La ville Nouvelle Ali Mendjeli. Performance sportive; un facteur dans la construction dentitaire

Le CLUB RAPÏD ALI MENDJELI ,  une équipe de besket ball féminine va jouer la saison prochaine dans la division de la Nationale 1. 

Qu’est-ce qu(il y a de pertinent dans cette information ? 

Rien à priori, sinon qu’il s’agit d’un club “féminin” representant la “VILLE NOUVELLE” ALI MENDJELI….   

Trêve de devinette ! Une telle performance traduit toute la dynamique qui anime les natifs et les natives de Ali Mendjeli (première génération, à peine 30 ans)   dans la construction de leur identité socio-urbaine. 

Cette ascension représente une “épaisseur” importante pour les mendjelois et les mendjeloises pour acquérir une position visible  dans le voisinage qui se dispute sa tutelle (commune de Ain Smara et El Khroub). 

“Ouled Ennouvel” (Les enfants de la Nouvelle) multiplient les actions civiques , les revendications pour acquérir un statut administratif autonome.  En effet, les formations sportives et leurs performances constituent une occasion dse médiatisation qui profitera à ce large réseau associatif de la Ville Nouvelle se conforter ses demandes. 

Il ,est clair que dans le cas de la Vile Nouvelle, les performances sportives pârticipent de ce desir de construire une apparten

ance “urbaine” en l’étoffant d’ une identité propre. 

Une club sportif, féminin de surcroit, dans une ville nouvelle sont de l’ordre du factuel. Ces faits traduisent une forte dynmique socio-culturelle qui se décline par d’autres actions simultanées.

La dernière en date : les mendjeloises et les mendjelois demandent au Président de la République d’octroyer à leur ville , le statut de commune.                         

Source des photos ;  أصداء مدينة علي منجلي

LA VILLE NOUVELLE ALI-MENDJELI DE CONSTANTINE, 25 ANS APRÈS Une méga cité en quête d’identité

Traversée par un gigantesque chantier où s’amoncellent, sur près de trois kilomètres, des montagnes de rebut de ferraille et de béton, l’artère principale de la ville Ali-Mendjeli ressemble à un champ de bataille. 

Inaccessible, la nouvelle ville Ali-Mendjeli n’est plus ce lieu privilégié de la vie urbaine promis. Encore moins un centre aux fonctionnalités multiples, vitrine d’excellence d’une métropole en devenir. Ses concepteurs n’avaient pas prévu, en effet, qu’une ligne de tram éventrer la cité. Repoussé à maintes reprises pour cause de retard dans les travaux, le projet d’extension de la ligne de tramway de Constantine vers Ali-Mendjeli peine à fixer une échéance. Mais les désagréments causés par ce chantier ne sont que la résultante des anachronismes de gestion qui ont prévalu à l’intendance de la chose publique dans cette ville, demeurée pendant des années sans filiation administrative.
Promue au rang de circonscription administrative au mois de septembre dernier, la désormais wilaya déléguée d’Ali-Mendjeli est tenue de relever d’innombrables défis liés aux doléances légitimes et urgentes de ses habitants.

Au-delà donc de ses missions originelles, le wali délégué devra d’abord démêler un inextricable legs, pallier le manque d’équipements publics, d’aires de jeux et de loisirs, d’espaces verts, d’infrastructures sportives et culturelles avant d’engager une véritable mise à niveau de son socle urbain.
Avec une superficie de près de 4 400 ha, une population qui avoisine les 450 000 habitants et un parc immobilier d’environ 90 000 logements, la ville Ali-Mendjeli est constituée de vingt unités de voisinage (UV) composées d’îlots d’habitation et de deux extensions (Sud et Est).

Un labyrinthe grandeur nature où il est difficile de se retrouver, y compris pour ses propres habitants, de par l’inexistence de plaques de signalisation et d’une toponymie officielle, si l’on excepte quelques dénominations d’équipements importants, à l’image des universités de Constantine 2 et 3 respectivement Abdelhamid-Mehri et Salah-Boubnider ou encore l’hôpital militaire régional Abdelaali-Benbaatouche.

New York …Kandahar 
Au sein des unités de voisinage, “certaines cités portent carrément le nom du promoteur immobilier, voire les appellations des quartiers d’origine ou même des bidonvilles dont sont issus leurs occupants”, nous confie Lokmane, un habitant de la nouvelle ville Ali-Mendjeli. On y trouve “Bardo, Fedj Errih, Tindouf, El-Firma, New York, Kandahar, El-Kahira, Hay Laarayess…”.
“Les aires de loisirs, les espaces verts, les stades de proximité, les infrastructures sportives ou d’animation pour jeunes sont
quasi inexistants dans la plupart des unités de voisinage alors que les quelques structures existantes se trouvent dans un état lamentable”, soutiennent les jeunes d’Ali-Mendjeli, qui attendent depuis des années la réception des projets de la piscine semi-olympique et du stade de 3 000 places. Les travaux de la piscine, dont l’inscription remonte à plus de dix ans, sont pratiquement à l’arrêt alors que sa réception avait été fixée à l’été passé. Cela, au moment où les parties réalisées ont subi de graves dégradations. Il en est de même pour le chantier du stade de 3 000 places qui semble être totalement à l’abandon.

À l’UV 16, qui compte à elle seule près de 20 000 habitants, comme à l’UV 18, la plus importante en termes de superficie, jeunes et enfants se plaignent de l’inexistence d’espaces de détente ou de pratique sportive, assistant impuissants aux affectations des assiettes foncières encore disponibles à la périphérie de leurs cités à des promoteurs et investisseurs dans le secteur commercial notamment. Tel est le cas à l’UV 10 où l’on peut distinguer une clôture autour d’une importante poche devant abriter, selon les riverains, un projet de mall, le plus grand d’Afrique, dit-on. Un projet qu’ils récusent d’emblée soutenant que la présence d’un tel édifice en milieu urbain corrompt leur quiétude.
Le transport à l’intérieur de la nouvelle ville dépend du bon vouloir des taxieurs clandestins qui se sont imposés dans ce créneau comme l’unique alternative pour les usagers dans leurs déplacements entre différentes UV, distantes parfois de plusieurs kilomètres ou encore entre ces dernières et la station intermédiaire du tramway ainsi que les centres commerciaux. Les clandestins sont même parvenus à mettre en place une sorte d’intendance “syndicale” pour organiser les stationnements et services qu’ils proposent devant les défaillances des transports en commun et le refus des taxieurs légaux d’assurer des courses peu rentables sinon d’imposer une tarification exorbitante.
Des stations ostentatoires des taxis clandestins ont vu le jour en différents endroits alors que les prestataires n’y vont pas de main morte et comptent même entamer des démarches en vue d’obtenir des autorisations exceptionnelles pour exercer sans être inquiétés par la police. Seul bémol, pour les usagers, les bus assurant les dessertes entre la gare routière de l’UV 2 et la station du tramway à l’entrée de la ville, lequel trajet peut s’avérer quand même très long puisque les transporteurs en commun sont tenus de respecter un itinéraire à travers plusieurs unités de voisinage. En attente donc de l’achèvement des travaux de la deuxième tranche du projet d’extension du tramway qui ralliera plusieurs points de la ville nouvelle, ses habitants devront prendre leur mal en patience.
En quête d’identité, la nouvelle circonscription d’Ali-Mendjeli semble esquisser son devenir autour des activités commerciales qui lui ont redonné une vitalité impétueuse. L’installation de grandes surfaces commerciales et de tant d’autres supérettes et commerces, aussi divers qu’achalandés, a grandement participé à faire de la ville nouvelle, une destination de choix pour les consommateurs constantinois et même d’autres wilayas limitrophes. “On y vient même de Tunisie”, assure un commerçant.

Le brassage identitaire des Universités de Constantine 2 et 3 et des cités universitaires est également pour quelque chose dans le dynamisme débordant qu’elle connaît.

Une ville qui redécouvre la vie nocturne enfreignant les rites de la cité mère, Constantine, et démystifiant les clichés de sa dangerosité. “Elle n’est ni plus ni moins délinquante que d’autres métropoles du pays”, rassure Azzouz, un retraité habitant à l’UV 6.

