages  « collatéraux » de la mondialisations à savoir : LES EXCLUS, les marginalisés, l’étalement urbain, les non-mondialisées, les déconnectés.

Bien sur ces  concepteurs de « seconde zone », sont munis d’un somme de modes d’emploi,  rassemblés sous le nom de DEVELOPPEMENT DURABLE.

Les architectes  se sentent obligés de connecter tout le monde, ainsi, l’intelligence est en passe d’intégrer les projets comme mesure obligatoire.  Dans les écoles spécialisées, l’introduction de la DOMOTIQUE est devenue nécessaire.

Concernant, l’esthétique le beau n’est plus (seulement) « ce qui plait sans concept » (Kant), il ne devient effectif que par  une sa detemporalisation , une forme qui ne se présente que mentalement  et individuellement dans l’éphémère : LE CLIP ou un arrêt sur image.

Cette esthétique se forge dans les principes même de l’urbain qui ne sont que contradictions ou « déséquilibres incessants et fructueux ».

En tout état de cause , la situation des concepteurs en tant que professionnels est menacée  et pour reprendre une question clé de T.PAQUOT : « y aura-t- il un JOSE BOVE parmi les architectes et les urbanistes ?. »  

POINT DE VUE EN GUISE DE CONCLUSION

 Il semble difficile de se contenir ou d’adopter une position de neutralité vis-à-vis l’urbain tel que nous l’avions défini précédemment.

Le recours aux approches  scientifiques classiques ne font que confirmer l’inefficience des méthodes en usage.

Et pour cause, nous nous trouvons devant des situations inimaginables : comment rendre compte d’un état dont le principe qui le fonde est basé sur la contradiction et sur la complémentarité du réel et du virtuel ?

Si nous invoquons depuis le départ le rôle des « accessoires » de communication et de l’information, c’est justement dans cet esprit , celui de l’éclatement  de la spatialité physique, mais aussi de sa polarisation virtuellement. C’est aussi cette temporalité qui se définit dans l’infinitésimal, en instaurant le temps « mondial ». Il y a également cette « hyperubuquité », qui, jusque là attribut divin, est devenue un critère de l’urbanité, celle d’être partout et en même temps à la fois.

Il y a également dans cette « métamorphose » , un chamboulement qui dépasse l’entendement humain, et qui légitime le recours à des modes classés jusque là illogiques….Le problème ; nous ne sommes pas dans une situation utopique et pourtant il est question de virtualité…

La spatialité est en fonction des présences dynamiques  qui continuent  à définir les lieux mais sans une fixité, ni un nomadisme. Nous reconnaissons là une dimension de l’espace qui s’attache à l’homme mais  en mouvement.

La nouvelle spatialité est génératrice de polarités « idéologiques » diverses, qui jugulent les limites et les obstacles institutionnelles pour constituer des solidarités diffuses mais effectives.

Cette spatialité doit beaucoup aux nouvelles technologies de l’information et de la communication en élargissant le champ de la mobilité , des distances  et des espaces vécus.

Cependant, le monde scientifique se trouve tout à fait « déconnecté » par rapport aux situations provoquées par ces innovations. Le recours à la transdisciplinarité est proposé comme une panacée à une « impuissance » intellectuelle,  un substitutif au langage qui s’évertue à interpréter les « choses » en usant de métaphores et autres paraboles  inadéquates.

Déjà que cette situation indispose beaucoup de « spécialistes »  et met leur profil existentiel en jeu,  le monde scientifique est appelé à préparer sa reconversion : l’ère des généralistes est venue.

Ainsi, l’Internet signifie « la fin de la géographie » (F.LASSERRE), l’e-mail est l’instrument de base de la cyberville (F.ASCHER.1998), le « protheticus », l’homme des prothèses fait son apparition (F.CHOAY.).les architectes et les urbanistes « sans cachet », se trouvent à assurer des missions secondaires dans le processus de production du bâti, il y a « urgence ».