Une réputation de Bronx
À tort ou à raison, le nom de la nouvelle ville a été lié durant de longues années à la délinquance et au banditisme. Une réputation de cité coupe-gorge qui s’est accentuée depuis 2013, après le double assassinat de deux enfants, Haroun et Brahim, dans des conditions atroces et 2014, suite aux violences inouïes entre bandes rivales qui ont duré plusieurs jours. Deux événements regrettables largement médiatisés instaurant par la même occasion un climat d’insécurité et de peur parmi les habitants d’Ali-Mendjeli eux-mêmes. Selon ces derniers, la couverture sécuritaire de la ville est restée insuffisante pendant longtemps au moment où la tendance à la criminalité et au banditisme était à la hausse. “La situation s’est nettement améliorée ces trois dernières années après la mise en service de plusieurs sûretés urbaines et le renforcement de la présence policière dans les différentes unités de voisinage”, témoignent-ils.
Un climat qui favorise le phénomène de trafic de drogues et de psychotropes. “Je crains qu’Ali-Mendjeli ne devienne une plaque tournante régionale de ce trafic. Il n’y a qu’à voir l’âge et le nombre de jeunes qui se shootent avec ces saletés et les commercialisent à longueur de journée et au su et au vu de tout le monde”, nous dit Lounis, un enseignant résidant à Ali-Mendjeli.

Insécurité
Pour le chef de sûreté de wilaya, Abdelkrim Ouabri, “l’évocation de la nouvelle ville Ali-Mendjeli renvoie indubitablement à sa population qui avoisine les 500 000 âmes, sans parler de la population flottante qui dépasse les 800 000 personnes qui proviennent quotidiennement de Constantine et des wilayas limitrophes attirées particulièrement par les Malls et grandes surfaces qui s’y trouvent. C’est une ville très animée pendant la journée et qui veille tard aussi, contrairement aux autres localités. On peut y acheter du pain à 23h”. Concernant la couverture sécuritaire d’Ali-Mendjeli, le premier policier de la wilaya de Constantine dira : “Il y a quatre années, il n’y avait que deux sûretés urbaines qui couvraient l’agglomération. Aujourd’hui, ce sont pas moins de onze sûretés urbaines opérationnelles en plus d’une BMPJ et d’une CIR (compagnie d’intervention rapide). Récemment, nous avons procédé à la mise en service d’une sûreté de daïra à Ali-Mendjeli, qui donnera un plus à la cohésion et à la coordination entre les différentes sûretés urbaines. Et avant l’ouverture des dernières sûretés urbaines, nous avons également délocalisé la BRI et la BRB de la sûreté de wilaya vers la nouvelle ville Ali-Mendjeli qui ont réalisé un excellent travail et continuent à le faire puisqu’ils s’y sont installés. L’on peut donc dire que l’on avance progressivement vers une couverture sécuritaire totale de cette ville.”
Lui aussi reconnaît que la délinquance et le banditisme les plus répandus à la nouvelle ville Ali-Mendjli sont la consommation et le trafic de drogue. “Un fléau qui prend de l’ampleur. Le port d’armes prohibées était également répandu dans cette ville, mais il a diminué de manière significative au même titre que la petite délinquance, tels les vols à la sauvette.” Le plus important pour M. Ouabri est de procurer un sentiment de sécurité chez les citoyens d’Ali-Mendjeli.
Le chef de sûreté de wilaya estime qu’“il ne faut pas croire que l’indiscipline est le propre d’Ali-Mendjeli, qui demeure quand même une ville où il y a énormément de mouvement de par sa vocation commerciale. Ce qui explique notre déploiement soutenu dans cette cité. Et nous ne pouvons pas dire non plus que nous maîtrisons totalement la situation sécuritaire dans cette ville, mais à travers notre présence sur le terrain, le travail de recherche qui se fait et le suivi des plaintes des citoyens, nous voulons tisser une complémentarité pour un même objectif : la sécurité et le bien-être de tous”.

Reportage réalisé par : Kamel Ghimouze

Paru dans LIBERTE du 23 mai 2020

INTERVIEW : “Ali-Mendjeli est une kyrielle de bâtiments décontextualisés”

La ville nouvelle Ali-Mendjeli continue d’évoluer à sa manière… anarchique. “Un quart de siècle après son lancement, il est impératif de reprendre le contrôle à travers l’adoption d’une vision urbaniste inclusive et intégrale”, préconise le professeur d’architecture Abdelwahab Bouchareb. 

Liberté : Vous avez déclaré à propos de la ville nouvelle Ali-Mendjeli que “l’absence d’une vision urbaniste favorise le kitsch urbain”. Peut-on attester de la pertinence de ce constat, 25 ans après le lancement de cette ville nouvelle ?
Abdelwahab Bouchareb :
 En fait, nous constatons actuellement que la ville nouvelle Ali-Mendjeli est davantage une juxtaposition qui atteste également de l’esprit concurrentiel qui prévaut dans l’épreuve managériale fortement attachée au marketing et qui privilégie l’image au détriment du fond. Ainsi, en l’absence d’un plan directeur, le laisser-faire reproduit une kyrielle de bâtiments décontextualisés. Aujourd’hui, l’engouement envers les hyper-centres commerciaux ne fait que prolonger ce kitsch. Il faut également préciser que l’urbanisme tend de plus en plus à se détacher dans la pratique du métier de l’architecte. À l’heure actuelle, l’urbanisme est transdisciplinaire. Il faut préciser qu’avec le système LMD, la formation des architectes ne se penche que sur l’architecture, la formation en gestion et techniques urbaines est consacrée à la gestion (une sorte de service après-vente). Or, l’urbanisme a pour mission aussi la conception des villes et des quartiers pour aboutir à des produits harmonieux et cohérents. Dans tous les cas de figure, il est impératif de reprendre le contrôle à travers l’adoption d’une vision urbaniste inclusive et intégrale.

Plusieurs programmes dits de requalification et de mise à niveau de cette ville ont été initiés par les pouvoirs publics ces dernières années. Ont-ils impacté de manière significative l’amélioration du cadre de vie de ses habitants ?
Il me semble que les impacts des programmes et des opérations ne sont pas ressentis, du moins pour le moment, à l’échelle de la ville nouvelle Ali-Mendjeli. À mon avis, les chantiers dont elle fait l’objet depuis quelque temps, particulièrement le projet de tramway, et l’entrée à partir de l’autoroute ne favorisent pas une évaluation objective. Cependant, les programmes localisés destinés aux habitants au niveau des unités de voisinage apportent leurs lots de satisfactions chez les habitants concernés.

Pensez-vous que le cadre matériel a dépeint sur le contenu social de cette ville nouvelle tant les clichés admis, y compris par ses propres habitants, lui confèrent une réputation de Bronx ?
Ali-Mendjeli n’a pas échappé aux clichés qui accompagnent tout nouveau cadre urbain. Les questions relatives à la criminalité sont réelles et c’est un fait. Mais quelles sont les différences en matière de faits divers par rapport aux autres villes ? C’est vrai, il y a eu des intermèdes dramatiques qui ont apostrophé l’opinion publique, certes. Mais cette médiatisation a collé à la ville nouvelle Ali-Mendjeli une image abjecte et sauvage.
Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la population provient d’un relogement dans le cadre de la résorption des bidonvilles. Il n’y a eu qu’une délocalisation-relocalisation des habitants. Durant les premiers moments, les réflexes étaient restés les mêmes, avant que les jeunes adolescents ne comprennent qu’ils doivent s’adapter à un cadre social et économique nouveau.
Il y a bien également un travail rigoureux de la part des services qui a accéléré l’instauration d’un sentiment de sécurité. Il faut également préciser que l’ampleur des investissements commande des mesures adéquates en matière de sécurité.

Une vitalité débordante caractérise néanmoins cette ville, s’agissant des activités commerciales qui prennent de l’ampleur et semblent esquisser sa vocation, alors que la dimension socioculturelle est quasi inexistante ? 
Avant d’aborder cette vocation commerciale, il s’agit de préciser que cette ville est exclusivement jeune. Elle compte deux grandes universités, lieux de résidence de jeunes couples et locaux des fonctions libérales (jeunes médecins, avocats, notaires…). Cela dit, cette ville est jeune. Je me demande si ce n’est pas la ville qui abrite la population la plus jeune en Algérie.

 Il va de soi que les activités commerciales correspondent à la vitalité de cette jeunesse. La mode vestimentaire, le commerce de l’électronique, l’informatique et la téléphonie, les lieux de consommations ont tendance à se projeter en pole position dans les demandes et à se multiplier dans la ville nouvelle. Même les services sont tenus par les jeunes. Il y a, et il faut vraiment le souligner, une jeunesse qui n’a aucun complexe à assurer des activités jadis boudées. Ce sont des vendeurs, des revendeurs, ce sont traiteurs, des démarcheurs. Il y a beaucoup de magasins qui informent leur clientèle sur les nouveaux arrivages des produits. D’autres qui vendent en ligne.

En la matière, la ville donne l’image d’un grand bazar…
C’est un grand bazar qui semble être une niche de la mondialisation-globalisation. Les produits “made in” sont disponibles, au grand plaisir d’une jeunesse qui aspire à vivre le temps universel.
La dimension socioculturelle peut sembler être reléguée aux calendes grecques. Mais ce domaine doit s’adapter à cette vitalité. Ce qui manque aujourd’hui, ce sont les espaces de loisirs, de culture et de sport, car dans la politique, ce domaine relève des pouvoirs publics.
La ville nouvelle est un cadre favorable à l’investissement. Alors, pourquoi pas l’investissement dans le secteur de la culture, des loisirs et des sports ? Sur ce plan, il y a des restaurants gastronomiques qui se sont spécialisés dans les mets traditionnels, des traiteurs de confiseries et de gâteaux constantinois, et même des épiceries fines. Cette jeunesse de la ville nouvelle a et aura besoin de loisirs. Il y a lieu d’instaurer ces espaces correspondant à leurs aspirations (salles de cinéma, salles de sport, théâtres…).

Dans quelle mesure la ville Ali-Mendjeli peut-elle capitaliser les attributs de cet acquis, ville des sciences par exemple ?
Ces deux universités insèrent la ville vouvelle Ali-Mendjeli dans une trame
géographique : nationale (des étudiants qui viennent de toutes les wilayas), régionale (des étudiants africains) et même du Proche-Orient et internationale. Cette visibilité offre une opportunité pour capitaliser ces attributs et étoffer cette vocation tertiaire supérieure. C’est l’économie des savoirs et de la connaissance, de la formation.
Il y a dans cette proximité ville-université une occasion pour amorcer une ouverture sur l’économie basée sur les innovations, les technologies, la recherche-développement, l’entrepreneuriat, la créativité.
Ces universités sont en mesure, en présence d’un cadre harmonieux, d’accompagner le développement de la ville nouvelle en accompagnant les gestionnaires, les opérateurs économiques et les entreprises dans la concrétisation d’un développement urbain durable, dans l’instauration d’un vivre-ensemble solidaire et équitable.

Plusieurs travaux d’universitaires ont été consacrés au modèle de la nouvelle ville Ali-Mendjeli. Quel a été leur apport dans la prise des décisions par les pouvoirs publics en matière d’aménagement urbanistique ?
Les centres de documentation et la bibliothèque foisonnent de travaux sur la ville nouvelle. Depuis 1990, avant même le lancement des premiers travaux à la ville nouvelle Ali-Mendjeli, les projets d’étudiants portaient un intérêt particulier aux utilités d’une ville nouvelle, du modèle urbain, du mode d’habitation, des espaces d’accompagnement. Aujourd’hui, ce sont des thèses de magister et de doctorat qui traitent des problématiques de la durabilité, de l’accessibilité, de la mobilité, de l’identité urbaine en gestation et surtout de son devenir prospectif.

C’est dire comment évoluent les thématiques des travaux universitaires avec l’évolution de la ville nouvelle elle-même. Cette attitude traduit tout l’intérêt que portent l’université et les chercheurs à cette ville nouvelle, qui demeure un véritable laboratoire dans lequel et sous nos yeux s’accomplit un phénomène urbain dans sa forme la plus brutale.
Mais ces travaux n’ont été ni valorisés ni servis pour pallier les malfaçons.
Il se peut que le statut administratif de la ville nouvelle Ali-Mendjeli de l’époque, imprécis, n’ait pas favorisé cette relation université-secteur socioéconomique.

Vous êtes pour une mise en place d’un observatoire pluridisciplinaire de spécialistes devant accompagner les pouvoirs publics dans leurs projections futures pour cette ville. Peut-on connaître les missions de cet observatoire ?   
Nous avons accompagné cette ville nouvelle depuis sa naissance. Nous observions son évolution du coin de l’œil. Depuis le temps des géographes, suivi par celui des architectes chargés de la conception des immeubles, puis celui des politiques et des décisions de relogement des habitants des quartiers insalubres, celui des habitants qui donnent vie à la ville (M. Cote), nous sommes aujourd’hui au temps des chercheurs. La mission de ces derniers consiste à problématiser le présent, à prospecter l’avenir, à étudier les détails d’urbanisme, à chercher comment réajuster le cadre urbain aux aspirations présentes et anticiper sur l’avenir.
Aujourd’hui, la ville nouvelle Ali-Mendjeli a l’âge d’une génération ; il y a désormais des natifs d’Ali-Menjeli. Ils ont une histoire, elle correspond au temps vécu dans cette ville. Ils ont des réminiscences. La ville nouvelle a son Histoire, celle de cette première génération.  Dans ce même cadre d’observatoire urbain et dans les circonstances actuelles de pandémie, il y a lieu d’évoquer les possibilités de se pencher sur la résilience urbaine. Cette dernière, du ressort de l’observatoire, s’étudie, se conçoit et se prépare. Dans ce sens, les villes se dotent de ce plan de résilience nécessaire pour assurer une viabilité post-calamités.
Après une période, il faut établir un bilan. Un retour d’expérience s’impose avant de se pencher sur le devenir d’Ali-Mendjeli.

Entretien réalisé par : Kamel Ghimouze 

PARUE SUR LIBERTE DU 23 MAI 2020.

L’interview a été  tronquée par la Rédaction,

Ci joint le contenu intégral:

  1. « L’absence d’une vision urbaniste favorise le kitsch urbain » avez-vous écrit dans l’une de vos contributions à propos de de la nouvelle ville Ali Mendjeli. Pour autant, peut-on attester de la pertinence de ce constat, un quart de siècle après le lancement des premiers chantiers de cette ville nouvelle ?

 En fait nous constatons actuellement que la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli est davantage une juxtaposition d’immeubles (particulièrement les équipements publics et privés), qui atteste également de l’esprit concurrentiel qui prévaut dans l’épreuve managériale fortement attachée au marketing et qui privilégie l’image au détriment au détriment du fond. Ainsi, en l’absence d’un plan « directeur », le laisser-faire, reproduit une kyrielle de bâtiments décontextualisés. Aujourd’hui, l’engouement envers les « hyper centres » commerciaux ne fait que prolonger ce kitsch.

Il faut également préciser que l’urbanisme tend à se détacher de plus en plus dans la pratique du métier de l’architecte. Dans ce sens qu’il convoque des savoirs multiples. A l’heure actuelle, l’urbanisme est transdisciplinaire. La formation  (master en urbanisme) n’est disponible qu’à Constantine (à la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme. Université S.Boubnider Constantine 3). Il faut préciser qu’avec le système LMD, la formation des architectes ne se penche que sur l’architecture, la formation en Gestion et Techniques urbaines est consacrée à la gestion (une sorte de service après-vente). Or l’urbanisme a pour mission (aussi) la conception des villes et des quartiers  pour aboutir à des produits harmonieux et cohérents …

Dans tous les cas de figure, il est impératif de « reprendre » le contrôle à travers l’adoption d’une vision « urbaniste » inclusive et intégrale.

  1. Plusieurs programmes dits de requalification et de mise à niveau de cette ville ont été initiés par les pouvoirs publics ces dernières années. Ont-ils impacté de manière significative l’amélioration du cadre de vie de ses habitants ?