D’autre part, ces innovations semblent provoquer une panique et une phobie de plus en plus grandissante. Cette crainte liée à l’environnement (comme si l’homme se rappelle d’un coup qu’il fait partie intégrale de l’éco-systeme), est rapidement  gérée par une orientation des discours sur d’autres intérêts , un pléonasme ; le développement durable.

Bref, notre intérêt par rapport à cette démonstration est l’identification des contours d’un modèle urbain, aujourd’hui limité à un champs mondialisé et globalisé et qui ne manquera pas de s’étendre demain sur les « friches » dont font parties les PVD.

BIBLIOGRAPHIE

LEFEBVRE H.La révolution urbaine.Ed.Gallimard.Coll.Idées.Paris.1970. 248p.

PAQUOT Th.Habiter la ville plutôt qu’y résider in LE MONDE DIPLOMATIQUE. Nov.1999.pp.26-27.

BERQUE AUGUSTIN Géogrammes.Pour une ontologie des faits géographiques.in L’Espace Géographique.XXVIII (2000).4. pp.320-326.

DORIER-APPRILL E. Dénominations génériques de la ville.Ed.Du Temps..Paris.2001.

WACQUANT L La « ville tourbillon » in LE MONDE DIPLOMATIQUE.Nov.1997.p.31.

PICON A Le temps du cyborg dans la ville territoire in Les Annales de la Recherches Urbaine.N°77. Dec.1997.pp.72-77.

GHILS P  La nouvelle agora : genèse de la société civile transnationale. in Associations transnationales 4/2000.pp.184-192.

BOURDIEU P-WACQUANT L La nouvelle vulgate planétaire in LE MONDE DIPLOMATIQUE.MAI 2000.pp.6-7.

FRACCHIOLLA B. Le téléphone portable pour une nouvelle écologie de la vie urbaine ? in ESPRIT CRITIQUE .juin 2001. Rev.Elect.de Socio . http// :critique.ovh.org.

DE ROSNAY J. Temps fractal et capital temps : de nouvelles manières de vivre le temps.  Comm. Colloques « Temps et mondialisation  » ISST-AFAS.PARIS.5.11.1999.  Extrait de « l’homme symbiotique » Ed.du Seuil.1995.pp.340-344.

FERRY L Le nouvel ordre écologique.Ed.Grasset.Paris.1992.275 p.

MARROLEAU J Vivre en l’an 2000.Ed.PUF.Coll.Villes et  Avenir. Paris .1975.230 p.

Janvier 2002

DE LA VILLE A L’URBAIN: Avatar de l’humanité ? (1)

Communication donnée dans le cadre d’un Séminaire de la PG Urbanisme 2001/2002

RESUME : Les transformations, les mutations ou les métamorphoses sont les phénomènes qui apparaissent et qui concernent les villes selon les niveaux de développement territoires ou elles se localisent. Cependant un discours se généralise et faisant état de la mort de la ville ou de sa transmutation (en usage par euphémisme). Bref, l’urbain émergeant est définit comme une situation qui échappe complètement aux méthodes en usage .Celles-ci demeurent en deçà de la prégnance du phénomène et de son impact.

Qu’est ce que l’urbain aujourd’hui? Quelles sont ses propriétés de base ?

INTRODUCTION

 Il  va de soi que l’on oriente le thème de ce travail sur les  innovations qui affectent la

 ville, aussi bien au niveau des  pratiques, de ses formes  que de sa symbolique.

Bien sûr toute cette « tragédie » a pour origine les impacts issus des nouvelles doctrines économiques ou « économisantes » véhiculées dans les sillons réels ou prétendus de la mondialisation.

A cet effet, la structure de cette intervention est fortement imprégnée d’une position         « corporatiste » , à savoir le profil d’architecte (plus prégnant qu’urbaniste)  que nous « traînons » néanmoins que nous assumons.

Il s’agit d’apporter des éléments de réponses à une interrogation sur la relation de la ville à l’urbain : mouvement synchronique ou diachronique ? évolution naturelle ou stratégie ? Quelles sont ses formes ? ses principes ?  ses impacts sur l’humanité ?

Il s’agit également de réunir un maximum d’éléments pour construire un corpus permettant de faire le procès de l’urbain contemporain.

PETITE HISTOIRE DE LA VILLE

 L’image de « l‘urbain » a été déjà envisagée non en tant qu’utopie mais comme  résultante incontournable d’un processus historique allant de la ville politique, passant  par la société industrielle et finissant par la formulation d’une société urbaine.

Et c’est justement dans la vision d’H.LEFEBVRE , que l’on peut vérifier ses « prophéties » à travers sa  « Révolution Urbaine » (1970).

H.LEFEBVRE  définit , au  bout de son axe  spatio-temporel , la zone critique.Cette zone est une « boite noire »; et nous attendons qu’elle livre tous ses secrets.

A l’origine ou le « zéro initial » , la « pure nature », « des populations relevant de l’’ethnologie et l’anthropologie.» p.15, dont l’apport  principal était  l’institution des            « topies fondamentales. » .Ces dernières avaient constitué les « grilles » principales à la territorialisation, comme principe d’exploitation des espaces de vie des paysans, des nomades et des semi-nomades avant leur sédentarisation ( bâtisseurs de la « première civilisation »).

Cette élaboration avait conduit à la ville politique,  la « ville du citoyen » (RAGON.1985.) dans laquelle se regroupaient religieux, guerriers, commerçants , administrateurs et princes. Sa gestion ne pouvait se faire sans l’écriture, « ordre, ordonnance, pouvoir » p.17

En effet au-delà de la notification du droit de propriété, l’écriture doit être placée dans les « performances relationnelles », et symboliques  dont la portée est significative de l’établissement d’un ordre politique, social et même conceptuel (dans la mesure ou les cadastres établis avaient initié la planimétrie  des villes).

La ville marchande s’était imposée dans ce processus historique par l’ampleur et aussi la nécessité des échanges.  Cette introduction avait  contraint à la reformulation d’une nouvelle planimétrie des ville ;  ainsi l’agora, le forum étaient « supplantés » par les places de marché et les souks.

Force est de constater qu’à ce niveau, le commerce s’était érigé en ” fonction urbaine” ,  qui  « a fait surgir une forme (ou des formes : architecturales et/ou urbanistiques) . D’où une structure nouvelle de l’espace urbain ».p19-20.

Remarquons que jusque là, la question des modes relationnels se pose d’une manière « structurante » et déterminant les évolutions , bien sur tout en restant liée à des mouvements  idéologiques et matériels.

L’après-ville marchande était un  moment crucial dans l’avenir des villes : leur affirmation en entités puissantes.  Cette affirmation se poursuit d’ailleurs dans beaucoup de points du globe terrestre, ou la ville devient un sujet sinon l’objet d’une thématique polarisante. La compagne n’est identifiée que par rapport à la présence d’une ville (ou moins ; bourgs, faubourg..), et déjà elle s’apparente à la rusticité en opposition à l’urbanité.

 L’hégémonie urbaine est appuyée par les sciences et les philosophies,  l’écriture et le pouvoir détenus par la ville.

 En bref  l’image de la ville, matérielle et figurée est déterminée.

La raison est appropriée par l’Etat ou le Seigneur,  le Rationalisme se vulgarise et imprègne toutes activités intellectuelles, la logique est érigée en science . En bref la ville est hissée à un statut transcendant:   une fatalité civilisationnelle.

L’accumulation du capital , le développement  des sciences et techniques ont été les précurseurs de l’instauration de la ville industrielle.  L’industrie est apparue initialement sur des espaces présentant des potentialités d’exploitation avant de venir « taquiner » les villes antérieures, à la recherche des capitaux , des marchés et de la main d’œuvre. Elle a même inspiré des « villes nouvelles ».

Cette situation est  l’amorce de la « zone critique ».