Il me semble que les impacts des programmes et des opérations ne sont pas ressentis du moins pour le moment à l’échelle de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli. A mon avis, les chantiers dont elle fait l’objet depuis quelques temps (particulièrement le projet de tramway, l’entrée à partir de l’autoroute) ne favorisent pas une évaluation objective. Cependant, les programmes « localisé » destinés aux habitants (au niveau des unités de voisinage), apportent leurs lots de satisfactions chez les habitants concernés.

  1. Pensez-vous que le cadre matériel actuel a dépeint sur le contenu social de cette ville nouvelle ville tant les clichés admis, y compris par ses propres habitants, lui confère une réputation de Bronx ?

Ali Mendjeli n’a pas échappé aux clichés qui accompagnent tout nouveau cadre urbain. Les questions relatives à la criminalité sont « réelles » et c’est un fait. Mais quelles sont les différences en matière de « faits divers »  par rapport aux autres villes ? C’est vrai il y a eu des « intermèdes » dramatiques qui ont apostrophé l’opinion publique, certes. Mais cette médiatisation a collé à la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli une image abjecte et sauvage.

C’est qu’il ne faut pas oublier, la population  provient d’un relogement dans le cadre de la résorption des bidonvilles. Il n’y a eu qu’une « délocalisation/relocalisation » des habitants. Durant les premiers moments, les « réflexes » étaient restés les mêmes, avant que les « jeunes » adolescents ne comprennent qu’ils doivent s’adapter à un cadre social et économique nouveau. Il y a bien également un travail rigoureux de la part des services qui a accéléré l’instauration d’un sentiment de sécurité.

Il faut également préciser que l’ampleur des investissements commande des mesures adéquates en matière de sécurité.

  1. Une vitalité débordante caractérise néanmoins la ville d’Ali Mendjeli s’agissant des activités commerciales en tout genre, lesquelles prennent de l’ampleur et semblent esquisser une vocation en devenir d’Ali Mendjeli, qualifiée déjà de grand bazar. Cette inclination ne risque-telle pas de reléguer aux calendes grecques la dimension socio-culturelle quasi inexistante au sein de cette cité ?

Vous avez raison d’évoquer cette vitalité qui caractérise cette Ville Nouvelle de Ali-Mendjeli. Avant d’aborder cette vocation commerciale, il s’agit de préciser que cette ville est exclusivement jeune, non pas en rapport à l’âge mais à l’âge de ses habitants. Deux grandes universités, lieux de résidence de  jeunes couples et locaux des fonctions libérales (jeunes médecins, avocats, notaires…) cette ville est jeune. Je me demande si elle n’est pas la ville qui abrite la population la plus jeune en Algérie ?

Il y va de soi que les activités commerciales correspondent à la vitalité de cette jeunesse. La mode (vestimentaire), le commerce de l’électronique, l’informatique et la téléphonie, les lieux de consommations (méga-pizza, restaurants,..) ont tendance à se projeter en pôle position dans les demandes et se multiplier dans la  Ville Nouvelle.

Même les services sont tenus par les jeunes. Il y a, et il faut vraiment le souligner, une jeunesse qui n’a aucun complexe à assurer des activités jadis boudées. Ils sont des vendeurs, des revendeurs, ils sont traiteurs, démarcheurs…Il y a beaucoup de magasins qui « informent » leur clientèle sur les nouveaux arrivages des produits. D’autres qui vendent en ligne….

Le grand bazar semble être une  « niche » de la mondialisation/globalisation. Les produits made in sont disponibles au grand plaisir d’une jeunesse qui aspirent à vivre le temps   universel.

La dimension socio-culturelle peut sembler être reléguée aux « calendes grecques ». Mais, ce domaine doit s’adapter à cette vitalité. Ce qui manque aujourd’hui ce sont les espaces de loisirs, de cultures et de sports, car dans la politique ce domaine relève des pouvoirs publics. La ville Nouvelle est un cadre favorable à l’investissement. Alors pourquoi pas l’investissement dans le secteur de la culture, des loisirs et  des sports ? Sur ce plan, il y a des restaurants  « gastronomiques » qui se sont spécialisés dans les mets traditionnels, des traiteurs de confiseries et de gâteaux constantinois et mes des épiceries fines.

Cette jeunesse de la ville nouvelle a et aura besoin de loisirs….Il y a lieu d’instaurer ces espaces correspondants à leurs aspirations (salles de cinémas, salles de sports, théâtres…).

  1. Pourtant, cette ville abrite deux pôles universitaires importants dont l’un est parmi les plus grands du continent africain. Dans quelle mesure la ville d’Ali Mendjeli peut-elle assumer et capitaliser les attributs de cet acquis (ville des sciences par exemple) ?

Ces deux universités insèrent la Ville Nouvelle Ali Mendjeli dans une trame géographique nationale (des étudiants qui viennent de toutes les wilayas), régionale (des étudiants africains et même du proche orient) et même internationale (experts internationaux). Cette « visibilité » offre  une opportunité pour capitaliser ces attributs et « étoffer »   cette vocation « tertiaire » supérieur (appelé également quaternaire). C’est l’économie des savoirs et de la connaissance, de la formation,

Il y a dans cette proximité Ville-université une occasion pour amorcer une ouverture sur l’économie basée sur les innovations, les technologies, la recherche-développement, l’entreprenariat, la créativité. Ces universités sont en mesure, en présence d’un cadre harmonieux, d’accompagner le développement de la ville nouvelle en accompagnant les « gestionnaires », la société, les opérateurs économiques  et les entreprises dans la concrétisation d’un développement urbain durable,  dans l’instauration d’un « vivre ensemble » solidaire et équitable.

  1. Plusieurs travaux d’universitaires ont été consacrés au modèle de la nouvelle ville Ali Mendjeli. Quel a été leur apport dans la prise des décisions par les pouvoir publics, s’agissant des aménagements urbanistiques et de mise à niveau essentiels et urgents pour pallier aux malfaçons commises ?

Les centres de documentation et la bibliothèque foisonnent de travaux sur la ville nouvelles.  Depuis 1990, avant même le lancement des premiers travaux à la Ville Nouvelle Ali Mendjeli, les  projets d’étudiants portaient un intérêt particulier au ’utilité d’une ville nouvelle, du modèle urbain, du mode d’habiter, des espaces d’accompagnement…Aujourd’hui ce sont des thèses de magister et de doctorat qui traitent des problématiques de la durabilité, de l’accessibilité, de la mobilité, de l’identité urbaine en gestation et surtout de son devenir (prospective) .

C’est dire comment évoluent les thématiques des travaux universitaires avec l’évolution de la ville nouvelle elle-même. Cette attitude traduit tout l’intérêt que porte l’université (et les chercheurs) à cette ville nouvelle qui demeure un un véritable « laboratoire » dans lequel et sous nos yeux,  s’accomplit un « phénomène » urbain dans sa forme la plus « brutale ».

Mais ces travaux n’ont ni été valorisés ni servis pour pallier aux malfaçons. Il se peut que le statut administratif de la Ville Nouvelle Ali- Mendjeli de l’époque, imprécis, n’a pas favorisé cette relation université/secteur socio-écnomique.

  1. Vous êtes pour une mise en place d’un observatoire pluridisciplinaire de spécialistes devant accompagner les pouvoirs publics dans leurs projections futures pour cette ville. Peut-on en savoir plus sur le sujet, les missions, et les prérogatives et la composante de cet observatoire ?   

Merci pour cette question. Nous avions « accompagné » cette ville nouvelle depuis sa naissance. Nous observions son évolution du « coin de l’œil »…Depuis le temps des « géographe », suivi par celui des « architectes » chargé de la conception des « immeubles », puis celui des « politiques »  et des décisions de relogement des habitants des quartiers insalubres , celui des « habitants » qui donnent vie à la ville (M. Cote), nous sommes aujourd’hui au temps des « chercheurs ». La mission de ces derniers consiste à problématiser le présent, à   prospecter l’avenir, à étudier les « détails » d’urbanisme, à chercher comment réajuster le cadre urbain aux aspirations présentes et anticiper sur l’avenir…

Aujourd’hui la Ville Nouvelle Ali Mendjeli à l’âge d’une génération, il y a des natifs de  Ali-Menjeli aujourd’hui. Ils ont une histoire, elle correspond au temps vécu dans cette ville…ils ont des réminiscences. La ville nouvelle a son Histoire, c’est celle de cette première génération .