En effet dans un mouvement temporel , la pensée dialectique connaît un regain important : «  la non- ville et l’anti- ville vont conquérir la ville, la pénétrer, la faire éclater, et de ce fait l’étendre démesurément, aboutir à l’urbanisation de la société, au tissu urbain recouvrant les restes de la ville antérieure à l’industrie ».p.23

Dans cette suite, l’image de la ville s’effondre , « la totalité organique, l’appartenance, image exaltante, espace mesuré et dominé par les splendeurs monumentales » p 24. sont interférés par les codes ( institués et intériorisés) établis pour faire face aux situations marginales (criminalités, exclusion, ségrégation..)

La situation actuelle est  décrite par H.LEFEBVRE (1970) d’une manière précise.

L’implosion /explosion (en référence à une métaphore de la physique  nucléaire) a enclenché une dispersion immense, où les échanges « le marché, l’argent et le capital  semblent balayer les obstacles » p.25.

L’urbain actuellement s’inscrit comme effet « induit » qui devient à son tour « inducteur».

Résultat : « la problématique urbaine s’impose à l’échelle mondiale ».p.25.

La « phase critique » impose un questionnement fécond sur l’avenir de la ville.

 

Y A-T-IL UNE « ARCHITECTURE » APRÈS LE « PATRIMOINE » ?

Ce titre  paraphrase dans la forme et dans le fond la fameuse question que pose le vivant sur son avenir. En réalité, j’ai pu constater que la majorité (sinon la totalité) des architectes qui s’intéressent  au patrimoine bâti, vouent un certain déplaisir  à la production architecturale actuelle (et moderne en général).

J’ai constaté également que ces confrères cultivent un instinct de « conservation », comme s’ils appréhendent la nouveauté en architecture. En véritables amoureux du pittoresque, les matériaux, les formes et  la pâleur (tels le décoloré, le délavé, l’effrité) deviennent  des valeurs fondamentales de l’architecture. A regarder de près, cette attitude revêt un caractère artistique tout en finesse. L’effet du temps sur les matériaux et sur les couleurs  procure un véritable sentiment de beauté mêlée à une mélancolie, titillant le sentiment de l’être, évoquant le temps qui passe, inspirant l’imaginaire des constructeurs….bref de « ce qui a été ».

Chez les autres architectes (surtout, ceux fraîchement diplômés), la vague du « elle n’a pas encore joué »  est tellement haute, que leur surf est enivrant. Il est fondamental pour eux de « recréer » le monde. Un monde scintillant aux couleurs fraîches à  présenter de préférence en 3D  et en HD.  Leur « projet » tient souvent à gagner l’enjeu de l’originalité. Celle-ci  se mesure au degré de confusion qu’on peut lui prêter en comparaison avec les produits des « grosses » signatures (Z.Hadid. F.Gehry…).

Chez les uns comme chez les autres il y a un rapport au monde bien établi. L’enracinement devient un fond prégnant, impératif et sacré quand il s’agit d’apprécier la profondeur du patrimoine, le pittoresque et sa poésie. (cette attitude peut être temporaire). Ainsi, le monde de ces « patrimonialistes » est plus épais dans l’entourage immédiat…il est vague dans la périphérie. Chez les autres, il s’agit de s’accrocher à l’universalisme aussi prégnant et plutôt hypermédiatisé. L’appréciation de la production architecturale, souvent décontextualisée, appelle au « déracinement volontaire », c’est-à-dire à un mise entre parenthèses de l’environnement quotidien (urbain) .

Ces catégories, aussi schématiquement esquissées montrent la nature des uns et des autres : un instinct vers « la conservation » et un instinct vers « la création »…..

DSC00063

Pourtant les deux catégories ont subi quasiment  le même cursus « académique » (la qualité de la formation es

 

t sûrement différente). C’est dire que la prégnance de l’environnement dans la formation de la personnalité de l’architecte, de son style,

de son « domaine » d’intérêt  est fondamentale.

Aussi, quand on mesure la diversité des « architectures » en Algérie (architectures produites durant les 2 ou 3 dernières décennies), nous pouvons déceler  « l’hybridité » , signe du reniement de (ou des)  la matrice (s) qui témoigne(nt) de l’éventail des architectures vernaculaires.

A Constantine, la ville des « occasions ratées » est un exemple de  cette perte de repères : d’un côté on « patrimonialise » froidement, (avec un faux instinct de conservation)  et de l’autre côté on « métropolise » , en croyant que le mimétisme est un instinct de création…alors que c’est une troisième voie…celle de ceux qui non jamais étaient enracinés , donc il ne peuvent pas être déracinés….

A.BOUCHAREB

Le 30 Septembre 2010.

URBANISME DE DEROGATION

Nous passons beaucoup de temps dans nos Ecoles à prodiguer des savoirs « académiques », cette matière fiable, rationnelle et souvent incontournable. Le savoir est une substance. Elle se lègue, se transmet et s’hérite et chacun a la latitude, que dis-je? le devoir de l’actualiser, la conforter, la retransmettre et en faire un « outil » spirituel et existentiel.

Cependant cette substance,  normalement  cohérente et claire, est souvent troublée par des pratiques sans rapport au « savoir-être » ni au « savoir-faire ». Dans ce sens, nous avons beau expliquer et disserter sur la ville et son « outil » l’urbanisme…

Urbanisme de plan par-ci, urbanisme de projet par-là….Nous avons beau insister dans nos cours sur les instruments d’urbanisme en usage…nous avons beau affirmer et réaffirmer et insister qu’ils font office de lois….ils dictent des lois aussi importantes que les lois du code pénal ou civil….Nous avons beau éclairer et faire appel à des spécialistes en droit d’urbanisme…

Nous sommes à chaque fois interpellés par les pratiques concrètes qui s’élaborent sous nos yeux…Toutes ces opérations qui consistent à chasser le  ” vide ” dans la ville…

Ces « poches urbaines  » qui s’empochent sans retenue.

Oui, faut-il se référer aux manières de fabrication de la ville dans nos contrées, sous nos yeux…? Alors disons que l’urbanisme est une pratique orientée exclusivement sur le « remplissage » du vide urbain quand il existe….ou de ” faire le vide”  quand il fait défaut juste pour le remplir ensuite …..

 

 

Lambda dans la ville.

La Charte d’Athènes (1933) semble être le  moment fondateur des pratiques  politiques et des actions publiques urbaines. En réalité, cette trouvaille intervenant pour mettre un terme aux pratiques urbaine surannées, fournit jusqu’au jour d’aujourd’hui les références essentielles pour faire la ville.

Le Mouvement Moderne,en  deus ex machina, avait dénoué l’inextricable problématique urbaine; simples relations entre des fonctions majeures de  l’homme-machine. La posologie explique la qualité des « espaces » appropriés et  des  « trajectoires » précises à l’habitant de la ville moderne.

Ainsi, si une personne n’est ni en train de « travailler », ni de “se loger”, ni « s’amuser » ou « circuler »….elle n’est ni « sujet » ni « citoyenne »….Cela n’a pas été déclaré, nous pouvons conjecturer qu’elle serait  « inexistante »  ou en dehors de biosphère.

Bref, Le Corbusier et ses colistiers avaient ,  par leur science,  devancé les slogans « accrocheurs » de la publicité:

Habitants de la ville!  La  Charte d’Athènes pense pour vous…!” .

Et voici donc la perche tant recherchée par les politiques pour faire la ville à leur guise. Il faut préciser que l’admiration vouée par le Suisse au Baron Haussmann et à la « dictature » de l’empereur pour refaire Paris a été à la base des principes du Mouvement Moderne dans ses préconisations urbaines. Cependant, les habitants continuent à « inventer leur quotidien  » en sortant du « texte » et du contexte….

“Faire des écarts”,  ” casser ” la routine en mille morceaux sont recommandés par les psys pour combattre le stress!

Transdisciplinaire, l’urbanisme d’aujourd’hui ne cesse de convier d’autres catégories de spécialistes, de compétences et même de médiateurs pour préserver son « droit » de cité ou « sur »  la cité. . Il faut préciser que cette situation découle  des rapports et du rôle revendiqués  par les « habitants », les usagers et les utilisateurs . En fait cette catégorie devient de plus en plus regardante sur la chose publique et son environnement en particulier.