Il se trouve que deux universités sont domiciliées dans les « murailles » de cette Ville Nouvelle. Il y a des facultés, des départements (architecture, urbanisme, GTU, économie, sports, Histoire, archéologie, sociologie, psychologie, art et culture, communication, médecine….), des Laboratoires (LAUTES, Ville/santé, Ville/environnement) qui peuvent accompagner le développement et l’évolution cette ville pour peu que cet ensemble soit organisé dans une «structure », à l’image d’un observatoire qui assure une veille continue sur le cadre urbain ( environnement bâti, problème sociaux, mobilité, accessibilité, esthétique urbaine, durabilité, qualité urbaine, .).Sans prétendre avoir des réponses précises relatives aux prérogatives et aux missions, il s’agit de se constituer dans un statut de « prestation expertise conseil » en matière d’études urbaines sur la Ville Nouvelle Ali-Mendjeli. Aussi, cette « veille », en rapport directe avec les « services » de la wilaya déléguée, peut répondre à des commandes de « recherche » en matière de programmation urbaine, de  stratégies de planification et de mise en projet des programmes.

Dans ce même cadre d’ « observatoire urbain » et dans les circonstances de pandémie actuelle, il y a lieu d’évoquer les possibilités de se pencher sur la résilience urbaine. Cette dernière du ressort de l’observatoire,   s’étudie, se conçoit et se prépare. Dans ce sens, les villes se dotent de ce «plan de résilience » nécessaire pour assurer une viabilité «post-calamités ».

25 ans d’âge, la ville Nouvelle Ali-Mendjeli, un bilan, un retour d’expérience s’impose avant de se pencher sur son devenir.

Ali Mendjeli, rythme urbain !

A Ali Mendjeli, la Ville Nouvelle qui peut désormais se targuer de son nouveau statut de wilaya déléguée, vous ne risquez pas de croiser un habitat qui vous dira ; “mes racines sont ici!”. en tout cas pas pour le moment. il y a surement des natifs de “Ali Mendjeli”, ils ont un peu plus de 25 ans. La première génération. Mais, nous ne savons toujours pas comment appeler les habitants de Ali Mendjeli. les Constantinois? les Villeneuvois? Personne n’y a pensé. comme quoi, ici la fameuse “formule” “quand il naîtra on l’appellera Bouzid”, a été omise.

En tout cas La ville Nouvelle s’accroît sur le plan du volume et de l’étendue. Elle se gonfle au niveau de sa représentation “sociale”. Même si vous ne risquez pas de rencontrer une figure “souche” qui enorgueillit  de son origine d’authentique “nouvellois”,la Ville Nouvelle expose dans l’oralité et dans les “réseaux” des attributs pertinents en terme de “modernité”. Appropriée par une population relativement jeune en majorité, la ville impose une nouvelle urbanité aux antipodes des modèles traditionnels. En effet, ici, l’origine et l’essence ne sont pas des critères de valorisation pour le droit “sur” la ville. Il n’ y a même pas un “droit sur la ville”, comme privilège convoqué par une classe afin de légitimer son “pouvoir” sur la ville. Pas pour le moment en tous les cas!

En vrac, la Ville Nouvelle Ali Mendjeli est dans une logique de “jeunesse”. Nous ne pouvons affirmer si cette orientation a été dictée par une volonté planificatrice ou politique, ou si c’est la conséquence du  “laisser-faire”. En fait, ce “méga centre commercial” s’est non seulement “spécialisé” dans le produit de consommation varié et jeune (culture, mode, gadgets de tout genre, électronique), il adopte également des modes de “rapports” mercantilistes faisant appel aux nouveautés apprêtés par les TIC…

Il y a une énergie et une dynamique extraordinaire qui semblent imposer un rythme urbain difficile à soutenir pour les plus âgées..Même la notion de temporalité semble se développer en se dilatant. Ainsi, la ville nouvelle a ” institué” sa vie nocturne pour les couche-tard ou pour les insomniaques.

 

Cette jeunesse qui s’est “accaparée” la ville ne semble pas lésiner sur le efforts. Décomplexée elle assure tous les boulots de démarcheurs, de porteurs, de “gargotiers”, de traiteurs “traditionnels”…

il est vrai que beaucoup de personnes n’y voient rien de pertinent;  pour eux c’est toujours une ville-dortoir (qui ne dort pas et même un bassin d’emploi), un foyer de criminalité (c’est souvent dans les lieux trop convoités), un cadre sans d’esthétique… assez de griefs pour ne pas voir que nous sommes au XXI e S.et que la tendance est au junk space….

.

 

 

Dans une Ville Nouvelle, les aberrations sont nouvelles

ALI MENDJELI ….Ville Nouvelle. Tout est nouveau ou presque…sauf les vieux réflexes qui accompagnent les pratiques exhibitionnistes…”m’as-tu vu?” ou “tu ne sais pas qui suis-je?” ne peuvent pas disparaître du jour au lendemain, même si une ordonnance est décrétée menaçant de clouer au pilori quiconque sortira ses tifs au-delà d’une ligne de faîte arrêtée par le prince….

Chaque promoteur s’emploie à mettre en oeuvre toutes les ruses permises ou tolérées pour jouer seul sur la scène urbaine….Chacun veut que les feux de la rampe ne soient braqués que sur son “joyau”..

Monumentalité , somptuosité et chromatisme sont tellement recherchés que les édifices ne sont présents que dans la skyline. Ni les édifices voisins, ni les espaces publics attenants ne sont apprêtés pour valoriser un ensemble urbain….

Même le Boulevard Secondaire, structurant en principe, n’est qu’une “frange” vide, sur lequel s’égrène des immeubles dans une insipide succession ..

RÉSULTAT une ville n’est pas une juxtaposition d’édifices, aussi somptueux soient-ils, mais une “règle” de jeu ou toutes les composantes humaines, végétales, physiques et immatérielles spatiales, s’associent pour entonner un hymne à la vie ..ou du moins pour offrir un instant sublime…

L’absence d’une “vision” urbaniste favorise le kitsch urbain…

 

Ali Menjeli: la Ville Nouvelle et sa mémoire.

Une ville Nouvelle, a-t-elle une mémoire?

Elle n’ a pas d’histoire. Pas encore! Elle n’a pas cette épaisseur des sédiments stratifiés de  matière par l’effet inexorable du temps.

Elle n’a pas une histoire qui se raconte de la même manière. Juste quelques souvenirs, quelques témoignages privés, quelques images ou quelques photos-souvenirs  encore flamboyantes.

La Ville Nouvelle n’a pas d’Histoire…Elle est plutôt l’histoire qui se lance dans temps .  Elle est aussi l’objet de souvenirs encore chauds.

Qui se souvient de son site avant son occupation?

Beaucoup de personne se souviennent du site, mais pas particulièrement. Le souvenir vague d’un site anodin, d’un paysage anodin, qu’on traverse quand il fallait rallier Ain Smara par cette voie secondaire faisant le raccourci avec les Quatre Chemins.

Le Plateau de Ain El Bey était prédestiné pour libérer Constantine de son site “tourmenté”. Il a même contribué à favoriser une urbanisation ” classique” et à donner des possibilités à mettre en exergue des “styles” architecturaux à la mode.

Mais elle a une mémoire cette ville . La mémoire de ses géniteurs, la mémoire de ses premiers habitants. Elle a  la mémoire des étudiants des années 90 et de leurs encadreurs, qui mijotaient des recettes urbanistiques et architecturales originales.

Elle a la mémoire des géographes, des architectes, des ingénieurs et  des administrateurs qui glosaient sur la nécessité d’une Ville Nouvelle. Elle a la mémoire des ouvriers du BTP qui ont travaillé sur ses chantiers. Celle des transporteurs qui ont tracé les premiers parcours pour amener les travailleurs sur le site…

Elle a la mémoire de ses premiers habitants…des habitants relogés. des premières UV, des premiers commerces, des premières lignes de bus. Elle a la mémoire des passagers qui dans les avions qui atterrissaient sur l’aérodrome voisin, voyaient ces “bâtiments” grisâtres se multipliaient régulièrement…

Mais durant tout ce temps, les images de cette ville nouvelle défilaient sans pertinence, sans importance et sans intérêt.. Aujourd’hui, qu’elle a été baptisée (Ali Mendjeli), que seule son évocation fait “décevoir”, il est  nécessaire d’évaluer son parcours…

Depuis le site vierge du Plateau de Ain El Bey à  la ville qui tend à devancer “sa mère”  par sa démographie, par son attractivité, par ses  grandes universités, ses pôles commerciaux…par  son urbanité “mondialisée”, il est temps de prendre conscience du territoire que nous “foulons”.