Ces catégories dont les voix sont régulièrement comptabilisées juste pour arbitrer les joutes électorales, se retrouvent également en train de participer dans les sphères d’affrontements et des discordes que provoquent les échanges d’opinions.

Cette participation confirme comme par le passé le renouvellement de l’urbanisme en tant que discipline et en tant que profession, toujours sur la base des idées et des projets de réformes sociales, même si ces dernières avaient été utopiques. La philanthropie sociale avait « glissé », au nom de l’intérêt général, dans l’escarcelle de l’autorité politique. La chose « urbaine » reste encore dans le champ politique même si elle fait appel à l’expertise et aux savoirs des autres disciplines complémentaires.

Déjà Lambda, la nouvelle qualification de la banalité des sujets,  suggère l’impertinence de la position. Noyé dans une énumération longue (ni l’alpha ni l’oméga), le sujet perd ses particularités et sa personnalité, il n’est considéré que par le portage d’un intérêt commun, généralisé et souvent superficiel.

L’acteur comme promotion nominative, dit-on  aujourd’hui pour valoriser les initiatives orientées à produire une situation nouvelle… devient un « personnage », un rôle à jouer. Il marquera la scénographie par son jeu, son attitude et même par sa physionomie. Cet acteur est génétiquement marqué, par son histoire propre, sa culture, son système référentiel, ses prédispositions  à «  phagocyter »  la modernité, ses aspirations et son propre «ego ».

Création des politiques publiques, l’exercice de son pouvoir dépend du contexte démocratique. L’usager/ l’acteur est souvent noyé dans le tissu associatif ou dans la  « société civile ». Il est apprécié dans la construction des programmes :  il s’exprime dans la définition des besoins, dont la traduction en actions, aura encore besoin de ce sujet pour sa validation.

Les « usagers » sont aussi utiles dans le maintien de la « cohésion sociale », valeur par ailleurs fondamentale pour s’assurer de la portée des actions à intérêts collectifs. L’usager, donc comme personne titulaire du « droit d’usage » s’est imposé comme figure incontournable dans le traitement des  affaires qui le concernent.  Présent/absent, il est présenté dans les débats, soit en « épouvantail », soit en « formalité » pour une mise en conformité avec les règlements.

L’urbanisme concerté et participatif, pour acquérir une crédible, avait pris soin de réserver quelques chapitres à l’usager dans les grandes opérations de négociations rassemblant autorités et aménageurs privés. Mais cette place reste formelle et pourtant ce figurant consommera ce que les autres lui fourgueront comme cadre de vie, logis et espace de détente, accompagnés bien sur des effets « secondaires », souvent non déclarés.

En conclusion, concrètement, nous ne pouvons nous  défaire d’un optimisme mesuré…Depuis la Charte d’Athènes, les choses ont certes évolué. Les quelques « alinéas » des règlements mettant en exergue des vocables relatifs à la participation et à l’usager sont encore fragiles pour attribuer aux habitants le droit de concevoir leur propre cadre de vie….Les politiques ne vont pas abdiquer facilement ….Ils ont déjà inventée cette figure indéterminée: CITOYEN-LAMBDA. Mis face aux urbanistes, cet inconnu mérite une identité et un contexte…

La ville est un enjeu vital pour contrôler la société…Dans certaines contrées, minority report est déjà en place…. C’est dire combien la citoyenneté est précaire.

le 20.10.2016

VOIR LA VILLE NOUVELLE DE CONSTANTINE AUTREMENT !