La ville a sa mémoire. Sa mémoire précède son histoire. Il est donc très important de “recueillir” cette mémoire, la stocker, la cultiver, l’exploiter…Un jour, viendra une génération qui tiendra à patrimonialiser quelques monuments, quelques pratiques, quelques espaces… Elle ne fera que “préserver” une mémoire qu’elle aura héritée…

La mémoire n’est pas illusion…et si elle doit l’être elle ne sera qu’une série de récits  urbains débités par des témoins, par des acteurs motivés, par des flâneurs  ou par des frustrés…chacun portera dans sa mémoire le rêve  ou le poème  d’un moment du parcours dans le territoire.

Observons la ville croître, son corps s’élancer, son tumulte de plus en plus assourdissant, ses formes, son  énergie, ses caprices, ses bêtises et son avenir…..

Alors commençons par interroger cette mémoire;

Ali Mendjeli est-elle née VILLE NOUVELLE ou l’est-elle devenue?

 

URBANISME: TRAHISON FILIALE

Posted on 

URBANISME: TRAHISON FILIALE

Un jour,  un doc TV sur M.Issiakhem (Artiste peintre algérien) m’avait accroché. L’artiste évoquait affectueusement “une trahison filiale” à propos d’un doigt amputé. Sa mère ne pouvait ” se pardonner” que son fils traîne un déficit physique, elle qui l’avait porté, choyé, protégé…. Elle ne voulait pas que ce fils soit “incomplet”….

Depuis quelques temps, les analyses et les études sur la Ville Nouvelle A.Mendjeli (Constantine) ne ratent pas l’occasion de mettre en évidence l’absence de références urbaines et architecturales à la ville-mère.

Mère et fille, l’anthropomorphisation est telle que nous sommes obligés d’évoquer une  ” trahison filiale urbaine”….

 Eh oui! telle mère, telle fille…! comme si le monde doit faire “du sur place”…Et comme la fille ne porte aucun gêne de la mère, la faute revient aux descendants, ses géniteurs (politiques, architectes, urbanistes) …Trahison…!

 Cette “trahison” est tellement galvaudée qu’il se peut que la fille soit dilapidée un beau jour…et celui qui lui lancera la dernière pierre n’est pas encore né….

 Pour quelles raisons doit-on (re) construire “Constantine” dans la ville nouvelle?

 Je crois que l’exercice est très simple, à défaut d’être performant, c’est-à-dire progressiste, imaginatif, créatif,  nous sommes en train de cacher notre faillite derrière notre nostalgie …Car comment expliquer que l’on ne s’intéresse qu’au souvenir de la mère, cette vieille décrépite? Cette mère que l’on ne regarde pas? Que l’on ne sauve pas ? On veut juste la “cloner”. Ah, quelle hypocrisie!

 Nous avons perdu la mère et nous traitons la fille de tous les quolibets synonymes de sa “légèreté” et sa frivolité ….

 Dans la réalité, nous sommes les traîtres…. prompts aux interprétations cliniques….

 La ville nouvelle, elle est ce qu’elle est…Elle ne peut pas être autrement….en tout cas dans telles conditions socio-culturelles et artistiques locales, elle ne peut pas être Venise….ni même une petite fille obéissante…

 A.BOUCHAREB

le 30/10/11

LA VILLE NOUVELLE…20 ans après?

C’est un texte rédigé le 28  Août 2013. Il a  été oublié sur mon blog INTEN-CITE….

LA VILLE NOUVELLE…20 ans après?

 

A-t-on établi une évaluation de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli (Constantine)?

Qu’est ce qui nous avons obtenu après 20 ans de sa fondation?

Qu’est ce qui est en “décalage” par rapport au projet initié au préalable?

Je pense qu’une étude approfondie de la ville Nouvelle est fondamental pour pouvoir décider de la suite, extensions, réhabilitation, relookage et toutes ces opérations qui s’appuient sur la réalité urbaine….

Le premier constat que l’on peut vérifier sur les lieux consiste à affirmer que la CENTRALITÉ de cette ville a glissé vers les UV 6 et 8….Les centres commerciaux (Ritaj, Sans Visa…) et les commerces variés tout autour ont imposé un nouveau centre de  “gravité” à la ville Nouvelle. Ce glissement est consécutif (à mon avis) à la réalisation en premier de ces UV…

Les Boulevards (principal et secondaire), initialement prévus pour asseoir une structure du Centre-ville, ne sont plus aptes à imposer le centre-ville planifié. La fréquence des circulations, leurs échelles et la nature des équipements ne favorisent pas une “identité” sociale.

Le second constat est relative à sa vocation…Malgré la présence de grands pôles universitaires, la Ville Nouvelle se complaît dans sa vocation “commerciale”, plus “utile” socialement. Dans un sens, l’entrée en fonction tardive du “haut tertiaire”  n’a pas joué en faveur d’une vocation universitaire…D’ailleurs la “périphérisation” de ces pôles dévoile une certaine intention de “marginalisation”….confortée d’ailleurs par des “investisseurs” et les spéculateurs….

Tout est dans le commerce de consommation “populaire”.

Un troisième constat est suggéré par l’image de cette ville nouvelle. Les “fléaux sociaux” apparaissent sous l’angle de l’extrême perversité, le cadre paysager est assez “monotone” et la qualité des espaces publics n’est pas évidente.

En tout cas cette Ville nouvelle mérite une halte méditative….C’est une expérience qui doit être capitalisée ….Et ce sera un moment important pour comprendre les décalages entre la PLANIFICATION et la MAÎTRISE D’ USAGE 

VOIR LA VILLE NOUVELLE DE CONSTANTINE AUTREMENT !

De loin, c’est faisable…c’est même facile!  Il me semble que la maturité est en retard de quelques années pour s’ancrer solidement dans le logos des architectes.  Cette caste demeure toujours sous l’emprise d’une “suffisance” qui l’isole dangereusement dans un  autisme très très réducteur.  Le démiurge d’ici-bas n’est ni le politique, trop égoïste, ni l’administrateur trop autoritaire , ni le mufti souvent opportuniste….c’est l’architecte.   Trop souvent, c’est un pseudo intellectuel,  ballotté entre sciences humaines et engineering, ayant atterri dans ce champs disciplinaire par “défaut”, car la barre pour “faire médecine” est assez haute.  Cette frustration maladive le  transforme rapidement en  un étrange deus ex machina.  L’architecte est là pour refaire le monde… Ce monde tant mal fait est à refaire. Et qui s’y colle? Un disciple,  qui , après de longues études, des charrettes , des dépenses  fréquentes et quelques attitudes peu honorables ,  sentant des ailes poussées, se met à “raser les tables”. Il entre en scène juste après les 3 coups  (on dit que c’est pour la trinité!) pour s’accaparer les planches (aujourd’hui tout est numérisé) et jouer seul le rôle de sa vie.

L’architecte est-il fatalement égoïste?

A mon avis, nombreux  architectes que j’ai côtoyé le sont. Pire, ils sont aussi aveugles. Ils ne voient que leurs “projets”….et qualifiés toujours  de chefs d’oeuvre. Les réalisations de leurs  collègues sont souvent froissées et égratignées à coups de “cutter” .

La Ville Nouvelle Ali Mendjeli (Constantine) est  écorchée vive  par les architectes qui n’avaient pas “participé” à sa conception.  Soit ils ont   raison, soit ils ont leurs raisons. Mais les griefs se multiplient non pas sur une base “rationnelle” , mais , ce qui se laisse deviner, sont les relents d’une frustration, une sorte de vœu intérieur “Ah, si c’était moi….!“.

Soyons directs: cette ville nouvelle  est garnie surement de “malfaçons”, d’imperfections, d’aberrations, de maladresses….Mais personne ne pourra nier son hyper-vitalité, la dynamique qui la traverse. Je crois que les concepteurs de villes ou de quartiers ou même de lotissements souhaitent toujours que leur bout de ville soit un véritable bout de vie. Le malheur pour eux, leur phobie,  c’est de réceptionner un cadre “mort”, un dortoir ou un lieu obsolète avant sa moindre exploitation,  avant son baptême.

L’erreur récurrente accompagne  ce jugement des aménagements et des conceptions qui ne s’appuie que sur le rendu du “papier”, pire, encore, aujourd’hui sur  ces simulations  qui coûtent les yeux de la tête et qui vous font prendre les vessies pour des lanternes.   Cette surenchère technologique assoit le leurre, pire elle le décrète……

La Ville Nouvelle de Constantine est ce qu’elle est…. Alors arrêtons de rêvasser . Comment voulez-vous , architectes de mes aïeux, obtenir des villes “idéales”, fonctionnelles, radieuses, somptueuses alors que l’environnement politique, sociale, économique et culturelle ne reconnait ni la science, ni les savoirs, ni la rationalité, ni la beauté ?  Comment voulez-vous obtenir des villes pittoresques alors que votre “oeuvre” est à la merci du gestionnaire, qui, sans hésiter peut rajouter ou effacer une rue, une place , un jardin, un immeuble et même un quartier….?

Relisez le “tout et le fragment” de JJ. Deluz ( pp 53-85), et vous comprendrez

Pourquoi ce coup de gueule?   Tout simplement parce que les “paroles” en l’air des architectes ont une portée pédagogique négative. Ils “tirent” plus vite que leur “ombre”. Aucune analyse, juste des jugements hâtifs sans pour autant avoir une information complète .

J’ai rencontré dernièrement un ami et ancien camarade de promo. Il a travaillé à  l’URBACO (sur la Ville Nouvelle aussi).  Je lui faisais part de mon  projet d’Atelier de doctorat sur la Ville Nouvelle,  l’invitant à  participer aux tables rondes que je compte organiser …en lui affirmant que pour moi, cette “Ali Mendjeli” n’est ni un fiasco ni un flop.   Sa réponse était extraordinaire:

Tu sais quand j’entends les gens taillader la Ville Nouvelle “Ali Mendjeli”, ça me fait mal. Ces architectes ne savent ps ce que nous avions enduré pour la faire sortir….! Nous avions dû refaire une formation en urbanisme,  batailler longtemps pour gagner ce défi…! 

 

 

 

Licence Creative Commons
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

«Faire la ville dans l’urgence aboutit à un simulacre urbain». Interview parue dans EL WATAN du 14 février 2013

Abdelouahab Bouchareb. Professeur d’architecture «Faire la ville dans l’urgence aboutit à un simulacre urbain»

Abdelouahab Bouchareb est professeur des universités au département d’architecture et d’urbanisme de l’université Constantine III.

– Amara Benyounès a qualifié Ali Mendjeli de «catastrophe urbanistique». Etes-vous d’accord avec lui ?

Telle qu’elle se présente aujourd’hui, la ville nouvelle Ali Mendjeli n’a rien d’une ville qui détient des atouts pour entrer dans le XXIe siècle. En effet, M. Benyounès établit un diagnostic vif et direct sur le volet du choix du parti urbanistique. Cependant, cette ville nouvelle se singularise par une dynamique urbaine propre, différemment perçue, susceptible d’engager sur une voie d’une nouvelle urbanité. Différemment perçue, parce qu’elle apparaît comme un grand bazar. En fait, l’urbanisme évolue, la pratique urbanistique aussi. Aujourd’hui, on ne fait plus de villes sans études prospectives.

– N’est-ce pas un reniement de la démarche du gouvernement, lequel contrôle la conception et la réalisation de cette ville ?

Les études d’Ali Mendjeli ont été conçues durant un moment de «transition» (passage des instruments d’un urbanisme normatif à celui consacrant la «décentralisation-concertation»). La promulgation de la loi n°29/90 rencontrait donc les vieilles pratiques du PUD, ajouter à cela une situation sociopolitique difficile, Toutes ces conditions ne pouvaient que produire des maladresses. Aujourd’hui, il est vrai que l’urbanisme reste l’apanage de l’administration locale, alors qu’il est appelé à penser à l’avenir, à la maîtrise d’œuvre et surtout à cette nouvelle attente : la maîtrise d’usage. C’est-à-dire qu’il est important de réfléchir à la cohérence des projets placés dans le paysage social concerné.

– Ali Mendjeli est peut-être le meilleur exemple de la capacité des Algériens à piloter le projet de création d’une ville. Quel constat faites-vous, en tant qu’architecte, des résultats de ce projet urbanistique et architectural ?

Ecoutez, nous semblons oublier que nous sommes un peuple de «bâtisseurs». Nos vieilles villes, nos médinas, nos dachras, nos ksour n’ont été bâtis ni par les Chinois ni par les Turcs… Ils sont la preuve d’une inventivité et d’une capacité de production formidable, non seulement dans le pilotage de création des villes, mais aussi dans leur édification. Maintenant, faire la ville dans l’urgence aboutit à un simulacre urbain une sorte de grosse Zones d’habitat urbain nouvelles (ZHUN) un lieu sans «âme», sans histoire, sans «mythe» fondateur, sans accroches ! Au niveau d’Ali Mendjeli, cette urgence est en train de consacrer le cloisonnement social par l’absence de réflexion sur la mixité propre aux villes anciennes, en juxtaposant des «cités» de relogement aux cités de standing.

La ville manque encore de statut administratif. Est-ce un handicap, selon vous ?

C’est un grand handicap. Il lui faut plus que ça. A côté d’une autorité, je pense à une «veille» qui assure un regard et une gestion au quotidien, qui réfléchit à l’insertion des NTIC, d’autant que les infrastructures universitaires en place seront prépondérantes pour son avenir. Pensez à une «ville» classique flanquée d’une sorte de Silicon Valley ? C’est vrai, l’analogie est exagérée. La ville nouvelle gagnerait davantage en optant pour une vocation «scientifique», une sorte de ville dédiée à la créativité sous ses diverses formes (science, technique, arts, médias), avec une gestion adoptant les modes de bonne gouvernance, les règles du marketing et employant les moyens technologiques pour la communication, l’information, les services…

– Etes-vous d’accord avec Marc Cote qui dit qu’il faut laisser le temps à cette ville pour corriger ses défauts de naissance ?

A condition que ce «moteur» apporte les corrections nécessaires et adopte une démarche objective, cohérente, mesurée, associant des compétences multiples et surtout en totale harmonie avec nos capacités, nos idées, nos mentalités, bref avec nos cultures. Cependant, «laisser au temps» est une formule en totale inadéquation avec notre ère. Il faut provoquer ces corrections. Vous citez mon professeur, M. Cote, il a établi le concept de «retournement» particulièrement algérien, cette redécouverte du local porte une dynamique fondamentale.
Cependant, personnellement, je pense que ce «retournement» ne peut être efficace sans un «dévoilement» préalable, c’est-à-dire une mise à nu objective et franche de nos ressources et de notre dynamique pour orienter notre créativité future.

Nouri Nesrouche

25 ans après, la Ville Nouvelle Ali Mendjeli…

La Ville Nouvelle Ali Mendjeli a pris de l’âge, du poids et de la hauteur. Cette consubstantialité se révèle dans les témoignages partagés des spécialistes et des profanes.

L’affirmation de cette Nouvelle ville dans le “paysage ” est spectaculaire. Elle est encore incontournable dans tous les projets actuels et futurs de la ville  de Constantine et de sa région. Elle s’impose comme foyer dynamique   et  comme bassin de vie territorial /wilayal et régional et même national.

25 ans….un quart de siècle, …le choix de cette “césure”  dans la vie de la Ville Nouvelle , n’est pas fortuit.

  • Primo, le lancement des concours pour la conception des premières  Unités de voisinage, en l’occurrence l’UV 8 et UV 6 datent de 1992/93  (le temps des architectes, après celui des géographes dans la chronologie de M.Cote).
  • Secundo, 25 ans correspond au temps moyen d’une génération.
  • Tertio, en ce quart de siècle de “vie” réelle, la Ville Nouvelle a pu se constituer une Histoire Urbaine, petite mais histoire quand même.