De loin, c’est faisable…c’est même facile!  Il me semble que la maturité est en retard de quelques années pour s’ancrer solidement dans le logos des architectes.  Cette caste demeure toujours sous l’emprise d’une “suffisance” qui l’isole dangereusement dans un  autisme très très réducteur.  Le démiurge d’ici-bas n’est ni le politique, trop égoïste, ni l’administrateur trop autoritaire , ni le mufti souvent opportuniste….c’est l’architecte.   Trop souvent, c’est un pseudo intellectuel,  ballotté entre sciences humaines et engineering, ayant atterri dans ce champs disciplinaire par “défaut”, car la barre pour “faire médecine” est assez haute.  Cette frustration maladive le  transforme rapidement en  un étrange deus ex machina.  L’architecte est là pour refaire le monde… Ce monde tant mal fait est à refaire. Et qui s’y colle? Un disciple,  qui , après de longues études, des charrettes , des dépenses  fréquentes et quelques attitudes peu honorables ,  sentant des ailes poussées, se met à “raser les tables”. Il entre en scène juste après les 3 coups  (on dit que c’est pour la trinité!) pour s’accaparer les planches (aujourd’hui tout est numérisé) et jouer seul le rôle de sa vie.

L’architecte est-il fatalement égoïste?

A mon avis, nombreux  architectes que j’ai côtoyé le sont. Pire, ils sont aussi aveugles. Ils ne voient que leurs “projets”….et qualifiés toujours  de chefs d’oeuvre. Les réalisations de leurs  collègues sont souvent froissées et égratignées à coups de “cutter” .

La Ville Nouvelle Ali Mendjeli (Constantine) est  écorchée vive  par les architectes qui n’avaient pas “participé” à sa conception.  Soit ils ont   raison, soit ils ont leurs raisons. Mais les griefs se multiplient non pas sur une base “rationnelle” , mais , ce qui se laisse deviner, sont les relents d’une frustration, une sorte de vœu intérieur “Ah, si c’était moi….!“.

Soyons directs: cette ville nouvelle  est garnie surement de “malfaçons”, d’imperfections, d’aberrations, de maladresses….Mais personne ne pourra nier son hyper-vitalité, la dynamique qui la traverse. Je crois que les concepteurs de villes ou de quartiers ou même de lotissements souhaitent toujours que leur bout de ville soit un véritable bout de vie. Le malheur pour eux, leur phobie,  c’est de réceptionner un cadre “mort”, un dortoir ou un lieu obsolète avant sa moindre exploitation,  avant son baptême.

L’erreur récurrente accompagne  ce jugement des aménagements et des conceptions qui ne s’appuie que sur le rendu du “papier”, pire, encore, aujourd’hui sur  ces simulations  qui coûtent les yeux de la tête et qui vous font prendre les vessies pour des lanternes.   Cette surenchère technologique assoit le leurre, pire elle le décrète……

La Ville Nouvelle de Constantine est ce qu’elle est…. Alors arrêtons de rêvasser . Comment voulez-vous , architectes de mes aïeux, obtenir des villes “idéales”, fonctionnelles, radieuses, somptueuses alors que l’environnement politique, sociale, économique et culturelle ne reconnait ni la science, ni les savoirs, ni la rationalité, ni la beauté ?  Comment voulez-vous obtenir des villes pittoresques alors que votre “oeuvre” est à la merci du gestionnaire, qui, sans hésiter peut rajouter ou effacer une rue, une place , un jardin, un immeuble et même un quartier….?

Relisez le “tout et le fragment” de JJ. Deluz ( pp 53-85), et vous comprendrez

Pourquoi ce coup de gueule?   Tout simplement parce que les “paroles” en l’air des architectes ont une portée pédagogique négative. Ils “tirent” plus vite que leur “ombre”. Aucune analyse, juste des jugements hâtifs sans pour autant avoir une information complète .

J’ai rencontré dernièrement un ami et ancien camarade de promo. Il a travaillé à  l’URBACO (sur la Ville Nouvelle aussi).  Je lui faisais part de mon  projet d’Atelier de doctorat sur la Ville Nouvelle,  l’invitant à  participer aux tables rondes que je compte organiser …en lui affirmant que pour moi, cette “Ali Mendjeli” n’est ni un fiasco ni un flop.   Sa réponse était extraordinaire:

Tu sais quand j’entends les gens taillader la Ville Nouvelle “Ali Mendjeli”, ça me fait mal. Ces architectes ne savent ps ce que nous avions enduré pour la faire sortir….! Nous avions dû refaire une formation en urbanisme,  batailler longtemps pour gagner ce défi…! 

 

 

 

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.