Aborder la Ville Nouvelle Ali Mendjeli dans  une approche de  retour d’expérience convient davantage,  à notre sens,  à la thématique du doctorat  Villes et Projets. En effet, il y a lieu de rappeler que cette orientation favorise d’une part l’identification des “savoirs” et des “actions” qui ont été à la base de l’état des lieux actuels, et d’autre part permettre  aux doctorants de s’impliquer dans l’élaboration des bilans critiques et des diagnostics.

Il s’agit, toujours par rapport aux attentes  du doctorat Villes et Projets, d’aborder des situations urbaines concrètes, mieux encore,  des situations qui se “trament” sous nous yeux. Dans ce sens, la Ville Nouvelle sera assimilée, le temps de notre atelier, en laboratoire dans lequel se déroulent des expériences.

Ainsi, pris dans le contexte doctoral, cette approche ouvrira le champ à l’apprentissage de la “recherche” à travers:

  • l’identification des principaux sujets de réflexion relatifs à  la chose “urbaine;
  • le questionnement continu de la matière de recherche;
  • le perfectionnement du champ épistémologique.
  • le connaissance des approches méthodologiques.

LA QUESTION CENTRALE DE L’ATELIER

25 ans après, la Ville Nouvelle Ali Mendjeli continue de susciter moult questions quand à son évaluation en tant que “modèle” de Ville Nouvelle Algérienne. Dans les discours des spécialistes, il y a une nette inclination à la classer dans le registre de l’échec. L’argumentaire déployé par ces derniers s’appuie sur les “normes”  d’urbanisme non respectées, sur  la négligence des  canons de l’esthétique et sur  la marginalisation des professionnels dans la production du bâti. Ces insuffisances sont à l’origine de  ce tissu urbain “anti-social et sans mémoire“.

L’autre versant est souvent muet, sinon quelques timides déclarations viennent de temps en temps insérer quelques grains d’espoirs pour annoncer des lendemains meilleurs . 2017 , c’est  toujours le temps des “habitants” (Après celui des politiques). La tendance esquisse quelques intérêts naissant pour cette ville nouvelle.

Il y a cependant une approche comparative qui s’affirme en jalon appréciable pour classer cette Ville Nouvelle. En fait, Sidi Abdellah, autre projet de ville nouvelle dans la wilaya d’Alger, patine malgré les discours, les programmes et l’intérêt des centres de décisions du pouvoir. Le cas de Ali Mendjeli serait-il une “exception”? Ou bien, l’approche adoptéle était la plus appropriée dans ces cas?

Enfin, aujourd’hui  l’ évocation de  la Ville Nouvelle Ali Mendjeli n’est plus versée dans le seul registre des “fiascos”. Les images négatives, le verbiage sur l’insécurité, les “guerres des gangs”  et l’infamie longtemps cultivés  semblent reculer.  La ville nouvelle Ali Mendjeli convoque d’autres filtres pour son vécu et son interprétation.  Elle se décline aujourd’hui par quelques exceptions urbaines de l’ordre “mondialisé”…

Elle figure dans les zones privilégiées pour la résidentialisation. Elle offre un paysage urbain “mondialisé” surtout avec l’instauration de la mobilité douce (la ligne du tramway).  Elle se distingue par les empreintes d’une nouvelle urbanité. Elle attire l’investissement…. Elle semble correspondre à un esprit de “jeunesse; dynamique et très encline à l’innovation et aux savoirs. Elle semble être aux yeux des constantinois la nouvelle centralité.

Il y a un discours distillé par des “professionnels”. Mais il y a aussi  une réalité de terrain. Cette dernière s’impose par la concrétude des faits. Si le discours est en principe animé par des motivations et des références de leurs auteurs, la réalité est quand à elle “partagée”. Nous ne pouvons affirmer que toutes les actions sont menées dans le respect des normes….

Quoique vivant à l’ombre de Constantine (Ville-mère) , la Ville Nouvelle Ali Mendjeli s’affirme par sa vocation, son identité et sa dynamique . Il y a donc  une situation abordable et analysable, c’est-à-dire qu’elle est  susceptible de faire l’objet d’une approche méthodique.  C’est dans ce sens que s’impose le questionnement suivant:

  • Est-il temps d’apprécier la “capacité” et l’aptitude de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli à figurer en tant qu’entité urbaine dans l’armature territoriale de Constantine?
  • Quels seront les critères d’appréciation?
  • La Ville Nouvelle Ali Mendjeli, a-t-elle un avenir?

DEMARCHE PRECONISEE

Si l’on se place dans la chronologie de Marc COTE[1] relative à la genèse et au développement de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli, (Temps des géographes, Temps des architectes, temps des politiques et temps des habitants), et si nous nous attachons à cette “succession”, nous sommes dans l’inauguration du “temps des chercheurs”…

Il est donc nécessaire de faire un bilan exhaustif sur cette ville nouvelle, à commencer par la production universitaire (du moins dans la faculté d’architecture et d’urbanisme). Cette mission est d’autant plus importante tant la production des années passées porte les témoignages de son évolution .

Dans un deuxième temps, il s’agira de définir les “volets” essentiels susceptibles de structurer un travail de retour d’expérience. Ces champs constitueront des thèmes de recherche à différents niveaux et temps. Il s’agit donc essentiellement d’identifier les sujets susceptibles de favoriser l’établissement d’un “cahier de bilan”.

Le troisième temps consistera à “choisir” les volets à traiter au niveau de l’atelier. Les thèmes seront travaillés collectivement selon des “axes” en rapport aux profils des doctorants (architecture, urbanisme).

Tout le travail ainsi effectué figurera dans un cahier de l’Atelier.

LES THEMATIQUES PRIORITAIRES

.La nature d’un travail de retour sur une expérience est prioritairement orientée sur des évaluations et des appréciations des résultats, des impacts et des conséquences à travers l’analyse et le diagnostic des situations emblématiques.  En somme, il est plus utile de s’intéresser à la “RECEPTION” de la Ville Nouvelle Ali Mendjeli.

Quel(s) bilan (s), les professionnels (architectes, urbanistes, géographes) , les gestionnaires (les politiques), les catégories socio-professionnelles, les habitants et les “résidents non permanents (les étudiants plus particulièrement) en font au vu de leurs vécus?

La réception d’un projet  est ici  considérée, non pas dans un rapport de “conformité” aux prescriptions techniques  figurant dans un état initial approuvé et validé, mais dans le contexte de la représentation sociale, des attentes habitantes ou politiques  et dans l’usage.

Dans ce sens, et s’agissant d’un cadre de vie, d’évolution et de développement  urbain il nous semble que trois grands volets prennent place:

  1. La vocation de la Ville Nouvelle en rapport aux fonctions et aux activités, à l’attractivité et la polarisation…
  2. Les ajustements/réajustements en rapport à la structure urbaine. (il s’agit de comprendre comment se “construisent” les polarités.
  3. La question du paysage urbain et du cadre de vie. Il s’agit de saisir les efforts pour aboutir à une “image” un “effet de ville”. (esthétique urbain, architectures, échelles, textures…) .
  4. Les souhaits des habitants pour leur « ALI MENDJELLI » dans un avenir plus ou moins proche.(il s’agit de connaitre les aspirations citoyennes se concrétisant dans leur ville  pour un avenir « radieux »)

Ces volets doivent en principe inspirer la définition d’ axes plus précis et portant sur des détails de la fabrication de l’urbain. Méthodologiquement, il est plus judicieux de procéder  par approche comparative, historique ou diachronique/synchronique  Dans le fond, il y a lieu de considérer u moins trois grandes phases:

  • la première , celle du discours, des “idées”, de l’intention, de la planification, celle du “papier”
  • la deuxième, celle de la concrétisation, celle de la réalisation des “idées”
  • la troisième est celle de l’usager, de l’usage, de l’habitant et de la mise en exploitation

[1] COTE Marc  Constantine . Cité antique et ville nouvelle. Ed . Media+. Constantine . 2006

 

»Licence
Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.